Where does Moltoni’s Warbler overwinter?

A recent observation of a Moltoni’s Warbler Sylvia subalpina near Gandiol (Saint-Louis) made me have a closer look at the occurrence of the species in Senegal and more generally in the species’ wintering areas.

This Sylvia warbler was recently recognised as a distinct species by several authors (Brambilla et al. 2008, Svensson 2013, and see also Shirihai 2001) and is now generally accepted as such by the various taxonomic authorities. Previously, it was regarded as a subspecies of Subalpine Warbler S. inornata (= new name for S. cantillans after the taxonomic reshuffle), but differences in plumage and especially vocalisations justify its elevation to species rank.

moltoniswarbler_mallorca_april2015-p-walser

Male Moltoni’s Warbler / Fauvette de Moltoni, Mallorca, April 2015 (P. Walser)

To summarize the current taxonomic status, which can be rather confusing owing to different scientific names being used in recent years, what used to be Subalpine Warbler S. cantillans is now widely considered as three separate species, following Svensson’s 2013 papers:

  • Western Subalpine Warbler S .inornata, with subspecies iberiae (Iberian Penninsula, S France) and inornata (Maghreb)
  • Moltoni’s Warbler S. subalpina (monotypic)
  • Eastern Subalpine Warbler S. albistriata with ssp. cantillans (S Italy) and albistriata (SE Europe)

“Subalpine Warbler” (in the old sense!) is a common non-breeding visitor in many parts of the Sahel, and is often the most abundant Palearctic passerine, including in northern and coastal Senegal and parts of Mali. At least here in Senegal, the majority are clearly Western Subalpines, but what about Moltoni’s? Its breeding grounds are quite well known: western Mediterranean islands (Sardinia, Corsica, Balearic Islands) and part of central and northern Italy, where locally sympatric with Western Subalpine. However, it quickly became clear that very little is known about the species’ distribution in winter and during migration in Africa.

Borrow & Demey show only a handful records on the distribution map in their field guide (2nd ed. 2014), in Nigeria, nothern Cameroon, and SE Mauritania. The Handbook of the Birds of the World and BirdLife, in typical fashion, haven’t adopted this fairly obvious split so far, though HBW does state that Moltoni’s Warbler is a non-breeding visitor to the “W Sahel”. Neither Morel & Morel nor Sauvage & Rodwell mention the species in their publications, though this is hardly surprising given that at the time Moltoni’s was “just” a little-known subspecies of Subalpine Warbler (that said, the Morels did recognise the inornata subspecies from NW Africa, which is likely a regular visitor to Senegal). Unfortunately, Ottosson et al. (2001) do not make any mention of subspecies involved even though they captured no less than 3,394 Subalpine Warblers in the Djoudj between 1987-1996 (out of 5,607 Sylvia warblers).

The only published records that I found of Moltoni’s Warbler for Sub-Saharan Africa all come from the African Bird Club‘s “Recent Reports”:

  • The earliest and so far most detailed reference comes from Nigeria: “among the Subalpine Warblers Sylvia cantillans mist-netted in Dagona Bird Sanctuary, northern Nigeria, in February 2007, the great majority proved to be of the subspecies moltoni […], with the rest being of the nominate race. Whereas the latter were very fat and not in moult, the former lacked any fat and were moulting their wing feathers. Adult S. c. cantillans and S. c. albistriata undergo a complete moult in their breeding quarters and the juveniles a partial one, whereas the moult of moltoni is very complex, with adults undergoing a complete moult either in their breeding or winter quarters, and the juveniles a complete moult in Africa. Previously, nothing was known concerning the wintering range of moltoni“.
  • In Benin, the first record was obtained just recently “in the far north-east at Kandi, Kargui and Karimama (Bello Tounga) on 18–21 November 2015, with singing individuals producing the characteristic rattle call.”

For Mauritania, I received this information from V. Salevski, who participated in several ringing campaigns run by the Swiss Ornithological Institute in the early 2000s both in Mauritania and Senegal: “I do not recall that I ever identified Moltoni’s Warbler in the field, but I recall that at least one was mistnetted in Tichitt, Mauritania, in autumn 2003. I myself assigned the respective bird(s) to Moltoni’s Warbler due to its moult pattern.” The location seems to corresponds with the record shown in Birds of Western Africa.

There are no known records from The Gambia, nor from Guinea-Bissau, nothing from Mali either and I didn’t find any info on Burkina Faso, Niger or Chad (comm. pers. C. Barlow, M. Lecoq, M. Crickmore, J. Brouwer). The West African Bird Database (WABDaB) does contain a handful of “Subalpine/Moltoni’s Warbler” records from Chad mainly, but none of these are sufficiently documented to ascertain the presence of Moltoni’s there.

Now what about Senegal? So far, I managed to uncover only 4 records, all from the north:

  • 1 near Richard-Toll early December 2013 (Birdquest; source: tour report by C. Kehoe)
  • two records of what were maybe two different males, 22 March 2014, Djoudj NP (J.-F. Blanc)
  • 1 male south of Djoudj, 7 April 2015 (J.-F. Blanc)
  • at least one near Gandiol, 11 September 2016 (pers. obs.)

Getting back to the original question of where Moltoni’s spends the winter: we still don’t really know, but it’s likely that its non-breeding range largely overlaps with Western Subalpine throughout the Western Sahel. It’s quite possible that the species is a regular migrant to Senegal even if the country may be just on the edge of its winter range, as one can imagine that there are greater densities further east, in Mali, Burkina Faso, Niger, northern Nigeria and Cameroon, and (western?) Chad. It’s quite possible that Moltoni’s also creeps into Ghana, Togo and Benin – as mentioned earlier, at least in the latter country it was recently confirmed to occur, but it’s not clear yet how regular the species is there. Unfortunately much of this region is off-limits to birders and researchers due to the prevailing security situation, so it will likely take some time before we find out more from this part of the Sahel. It’s clear though that at least in Senegambia the species is largely outnumbered by Western Subalpine Warbler, whereas this would seem to be the opposite in Nigeria.

The scant records listed here suggest that in Senegal it occurs throughout the non-breeding season, at least from early September to mid-April, and that it is not just a migrant transiting through in autumn and winter.  Further north, in Morocco (which unlike West Africa is fairly well covered by skilled observers), the taxon is considered an accidental visitor by the Moroccan Rare Birds Committee, and so far has been detected during spring migration only. The first record dates back to March 2008 from Merzouga while the second bird was trapped on 18 March 2013; there’s at least one additional observation, also from March (in Larache, 2016). These records suggest that some of the Moltoni’s – likely part of those that spend the winter in Senegal and probably southern Mauritania – migrate along the coast, while those that winter further east cross the Sahara through Algeria and Tunisia where they are “common” during migration (Svensson 2013), and possibly western Libya.

The species is said to arrive approx. 3 weeks later than Western Subalpine on its Mediterranean breeding grounds (Barriocanal & Robson 2011), but I didn’t find any info on differences in autumn departure dates. Moult strategy certainly seems to be different, but more research is needed. The Nigeria record seems to confirm that Moltoni’s depart later from West Africa than Western Subalpine, which in February had already completely moulted and were “very fat” as opposed to the Moltoni’s on the same site.

Ron Demey commented that if up to now there are so few definite records then this has everything to do with the fact that the taxon was just recently split from S. cantillans. Probably few birders are aware of the criteria, and it wouldn’t be surprising if Moltoni’s were widespread in the Sahel.

Ron is certainly quite right… but the question remains as to how widespread, and how abundant Moltoni’s Warbler is in its winter quarters. Does the range overlap completely with Western Subalpine, or may they have specific requirements in terms of habitat?  Are migration routes, timing and strategies different from Western Subalpine? I hope that more existing records will surface, and that birders visiting the region will pay more attention to the various Fauvettes passerinnettes in future, further helping to gain a better understanding of this little-known bird in West Africa. Pretty much the same applies to a number of other species pairs or recently split taxa, e.g. Atlas / Pied Flycatcher, Common / Iberian Chiffchaff, Western / Eastern Olivaceous Warbler to name but the most relevant that spring to mind.

And actually I don’t mind really – still lots to learn and lots of exciting discoveries in prospect!

moltoniswarbler_helgoland_oct2009-j-bisschop

A vagrant Moltoni’s Warbler in autumn, Helgoland, Oct. 2009 (J. Bisschop)

__________

Some references on Moltoni’s Warbler…

Of note is that Moltoni’s Warbler was initially designated as Sylvia moltonii by Italian ornithologist Orlando back in 1937, only later emerging that Sylvia subalpina took precedence (Baccetti et al 2007). Professor Dr. Edgardo Moltoni (1896-1980) was an eminent Italian ornithologist and director of the Museo Civico di Storia Naturale di Milano (Natural History Museum, Milan). Among other feats, he described Zavattariornis stresemanni (Moltoni 1938), the unique Stresemann’s Bushcrow endemic to southern Ethiopia.

Finally, thanks to all correspondents who provided information for this note, and to Jan and Paul for providing pictures!

 

Langue de Barbarie & Gandiol, 10-12/9

Le long weekend de la Tabaski, nous l’avons passé au Zebrabar, l’occasion de découvrir le parc national de la Langue de Barbarie et “l’arrière-pays” du Gandiolais en saison d’hivernage.

Pas trop le temps d’un long récit, même si comme toujours il y avait plein de choses à voir; la liste complète se trouve en bas de l’article. 124 espèces en tout! Je vous présente donc rapidement quelques photos, à commencer par ces magnifiques Guêpiers de Perse, espèce particulièrement commune en ce moment. Plusieurs familles sont vues, dont celle-ci avec 2-3 jeunes encore nourris par les parents, que Theo et moi avons pu observer pendant de longues minutes. Les adultes apportaient surtout sinon exclusivement des libellules, pour la plupart de taille moyenne genre Sympetrum.

bluecheekedbeeeater_pnlb_20160911_img_5175_edited

Blue-cheeked Bee-eater / Guêpier de Perse ad. et juv.

Et les jeunes:

bluecheekedbeeeater_pnlb_20160911_img_5185_edited         bluecheekedbeeeater_pnlb_20160911_img_5178_edited

Dans la zone se trouvait également l’une des trois Pie-grièches à tête rousse observées pendant le weekend, une jeune de l’année au plumage bien terne comparée aux adultes:

woodchatshrike_pnlb_20160911_img_5167_edited

Woodchat Shrike / Pie-grièche à tête rousse juv.

A la station de lagunage de Saint-Louis, cet adulte d’Epervier shikra est resté posé dans un arbre sec alors que je passais à côté: ce n’est que plus tard en passant en revue les photos que j’ai constaté qu’il tenait dans ses serres une queue de reptile, apparemment un serpent voire un scinque.

shikra_stlouis_20160910_img_5150_edited

Shikra / Epervier shikra ad. avec proie

Au même endroit, comme toujours les Prinias aquatiques se faisaient entendre et pour une fois aussi bien voir et photographier. Espèce assez peu documentée, ces quelques photos d’un même individu chanteur montrent bien la couleur froide et globalement très grise du plumage comparée au Prinia modeste, aussi les lores noires, mais pour le reste c’est difficile! Heureusement que le chant des deux espèces est assez différent. Le plumage étant tellement proche, l’identification des oiseaux silencieux est généralement impossible, d’autant plus que le Prinia modeste a un plumage assez variable, et certains individus sont très gris notamment en période de reproduction. Bien que l’aquatique ait une nette preference pour les roselières, les deux espèces peuvent se côtoyer dans la même zone comme c’est justement le cas de la station de lagunage: Prinia aquatique dans la roselière et aux abords immédiats des plans d’eau, le cousin modeste dans les zones plus sèches et dans les haies bordant les champs.

riverprinia_stlouis_20160910_img_5139_edited
riverprinia_stlouis_20160910_img_5141_edited   riverprinia_stlouis_20160910_img_5138_edited

Dans l’arrière-pays, je tombe sur ce groupe de Barges à queue noire en train de se nourrir frénétiquement dans une mosaïque de mares temporaires, entre tamaris et acacias. Deux oiseaux avec des bagues couleurs se tiennent parmi elles, alors qu’une troisième barge baguée, elle aussi aux Pays-Bas, est vue le lendemain dans une autre (?) troupe d’une bonne centaine d’oiseaux.

blacktailedgodwit_gandiol_20160911_img_5242_edited

La Barge rousse, bien moins fréquente, est présente dans les lagunes saumâtres du parc même. En tout, pas moins de 24 espèces de limicoles sont observés pendant notre séjour, auxquelles ont peut encore ajouter le Vanneau à tête noire vu à plusieurs reprises pendant le trajet.

bartailedgodwit_pnlb_20160912_img_5236_edited

Bar-tailed Godwit / Barge rousse

Retour dans la brousse, où ce Coucou-geai a bien voulu poser (au loin!) à côté d’un Rollier d’Abyssinie. Un autre individu sera vu le 12/9 peu après le départ pour Dakar, près de Gandiol.

greatspottedcuckoo_gandiol_20160911_img_5265_edited

Great Spotted Cuckoo / Coucou-geai

Non loin de là, j’ai le plaisir de découvrir un chant unique que je ne connaissais pas encore, et il m’a fallu un moment pour repérer la source: une Outarde de Savile posée a l’ombre d’un acacia avant de disparaître en douce dans la brousse. Sans aucun doute l’un des points forts du weekend! Cette petite outarde sahélienne serait encore bien répandue dans la moitie nord du pays, bien qu’on la trouve aussi ça et là sur la Petite Côte et dans le Saloum. J’avais eu l’occasion de la voir aux Trois-Marigots en mai 2014, mais plus rien depuis. Ici, au moins trois mâles se répondaient par leur chant résonnant et surtout étonnant pour une espèce autrement très discrète, que je vous laisse découvrir comme d’habitude sur xeno-canto. Même le rendu visuel du chant est joli!

sonogram_savilesbustard_gandiol_20160911

Sonogramme du chant de l’Outarde de Savile

Une heure plus tard dans le même coin c’est un TUII-ti qui se fait entendre: le cri de contact (ou est-ce une variation du chant?) de l’Outarde de Savile. C’est alors que je me suis souvenu d’un cri enregistré il y a quelques mois dans la lagune de la Somone et que j’avais par erreur attribué au Courvite de Temminck qui passait en vol au même moment… correction faite! Au moins une autre outarde est entendue le lendemain matin au sud du village de Mouït.

Toujours dans cette zone, un autre cri particulier attire mon attention: au moins une Fauvette de Moltoni! Details à suivre, mais il s’agirait d’une rare mention sénégalaise bien que ce taxon récemment élevé au rang d’espèce hiverne probablement de maniere régulière dans le Sahel occidental.

Les rolliers locaux sont actuellement en pleine mue, notamment des couvertures alaires, des scapulaires et des rectrices externes. L’absence de ces dernières leur confère d’ailleurs une allure de Rollier d’Europe assez déroutante, mais notez les secondaires bleues et non noires et la face plus blanche au moins chez les adultes. De plus, selon la position de l’oiseau et selon l’état d’avancement de la mue, on voit parfois les nouvelles rectrices partiellement cachées sous le reste de la queue, comme c’est le cas sur l’oiseau de la photo du Coucou-geai.

abyssinianroller_gandiol_20160910_img_5125_edited

Abyssinian Roller / Rollier d’Abyssinie

Sinon pour le reste, je vous laisse juger à partir de la liste complète disponible ici en format PDF.

 

 

Marsh Terns, Ducks & More Waders (28/8)

Last Sunday I went to Lac Tanma – first visit since January – and, of course, Technopole. I picked up Miguel Lecoq who recently arrived in Dakar to work for BirdLife (yes! a new birder in town!), and we headed straight for Lac Tanma to see what was about there at the start of the raining season. This shallow seasonal lake has started to fill up and conditions were pretty good for waders, even if some were a bit distant: a few dozen Wood Sandpipers and Black-winged Stilts, several Greenshanks and Common Redshanks, a Marsh Sandpiper, a few Common Sandpipers, Dunlin, Curlew Sandpiper, Little Stint, Common Ringed and Kittlitz’s Plover (including a still downy juvenile, confirming local breeding), Ruff, a lone Whimbrel, and a bunch of Common Pratincoles. The latter appear to also breed in the area or at least in the vicinity of the lake: out of about 15-20 birds, at least 8 were juveniles. Also present were the resident Spur-winged and African Wattled Lapwings as well as Senegal Thick-knees, a Black-winged Kite, and a flock of about 95 Greater Flamingos including 30 juveniles.

Only a handful of ducks are present at the moment: 4 White-faced Whistling Ducks and a single Garganey, which appears to be an early date for the species in Senegal. Later on in the season, when water levels further rise and aquatic vegetation develops, the lake becomes an important stop-over site for Garganeys and Shovelers.

Best of all was at least one White-winged Tern, nicely showing its distinctive black underwing coverts as it was flying around the lake. There may have been more, though most of the other marsh terns (which mainly were roosting quite far out) were Black Terns. Besides the waders and terns (including Gull-billed and Caspian), a few Lesser Black-backed and Audouin’s Gulls and 5 or 6 Ospreys, the only other northern migrant that was seen was a single Sand Martin. Along the road back to Mbayakh, a Broad-billed Roller flew past, while Shikra was another wet season visitor that was seen near the lake.

Another surprise was this small group of what turned out to be Lesser Blue-eared Glossy Starlings rather than their more widespread counterpart, Greater BEGS. Both species are extremely difficult to separate based on adult plumage (when call is the best identification feature). These birds remained silent, but thanks to the 3 juveniles in the flock it was possible to clinch the ID, as Lesser shows brownish underparts whereas Greater youngsters are entirely dark.

LesserBlueearedGlossyStarling_LacTanma_20160828_IMG_5084_edited

Lesser Blue-eared Glossy Starlings / Choucador de Swainson

 

At Technopole, the main surprise was a flock of 11 Fulvous Whistling Ducks, a vagrant here which I hadn’t seen before in the Dakar area. It’s reasonably common in the Senegal delta (though still massively outnumbered by the White-Faced WD’s) and apparently also in the south of the country, but it’s generally absent from central and western Senegal. Hazy rarity picture below. Another good one was Whiskered Tern, with one or two birds feeding among the Black Terns. Chlidonias hat trick today!

As expected, water levels here have substantially risen in the last two weeks, leaving only small sand banks favourable for the smaller wader species. Still quite a few Ruff & co were present, but far fewer calidrids than on my previous visit. An Avocet was here again, while two Little Terns were another good record for Technopole as the species is seen only infrequently here. An Acrocephalus warbler was either a Eurasian or African Reed-Warbler. We both tended toward the latter but didn’t get good enough views, and as it turns out it seems that many Palearctic insectivores are ahead of schedule this year, as reported by Fred Bacuez from Saint-Louis. By now some at least should have reached Dakar!

Greater Flamingos are still present in moderate numbers, but we didn’t find any more ringed birds unlike the 3 French birds early August for which I now received details from the Tour du Valat research station in the Camargue: all were ringed as chicks in the sole French colony, but in different years (2013, 2014 and 2015). Ring recoveries from French birds in Senegal are apparently pretty rare, unlike in Mauritania where there are fairly regular sightings of French, Spanish, Italian and Algerian birds (and even one from Turkey!).

FulvousWhistlingDuck_Technopole_20160828_IMG_5089_edited

Fulvous Whistling Ducks / Dendrocygnes fauves

 

The previous morning I did a car transect from Dakar’s main slaughterhouse (route de Rufisque at Dalifort), which already early morning was bustling with activity, to Bel-Air and the Hann bay, looking for roosting Hooded Vultures. My count is part of an effort lead by Wim Mullié to get a better sense of the current status of the species in Dakar. As with almost all other vulture species, the Hooded Vulture has declined substantially in most if not all parts of its range, and is now considered to be Critically Endangered. BirdLife International recently “uplisted” the species’ conservation status as it has increasingly become clear that Hooded Vultures are declining at an alarming rate over much of its range, at the point where it is considered to be at serious risk of extinction: Hooded Vulture populations are thought to be dwindling with an estimated 83% decline (range 64-93%) over three generations, or a period of about 53 years (Ogada et al. 2015). This may be difficult to believe in places such as Conakry (where I’m writing this post from), which still has what seems to be a healthy Hooded Vulture population – e.g. this morning I counted at least 75 birds roosting in the city’s CBD, and later saw about 60 flying around in scattered groups. Same in Bissau or Banjul where the species is still very common.

There are several important sites where our local vultures spend the night – especially UCAD, Dakar’s main university campus – but it appears that there are also lots of singles or small groups that spend the night in scattered places, usually in filaos (Casuarina equisetifolia, Australian Pine Tree) or on buildings ,and almost always near the waterfront. Saturday’s little transect was moderately successful, finding a total of 15 birds in 3 sites.

More on this topic to follow in due time; the Dakar results are to be announced at the upcoming Pan-African Ornithological Congress (PAOC 14) in October, after which I’ll write more about our local vultures.

HoodedVulture_HannPecheurs_20160827_IMG_5025_edited

Hooded Vultures roosting on a hydrocarbon storage tank / Vautours charognards sur leur dortoir, un depot d’hydrocarbures

 

In Parc de Hann, the now usual Eurasian Collared-Doves were singing in their usual spots, just like a Blue-breasted Kingfisher and Splendid Sunbird which are two other “specials” of the site. The heronry is now full of young egrets and cormorants and is noisy as ever!

CattleEgret_ParcdeHann_20160827_IMG_5040_edited

Cattle Egret / Heron garde-boeuf juv.

 

 

 

 

Delta du Saloum: Palmarin, 19-21 août

Nouvelle escapade familiale à Palmarin le weekend dernier, ma troisième visite ici en l’espace d’un an, et comme lors des passages précédents le séjour a été fantastique.

Les points forts du weekend? Surtout cette femelle d’Hyène tachetée avec ses petits vus de (très) près lors d’une sortie crépusculaire dans la réserve communautaire, ou plutôt au retour de notre excursion (en calèche!) du site d’observation habituel dont nous pensions rentrer bredouille une fois de plus… Alors qu’il fait déjà bien nuit, on aperçoit d’abord la femelle alors qu’elle se trouvait dans une flaque (pour s’abreuver?), puis au moins deux jeunes âgés peut-être de quelques semaines seulement.

Aussi quelques volatiles bien sûr: pas moins de vingt-trois espèces de limicoles, Sternes caspiennes en pagaille, quelques centaines de Goélands d’Audouin et Barges à queue noire (dont comme toujours plusieurs individus bagués), des Flamants roses et nains, au moins 5 Canards à bosse, un couple de Gymnogènes en pleine parade, deux Pipits à dos uni, etc. etc. Si les passereaux paléarctiques ne sont pas encore arrivés à cette latitude, les espèces locales sont en pleine activité, en particulier les 4 espèces de tisserins présentes ici (gendarme, tête noire, vitellin, minule) mais aussi les Euplectes vorabés et franciscains arborant leur flashant plumage nuptial. Pour le reste, les désormais classiques Colombars waalia, Barbicans de Vieillot et aussi cette fois deux Barbicans barbus (quel beau pléonasme!), Irrisor moqueur, Martinets d’Ussher, et ainsi de suite.

Je vous présente ici quelques images (cliquer sur les photos pour agrandir), et comme d’habitude mes enregistrements sont déjà sur xeno-canto. Pour plus d’infos sur la zone, voir nos précédents articles sur ce blog (novembre 2015 et janvier 2016)

DoublespurredFrancolin_Palmarin_20160820_IMG_4818_edited

Double-spurred Francolin / Francolin à doubles éperons

A commencer par ce délicat Francolin à doubles éperons, qui pour une fois n’était pas trop craintif et a bien voulu se laisser photographier. Ce francolin est très courant dans la zone, surtout semble-t-il à cette période lorsque des petits groupes traînent un peu partout dans les zones herbacées: peut-être des familles? Et très bruyant aussi… n’hésitant pas à émettre son chant rauque et urgent à tout moment de la journée.

 

Toujours sympa de voir les deux espèces de flamants côte à côte même si les deux groupes ne se mélangent visiblement pas: au centre de la photo les Flamants nains bien roses, à droite en arrière-plan les Flamants roses plus blanches (pas très logique tout ça je l’avoue!). Le devant de la scène est occupé par quelques Sternes caspiennes, une infime fraction du nombre total de caspiennes présentes dans la zone: au moins 1850 estimées le 21/8 dans les lagunes au nord de Ngalou! Et c’est sans compter les lagunes de Diakhanor et les environs de Djiffer un peu plus au sud sur la commune de Palmarin…

Flamingos_Palmarin_20160821_IMG_4988_edited

Lesser & Greater Flamingo, Caspian Terns / Flamants nains et roses, Sternes caspiennes

 

Un couple de Rhynchées peintes dans une mare au bord de la piste de Samba Dia. Photo pas très nette car prise d’assez loin et avec une lumière pas terrible, mais on y voit bien le dimorphisme sexuel marqué et inversé par rapport à la plupart d’autres espèces d’oiseaux: la femelle très colorée à gauche, le mâle plus terne à droite. C’est ce dernier qui s’occupe de la progéniture, comme c’est le cas également chez les phalaropes par exemple. Il y avait ici deux couples, avec un 5e oiseau vu près du lodge en bordure des micro-salins.

PaintedSnipe_Palmarin_20160820_IMG_4787_edited

Greater Painted-Snipe / Rhynchee peinte

 

BlacktailedGodwit_Palmarin_20160820_IMG_4808_edited

Black-tailed Godwit / Barge a queue noire

Ci-contre, l’une des trois Barges à queue noire dont j’ai pu relever la combinaison de bagues couleur et pour laquelle Jos Hooijmeijer m’a comme toujours très rapidement fait parvenir l’historique de vie. Il s’agit de l’oiseau “Y4RRYB”, bagué en tant qu’adulte en mai 2009 à Waast, Friesland (Pays-Bas) où il a été vu pour la dernière fois le 29 juin dernier. Si cet oiseau a souvent été vu en Espagne et quelques fois au Portugal, c’est sa première “reprise” en Afrique de l’Ouest. La deuxième barge a au moins 15 ans puisqu’elle a été baguée en tant qu’adulte dans la même région, en 2004. Vue presque chaque année aux Pays-Bas, Khady Gueye l’avait déjà repérée à Palmarin en octobre 2014. La troisième est nouvelle: elle a été équipée de ses belles bagues couleurs en avril dernier par les chercheurs hollandais dans le Noord-Holland – donc pour une fois en dehors de son bastion de la Frise – et n’avait été contrôlée qu’une fois depuis, sur le lieu de capture le 5 juin. En tout, il devait y avoir au moins 450 à 500 barges dans la zone, mais comme pour la Sterne caspienne le chiffre réel devrait se situer bien plus haut que ça! Palmarin est d’ailleurs bien connu pour être un site d’escale d’importance majeure, surtout en automne. D’ici, la plupart des oiseaux continueront jusqu’en Casamance et en Guinée-Bissau pour y passer l’hiver.

Toujours dans le même registre, j’ai pu lire les bagues de plusieurs Goélands d’Audouin espagnols. Ici les bagues portent une combinaison de chiffres et/ou de lettres, donc moins faciles à relever que les bagues couleurs comme sur les barges et d’autres limicoles, surtout lorsque les oiseaux sont un peu loin ou qu’il y a du vent. L’appareil photo peut aider, permettant souvent de confirmer (ou de corriger!) ce qu’on pense lire sur le terrain, voire de déchiffrer après-coup à l’écran. Ci-dessous quelques exemplaires, dont deux portant des bagues (66P et BDCT). Comme toujours, il s’agit d’oiseaux espagnols.

 

Si vous vous demandez encore à quoi peuvent bien servir tous ces efforts de marquage d’oiseaux, je vous conseille de lire l’article Bar-tailed Godwits: migration & survival publié tout récemment sur l’excellent blog Wadertales. C’est un bel exemple de la manière dont les reprises de bagues peuvent aider à mieux comprendre le cycle de vie, le taux de survie, les stratégies migratoires et de façon plus générale l’écologie d’espèces en déclin, en prenant le cas concret de la Barge rousse, autre espèce fréquentant la zone de Palmarin.  Ce blog très informatif a d’ailleurs déjà fait état de nos chères Barges à queue noire, plus particulièrement l’oiseau anglais qui avait séjourné début janvier au Technopôle, puis vu 4 semaines plus tard sur une rizière portugaise. Chaque lecture de bague contribue donc potentiellement un petit peu à notre connaissance des oiseaux!

Ensuite, voici un oiseau bien plus discret mais pas pour autant moins intéressant: deux Pipits à dos uni vus le long de la piste de la déviation temporaire à Joal, photographiés lors de notre retour de Palmarin. Ce n’est que ma deuxième observation au Sénégal après celle d’un juvénile vu en novembre 2013 lors d’une sortie au Lac Tanma avec Paul Robinson, et ce dans une zone où l’espèce ne doit pas être très courante puisqu’elle ne figure pas sur ce carré d’atlas de notre petit Morel & Morel (Oiseaux de Sénégambie, 1990). La différence de coloration entre les deux individus, que j’ai pris pour des adultes (plumage un peu usé et non frais comme chez un juv., qui aurait le dos légèrement tacheté), était frappante: un oiseau très clair avec les parties inférieures et le sourcil presque blancs, l’autre plus sombre avec un fond de plumage tirant sur le beige.

A propos du sourcil, même si ce n’est pas un critère d’identification utile, le nom scientifique de ce pipit est Anthus leucophrys, du Grecque leucos (blanc) et ophrys (sourcil). Comme l’indique son nom français (et anglais: Plain-backed Pipit), c’est surtout le manteau et le dos uniformes, sans stries ou taches, qui permet d’exclure d’autres espèces ouest-africaines. Le dos est généralement couvert par les ailes, mais le manteau est toujours bien visible!

 

WestAfricanMonitor_Palmarin_20160820_IMG_4718_edited

West African Monitor / Varan ouest-africain (jeune)

Pour finir, ce tout jeune Varan ouest-africain qui a joué à cache-cache autour de notre bungalow. Ouest-africain? Eh oui, encore un “split” récent suite à une analyse génétique poussée qui a démontré que les varans de l’Afrique de l’Ouest sont suffisamment distincts de ceux du reste du continent, le Varan du Nil, pour en faire une espèce à part entière. Comme pour l’histoire de nos chacals qui sont en fait des loups africains, il s’agit là d’un cas de diversification cryptique décrit dans le détail dans cet article de Dowell et al. (2016) qui recommandent la reconnaissance des Varans d’Afrique de l’Ouest sous le nom de Varanus stellatus (Varan étoilé?). A l’opposé, le Varan orné V. ornatus est considéré comme synonyme du Varan du Nil et serait “seulement” un morphe phénotypique (disons une variante), dominante dans la zone forestière du continent.

 

 

Les limis du Technopôle, 15 août

Le Technopôle encore et encore… et encore plus de limicoles qu’il y a une semaine! Pas moins de 18 espèces (19 si l’on inclut le Jacana) cette fois, dont une bonne diversité de bécasseaux. A part l’Echasse blanche, toujours aussi nombreuse, l’espèce dominante reste le Combattant varié, suivi par le Chevalier sylvain. Détails pour chaque espèce plus bas dans l’article.

Pour le reste, les Flamants roses sont toujours là et leur nombre a même plus que doublé en 8 jours, atteignant 355 individus. Dans le tas se trouvaient plusieurs jeunes de l’année fraîchement arrivés sur place, certains encore de taille bien inférieure aux adultes. Difficile d’imaginer un déplacement de plusieurs milliers de kilomètres depuis la Méditerranée, donc sans doute qu’ils proviennent de l’une des colonies mauritaniennes. Je n’ai pas d’infos sur la reproduction 2016, mais en 2013 p.ex. il y avait pas moins de 16’700 couples au Banc d’Arguin, et l’espèce se reproduit (de manière régulière?) également dans l’Aftout es Saheli, entre Nouakchott et le Diawling. Pas encore de nouvelles des 3 oiseaux bagués observes lors de ma précédente visite…

Toujours quelques dizaines de Guifettes noires (+ Sternes caugeks et hansel), 2 Goélands bruns et maintenant aussi les premiers Goélands d’Audouin de la saison, deux subadultes.

Trois migrateurs “intra-africains” étaient nouveaux également: Rollier d’Abyssinie,  Martin-chasseur du Sénégal, et Coucou didric. Un Héron pourpré en vol était le premier depuis la mi-mars alors qu’un des des deux Blongios nains vus pendant cette visite était un jeune probablement local. Rien de nouveau côté passereaux; à signaler tout de même le Capucin bec-d’argent en pleine construction du nid et les Cisticoles des joncs qui en ce moment s’en donnent à cœur joie, émettant leur tsip répétitif à tue-tête.

Mais j’en reviens aux limis, les vraies stars du moment. Voici donc une liste commentée et illustrée des espèces vues pendant cette visite:

  • Oedicneme du Sénégal (Senegal Thick-knee): seulement une quinzaine d’oiseaux vus
  • Echasse blanche (Black-winged Stilt): omniprésentes et très bruyantes, avec un effectif de plusieurs centaines (500?) dont plusieurs jeunes locaux.
BlackwingedStilt_Technopole_20160815_IMG_4582_edited

Black-winged Stilt / Echasse blanche juv.

 

  • Vanneau éperonné (Spur-winged Lapwing): omniprésents, et comme d’habitude non comptés!
  • Grand Gravelot (Common Ringed Plover): 25 à 30 individus
  • Barge à queue noire (Black-tailed Godwit): peu nombreuse cette fois, il devait y avoir seulement une vingtaine d’oiseaux sur place, dont les premiers jeunes de l’année. A l’heure actuelle, la plupart de Barges à queue noire ont déjà du regagner leurs sites d’hivernage.
BlacktailedGodwit-Ruff-WoodSandpiper_Technopole_20160815_IMG_4567_edited

Black-tailed Godwit, Ruff & Wood Sandpiper / Barge à queue noire, Combattant varié & Chevalier sylvain

 

  • Chevalier culblanc (Green Sandpiper): un seul oiseau entendu, mais probablement plus nombreux dans les petites mares, non explorées lors de mon passage.
  • Ch. sylvain (Wood Sandpiper): peut-être bien une centaine, difficiles à estimer car éparpillés à travers le site et souvent partiellement cachés dans la végétation.
WoodSandpiper_Technopole_20160815_IMG_4603_edited

Wood Sandpiper / Chevalier sylvain

  • Ch. gambette (Common Redshank): au moins une vingtaine
CommonRedshank_Technopole_20160815_IMG_4584_edited

Common Redshank / Chevalier gambette juv.

  • Ch. stagnatile (Marsh Sandpiper): au moins 7 inds. cette fois, dont cet adulte qui se tenait suffisamment près pour la photo: à noter notamment le plumage très clair, le bec droit et fin, et les longues pattes jaunâtres.
MarshSandpiper_Technopole_20160815_IMG_4598_edited

Marsh Sandpiper / Chevalier stagnatile ad.

  • Ch. aboyeur (Greenshank): quelques individus isolés, donc probablement moins nombreux que l’espèce précédente alors qu’elle est bien plus abondante en hivernage et au printemps, lorsque les “stagnas” sont quasiment absents ici, préférant une voie migratoire plus orientale.
  • Ch. guignette (Common Sandpiper): au moins deux oiseaux

 

  • Tournepierre a collier (Turnstone): 2 adultes encore très colorés, sans doute lors d’une escale brève car le Technopole n’a pas beaucoup de pierres à retourner… on les retrouve bien plus sur les côtes rocheuses de la Péninsule du Cap-Vert.

 

  • Becasseau maubèche (Red Knot): un individu de cette espèce très peu fréquente ici – ce n’est que ma deuxième observation au Technopôle, et la première lors de la migration post-nuptiale. Le Maubèche vient de loin: Sibérie centrale! Réputé pour parcourir d’énormes distances en vol non-stop entre des sites d’escale bien précis (dont le Banc d’Arguin mais aussi l’Archipel du Bijagós en Guinée-Bissau), il n’est pas étonnant que ce bécasseau ne s’arrête qu’occasionnellement à Dakar.
  • B. sanderling (Sanderling): environ 45, pour la plupart encore en plumage nuptial.
  • B. minute (Little Stint): 25 à 30 individus
  • B. cocorli (Curlew Sandpiper): une quinzaine
  • B. variable (Dunlin): 2 adultes encore bien colorés, et un juvénile
  • Combattant varié (Ruff): comme il y a une semaine, probablement entre 300 et 400 individus, dont un individu bagué couleurs (bague rouge à droite, drapeau jaune à gauche avec une inscription à 2 chiffres difficilement lisible en raison de la distance… peut-être un oiseau de Biélorussie, d’après la liste de référence de l’International Wader Study Group). Les reprises de bagues ont déjà montré qu’au moins une partie des nicheurs de l’Ouest sibérien hivernent en Afrique de l’Ouest, donc une origine (biélo)russe ne serait pas trop étonnante.
Ruff_Technopole_20160815_IMG_4569_edited

Ruff / Combattant varié

 

Maintenant que les pluies ont bien commencé à Dakar (60 mm hier en moins d’une heure!) il faut s’attendre à ce que les conditions d’escale se détériorent dans les semaines à venir, le Technopôle faisant office “d’éponge” de la ville. On va donc essayer d’en profiter le plus possible, avant de tourner le regard vers l’océan pour le suivi de la migration des oiseaux de mer. Mais d’abord, on part à Palmarin pour le weekend: compte-rendu d’ici quelques jours!

 

 

Technopole early August

Back in Dakar after several weeks abroad, yesterday morning I paid a quick visit to our favourite local patch to see whether any interesting waders were around, and as usual Technopole didn’t disappoint.

Hundreds of waders of all sorts were frantically feeding on the main lake, which now has ideal conditions for most species. There were of course still loads of noisy Black-winged Stilts (including several locally fledged young) and the usual Spur-winged Lapwings and Senegal Thick-knees, but by now the number of migrant species has considerably increased compared to my previous visit at the end of June: literally hundreds of Ruff of a variety of colours and sizes (a rough yet conservative estimate suggests at least 400 birds), at least 50 Wood Sandpipers, about half as many Common Redshanks,  34 Black-tailed Godwits, about a dozen each of Common Ringed Plover, Curlew Sandpiper and Little Stint, 3 Sanderlings, 4-5 Whimbrels, 10 Marsh Sandpipers (a good count for the site), just a few Common Sandpipers and Greenshanks, and singles of Avocet and Kittlitz’s Plover. All in all, there must be at least 800 waders on site at the moment which makes for some exciting birding! No Bar-tailed Godwits, Grey Plovers or Dunlins yet but surely these will pass through in the coming days or weeks… and with a bit of luck a rarer species will turn up this autumn (last year’s Lesser Yellowlegs was found on Aug. 11th). Whether the conditions will remain suitable for waders in coming weeks will depend on the intensity of the rains, which are slowly starting here. So far, Dakar has experienced only a couple of showers, but that may change between now and the end of the month.

Technopole_Waders_20160806_IMG_4525

 

A flock of about 140 to 150 Greater Flamingos – a good count here – contained no less than 3 ringed adults, all with a white ring with a four-letter code starting with K: these must be French birds from 2013-2015, as per the information on the key to Flamingo rings on www.flamingoatlas.org. Details will be added once I receive them from the Tour du Valat station, which hopefully won’t take too long.

GreaterFlamingo_Technopole_20160806_IMG_4524

Part of the flock of Greater Flamingos / Flamants roses

 

The majority of terns were Sandwich (ca. 50) and Black Terns (25-30), with a few Common, two Royal and one Lesser Crested Tern among them. Nice to see the latter two species side by side as they can be tricky to id when it’s difficult to judge their size. The picture below was taken from quite a distance, but one can still just about make out all 5 species: a young Royal Tern on the left (note the yellow legs), the Lesser Crested Tern in the centre, a few Sandwich and an adult Royal (black legs). A 2nd summer Common Tern is mostly hidden by the 2nd and 3rd Sandwich Terns. The Black Terns were mostly sitting on the mud mounts in the background. Even fewer gulls were present, with just a handful of Slender-billeds and two Lesser Black-backed Gulls seen.

Technopole_Terns_20160806_IMG_4533

Royal, Lesser Crested, Sandwich & Black Terns / Sternes royales, voyageuse, caugeks et Guifettes noires

 

As I already mentioned, this was a brief visit, so I didn’t have time to explore the golf area or the wetlands and fields on the northern fringes of the main lake, and I didn’t get to see many species other than the aforementioned waterbirds. There were the usual Red-billed Queleas with many bright-coloured males, also Red-billed Firefinch, White-rumped Seedeater and a single male Sudan Golden-Sparrow, and of course the resident Greater Swamp Warblers and several more common passerines including Pied Crows, a pair of which decided to build a nest in a very exposed spot, right on top of this old lamp post:

Technopole_PiedCrowNest_20160806_IMG_4528

Pied Crow nest / Nid de Corbeau pie

 

Finally, as I was standing on the edge of the water watching the waders (and sweating profusely – it’s bloody hot in Dakar at the moment, already 30 degrees at 9am and a few rain drops while I was at Technopole), I got a glimpse of a fairly large lizard with bright orange flanks that I had never seen before as it was moving through dense grass right next to me. It turns out that it was, well, the aptly named Orange-flanked Skink (Mabuya perrotetii), which in the Common Reptiles of The Gambia (Barnett & Emms 2005; click title for PDF) is described as follows:

“This species is the largest skink in The Gambia and indeed, in the whole of Africa, growing to about 30cm in length. Females are a drabcoloured pale brown, whereas males in the wet season have a bright, almost fluorescent, orange stripe along each flank. This species appears to be active only during the wet season, perhaps spending the dry season months tucked away out of sight in termite or animal burrows. When the males emerge they can be very conspicuous with their bright flanks and are often seen scuttling quickly across roads. The Orange-flanked Skink appears to be common and widespread in The Gambia in a variety of habitats”

Fred and Etienne also saw the species recently, about a month ago near St. Louis – check out their story and see a superb picture of the skink here (in French).

Interesting, and definitely a nice change from the ever-present “Rainbow Lizards” (Agama agama)! Below a picture of our very own resident agame in one of his dull moments.

Agama_20160805_185459

La Réserve Naturelle Communautaire du Boundou

Une fois n’est pas coutume, voici un article sur un espace naturel remarquable à l’autre bout du pays: la réserve de Boundou. A l’occasion de la rédaction de la liste commentée des oiseaux de la réserve, Jean Delannoy, ancien “éco-volontaire” de Boundou, nous fait l’honneur de nous présenter le site et ses richesses naturelles.

Bonne lecture!

Bram

 

Gazelle à front roux

Red-fronted Gazelle / Gazelle à front roux (J. Delannoy)

 

La Réserve Naturelle Communautaire du Boundou s’étend dans l’Est du Sénégal sur plus de 120 000 ha. A cheval sur les départements de Goudiry et Bakel, elle vise à préserver les enjeux écologiques tout en favorisant le développement des populations locales. Elle est incluse dans le Schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles du Département de l’Isère (France) grâce à qui elle a vu le jour en 2008. Elle est aujourd’hui gérée par les représentants des collectivités territoriales locales, épaulés par les services compétents (Eaux, Forêts et Chasse, Parc National du Niokolo-Koba, Services vétérinaires…) et renforcés par un Volontaire de Solidarité International missionné par l’Isère. Celui-ci est en particulier chargé de l’accompagnement et de la réalisation des inventaires naturalistes, et de l’éducation à l’environnement auprès des différents publics : scolaires, élus, villageois, écogardes…

 

 

 

La connaissance des enjeux écologiques pour une meilleure prise en compte de ceux-ci fait partie des principales actions du plan de gestion de la réserve. Ainsi, ce ne sont pas moins de 210 espèces d’oiseaux et 27 espèces de grands mammifères ont été détectées en 2015-2016. La liste complète accompagnée d’une évaluation de l’abondance et du statut des espèces sur le site est disponible en cliquant ici.

Pour les espèces les plus emblématiques, on retiendra une forte présence du Bucorve d’Abyssinie Bucorvus abyssinicus, du Bateleur des savanes Terathopius ecaudatus et du Ganga quadribande Pterocles quadricinctus, ainsi que de nombreuses espèces de grands rapaces : Aigles fascié Aquila spilogaster, de Wahlberg Hieraatus wahlbergi, martial Polemaetus bellicosus, Circaètes brun Circuaetus cinereus et de Baudouin C. beaudouini

Aigle fascié (2)

African Hawk-Eagle / Aigle fascié (J. Delannoy)

 

L’espèce phare de la Réserve Naturelle Communautaire du Boundou est néanmoins un mammifère, la Gazelle à front roux Gazella rufifrons, classée Vulnérable sur la liste rouge de l’IUCN et peu présente au Sénégal. De nombreuses autres espèces, d’une abondance variable, ont également été notées, parmi lesquelles on peut retenir le Lion Panthera leo, le Léopard Panthera pardus, l’Hippopotame Hippopotamus amphibius ou encore le Ratel Mellivora capensis.

La présentation complète de la réserve est à retrouver sur le site de la réserve.

 

Ganga quadribande (2)

Four-banded Sandgrouse / Ganga quadribande (J. Delannoy)

 

Faucon chicquera (1)

Red-necked Falcon / Faucon chicquera (J. Delannoy)