Tag Archive | Palm-nut Vulture

The Tigers of Toubacouta

Our main target during a brief visit to the Saloum delta national park, just last week, was a rather unique bird that had so far eluded us: the enigmatic Tigriornis leucolopha. Its presence in the area has been known for a few years only, but it quickly became a classic target species for visiting birders – particularly those touring the country with the excellent Abdou “Carlos” Lo who is based at Toubacouta. But it’s one of those birds that requires a bit of planning combined with a decent dose of luck. It’s certainly not enough to just get on a pirogue into the mangrove forest where it lives: thanks to Abdou’s expert advice, we made sure to set off at low tide even if this meant going out in the mid-afternoon heat.

Toubacouta_Pirogue_20191225_IMG_5712

 

I’d always thought that the White-crested Tiger Heron (Onoré à huppe blanche) was more of a nocturnal or at best a crepuscular species, but that’s obviously not the case: when the tide is low, it will come out to the edge of the mangrove to fish, apparently at pretty much any time of the day. We were extremely lucky to actually witness this first-hand: after an unsuccessful attempt in one of the bolongs near the island of Sipo, our piroguier Abdoulaye eventually spotted a Tiger Heron, very much out in the open as we drifted past at fairly close range. It quickly entered the dense mangrove forest only to re-appear in a more concealed area a few meters away, carefully navigating the labyrinth of roots and tangles.

WhitecrestedTigerHeron_Toubacouta_20191225_IMG_5727

White-crested Tiger Heron / Onoré à huppe blanche, Sipo, 25.12.19 . Check out its amazing yellow-and-burgundy eye

 

As we were watching and photographing this dream bird, it caught a small fish, gobbled it down and quickly vanished back into the forest.

WhitecrestedTigerHeron_Toubacouta_20191225_IMG_5754

White-crested Tiger Heron / Onoré à huppe blanche

 

Note the rather cold colours and overall rather pale plumage of this individual, something that’s also visible in other pictures from the Saloum: possibly an adaptation to the mangrove environment here? Compare with the darker and more rufous birds found in e.g. Ghana and Gabon, for instance in the photo gallery of the Internet Bird Collection.

All in all, quite a surreal moment and a perfect Christmas present – Frédéric and I were of course hopeful we’d get a glimpse of this secretive heron, but certainly never thought we’d get such amazing views. It easily ranks in my Top 10 of Best African Birds Seen So Far, alongside the likes of Quail-Plover, Egyptian Plover, Crab Plover, Pel’s Fishing-Owl, Pennant-winged Nightjar, Böhm’s Spinetail, Little Brown Bustard, Wattled Crane and of course the most bizarre Grey-necked Picathartes (and Shoebill and Locustfinch and Spotted Creeper and… so on). Just like some of these species, the White-crested Tiger Heron – or White-crested Bittern as it is sometimes called – is the unique representative of its genus.

Here’s one more picture of this amazing bird, taken by Frédéric as we first spotted it – pretty cool, right?

WhitecrestedTigerHeron_Sipo_20191225_FBacuez_DSC_9475.jpg

White-crested Tiger Heron / Onoré à huppe blanche (Frédéric Bacuez/Ornithondar)

 

Earlier that same day – much earlier actually, about 6.45 am to be precise! – we had already heard the rather ghost-like song that’s typical of the species, right from the small jetty at our campement villageois at Dassilame Serere. The song is not dissimilar to the Eurasian Bittern, a monotonous booming “whooooooom” uttered at a very low frequency, at 4-6 second intervals, which however got easily drowned in the dawn chorus of roosters, donkeys, dogs and goats of Dassilame… and which stopped abruptly just as daylight started to take over the night. The next morning I was better prepared and actually managed a few mediocre recordings when two distant birds were singing to each other deep in the mangrove, again pre-dawn and stopping before it properly got light. These turned out to be the first to be uploaded onto xeno-canto: check out the species page here (and make sure to turn up the volume to the max as the sound is quite subdued).

Tiger Bird habitat:

Toubacouta_Mangrove_20191225_IMG_5736

White-crested Tiger Heron / Onoré à huppe blanche (yes it’s in the picture… just impossible to see, even when you know where it is! When we first saw it, it was out on the tiny patch of mud to the right)

 

The Tiger Heron was initially thought to be restricted, in Senegal that is, to the Basse-Casamance region, where the first record is that of two nestlings collected and raised near the village of Mlomp (Oussouye) in 1979, followed by a few sightings in 1980-81 in the Parc National de Basse-Casamance and a nest found in Nov. 1980 north of Oussouye (A. Salla in Morel & Morel 1990); as far as we know, the next confirmed record was obtained in… 2017, at Egueye island, also near Oussouye, on January 1st, so almost 36 years later.

Onore huppe blanche - Egueye Jan 2017 - Lettre APALIS n4.jpg

White-crested Tiger Heron / Onoré à huppe blanche, Egueye Jan. 2017 (Photo by Campement Egueye)

 

The first mention of the species in the Saloum delta is from 1980 by A. R. Dupuy (1981), while the next published record is from 2004 only – see comment by John Rose on this blog post [updated 4 Jan 2020] and the short paper by Rose et al. (2016).  The next observation that I could find is from January 2007, of a bird photographed near Missirah by Stéphane Bocca. The fact that we heard two birds singing from Dassilame Serere, the records near Toubacouta and Sipo as well as the observation from Missirah all suggest that the Tigriornis is fairly well established here, and may well be widespread throughout the vast mangroves of the Saloum delta: targeted searches are likely to turn up more birds in other parts of the delta. The species is also present in mangroves along the Gambia river, where first discovered in 1996 (Kirtland & Rogers 1997). Casamance and especially the Saloum delta are actually right on the edge of the distribution range of the species, which extends from central Africa through the Congo-Guinean forest zone. In Senegal and Gambia, it primarily inhabits the vast mangrove forests, though it may also still occur in the swamp forest of the Basse-Casamance NP, i.e. in similar habitat to that occupied further south such as in Côte d’Ivoire and Ghana.

Other good birds seen during our boat trip included several majestic Goliath Herons, Palm-nut Vultures, a colour-ringed German Osprey (more on this later), a few Blue-breasted Kingfishers and Common Wattle-eyes (both heard only), as well as an unexpected Swamp Mongoose seen in full daylight (Héron goliath, Palmiste africain, Balbuzard, Martin-chasseur à poitrine bleue, Pririt à collier, Mangouste des marais).

GoliathHeron_Toubacouta_20191225_IMG_5708

Goliath Heron / Héron goliath ad.

 

PalmnutVulture_Toubacouta_20191225_IMG_5756

Palmnut Vulture / Palmiste african ad.

 

During our stay in the Toubacouta area, we also visited the Sangako community forest, Sandicoly, and bush/farmland near Nema Ba: plenty of birds everywhere, though no real surprises here, except maybe for a fine pair of Bateleurs, a species that’s right on the edge of its regular range here. Other goodies for us northerners included Swallow-tailed Bee-eater, Grey-headed Bushshrike, White Helmetshrike, Bruce’s Green Pigeon, Four-banded Sandgrouse and many more of course (Guêpier à queue d’aronde, Gladiateur de Blanchot, Bagadais casqué, Colombar waalia, Ganga quadribande). Also a nice series of owls heard from our campsite: Greyish Eagle Owl, African Scops Owl, Pearl-spotted Owlet and Barn Owl! (Grand-duc du Sahel, Petit-duc africain, Chevêchette perlée, Effraie des clochers).

SwallowtailedBeeeater_Toubacouta_20191226_IMG_5806

Swallow-tailed Bee-eater / Guêpier à queue d’aronde

 

With the addition of the Tiger Heron but also Ferruginous Duck (a pair on a small dam near Mbodiene, 24.12; Fuligule nyroca), my Senegal list now stands at 530 species: which one will be next?

 

 

 

Les oiseaux de Wassadou

Ah, Wassadou!! On a déjà parlé à quelques reprises du campement de Wassadou, site maintenant bien établi sur le circuit ornitho sénégalais, notamment ici et . Après avoir découvert trop brièvement ce coin fabuleux en février dernier, un long weekend en juin a été l’occasion d’y retourner en compagnie de Miguel puis de Gabriel qui nous a rejoint sur place. Que du bonheur! J’avais donc envie de vous présenter un peu plus ce petit coin de paradis et de partager quelques photos prises sur place.

Voici en vrac quelques espèces, à commencer par les rapaces. Il y a ici une incroyable diversité de rapaces diurnes, tous visibles depuis la terrasse naturelle du campement surplombant le fleuve Gambie. Dès le milieu de la matinée, vers 10-11h, il suffit de s’installer sur le promontoire, et le défilé commence: Aigles de Wahlberg, ravisseur et huppardPygargue vocifère, Buse d’AfriqueBusautour des sauterelles, Circaète brun, Autour unibandeEpervier shikra, Balbuzard pêcheur, Bateleur, bien sur les Gymnogènes et aussi cet autre rapace unique en son genre, le Vautour palmiste.

PalmnutVulture_Wassadou_20180224_IMG_9729

Palm-nut Vulture / Vautour palmiste

Ainsi en juin nous avons pu observer pas moins de 14 rapaces différents. Sur les quelques 227 espèces contactées ces dernières années à Wassadou et dans les environs immédiats du campement, il y a pas moins de 28 rapaces, plus 4 faucons – impressionnant! Il y a d’ailleurs toujours de quoi voir lorsqu’on scrute le ciel: avec un peu de chance, on verra la Cigogne épiscopale ou un Jabiru, et parmi les nombreux martinets se cachent peut-etre quelques Martinets marbrés, espèce connue dans le pays uniquement du PNNK et dont nous avons pu voir plusieurs individus en juin.

WahlbergsEagle_Wassadou_20180224_IMG_9711

Wahlberg’s Eagle / Aigle de Wahlberg

Le Pluvian fluviatile est sans doute l’une des stars du site, et de plus il est généralement facile à voir ici, en train de parcourir les bancs de sable des abords du fleuve. J’imagine qu’au plus fort de la saison des pluies (août/septembre-octobre), lorsque la Gambie déborde parfois largement de ses berges pour inonder le campement même, ces oiseaux sont alors absents mais sinon le reste de l’année ils semblent bien fidèles au poste. Idem d’ailleurs pour le Grébifoulque, cet autre oiseau spectaculaire qu’on aura le plaisir de voir à Wassadou.

Pluvian fluviatile - A Barbalat Feb 2018

Egyptian Plover / Pluvian fluviatile (A. Barbalat)

Autre spécialité locale, le Vanneau à tête blanche est plus difficile à voir et il faut parfois attendre un peu avant de le voir surgir de nulle part, lui aussi fréquentant les berges et zones exondés du fleuve. Comme le Pluvian, ce limicole s’observera le plus facilement lors d’une sortie en pirogue.

WhitecrownedLapwing_Wassadou_20180224_IMG_9701

White-crowned Lapwing / Vanneau à tête blanche

Les martin-pêcheurs sont particulièrement bien représentés à Wassadou, toutes les espèces régulières du Sénégal peuvent être vues ici. Le Martin-chasseur à poitrine bleue est commun, lançant son chant étonnant à longueur de journée. Toujours discret et imprévisible, le Martin-pêcheur azuré a été observé à plusieurs reprises ces dernières années et est à rechercher dans l’ombrage des buissons surpblombant la rivière aux alentours du campement, ou s’observera furtivement lors d’un déplacement d’une rive à une autre. Les Guêpiers à gorge rouge nichent dans les berges, et en saison sèche il est possible de voir des Guêpiers écarlates survolant la zone, parfois en effectifs impressionnants.

BluebreastedKingfisher_Wassadou_20180224_IMG_9638

Blue-breasted Kingfisher / Martin-chasseur à poitrine bleue

On continue avec une espèce phare d’un tout autre registre, la Tourterelle de l’Adamoua. Découverte en Gambie et au Sénégal il y a une trentaine d’années seulement (Baillon 1992), cette tourterelle est relativement facile à trouver lors des sorties en pirogue sur la Gambie, de préférence tôt le matin ou le soir lorsque les oiseaux viennent s’abreuver. Et avec un peu de chance on la croisera dans la ripisylve aux alentours du campement, comme l’oiseau ci-dessous:

AdamawaTurtleDove_Wassadou_20180616_IMG_2587

Adamawa Turtle-Dove / Tourterelle de l’Adamoua

Parmi les passereaux les plus remarquables, citons entre autres le Noircap loriot, l’Apalis à gorge jaune, Prinia à ailes rousses, Gobemouche des marais, Gobemouche drongo, Tchitrec bleuHyliote à ventre jauneSouimanga violet, Amarantes pointé et masqué (même celui de Kulikoro a été signalé non loin d’ici). Le Combassou de Wilson et la Veuve togolaise ont tous les deux été rapportés sur eBird. Du côté des hivernants, en février dernier on a eu entre autres le Rossignol philomèle, l’Hypolais obscure, le Phragmite des joncs, et de manière bien moins attendu un Pouillot ibérique chanteur – tous le long du fleuve. C’est là également qu’il faut rechercher la Bergeronnette pie, espèce très répandue en Afrique subsaharienne mais plutôt localisée au Sénégal, qui comme plusieurs autres espèces atteint ici sa limite septentrionale dans le pays.

AfricanPiedWagtail_Wassadou_20180224_IMG_9683

African Pied Wagtail / Bergeronnette pie

Des choucadors de toutes sortes font des va-et-vient continus en quête d’eau et de nourriture autour du campement, comme ce Choucador à queue violette photographié en juin dernier.

BronzetailedGlossyStarling_Wassadou_20180616_IMG_2550

Bronze-tailed Starling / Choucador a queue violette

On termine notre tour d’horizon trop rapide avec la fabuleuse Chouette-pêcheuse de Pel, phantome du fleuve qu’on pourra tenter de voir au crépuscule lors d’une sortie en pirogue, parfois à quelques centaines de mètres seulement du campement. En juin dernier, nous entendons un jeune crier chaque soir, et on a la chance de d’abord voir ce qu’on suppose être un adulte (photo d’en-tête), puis plus en aval le jeune vient se poser non loin de nous (photo ci-dessous): ces oiseaux sont présents depuis la fin de l’an dernier au moins et il donc probable qu’ils aient niché dans les environs immédiats du campement. Notons encore que parmi les nocturnes, on pourra entendre le Petit-duc africain, et à la tombée de la nuit il est parfois possible de voir des engoulevents chasser au-dessus de la rivière (à longue queue et à balanciers).

PelsFishingOwl_Wassadou_20180616

Pel’s Fishing-Owl / Chouette-pêcheuse de Pel

Difficile de s’arrêter en fait… car comme si tout cela ne suffisait pas encore, il y a encore un autre oiseau tout aussi unique et au statut quasi-mythique au sein de l’avifaune africaine: le Bihoreau à dos blanc! Déja vu furtivement par mes amis genevois en février, il nous a fallu un peu de temps lors de notre visite la plus récente pour comprendre que les grognements et roucoulements parvenant de la végétation dense juste en bas du promontoire, là où se jette un ruisseau dans le fleuve, n’étaient rien d’autre que le cri (ou chant?) de ce héron nocturne si discret et si peu connu au Sénégal. Et dont ce cri n’est pas mentionné dans les guides de terrain (et on l’apprendra plus tard, cette vocalisation n’était pas encore disponible dans les principales banques de données de sons d’oiseaux). Je vous invite donc à découvrir deux enregistrements faits avec mon modeste Olympus LS-12, ici avec les Babouins en arrière-plan. On les attendra à la tombée de la nuit, et effectivement: trois bihoreaux quittent leur cachette en criant pour aller se nourrir au bord de la rivière – on en verra un dans la pénombre juste en face du campement, visiblement en train de pêcher à l’affût depuis une branche au bord de l’eau. Le lendemain au petit matin, les oiseaux ont déjà regagné leur “dortoir”, mais un dérangement (sans doute par des singes) fait décoller un adulte qui part alors vers l’amont. Jean-Francois Blanc et collègues ont d’ailleurs rapporté la présence du Bihoreau à dos blanc plus en aval de l’autre côté du PNNK, à Mako en mars 2016, suggérant – avec raison – que “cette espece discrète pourrait etre sous-détectée le long de la Gambie au Sénégal”. Et tout récemment, Gabriel l’a trouvé au bord de la Falémé dans la réserve du Boundou!

Et puisqu’on parle de nocturnes, voici les Mégadermes à ailes orangées vus en février dernier à deux pas du resto du campement.

YellowwingedBat_Wassadou_20180224_IMG_9713

Yellow-winged Bat / Mégaderme à ailes orangées

Wassadou c’est donc bien plus que les oiseaux! Deux Hippopotames ont élu domicile devant le campement, tout comme quelques Crocodiles du Nil. A l’aube et au crépuscule, avec un peu de chance on verra le Guib harnaché, le Céphalophe à flancs roux voire d’autres ongulés venir boire. Les Singes verts sont omniprésents, deux troupes de bruyants Babouins de Guinée rôdent dans la ripisylve et passent la nuit dans les fromagers au bord de l’eau. Le Colobe de Temminck (Piliocolobus (badius) temminckii), taxon classé En Danger par l’UICN, endémique à la sous-région puisqu’il est restreint à la partie occidentale des forêts de la Haute-Guinée: le sud du Sénégal, la Gambie, la Guinée-Bissau et le nord de la Guinée. Au Sénégal, il y aurait “probablement moins de 400-500 individus dans le PN du Delta du Saloum, et probablement moins de 100 dans la population du PNNK et du nord-ouest de Guinée” (IUCN).

WesternRedColobus_Wassadou_20180615_IMG_2514

Western Red Colobus / Colobe de Temminck

WesternRedColobus_Wassadou_20180615_IMG_2501

Western Red Colobus / Colobe de Temminck

Où observer?

C’est simple: en vous posant sur la terrasse, une bière ou un jus dans la main, les jumelles dans l’autre, le téléscope posé devant la chaise longue. Ou à côté du hamac, c’est selon les envies. On peut donc facilement passer quelques heures ici, mais une ballade dans la brousse environnante permettra de pleinement apprécier la richesse du coin: en suivant le sentier longeant le fleuve en partant vers l’amont du campement, on pourra trouver toute une série d’oiseaux, notamment divers passereaux, et il est possible d’accéder au bord de l’eau à quelques endroits. Et bien sûr, ne pas oublier de prévoir au moins une sortie en pirogue!

Relax_Wassadou_20180617_IMG_2736

Il faut prévoir un minimum de deux nuits sur place, plus si possible – d’autant plus si on a envie de faire une excursion dans le parc du Niokolo-Koba (où l’on pourra également passer une ou deux nuits, au campement du Lion ou à Simenti).

GreenMonkey_Wassadou_20180615_IMG_2486

Green Monkey / Singe vert

 

Comment rejoindre Wassadou?

Le campement se situe juste en face du Niokolo-Koba (la Gambie fait office de frontière du parc ici), à 2-3 kilomètres du goudron Tambacounda – Kédougou, plus précisément ici. Et contrairement au PNNK, pas besoin de 4×4 pour rejoindre le site! Par contre, il faut bien compter 8 heures de route depuis Dakar. L’établissement dispose d’une dizaine de cases simples mais corrects (ne vous fiez pas à l’apparence du site internet du campement, qui a besoin d’un serieux relooking).

 

Wassadou_20180617_IMG_2553