A new species for Dakar (and Senegal!)

I didn’t think I’d ever write up a story on a bird that has always been one of the most common species around me, ever since I started looking at birds nearly 30 years ago… What’s more, it’s one of the most successful species ever, having spread across 4 continents in a remarkably short amount of time. Originating from southern Asia (it is said to have started spreading from the Indian subcontinent towards the north-west in the 1930s), it first conquered the Near East then all of Europe in a matter of a few years, and China in the other direction. North Africa was next, while a small introduced population in the Bahamas lead to the species taking over pretty much all of the US, in recent years spreading even into Canada and Central America, almost reaching South America… Its affinity with humans (they are rarely found more than a kilometer away from human settlements), high reproductive potential and ability to disperse and settle in new places, have allowed it to gradually conquer a great deal of the inhabited world.

CollaredDove_ParcdeHann_20160508_IMG_3205_edited

So far, the Eurasian Collared-Dove had not reached Subsaharan Africa, but that milestone has obviously been achieved in recent years. Indeed, it turns out that there is a small population in Dakar which up to now had gone unnoticed. And it likely would have remained undetected a bit longer, had I not checked out Dakar’s very own “Central Park” recently. I’d only been once before to Parc de Hann on a short Sunday afternoon family visit, a few months ago, and last week decided to head out there again to see what was about in terms of bird life, and just to get some fresh air (well, sort of…) with Jane, on a rare day off while the boys were at school.

Towards the end of our tour of the park, we heard a familiar sound – a singing dove which very much recalled the Collared Doves back home in Europe. But we moved on, thinking it probably was a local species (Mourning or Red-eyed Dove) with a slightly unusual song, or to be honest, not really thinking much of it at the time. But later that day it got me thinking, and I double-checked songs of all regularly occurring Streptopelias in the region. None have such a distinctive slow, tri-syllabic song (sort of “ooh-HOOO – hoo”)… but then again, Eurasian Collared-Doves aren’t supposed to be around, so I couldn’t imagine finding the species this far away from the nearest known sites in Mauritania. Intrigued, I returned back to the spot on Saturday morning after a routine Technopole visit (Yellow-billed Stork! Yellow-legged Gull! Long-tailed Nightjar!), Parc de Hann being only a mere 10 minutes away from Dakar’s prime birding hotspot.

Within minutes of arriving, I heard the same sound again and this time was convinced that it was a perfect match for Streptopelia decaocto… a first for Dakar and for mainland Subsaharan Africa! I found at least 3 birds, but only got a poor sound recording and no pictures… so decided to head back out on Sunday afternoon on another family afternoon out. Same story – quickly found one bird singing high up in a dead tree, and managed to get a few reasonable pictures as well as a short recording of that same bird. Another was singing on the opposite end of the central pond, which at the moment is full of various herons and egrets, Long-tailed Cormorants and African Darters but also Black CrakeBlue-breasted Kingfisher and Greater Swamp-Warbler (when I find a moment, I’ll write a little post on the birds of the park, which is really worth a visit at the moment since the large heronry is in full swing).

CollaredDove_ParcdeHann_20160508_IMG_3203_edited

Eurasian Collared-Dove / Tourterelle turque (click to enlarge)

 

Identification

The Eurasian Collared Dove (or should it maybe be called the Global Collared Dove?) is not a species that we associate with identification challenges back in the Northern Hemisphere, but here in Africa there’s a closely related species, African Collared-Dove, which is extremely similar, so it’s useful to highlight key ID features here.

Not the most flattering shot, but the picture below nicely shows the long bi-colored tail and especially the grey undertail coverts, without any contrast with the rest of the underparts. In African Collared-Doves, the lower belly and undertail coverts are distinctively paler, almost white, whereas the rest of the body is much as in the Eurasian Collared-Dove. The latter is also slightly larger and longer-tailed than its African cousin, but other than that there are very few if any useful field characters, and separating these two doves on plumage & structure is very tricky. I suspect that when both species are viewed side by side the differences in size, shape and colours may be reasonably obvious, but without direct comparison it surely is a tricky matter.

CollaredDove_ParcdeHann_20160508_IMG_3209_edited

Eurasian Collared-Dove / Tourterelle turque (click to enlarge)

The best ID feature is of course the song, which luckily is very different between the two species… and given that the Dakar birds were regularly singing this made their identification really pretty straightforward (and if it hadn’t been for their song, they probably would have gone unnoticed a bit longer!). I already tried describing the song earlier on, but the sonogram rendered below (thanks to Xeno-canto) nicely illustrates its structure, which is made up of three simple notes, typically uttered in series of 5 – 8 sequences each lasting about a second and a half (I only managed to record 4 sequences; listen to it here).

EurasianCollaredDove_ParcdeHann_20160508_sonogram

On hindsight, I’m wondering whether the dove that I saw a few months ago (16 & 18.12) from my balcony in Almadies really was an African Collared-Dove, as I didn’t check whether a wandering Eurasian Collared could be ruled out (it didn’t sing). Either way, it was a short appearance and so far the only time I’ve recorded a Collared Dove in Dakar, until the Hann sightings.

 

Origins… and destinations

I wonder of course how these birds got here. Would they have traveled all the way from the nearest breeding sites in Mauritania, or possibly from Saint-Louis where they may already be present for some time (but yet to be confirmed, as far as I know)? Or are they captive birds that were released or escaped? Or maybe even ship-assisted? One can only speculate of course, but the latter options seem rather unlikely given that I can’t imagine anyone here going through the trouble of importing Eurasian Collared-Doves, even more so in a country that holds another 4 species of closely related doves (African Collard, African Mourning, Vinaceous, Red-eyed), all of which are very or reasonably common. Or a dove jumping on a cargo ship in Europe or elsewhere and making it to Dakar in sufficient numbers to establish a breeding population, though why not. Of course I have no evidence yet that they are indeed breeding, but one can assume that they do, given that I easily found at least 3 different birds in a small area. Now if they came from Mauritania, then surely Saint-Louis and several other towns along the road to Dakar must already be inhabited – something to check out.

[Cool fact from AllAboutBirds.org: the origin of the US invasion is the Bahamas, where “several birds escaped from a pet shop during a mid-1970s burglary; the shop owner then released the rest of the flock of approximately 50 doves. Others were set free on the island of Guadeloupe when a volcano threatened eruption”]

In Africa, the Eurasian Collared-Dove first arrived in Suez in 1979 and (perhaps coming from the Iberian Peninsula) it went on to establish itself in Morocco (first sighted 1986) and Tunisia (1986 or 1991, depending on source); in Algeria the first record dates from 1994, and barely 3 years later, at the end of 1997, min. 130 birds were present in the eastern town where it was first sighted. Most likely it spread southward from Morocco where it is considered widespread and common since 1993-’98: it has now foot in the Canary Islands and possibly even the Azores (first recorded Sept. 2006), Mauritania (first recorded 1999, now well established in Nouadhibou and Nouakchott, among other locations – see the species’ page on the recently published online Atlas of the Birds of Mauritania), as well as the Cape Verde islands which were gradually colonised during 2006-2014 (with an old record of a bird at sea coming from a southwesterly direction, flying fast just above the water surface, and alighting at Pesqueirona, Sal, 9/4/96). The species is said to occur in the Aïr mountains in northern Niger according to a source from before 1990, but I could not find any more specific information on the occurrence in this part of the Sahara¹.

And now Senegal.

Where and when will their expansion ever stop? One could easily imagine that many of the major African cities – in particular coastal capitals – would gradually be colonised in coming decennia. From here, they may spread further south in the country and beyond, potentially reaching the large capitals of the Gulf of Guinea (Abidjan, Accra,…), thus following in the footsteps of the House Sparrow which now has even reached Brazzaville and Kinshasa (where I found several pairs with evidence of breeding just as recently as last January, and managed to dig up a couple of recent sightings posted online, but which so far had gone unnoticed).

The most up-to-date distribution map that I could find is the “live” map on e-bird, though admittedly it has many gaps as several regions (e.g. Central Asia, China) are not well represented,  but it definitely shows how widely the species ranges today, from Japan in the Far East all the way to Alaska, and from the tropics to beyond the Arctic Circle. This map comes close too².

eBird_Streptopeliadecaocto_map

 

One can only admire this unassuming little dove for its incredibly rapid range expansion – or invasion, depending on how you see this remarkable feat. All in a matter of less than a century. Curious to see where it will go next…

CollaredDove_ParcdeHann_20160508_IMG_3212_edited_small

 

¹ All I have is that it’s listed as part of the avifauna of the Aïr and Ténéré areas, still within the Sahara region (source: La réserve naturelle nationale de l’Aïr et du Ténéré (Niger): la connaissance des éléments du milieu naturel et humain dans le cadre d’orientations pour un aménagement et une conservation durables : analyse descriptive : étude initiale. MH/E, WWF & IUCN 1996). It’s listed there as a Palearctic migrant, but no further details are given; the likely original source is Les osieaux de l’Aïr et du Ténéré.  Série des Guides Touristiques no. 2.  RRNAT (Newby & Canney, undated).

² Additional references: Handbook of theBirds of the World Vol. 4; Birds of the Western Palearctic Concise Edition Vol. 1; Birds of West Africa 2nd ed.; Oiseaux d’Algérie (Isenmann and Moali, 2000); various country pages on the website of the African Bird Club. And many thanks to Frédéric Bacuez, Joost Brouwer, Peter Browne, Wim Mullié, and Paul Robinson for providing information and references!

 

Quoi de neuf au Technopôle?

Mon dernier post sur le Technopôle remontant déjà à plusieurs semaines, voici en quelques lignes – et images – les dernières nouvelles du site.

Rien d’exceptionnel à signaler, mais le Technopôle étant ce qu’il est on ne s’y ennuie jamais. Les migrateurs intra-africains, précurseurs des pluies à venir (encore 3 mois!), commencent à remplacer les migrateurs européens. Si ces derniers mois le regard était essentiellement tourné vers les limicoles, laridés et passereaux du Nord, aujourd’hui les vedettes étaient plutôt tropicales, avec l’arrivée d’une adulte et une jeune Tentales ibis, un mâle discret de Rhynchée peinte et 2-3 Martins-chasseurs à tête grise. Il doit s’agir de la 3e ou 4e observation – au moins – de la Tentale sur le site, et on peut s’imaginer que ces deux individus aient voyagé avec des Pélicans blancs venus du Djoudj.

Les martins-chasseurs, j’avais pu en observer déjà le 26/4/15, donc à quelques jours près exactement il y une année, une observation restée sans suite… nicherait-il dans les environs? La présence d’un individu le 12/8 dans un quartier résidentiel de Dakar et surtout l’observation d’un couple nourrissant deux jeunes Grands Indicateurs au Lac Rose les 8-9/8/15 suggèrent que ce martin-chasseur “partiellement migrateur” pourrait bien se reproduire en périphérie du Technopôle. En tout cas dans les années ’70, il était nicheur à Dakar (Morel & Morel). On pourrait se poser la même question concernant la Rhynchée, dont la reproduction sur la Presqu’île du Cap-Vert reste apparemment encore à prouver. Des observations plus ou moins régulières au Technopôle ces dernières années laissent en tout cas penser qu’un ou deux couples y résident et pourraient donc bien s’y reproduire.  Ajoutons encore l’observation d’un Souimanga cuivré les 17 et 24/4, à chaque fois d’un mâle au même endroit, et d’une famille de Râles à bec jaune le 30/4.

Le nombre de Pélicans blancs continue d’augmenter (au moins 250 hier 30/4) et les ardéidés sont toujours aussi nombreux, même si le nombre de Crabiers chevelus – dont certains en superbe plumage nuptial – a sensiblement diminué, tout comme les Hérons ardoisés d’ailleurs dont plus que quelques individus fréquentent encore le site. Environ 10% des Grandes Aigrettes arborent actuellement leur livrée nuptiale: où nichent-elles? En tout cas 4 Blongios nains, dont au moins un de la ssp. locale payesii, sont vus le 17/4.

SquaccoHeron_Technopole_20160417_IMG_3050

Squacco Heron / Crabier chevelu

Les Echasses blanches deviennent de plus en plus territoriales, mais je doute qu’elles n’arrivent à nicher cette année vu que le niveau d’eau est bien plus élevé que l’annee dernière lorsque le plan d’eau “ouest” était en grande partie à sec.

BlackwingedStilt_Technopole_20160328_IMG_2716

Black-winged Stilt / Echasse blanche

 

Il ne reste plus que quelques Chevaliers sylvains, aboyeurs et guignettes, mais toujours bon nombre de Bécasseaux minutes et sanderlings, tout comme les Grands Gravelots. Deux Barges à queue noire vues les 17 & 24/4 sont peut-être des oiseaux immatures qui passeront leur premier été dans la région, alors qu’une Barge rousse pourrait bien être une retardataire en route pour ses terres de nidification lapones. Globalement, les effectifs et la diversité d’espèces sont toutefois moins importants que l’an dernier à la même époque, lorsque Pluviers argentés, Tournepierres, des Bécasseaux maubèches et de Temminck (les deux espèces à l’unité) et même un Pluvier dominicain (bronzé) étaient présents fin avril/début mai. En parlant d’américains… cela fait bientôt un an que la Mouette de Franklin n’a plus été revue ici: seraient-elles enfin reparties sous des cieux plus familiers pour cette espèce? En 2011-2014 il y a eu en tout cas 5 individus différents, avec des observations régulières à toute saison (max. de 4 ensemble le 1/7/13) – j’avais eu la chance d’en voir 2 avec Paul Robinson lors d’une visite en juillet 2012, puis de nouveau l’an dernier lorsqu’un adulte était présent les 15/3 et 3/5/15.

Toujours dans la catégorie des migrateurs, des Martinets noirs – espèce étonnamment peu vue à Dakar – et Hirondelles rustiques sont vus à l’unité les 17 et 24/4, respectivement, à chaque fois en vol vers le Nord-Est donc certainement en migration active.

L’évènement le plus marquant fut sans doute la découverte d’un nid actif de Faucons chicqueras il y a 2 semaines, nid contenant au moins 2 jeunes déjà de taille adulte et sans doute proches de l’envol. Leurs cris de quémande incessants et les va-et-vient réguliers des parents font que la famille passe difficilement inaperçu – quel contraste avec la discretion qui a regné les semaines précédentes, quand personne (ou presque*)n’a remarqué ce nid pourtant situe à quelques dizaines de mètres seulement du nid de Vautour charognard dont je vous parlerai dans un post à venir.

RedneckedFalcon_Technopole_20160417_IMG_3067

Red-necked Falcon / Faucon chicquera juv. (le 17/4)

Red-necked Falcon / Faucon chiquera

Red-necked Falcon / Faucon chicquera juv. (le 24/4)

J’avais bien des soupçons comme quoi ce petit faucon pourrait nicher dans le coin, ayant régulièrement vu des oiseaux isolés et une fois un couple présumé, mais leur comportement discret a été tout à fait efficace… jusqu’au moment où les jeunes sont devenus bien trop bruyants pour passer inaperçu! Si on suppose un envol imminent, on peut déduire une ponte autour de la mi-février (le fameux Handbook of the Birds of the World, Vol. 2, fait état d’une durée d’incubation de 32-35 jours et d’une émancipation des jeunes à l’âge de 35-40 jours). Le nid, probablement un ancien nid de Corbeau pie, se trouve dans un des cocotiers – emplacement tout à fait typique pour cette espèce – à deux pas du Club House.

Red-necked Falcon / Faucon chicquera

Red-necked Falcon / Faucon chicquera ad. (m.?)

Le Faucon chicquera est assez courant à Dakar; j’en vois de temps à autre dans le quartier des Almadies mais aussi le long de la Corniche Ouest, notamment à Ouakam. C’est un oiseau typiquement inféodé aux savanes parsemés de palmiers à huile ou de cocotiers, mais aujourd’hui il semble s’être bien adapté aux environnements urbains. Au point où on les voit parfois se poser (et nicher?) sur les palmiers artificiels faisant office d’antennes-relais du réseau de téléphonie mobile. Apparemment, ce n’était pas toujours le cas car à l’époque de Morel & Morel, soit dans les années ’60-’80, l’espèce n’était pas du tout connue de la région dakaraoise. L’implantation de ce petit faucon dans la capitale serait donc assez récente. Leur présence en pleine ville ne se limite d’ailleurs pas à Dakar: dans la sous-région, j’en ai vu notamment à Bamako (station de Sotuba) et à Ouagadougou (Forêt urbaine de Bängr-Weogo).

StriatedHeron_Technopole_20160417_IMG_3058

Striated Heron / Heron strié

 

* update du 3/5/16: entre-temps j’ai pu trouver cette photo faite par Etienne Henry le 6 mars dernier. On y voit l’un des adultes avec ce qui semble être des poussins fraichement eclos, ce qui impliquerait une ponte dans les premiers jours de février.

Les oiseaux de Toubab Dialaw

ToubabDialaw_Sunrise_20160415_070145

Deux brefs séjours récents dans la brousse derrière le village côtier de Toubab Dialaw ont révélé un site fort intéressant pour les oiseaux, tout près de Dakar, même si aux premiers abords la zone ne semble pas présenter d’intérêt bien particulier. Les environs immédiats du village sont semblables à tant d’autres villages proches de Dakar: des maisons a moitie construites et des murs délimitant les terrains réservés au béton à perte de vue, entrecoupes de brousse surpâturée. Une combinaison intéressante de cultures, savane arbustive parsemée de baobabs, plantations de manguiers et un minuscule point d’eau dans un lit de ruisseau autrement à sec font qu’il y a une bonne diversité d’oiseaux.

Certains se retrouvent ici en limite septentrionale de leur aire de distribution au Sénégal, tels que la Pintade de Numidie, la Poule de roches, le Merle africain ou encore le Cossyphe a tète neigeuse. A l’opposé, d’autres atteignent ici plus ou moins la limite méridionale de leur aire de répartition régulière, comme l’Agrobate roux et les sympathiques Colious huppés. Les observations du merle et du cossyphe sont plutôt étonnantes et des premières pour moi dans la région. En effet, Morel & Morel (1990) indiquent que la première semble plutôt rare ou très localisée au nord de la latitude 14°N (“Du N jusqu’au 14°30N, statut incertain et statut rare ou très rare”), alors que la 2e est “rencontre[e] sporadiquement dans la région de Dakar dans les dépressions a Palmiers a huile”; on s’attendrait plutôt a les voir plus tard en saison ici, à l’approche des pluies.

S’y ajoutent plusieurs espèces intéressantes liées à la savane et aux baobabs: Autour sombreIrrisor moqueurGrand-Duc de VerreauxRollier variéMartinet d’UsherPic goertanHirondelle des mosquéesTraquet fourmilierCratérope à tête noireErémomele du SénégalPririt du SénégalMoineau doréVeuve à collier d’or,… L’Alouette chanteuse, peu rencontrée sur la côte, a été vue en septembre près de l’hôtel Pierre de Lisse, tout comme le Coucou didric, le Brubru africain, la Corvinelle à bec jaune, le Sporopipe quadrillé  ou encore le Serin à croupion blanc.

 

ChestnutbelliedStarling_ToubabDialaw_20160413_IMG_3018

Chestnut-bellied Starling / Choucador à ventre roux

A la mi-avril, le flot de migrateurs se faisait déjà bien plus discret qu’un mois auparavant, avec juste quelques espèces observées en escale ou, pour les Hirondelle de fenêtre, en migration active: Huppe fasciéeRougequeue à front blancHypolaïs obscurePie-grièche à tête rousse.

Mais il n’y a pas que les oiseaux! Deux Loups d’Afrique (Canis anthus) sont vus le 27 à l’aube dans les champs derrière les collines, et les terrains du Centre Mampuya sont fréquentés par le Lièvre du Cap (Lepus capensis), l’Ecureuil fouisseur (Xerus erythropus), les Singes rouges “patas” (Erythrocebus patas) et les Singes verts (Chlorocebus sabaeus). Ces derniers sont également vus dans les plantations de manguiers. L’individu ci-dessous se trouvait en haut d’un immense baobab à Mampuya.

GreenMonkey_ToutbabDialaw_20160414_IMG_3028

Green Monkey / Singe vert

 

Les Chaméléons du Sénégal (Chamaeleo senegalensis) semblent courants dans le coin, à en croire les deux individus observés dans un jardin – encore faut-il les trouver!

SenegalChameleon_ToubabDialaw_20160327_134209

Senegal Chameleon / Chaméléon du Sénégal

 

Pour ceux qui passeraient dans le coin, j’ai résumé les sites d’observation autour de Toubab Dialaw sur la carte ci-dessous.

ToubabDialaw_Carte

  • Tout d’abord la brousse très bien préservée du Centre Mampuya “éco-solidaire”, situe sur l’une des collines de roche volcanique: riche en espèces, elle couvre une zone de plusieurs hectares avec de nombreux sentiers. Normalement pas librement accessible, et l’hébergement y est possible seulement dans le cadre d’ateliers ou retraites en groupe, mais il doit être faisable d’organiser une visite pour découvrir ce site très agréable.
  • La petite oasis de l’étonnant Theatre de l’Engouement attire toute une série d’oiseaux, notamment autour de la petite mare dans le lit de ruisseau qui traverse la zone. C’est là que j’ai pu observer le Merle africain et le Cossyphe à tête neigeuse, 3 espèces de souimangas, un Chevalier guignette, les Cratéropes à tête noire (une ou deux troupes fréquentent Mampuya), le Grand-Duc de Verreaux (dans les baobabs en amont du verger de manguiers), etc.
  • La “lagune” ou plutôt l’embouchure du ruisseau est à sec la plupart de l’année, mais en septembre, pendant les pluies, le site était fréquenté par quelques limicoles et laridés. En septembre dernier, s’y trouvaient des Chevaliers aboyeur, guignette, culblanc et gambette, Courlis corlieux, Grands Gravelots et Bécasseaux minutes. Accessible depuis la piste de Toubab à Ndayane/Popenguine.
  • En continuant en direction du sud le long de cette piste, on passe devant l’hôtel Pierre de Lisse, dont le terrain arboré semble très attractif pour les passereaux migrateurs comme l’Hypolaïs obscure, Pie-grièche a tête rousse, Gobemouche gris etc. Egalement vus ici (en septembre), l’Epervier shikra et le Faucon chicquera.
Cutthroat_ToubabDialaw_20160327_IMG_2634

Cut-throat / Cou-coupé

 

 

Enfin, voici une liste d’espèces enregistrées pendant nos 4 visites au cours de ces 12 derniers mois:

  • Poule de roches / Stone Partridge (le chant très caractéristique, émis tous les matins et soirs: XC309471)
  • Vanneau à tête noire  / Black-headed Lapwing (cris: XC312537)
  • Tourtelette améthystine / Blue-spotted Wood-Dove (chant d’un oiseau vu en septembre dernier: XC279101)
  • Coucal du Sénégal / Senegal Coucal (cris d’un adulte venant au bord de la mare: XC309475)
  • Barbion à front jaune / Yellow-fronted Tinkerbird (les deux variantes du chant monotone de cette espèce: XC312542 et XC309477)
  • Alouette chanteuse / Singing Bush Lark (chant: XC279102)
  • Pririt du Sénégal / Senegal Batis (cris: XC312539)
  • Tchagra à tête noire / Black-crowned Tchagra (chant et cris: XC312536)
  • Gonolek de Barbarie / Yellow-crowned Gonolek (l’etonnant duet typique d’un couple, comme toujours parfaitement synchronise: XC312540)
  • Hypolais obscure / Western Olivaceous Warbler (chant enregistre en mars 2015:
    XC217113 et cris d’un migrateur le mois dernier: XC309353)
  • Craterope à tête noire / Blackcap Babbler (cris de contact d’un petit groupe: XC309354)
  • Choucador à oreillons bleus / Greater Blue-eared Glossy Starling (cris: XC312538)
  • Agrobate podobé / Black Scrub Robin (chant: XC312731XC312732XC312733, cris supposes d’alarme: XC312909)
  • Agrobate roux (mineur) / Rufous-tailed (“African”) Scrub Robin (chant, à comparer avec celui des podobés: XC312727)
  • Souimanga à poitrine rouge / Scarlet-chested Sunbird (cris: XC309478)
  • Moineau gris / Northern Grey-headed Sparrow (cris: XC312722)
  • Tisserin gendarme / Village Weaver (le bruit de la colonie de l’hotel Pierre de Lisse: XC279100)
  • Cordon-bleu à joues rouges / Red-cheeked Cordon-bleu (cris: XC312724)
  • Serin du Mozambique / Yellow-fronted Canary (chant: XC309473)

 

Trip up North: Gandiol & the “PNLB” (30/3-3/4)

Last week’s school holidays and a cancelled road trip to the Gambia and Casamance (border closed to road traffic!) were a perfect opportunity to return to the Gandiol area, just south of Saint-Louis. We first stayed a couple of nights at the pleasant Niokobokk guest house, then 2 nights camping at our favourite Zebrabar. Rather than writing a long report, here’s an overview in pictures, in chronological order:

Thursday 31/3

  • Acacia bush between Gandiol village and Niokobokk: a Brubru (more heard than seen), a Yellow-billed Oxpecker feeding between a donkey’s ears, a busy pair of Northern Crombecs, 1 or 2 Woodchat Shrikes, numerous Common Whitethroats, several Common Redstarts, etc.
NorthernCrombec_Gandiol_IMG_2738_edited

Northern Crombec eating ants / Crombec sittelle mangeant des fourmis

Yellow-billedOxpecker_Gandiol_IMG_2731_edited.jpg

Yellow-billed Oxpecker on a donkey’s head / Piqueboeuf à bec jaune sur la tête d’un âne

 

  • Niokobokk: A probable Iberian Chiffchaff in the garden of the guest house. Poor picture, but the well marked supercilium, whitish belly, pale legs (compared to Common Chiffchaff), shortish primary projection(compared to Willow Warbler) are more or less visible here. Unfortunately this bird didn’t call or sing, so I’m not 100% certain about this bird’s ID even if plumage, location and date all point in the Iberian direction.
IberianChiffchaff_Gandiol_IMG_2750_edited.jpg

Probable Iberian Chiffchaff / Pouillot ibérique

VitellineMaskedWeaver_Gandiol_IMG_2771_edited.jpg

Black-headed Weaver / Tisserin à tête noire

 

  • Guembeul reserve: Daniel, Charlie and I paid an afternoon visit to Guembeul, where we were met by local guide Pape who just like on our first visit last year was very enthusiastic and obviously quite knowledgeable about the area’s bird- and wildlife. Of interest were +250 Avocets, a single Lesser Flamingo, +60 Greater Flamingos, 2 Little Terns… but also Warthog, Patas Monkey, Striped Ground Squirrel on the mammal front.

Friday 1/4

  • An entire morning out in the field with Frédéric Bacuez, Saint-Louis resident (well, almost!) birder and blogger, was undoubtedly the highlight of the trip. Fred’s knowledge of the birdlife and more generally of the biodiversity, geography and culture of the region is unique, making it was most definitely a privilege to be out birding together. Even more so because our excursion was highly successful in finding our main target: the little-known and elusive Little Grey Woodpecker, of which Fred recently found an active nest in an impressive baobab, somewhere in the “arrière-pays gandiolais” south of the Guembeul special fauna reserve. His blog Ornithondar contains a number of posts on this find, including a comprehensive report of our excursion together. It only took a short wait for the tiny Sahelian Woodpeckers as they are sometimes called to appear near their favourite tree.
Little Grey Woodpecker / Pic gris

Male Little Grey Woodpecker / Pic gris mâle

We enjoyed watching, photographing and recording a fine adult male with a female or young bird, staying closely together while feeding in the acacia trees. After a while, the latter flew onto the branch containing the nest hole. As it approached, just before entering the cavity, another young or female left the nest: it seems that the local family continues using their nest hole even after the young have fledged.

LittleGreyWoodpecker_Gandiolais_IMG_2855

Female-type Little Grey Woodpecker near nest / Pic gris type femelle, près du nid

 

A recording of the male calling loud & clear followed by constant softer contact (or begging?) calls is available on Xeno-canto. Seems that my recording is the only one that is publicly available, as the species was so far not represented in the extensive sound library, neither is it available in the AVoCet nor the Macaulay libraries.

A supporting act of various Palearctic passerines – Common Whitethroats everywhere, a single Subalpine Warbler, Orphean Warbler, Common Redstart, Bonelli’s Warbler – and a few “good” local species – Chestnut-bellied Sandgrouse, Little Tern (a presumed pair performing their aerial display), Little Green Bee-eater, Senegal Batis – further made our mourning out all the more enjoyable. A quick stop at the sewage ponds on the way back from Saint-Louis added a few more to the list, in particular River Prinia and Greater Swamp Warbler.

RufousScrubRobin_Gandiol_IMG_2868_edited.jpg

“African” Scrub-Robin / Agrobate “mineur” (ssp. minor, sometimes split from Rufous Scrub-Robin)

 

Saturday 2/4

  • Parc National de la Langue de Barbarie (aka PNLB): the usual suspects around Zebrabar: a good diversity of waders of all sorts (Oystercatcher, Grey PloverCurlew Sandpiper, Little Stint, Curlew and Whimbrel, etc.), noisy Royal, Caspian, Gull-billed, Sandwich and Common Terns; Slender-billed, Grey-headed and Lesser Black-backed Gulls; Brown Babbler; Western Olivaceous WarblerLittle Weaver.
LittleGreenBee-eater_PNLB_IMG_2958_edited

Little Green Bee-eater / Guêpier d’Orient

 

  • Gandiolais bush east of Mouit village: a late afternoon visit produced another Orphean Warbler, at least a dozen or so Common Whitethroats feeding for the most part on “prickly pear cactus” (Barbary Fig), more Sudan Golden Sparrows, and so on.
SudanGoldenSparrow_Gandiolais_IMG_2980_edited.jpg

Sudan Golden Sparrow / Moineau doré du Soudan

 

Sunday 3/4

  • A quick early morning walk around Zebrabar produced more of the same, plus an adult Peregrine Falcon (one of very few raptors seen in the area), another White Wagtail, more Senegal Batises, and a Bar-tailed Godwit to mention but a few.

 

  • The return journey to Dakar took us once again through vulture country: from Potou to roughly Mboro, sightings of Hooded, White-backed and to a lesser extent Ruppell’s Vultures were fairly regular albeit in small numbers. Also seen were a roadside European Roller – a nice change from the common Abyssinian Roller – and several Mottled Spinetails between Kebemer and Mboro. A quick stop near one of the small Mboro lakes, pictured below, provided a snapshot of the potential of this area which I hope to explore more in coming weeks or months: an impressive density of African Swamphen, African Jacana, and Moorhen was remarkable, while a White-faced Whistling Duck, a pair of Little Grebes, an Intermediate Egret, Squacco Heron, a Black-headed Heron, Black-winged Stilt, Wood Sandpiper, and Palm Swift added more flavour. The Black-headed Heron was all the more surprising as this was the 2nd of the trip, after one flying over the new Lompoul road on our way northward, while the species is not known to regularly occur in the Niayes stretch between Dakar and the Senegal River. Also on the way up on 30/3, a pair of Bearded Barbets near Gokho village (north of Lac Tanma) was of interest as there are apparently few records this far north.

Mboro_IMG_3012

All in all, about 135 bird species were seen during this trip, once again confirming the sheer diversity of this part of Senegal.

 

Spring migration at Ngor (25.03)

Quick stop at the Calao terrace this morning (8:45-9:30) to see what’s on the move at the moment. Spring migration has obviously picked up, or at least it was more visible today compared to last Sunday, with the majority of birds flying north or north-east.

  • Cape Verde Shearwater: 2+1 birds flying NE at fairly close range
  • Scopoli’s Shearwater: at least one, probably belonging to this species, feeding out at sea
  • Northern Gannet: at least 80, the majority of which flying NE. As usual a mix of all possible ages with very few full adults in the lot.
  • Pomarine Skua: 3 immatures flying past in different directions, and 9 adults slowly following a fisherman’s pirogue
  • Arctic Skua: 3 birds, including one nice adult
  • Lesser Black-backed Gull: 7, all towards the NE
  • Sandwich Tern: +50 flying NE, some feeding at sea
  • Lesser Crested Tern: 3 NE
  • Royal Tern: 3 NE
  • Arctic Tern: 20-40 NE, difficult to count because often flying low over the water (possibly also some Common Terns among them)

Also present were one of the usual Peregrines on the Ngor Diarama hotel, an Osprey, Whimbrel and Common Sandpiper.

IMG_2609_Ngor

Hazy view from Le Calao towards Ngor island

 

Meanwhile in Almadies, I had a garden tick with 11 Chestnut-bellied Starlings flying rapidly past, but easily recognisable thanks to their diagnostic pale wing patches. A garden tick? If you’re unfamiliar with the term and think I’m referring to parasitic arthropods, then here’s a good read: The Garden List (and like Nigel, I tend to take the more liberal view of counting anything that’s visible from my garden – or in this case balcony).

Little Bee-eaters have reappeared in recent days, one Hooded Vulture was patrolling the area while noisy Senegal Parrots and Western Plantain-eaters mostly remained invisible today. And the usual little jobs are around of course: African Silverbill, Red-billed Firefinch, Variable and Beautiful Sunbirds, Black-headed Weaver, Tawny-flanked Prinia.

 

SenegalParrot_Dakar_20160307_IMG_2439

Senegal Parrot / Perroquet youyou (picture taken from our balcony a couple of weeks ago)

 

 

Guereo & La Somone, 18-19 mars

Voici un désormais presque classique compte-rendu des obs les plus marquantes faites pendant le weekend dernier, en l’occurrence aux alentours du lodge des Manguiers de Guereo. On y était déjà passés le mois dernier lorsque Boris et moi avons pu explorer la lagune de Somone et la réserve de Popenguine. Cette fois j’ai plutôt parcouru la brousse directement derrière le lodge, le long du rivage nord de la lagune.

Un petit tour en fin de journée après notre arrivée permet de retrouver une partie des mêmes espèces déjà vues le mois dernier: Barbican de Vieillot et Barbion à front jauneGuêpier nainPintade de Numidie, les deux espèces de calaosChoucadors à longue queue, à oreillons bleus et à ventre rouxPie-grièche à tête rousseCorvinelle à bec jaune etc. Egalement une bande d’une cinquantaine d’Astrilds cendrés se nourrissant dans les hautes herbes, une petite troupe de Moineaux dorés, un Traquet motteux, deux Autours sombres, puis surtout une belle surprise tout à fait inattendue: en longeant le périmètre extérieur du lodge alors qu’il commence déjà à faire nuit, je lève deux Courvites à ailes bronzées! Une coche pour moi d’un oiseau réputé difficile à trouver, non seulement du fait de ses discrètes habitudes crépusculaires et nocturnes, mais également en raison de son nomadisme. L’espèce affectionne particulièrement les terrains récemment brûlés (c’était le cas ici!), se reposant à l’ombre d’un buisson pendant la journée et restant alors la plupart du temps invisible.

L’un d’eux se pose à faible distance tandis que l’autre atterrit hors de vue dans les broussailles du jardin. J’ai alors tout loisir d’observer cet oiseau dans le détail et je tente quelques photos qui malgré la faible lumière ne ressortent pas trop mal. Le lendemain à l’aube, je les retrouve au même endroit. Cette fois la luminosité est encore pire donc je n’ai que quelques photos floues, mais on y voit une nette différence de coloration entre les deux oiseaux, peut-être aussi une différence de taille: seraient-ce un adulte et un jeune? Difficile de l’affirmer à coup sûr car je n’ai pas de photos montrant le dos et les ailes (qui chez un jeune auraient encore des lisérés sombres aux couvertures). Je n’ai pas trouvé de références à un éventuel dimorphisme sexuel, et il n’y a que peu d’images de juvéniles disponibles sur le web donc aucune certitude sur l’âge de ce 2e oiseau.

20160318_BronzewingedCourser_Guereo_IMG_2535_small

Bronze-winged Courser / Courvite à ailes bronzées

20160318_BronzewingedCourser_Guereo_IMG_2549_small

Bronze-winged Coursers / Courvites à ailes bronzées

Consultant le Birds of West Africa (Borrow & Demey), je constate que ce courvite, contrairement au Temminck, serait absent du quart occidental du pays – il n’y a qu’une petite croix rouge indiquant une observation isolée, sur la Petite Côte. Selon Morel & Morel, dans le nord du pays ce courvite est un “visiteur de saison des pluies assez commun en saison des pluies ; peut-être tout le territoire, selon les saisons […]”; Rodwell & Sauvage rapportent une observation d’un couple en mars 1990 à Mbour, donc non loin et à la même époque de l’année que l’observation relatée ici. Wim Mullié l’a vu une fois près de Toubab Dialaw, soit une dizaine de kilometres plus au nord, et bien sûr ailleurs au Sénégal (dont le Saloum), mais je n’ai pas retrouvé d’autres observations de la côte¹. En Gambie, Clive Barlow mentionne la présence de l’espèce sur au sud de l’embouchure du fleuve, et me dit qu’il y a des indices de mouvements saisonniers (observations dans des jardins d’hôtel ou d’oiseaux ayant percuté des fenêtres à Banjul). C’est d’ailleurs Clive qui a pu documenter le premier cas de nidification en Sénégambie, relaté dans une note brève dans le Bulletin de l’ABC 9.2 (2002). Le nid, trouvé en février 2002 en Gambie, était situé sur un terrain ravagé par un feu de brousse un mois auparavant: les similitudes en termes de saison et de biotope avec la donnée de Guereo sont frappantes. On peut donc supposer que le Courvite à ailes bronzées soit regulier, peut-être même en tant que nicheur, sur la Petite Côte et probablement jusqu’au Saloum.

Pour clore ce petit chapitre des courvites, ajoutons encore une photo du biotope, justement: les oiseaux se tenaient le long de la haie au centre de la photo. Le terrain a été brûlé il y a 6 semaines environ “pour protéger les plantations de manguiers des feux de brousse.”

20160319_Guereo_IMG_2587_small

 

Je continue donc ma balade matinale en direction de l’amont de la lagune. Deux Spatules blanches passent en vol, quittant la lagune peu après l’aube: sont-elles en route vers l’Europe? S’ajoutent encore à la liste une bande d’Irrisors moqueurs agaçant un Autour sombre, un Faucon pèlerin adulte transportant une proie que j’identifie comme Tourterelle mailléeVanneaux à tête noire et bien sûr éperonnés, etc. Surtout, j’arrive enfin à faire quelques enregistrements corrects car il n’y a que peu de vent ce matin, à écouter sur xeno-canto.

20160319_YellowbilledShrike_Guereo_IMG_2572_small

Yellow-billed Shrike / Corvinelle à bec jaune

 

La deuxième surprise du séjour proviendra d’un petit passereau terne et discret, que je prends d’abord pour une Hypolaïs obscure, mais en l’observant je vois rapidement que l’oiseau ne cesse de hocher la queue: il doit donc s’agir d’une Hypolaïs pâle, espèce beaucoup moins fréquente en Afrique occidentale. Je tente de prendre des photos et des sons, qui me permettent plus tard de confirmer mon identification. Rien que le mouvement de la queue, très régulier, est tout à fait caractéristique et le distingue des Hypolaïs obscures dont la structure et le plumage sont très proches. J’ai eu la chance de pouvoir saisir deux clichés montrant ce hochement, permettant de simuler le mouvement (image du bas). D’autres caractères moins évidents sont également visibles: bec plus fin, lisérés clairs au secondaires formant une plage alaire pâle, plus ou moins bien visible selon la position de l’oiseau, queue relativement courte, petite tache noire devant l’oeil (visible sur certaines photos uniquement). Si le chant diffère entre les deux espèces, le cri – un tchac ou tchec assez doux mais insistant, régulièrement émis pendant que l’oiseau se nourrit dans les buissons – est très similaire sinon identique à celui de l’obscure.

20160319_EasternOlivaceousWarbler_Guereo_IMG_2559_small

Eastern Olivaceous Warbler / Hypolaïs pâle

7iJQTJ

Eastern Olivaceous Warbler showing tail-wagging movements / Hypolaïs pâle montrant le mouvement de la queue

Qu’en est-il au juste de la répartition de ce taxon au Sénégal? Peu d’observations sont connues, si bien que beaucoup de cartes de répartition n’incluent pas le pays ni même la partie occidentale de l’Afrique de l’Ouest. Les Morel font état de deux captures de la sous-espèce reiseri (celle qui niche en Afrique du Nord-Est et dont certains hivernent en Sénégambie), mais Borrow & Demey n’incluent pas la Sénégambie dans l’aire d’hivernage alors qu’il existe plusieurs observations documentées, notamment des captures en Gambie. Il n’y a à ma connaissance que l’excellent Reed and Bush Warblers (Kennerley & Pearson 2010) dont la carte de répartition – avec délimitation des sous-espèces de surcroît – paraît correcte pour la région.

Les buissons où se tenait l’hypolaïs étaient fréquentés par plusieurs autres passereaux en hivernage ou en escale ici: un Pouillot véloce, 2-3 Rougequeues à front blanc, une ou deux Fauvettes grisettes. Mais il est temps d’avancer…

Côté lagune, une brève visite prés de l’embouchure permet d’estimer (à la louche!) 350-400 Sternes royales, au moins 20 caugeks, 70 Goélands railleurs, 150 bruns, 20 Mouettes à tête grise, et au moins 2 Mouettes rieuses et 2 Sternes hansel – tous aussi bruyants les uns que les autres. Les Sternes royales, bien qu’elles ne soient pas nicheurs ici, paradent à volonté. Dans la vasière, quelques Pluviers argentés, Barges rousses,  Chevaliers aboyeurs et gambettesCourlis corlieux et un Courlis cendre sont les seuls limicoles à se montrer. Ici, la surprise provient de 5 Grues couronnées vues brièvement survoler la lagune au milieu de laquelle elles semblent se poser. Cette espèce emblématique, au statut de conservation Vulnérable selon la Liste Rouge de l’IUCN, n’est sans doute que de passage en très petit nombre sur la Petite Côte et dans les régions de Dakar et Thiès, à en croire la poignée d’observations dont nous avons connaissance.

 

20160319_WesternRedbilledHornbill_Guereo_IMG_2554_small

Western Red-billed Hornbill / Calao occidental

 

¹ Entre-temps (le 4/5/16) j’ai tout de même trouvé cette observation faite par Etienne Henry qui a photographié un Courvite à ailes bronzées le 17/10/13, aussi à la Somone (“du côté “sec” de la lagune, à l’est, pas très loin de la piste qui mène au Dalaal Diam”).

Oiseaux marins et encore le Technopôle

Profitant d’une pause dans mon calendrier de voyages professionnels, j’ai eu plusieurs opportunités pour visiter mes sites favoris à Dakar ces derniers temps. Tout d’abord donc quelques news rapides du Technopôle, site visité l’après-midi du 27/2 en compagnie de Frédéric en visite depuis Saint-Louis (voir son blog Ornithondar), Jérémy fraîchement arrivé de la Haute-Savoie, et Etienne de Ouakam; puis dimanche matin 6/3 avec Geoffroy. Entre ces deux visites, le nombre de limicoles a doublé, avec hier une centaine de Becasseaux minutes, quelques cocorlis, env. 80 Chevaliers aboyeurs, une quarantaine de Grands Gravelots et Combattants, etc.

Au moins un Blongios nain se montre bien dans un bout de roselière: vu les tons roux prononcés au cou il s’agit visiblement d’un oiseau de la ssp. africaine payesii, apparemment peu signalée au Sénégal. Une cinquantaine de Spatules blanches fréquentent le site actuellement, malheureusemnt trop loin pour lire les bagues des 2-3 individus décorés. Un regroupement d’au moins 25 Herons ardoisés fait exploser mon petit record local d’une dizaine d’oiseaux à peine. La présence d’au moins 6 Sarcelles d’été cachées dans la végétation suggère un faible passage ici au printemps.

LittleGull_Technopole_20160603_IMG_2388

Little Gull / Mouette pygmee

Côté Laridés, nous avons la chance de découvrir une Mouette pygmée de 1er hiver, au plumage bien use, parmi les Mouettes rieuses et à tête grise, les Goélands railleurs, Goélands bruns et autres Sternes caspiennes. En limite méridionale de son aire d’hivernage, cette espèce est visiblement rare à Dakar, aussi bien pendant l’hiver paléarctique qu’en automne (vue seulement 2 sur 9 sessions de seawatch en octobre et début novembre, entre 1995 et 2008). Pareil autour de Saint-Louis, où la Mouette pygmée n’est notée qu’occasionnellement. Plus classique, une Mouette mélanocephale se trouvait également dans le tas, là aussi un oiseau de 1er hiver.

Les Phragmites des joncs chantent toujours de maniere aussi assidue, alors qu’un Rougequeue à front blanc était probablement seulement en escale, l’espèce n’hivernant pas sur ce site.

Il y a comme toujours des dizaines de Milans d’Afrique qui tournent dans la zone, dont voici cet oiseau que nous avions d’abord pris pour un Milan noir (l’œil foncé indique un oiseau immature donc de 2e année en ce moment, d’où le bec sombre)

BlackKite_Technopole_20160603_IMG_2396

Yellow-billed Kite / Milan d’Afrique

…à comparer avec cet adulte au bec jaune bien marqué:

YellowbilledKite_Technopole_20160603_IMG_2389

Yellow-billed Kite / Milan d’Afrique

 

On quitte cette incroyable zone humide urbaine pour cette fois tourner le regard vers la mer, d’abord avec Frédéric et Jérémy depuis le Club Calao (27/2) et depuis l’île de Ngor et le Calao (28/2), puis le 4/3 depuis le golf du Meridien à la Pointe des Almadies. Les oiseaux les plus en vue en ce moment sont les Fous de Bassan, avec en tout cas une soixantaine pêchant devant les côtes, en nombre et mouvements variables d’un jour à l’autre. Les Labbes pomarins (max. +25) et parasites (5-10) répondent à l’appel, mais à part un ou deux puffins de type cendré/Cap Vert au loin, point de puffins à l’horizon alors que l’an dernier à la même période il y en avait plusieurs dizaines. Un groupe de 12 à 15 Grands Dauphins (Bottlenose Dolphin) passent en direction du nord le 29/2 et se laissent, pour une fois, assez bien observer au téléscope – l’un d’eux faisant même un saut impressionnant complètement hors de l’eau.

A marée basse, l’îlot devant le Calao sert de reposoir aux sternes et goélands et est actuellement surout occupé par les Sternes royales et caugeks, ces dernières maintenant en plumage nuptial complet pour la plupart, alors que les autres espèces de sternes n’ont pas encore complété leur mue. Parmi elles se trouvent quelques Sternes voyageuses et pierregarins, une poignée de Goelands bruns et 3-4 Goelands d’Audouin. Sur la terre ferme, l’imposant hôtel Diarama sert toujours de falaise de substitution au couple de Faucons pelerins hivernant ici. Au minimum 3 Balbuzards sont vus, dont un individu provenant d’Allemagne ou du Royaume-Uni à en croire sa bague noire (non lue car trop loin).

Osprey_Almadies_20160304_IMG_2365

Osprey / Balbuzard pecheur

A part quelques groupes de Caugeks, peu de migration active est visible. Le 29/2, une Bergeronnette grise passe à la Pointe des Almadies, peut-être en route vers l’Islande d’ou semble provenir une bonne partie des hivernants d’Afrique de l’Ouest. Ce même jour également mon premier Moineau doré de la saison, ma dernière obs à Dakar remontant au mois de novembre au Calao. Et surtout, des vols réguliers de centaines voire de milliers de Travailleurs à bec rouge (queleas), certains volant loin au large.

J’allais encore vous parler des Vautours charognards urbains car on vient d’aller voir un nid actif dans le centre-ville de Dakar, mais ce sera pour un prochain article. En attendant, voici déjà une photo prise il y a quelques jours depuis mon balcon:

HoodedVulture_Almadies_20160303_IMG_2329

Hooded Vulture / Vautour charognard adulte