Archive | Cap Vert RSS for this section

Ngor spring migration: May 2018

 

Following on our April summary, here’s a brief update on results from last month’s short but regular seawatch sessions from Ngor, as usual all from the Club Calao terrace. Managed a total of 10 sessions between May 10th and May 26th, with more good stuff to report on, including a lifer!

Again, no pictures other than a few old ones that I’m recycling here… and yet again a pretty dull species list.

 

Wilson’s Storm-Petrel (Océanite de Wilson): unidentified storm-petrels were regularly seen in small numbers, and most likely referred to this species.

Cape Verde Shearwater (Puffin du Cap-Vert) were seen in good numbers on most days, feeding off Ngor or flying NE, with a max. of at least 540 birds in one hour on 26th. Not as many as last year when the maximum counted on a single day exceeded 5,000 birds (!), but the pattern of appearance and behaviour of birds is very much in line with the previous season.

CapeVerdeShearwater_Ngor_20170415_IMG_1253

Cape Verde Shearwater / Puffin du Cap-Vert, off Ngor, April 2018

 

Cory’s / Scopoli’s Shearwater (Puffin cendré / de Scopoli): at least three on 26th when there was a remarkable diversity of shearwaters, with five species noted. Probably also a few on 11th, 14th and 15th but too far or seen too briefly to positively identify.

Two to five Great Shearwater (Puffin majeur) seen flying NE amidst the other shearwaters on 26th – remarkably similar to last year’s record of two birds on May 25th, noted as “apparently migrating north” and thought to be the first May record – see the short paper we published in the latest volume of Malimbus on a “wreckage” of Great Shearwater in the the occurrence in Senegal & Gambia (Barlow et al. 2018), PDF available here on my ResearchGate page.

GreatShearwater_Pelagic_20171115_IMG_5887

Great Shearwater / Puffin majeur, off Kayar, Nov. 2017

 

Sooty Shearwater (Puffin fuligineux): a few seen on 18th, 21st and 26th, with at least 12 birds on the latter date: these records suggest that this Southern Hemisphere breeder is slightly more numerous later in spring.

Boyd’s / Barolo Shearwater (Puffin de Boyd / Macaronésie): one on 21st seen at fairly close range was identified as  Barolo Shearwater – for once it was close enough and I was able to follow it over quite a distance. Probably a bird en route to its breeding grounds. Another one, also flying north-east, was either baroli or boydi. The taxonomic situation of these small black and white shearwaters is complex and seems to be constantly changing. with BirdLife and HBW now treating both taxa as subspecies of Audubon’s Shearwater (Puffinus lherminieri). Either way, these are apparently quite rare spring records, though Dupuy (1984) lists what was then known as “Little Shearwater” as an uncommon offshore “summer” visitor. Boyd’s Shearwater breeds exclusively on the Cape Verde islands (only about 5,000 pairs!), while Barolo’s breeds further north on the Macaronesian islands where it is known from Madeira, the Azores, the Selvagems, and the Canary Islands, with a total breeding population of the same order of magnitude.

Northern Gannet (Fou de Bassan): seen in small numbers on most days; all but one were immature birds (and one on 15th may actually have been a Cape Gannet, but I couldn’t rule out a 4th year Northern Gannet as I didn’t see the underwing pattern…).

Red-footed Booby (Fou à pieds rouges): a species I’d never seen before but somehow expected to show up one day at Ngor, two were seen feeding in the surf just beyond the Ngor islet on 17th, nicely showing their pink (not red!) feet, bluish bill and uniform brown plumage. One was seen again the following day and what I assume are the same two birds (both dark morph adults or near-adults) on 22nd, when they appeared to take off from the islet where they may have spent the night. Third record for Senegal! More on this species, which will likely show up more frequently in coming years, in this recent post.

RedfootedBooby_Dakar_20161016_BarendvanGemerden - 1

Red-footed Booby / Fou à pieds rouges off Kayar, Oct. 2016 (B. van Gemerden)

 

Brown Booby (Fou brun): just one record so far, of an immature (2nd c.y.) on 14th. Looks like the Iles de la Madeleine birds – if they are indeed still present – don’t wander around the peninsula too much.

A few Great While Pelicans were regularly seen, flying about or resting out at sea (and once on the islet), and on 26th a Pink-backed Pelican made an appearance (Pélicans blancs et gris).

Other than an Oystercatcher on 20th and three Whimbrels on 11th (and a few Common Sandpipers), no more waders were seen during May (Huîtrier pie, Courlis corlieu, Chevalier guignette).

Long-tailed Skua (Labbe à longue queue): following several records in the latter half of April, at least three were identified on 11th, one on 18th, and one on 26th – confirming that spring migration of this species occurs up to the end of May off Senegal. Pomarine and Arctic Skuas were much scarcer than in April, with just three records for the former and five for the latter species.

LongtailedSkua_Ngor_20170415_IMG_1171

Long-tailed Skua / Labbe à longue queue imm. off Ngor, April 2017

 

Audouin’s Gull (Goéland d’Audouin): up to three birds seen in any one session, though no notable active migrants as was the case in April; all were immature birds.

Sabine’s Gull (Mouette de Sabine) were recorded up to May 22nd, with four records of 1-9 actively migrating birds. Other gull species included 10 Grey-headed Gulls flying NE on 20th, and three Slender-billed Gulls on 22nd. A single Lesser Black-backed Gull was seen on 22nd, when a probable Kelp Gull was also present.

Single Bridled Tern (Sterne bridée) were seen feeding and flying around quite close to shore on 11th and 15th, bringing the total to three birds so far this season.

Lesser Crested Tern (Sterne voyageuse): seen twice (17th & 20th), unlike African Royal Tern (Sterne royale) which remained present in decent numbers throughout. Caspian Tern (Sterne caspienne) was seen just once, on 22nd.

Roseate Tern (Sterne de Dougall): following a decent passage in April, just one seen on 17th, though others may have passed through further offshore amidst Common and Arctic Terns (Sternes pierragarin et arctique). These two species were seen almost daily, but again in much smaller numbers than in April.

Three Whiskered Terns (Guifette moustac) flew past on 11th, followed by two White-winged Terns (Guifette leucoptère) on 21st. Black Terns (Guifette noire) were less numerous than in April, except on May 11th when about 300 birds were counted.

Let’s see what June brings! Assuming that I manage to make it out to the Calao…

 

Advertisements

Ngor spring migration: April 2018

Quick update on this past month’s seawatch sessions from Ngor, as there have been a few good species lately. As usual, most of these are from short sessions at the Calao, with a few from Pointe des Almadies and from a mini-pelagic on April 22nd. Here’s a rather dull species list, but given that still fairy little is known about the phenology of spring seabird migration off Dakar, I thought it would be worthwhile reviewing them here. I don’t really have any recent pictures to illustrate these records, except for a really poor header picture of a Sabine’s Gull actively migrating past the Pointe, and a few older pics that I’m recycling in this blog post.

So here we go:

Cape Verde Shearwater (Puffin du Cap-Vert): the first few birds were seen on 3.3 (min. 2), then ca. 20 on 16-17.3, and a regular presence was noted throughout April when seen during most sessions from 4th, typically 50-100 birds feeding offshore, at most ca. 490 birds on 27th (but just a handful the next day and none seen on 29th!).

Scopoli’s Shearwater (Puffin de Scopoli): at least one during our boat trip on 22.4, with Cory’s or Scopoli’s noted from Ngor on 28th (as well as on March 3rd & 11th).

Sooty Shearwater (Puffin fuligineux): first seen on 16.3, then again singles on 31/3 and 7/4, and at least three birds on 20th. Not much… and note that we didn’t see a single bird  during our boat trip.

European Storm-Petrel (Océanite tempête): after a good presence during the first half of February, the species was seen again on 22.4 from the boat, with a minimum of two birds.

Wilson’s Storm-Petrel (Océanite de Wilson): at least six were seen on 22.4, again during our boat trip. Unidentified storm-petrels migrating past the Calao on 7th (min. 8), 11th (3), 20th (3) and 29th (1) were likely this species, though others can’t be ruled out – when seen from land, these birds can be incredibly difficult to identify due to either the distance or the very brief sightings as they always fly low over the water surface and are typically seen only for a second or two before they disappear again in between waves.

Northern Gannet (Fou de Bassan): at most ca. 175 on 31.3, with numbers gradually decreasing throughout April. Curiously, no marked NE-ward passage was noted.

NorthernGannet_Ngor_20170415_IMG_1175 (2)

Northern Gannet / Fou de Bassan, Ngor, April 2017

 

Grey (Red) Phalarope (Phalarope à bec large): four migrating on 29th was a good spring record! Other than these, the only waders seen during this period were a few groups of Whimbrel (Courlis corlieu).

Long-tailed Skua (Labbe à longue queue) single adults passing through on 20, 21 & 25.4, two on 26th, and an immature flew past on 29th. Pomarine and Arctic Skuas were seen in small numbers on most days, many of which were flying NE (though rarely more than five in any one session).

Lesser Black-backed Gull (Goéland brun): usually present in small numbers, either feeding in the surf or migrating past Ngor. There was obviously a peak around mid-March, with 107 passing through in just 40 minutes on 16.3, and 52 in half an hour the next day.

Audouin’s Gull (Goéland d’Audouin): typically between one and five birds seen on any one session, but on 16.3 there were 27 (incl. three adults) migrating past in 40 minutes and 14 the following day (in 30 minutes) – thus coinciding with the peak of the previous species.

Sabine’s Gull (Mouette de Sabine): after the first five on 4.4, becomes increasingly frequent towards the end of the month, with a max. of ca. 40 during our 22.4 boat trip, and 31 on 27th in just one hour. Actual numbers must be quite a bit higher as this species mostly passes through far out, typically in small groups. Sometimes a few birds would migrate closer to shore, and occasionally some would be feeding or resting just in front of the Calao. Other gull species included a surprising flock of 31 Grey-headed Gulls flying NE on 27th, and six Slender-billeds at Pointe des Almadies the following day.

Bridled Tern (Sterne bridée): one passing to the NE at fairly short range on 26.4 was a very nice surprise, as I’d only seen the species once before here (and more generally, away from the Iles de la Madeleine breeding grounds). It also appears to be an early date for the species, as it is typically seen in May-July. My only previous Ngor record was of three birds flying SW on 10 June ’16. Sauvage & Rodwell give the range of 27/4 – 9/7 for PNIM, and A. R. Dupuy recorded the species no less than eleven times from Pointe des Almadies from 26 May to 14 July ’92.

BridledTern_IlesdelaMadeleine_20170624_IMG_2758

Bridled Tern / Sterne bridee, Iles de la Madeleine, June 2017

 

Lesser Crested Tern (Sterne voyageuse): seen in small numbers throughout the month, with a good max. of at least 178 birds passing through on 9th, in just 65 minutes. African Royal Tern (Sterne royale) was seen on most days, typically in small numbers. Much less frequent were Caspian Tern (Sterne caspienne; singles on 31.3 and 28.4) and Little Tern (Sterne naine; one on 6.4, and a group of 16 migrating on 29th).

Roseate Tern (Sterne de Dougall): first seen on 31.3, then regular until the middle of the month with a max. of no less than 56 on 9th in just over an hour. Also singles on 26th and 28th. Most birds were actively migrating, with a few feeding locally with the mixed tern flock.

Arctic Tern (Sterne arctique): the first four birds were seen on 16.3, becoming regular from the end of March and seen on most sessions in April, max. ca. 70 on 24th though numbers probably higher as 1) species difficult to count, and many common/Arctic terns noted.

White-winged Tern (Guifette leucoptère): one flew past on 16.3, and a fine adult in summer plumage was feeding among the numerous Black Terns on 28.4 (Guifette noire). The latter species is seen pretty much during every session, with a maximum towards the end of the month: probably more well over 1,200 birds on 28th. An adult Whiskered Tern (Guifette moustac) was seen on 22nd, flying NE.

That’s about it for now.

On the raptors front, Osprey has been a regular sighting, as always during winter, until 31.3 at Ngor, after which one was seen on 13.4 at Mamelles and on 14.4 at PNIM. A few young birds may still hang around of course. The wintering pair of Peregrines was last seen on 20.4 roosting on the Diarama hotel, and two birds were seen roosting in the Mamelles cliff on 22.4 – pretty intriguing!

 

 

Un nouveau fou aux Iles de la Madeleine…

Les fous des Iles de la Madeleine, j’en avais déjà parlé ici, en décembre 2016, pour faire le point sur le statut du Fou brun dans la région. Ce superbe oiseau marin est, depuis, signalé quasiment lors de chaque sortie au “PNIM” et plus particulièrement entre octobre et mai, et on le voit de temps en temps passer ou pêcher devant Ngor. Pas encore d’indices probants de sa nidification, mais ce n’est peut-être qu’une question de temps… voir plus bas.

Cette fois, c’est d’un autre fou dont il s’agit, et pas de celui que vous pensez – des Fous de Bassan, il y en a plein qui passent l’hiver dans les eaux dakaroises, et en ce moment même on les voit facilement de part et d’autre de la péninsule, que ce soit à Ngor ou devant les Mamelles.

En effet, il s’avère qu’un fou photographié le 26 janvier dernier par un groupe d’ornithos canadiennes (équipe 100% féminine, c’est assez rare chez les ornithos pour le souligner!), était en fait un Fou à pieds rouges (Red-footed Booby), et non un Fou brun (Brown Booby) comme initialement identifié. C’est grâce à une remarque laissée par un utilisateur d’eBird ayant mis en doute l’identité (« semble avoir les pieds étonnamment rouges pour un Fou brun! »), que la donnée est passée dans la liste à valider sur eBird, liste que je scrute de temps en temps en tant que vérificateur pour le Sénégal.

Et effectivement, l’oiseau pris en photo montre bien un Fou à pieds rouges, un individu de forme sombre – et qui du coup ressemble pas mal au Fou brun (et dont un oiseau était présent le même jour). Il se tenait sur la fameuse balise rouge et blanche qui sert très souvent de reposoir au Fous bruns, situé un peu au nord-est des îles.

RedfootedBooby_IlesdelaMadeleine_20180126_MarieONeill - 2

Red-footed Booby / Fou à pieds rouges (D. Thériault)

 

L’identification est relativement facile ici, d’une part parce qu’on voit encore tout juste les pattes roses, d’autre part parce que le plumage est brun uniforme y compris sur le ventre, sans contraste (même flou) comme chez les Fous bruns immatures. De plus, le bec relativement court et peu épais pour un sulidé, avec une base rosée et un cercle orbital bleu, est typique pour l’espèce. Notre oiseau montre également un front légèrement bombé, alors que chez le Fou brun il n’y a quasiment pas de front: la base du bec épais est dans la prolongation directe de la calotte, rendant la tête moins rondouillarde que chez le brun.

L’âge par contre est moins facile à déterminer: très probablement un immature, car le bec n’est pas bleu mais plutôt gris sur fond rose et peut-être que la couleur des pattes (rose et non rouge vif) est également un signe d’immaturité.

RedfootedBooby_IlesdelaMadeleine_20180126_MarieONeill - 1

Red-footed Booby / Fou à pieds rouges (M. O’Neill)

 

A comparer maintenant avec le Fou brun immature : ci-dessous, un oiseau d’un voire deux ans, ici en avril 2017 en compagnie de deux adultes. Les critères le distinguant du Fou à pieds rouges de forme sombre sont notamment la couleur des pattes et du bec, le contraste entre d’une part le ventre plus clair et d’autre part la poitrine et le dessus sombres, ainsi que la coloration générale plus sombre et moins pâle que son cousin à pieds rouges.

BrownBooby_IlesdelaMadeleine_20170429_IMG_1850 (2)

Brown Booby / Fou brun imm. (gauche) et adultes (avril 2017)

 

C’est seulement la deuxième donnée de l’espèce au Sénégal, donc c’est loin d’être anodin comme observation! La précédente date d’octobre 2016, lorsqu’un oiseau est observé au cours d’une sortie en mer en marge du PAOC, à une vingtaine de kilomètres au large de Yoff – les détails de cette première observation pour le pays seront publiés dans le prochain bulletin de l’African Bird Club, à paraitre en septembre et que l’on partagera en temps voulu (Moran N. et al., First record of Red-footed Booby Sula sula for Senegal, voir photo ci-dessous).

 

RedfootedBooby_Dakar_20161016_BarendvanGemerden - 2

Red-footed Booby / Fou à pieds rouges, oct. 2016 (B. van Gemerden)

 

Le Fou à pieds rouges est une espèce marine tropicale plutôt répandue, et est classée non menacée par l’UICN bien que la population globale soit considérée comme étant en déclin. Les colonies les plus proches se trouvent sur l’île d’Ascension dans l’Atlantique Sud et sur l’archipel Fernando de Noronha (NE du Brésil). Il hiverne sur des îles tropicales sur tous les océans, en gros entre les deux tropiques.

Jusqu’à récemment l’espèce était un visiteur rare aux Îles du Cap-Vert, mais en octobre 2016, au moins 17 individus étaient présents à Raso, puis en octobre 2017 apparemment une centaine!! Autant dire que c’est l’explosion des effectifs, même si aucune nidification certaine n’a été rapportée pour le moment – du moins pas à notre connaissance. On peut donc s’attendre à d’autres observations dans les eaux sénégalaises à l’avenir, et j’espère bien sûr le voir un jour passer devant le Calao ou encore au PNIM. [addendum du 17/5/18: ce matin j’ai eu la chance d’en voir deux en train de pêcher longuement devant Ngor, non loin du rivage! Je ne pensais pas que je verrais l’espèce aussi rapidement…]

Ailleurs dans la région, Sula sula a été vu devant les côtes mauritaniennes (au moins un en oct.-nov. 2012), et des individus ont été signalés aux iles Canaries, aux Açores, et à Madeire. L’espèce est très rare plus au nord, avec p.ex. tout juste deux observations en France (un sur le lac de Sainte-Croix dans les Alpes-de-Haute-Provence en juillet 2011, puis un en juin 2017 en Bretagne dans la colonie des Fous de Bassan des Sept-Iles – voir l’article sur Ornithomedia). Ou encore cet oiseau trouvé épuisé sur une plage de l’East Sussex en septembre 2016, le premier pour la Grande-Bretagne.

Je reviens encore brièvement sur les Fous bruns, car samedi dernier (14/4) lors d’une visite aux Iles de la Madeleine nous avons pu observer de nouveau au moins sept individus : cinq posés dans leur falaise habituelle des îles Lougnes¹ (trois adultes, un subadulte, et un jeune au plumage similaire à celui de la photo d’avril 2017), puis encore deux adultes sur la fameuse balise marine, en train de parader lorsque nous passons à côté en bateau… Situation très similaire voire identique donc à celle d’avril-mai 2017, et toujours aussi intriguante: à quand la première nidification de l’espèce? Ci-dessous encore une photo médiocre de quatre de ces oiseaux dans leur falaise, prise lors de notre visite la plus récente, pour vous donner une idée.

BrownBooby_IlesdelaMadeleine_20180414_IMG_1794

Brown Booby / Fou brun (avril 2018)

 

Samedi dernier il restait encore quelques Fous de Bassan, deux Courlis corlieux et deux Balbuzards, mais sinon peu d’oiseaux sur l’île. Lors de la traversée depuis Soumbedioune on a pu voir un Océanite de Wilson passer tout près, un Labbe pomarin, et plusieurs sternes (Dougall, arctique, pierregarn, caugek, voyageuse et royale) ainsi que quelques Guifettes noires en migration active (Northern Gannet, Whimbrel, Osprey, Wilson’s Storm-Petrel, Pomarine Skua, Roseate, Arctic, Common, Sandwich, Lesser Crested, Royal & Black Terns). Et bien sûr les Phaétons à bec rouge, emblème du parc, dont la nidification bat encore son plein; on a d’ailleurs eu la chance de renconter l’experte Ngoné Diop en train de faire le suivi de la colonie, qui abriterait cette saison au moins 40-50 couples nicheurs (Red-billed-Tropicbird).

 

Merci aux observateurs tout d’abord: Hélène Gauthier, Marie O’Neill, Lorraine Plante, Diane Thériault. Et à Nick Moran et Barend van Gemerden pour avoir fourni les photos et la version finale de l’article sur la première observation sénégalaise. Et enfin, à tout seigneur tout honneur: c’est Brennan Mulrooney qui à signalé la donnée sur eBird, sans quoi elle aurait bien pu passer à travers les mailles du filet!

 

¹ Les îles Lougnes sont cees îlots rocheux inaccessibles faisant partie du parc national, photo ici.

 

 

New Trip Report – the North, Saloum, Wassadou & Dakar

It’s always a pleasure to read good trip reports by birders who visit Senegal. More and more visitors now report their sightings through eBird or Observation.org, but few go through the effort of writing up their notes – despite best intentions, as I can sadly testify to myself.

Too many birds, not enough time, right?

A small Danish team visited Senegal last November, and I happened to meet them while seawatching at the Calao at the start of their visit, together with guide Carlos who expertly showed them a great deal of excellent birds – and then again towards the tail end when we briefly met up in Toubacouta. I recently received their trip report, one of the few good ones that were published on Senegal recently. There are useful sections on travel arrangements, weather, timing, pets, and resources (many thanks for mentioning this site!). And very importantly, a brief review of key places visited during the trip: Dakar, Trois-Marigots & Djoudj, Richard Toll, Kousmar, Wassadou & the Niokolo-Koba National Park, Toubacouta & Delta du Saloum, and finally Popenguine. Information on key species is provided along with some info on accommodation and access, and almost all are illustrated with pictures showing local habitats. Next up are species lists by site, followed by a comprehensive list of bird and mammal species seen.

Pretty much all the “specials” were found, both up North and in the Saloum and Niokolo-Koba areas. Also a few less expected birds, such as a high count of Stone-Curlews at Richard Toll (90! with 12 more at Trois-Marigots), a slightly out-of-range African Hobby at Trois-Marigots, a couple of Temminck’s Stints, Shining-blue Kingfisher at Wassadou (though apparently it’s quite regular there at the moment), and an Aquatic Warbler seen during the boat tour to the Djoudj pelican colony (they’re present of course, but seeing one is rare!). And a good breeding record of Fulvous Babbler – apparently one of the few confirmed in the country – with a bird on the nest at Richard Toll.

Oh and I almost forgot – the report is stuffed with brilliant pictures including many of the country’s iconic birds, such as this pair of perfect Swallow-tailed Bee-eaters seen near Toubacouta, or the stunning Cricket Warbler from Richard Toll further down (all pictures in this post by Morten Heegaard, Stig Jensen & Jon Lehmberg).

SN_TripReport Nov2017 (4)

Swallow-tailed Bee-eater / Guêpier à queue d’arronde

 

And make sure to read through to the very end, where you’ll find an enjoyable bonus section on the raptor roost at Ile de Kousmar near Kaolack. To quote the authors, “Why a lot more birders aren’t visiting this roost is a total mystery to us, and that some are even spending a night in Kaolack without coming here is simply beyond belief”. I, for one, am ashamed to say I have not made it to Kousmar yet: next winter, sans faute.

 

SN_TripReport Nov2017 (5)

White-crested Helmet-Shrike / Bagadais casqué

 

The report can be downloaded directly from here (PDF, 5 MB), or from the Cloudbirders site, which contains a number of other good trip reports on Senegal, many of which are from tours combined with Gambia. Many are fairly dull species lists, but among the more recent ones this report by Birdquest from February 2017 (Podor, Dindefelo, Wassadou, Saloum etc.) is worth a read for those planning a trip to Senegal even if it fails to provide any useful information on where to find the most wanted birds (and there are a few errors as well, e.g. Mali Firefinch is not restricted to Kedougou in Senegal, and Marbled Teal is very much a regular visitor to Djoudj). I guess that’s one of the differences between commercial tours that rush from one place to another (imagine spending just a single day in Dindefelo?!) and a bunch of passionate friends who are keen to share their explorations. Dieuredieuf, Morten, Stig & Jon!

 

SN_TripReport Nov2017 (3)

Cricket Warbler / Prinia à front écailleux

 

And since we’re talking trip reports – a really enjoyable report in very much a different style is this recent one from The Gambia: BIRDBLOG GAMBIA 2018. Woodsmoke…dust…many birds!

“The ironically named Singing Cisticola showed well, but sang very, very badly, however Scimitarbill and Grasshopper Buzzard rebalanced the cool scale”

Proof that birding trip reports don’t have to be boring reads – highly recommend it, I had a real good laugh!

 

SN_TripReport Nov2017 (2)

Zebra Waxbill / Bengali zébré

 

 

 

Senegal birding and the UK Birdfair 2017

Last summer I had the chance to be in the UK for the Birdfair 2017. This is the largest annual market in Europe for birdwatchers. There is some overlap with bird conservation and many Birdlife partners are there, but this is primarily a place for the buying and selling of everything that birdwatchers desire; books, optics, but especially birdwatching holidays, and this is big business! Bird tour companies from many South American and African countries had flown in staff to advertise their holidays.

At the fair, South African birder Micheal Mills launched The Birder’s Guide to Africa, which aims to tell birders what is most distinctive about each country’s list of birds and where to go in Africa to most easily see each of the continent’s species. Whilst I do not agree with everything in some of the book’s West African chapters, it is a good start for a discussion of bird tourism in Senegal – which for many reasons would deserve a more prominent place on the Africa birding map (one of the many down-sides of taking very much of a quantitative, purely list-based approach to defining birding destinations, as is done by Michael Mills, is that many countries do get the recognition they deserve).

What is unique? Should more birders visit Senegal, and if so what should Senegalese bird guides do to encourage them? It should be said that I am talking about a certain type of birdwatching tourism – visiting places to make lists of unusual birds – which is the profitable market in which the Birdfair sells. From this perspective, the spectacles of Djoudj, the Sine Saloum and Kousmar are still important, but not enough if the birding guide cannot also find the country’s more unique species.

So, how visible was Senegal at the Birdfair? The short answer is almost invisible! Let’s avoid the historical and perhaps linguistic reasons why The Gambia features at the UK Birdfair, and look at all of West and North-West Africa. Geopolitics affects tourism and, correctly or not, many of the region’s countries are seen as more difficult places to organise tours. Unfortunately, these days large parts of Mali, Burkina Faso, Niger, and northern Nigeria and Cameroon are off-limits to foreign visitors due to ongoing conflict and security concerns. Currently the two most advertised North-West/West African destinations for bird tours are Morocco and Ghana, as destinations for European, North American and South African birders, who are the three main groups.

Let’s take the African Bird Club country lists, which taxonomically almost follow the IOC World Bird List, and query the list. Which species regularly occur in Senegal, but not in Morocco or Ghana and also do not occur widely elsewhere in Africa? This query give Senegal at least 28 “special” species, which it would be a good investment for bird guides to be able to find. Please add your comments to this linked list, which is accessible for editing. Several more could – and probably should – be added, and it’s good to keep in mind that the national list stands at about 680 species (we hope to publish an updated list some time soon on this blog). 

Most of the species on this list are birds of the Sahel and the drier, northern regions of the Sudan savanna. The USGS’ excellent recent resources on West African land use shows the western section of the Sahel bio-climatic region, which extends to northern Ethiopia.   

WestAfrica_biomes_map

 

Little Grey (or Sahelian) Woodpecker is a classic example. Its patchy distribution, which does not go further east than western Sudan, includes northern Senegal where most recent West African observations have been made, though WaBDaB, which coordinates bird observations for Burkina Faso, Niger and Chad, has a few records.

Little grey Woodpecker / Pic gris

Little grey Woodpecker / Pic gris, Gandiolais (BP)

For the average bird tour operator, Senegal is the easiest destination and there are places where it is often seen (Les Trois Marigots and near to Richard-Toll), but probably many to be discovered – for instance, it was reported just last week “well south of Louga” by a Swedish group. This and many of the Sahel specials are much more species of the Middle Valley described in Bram’s recent trip, than of the more famous Djoudj/St. Louis area and many are not on the Djoudj list.  

LittleGreyWoodpecker_map

 

Other species in the 23 with similarly narrow ranges include Cricket Warbler (present in southern Western Sahara, but very localised it seems); River Prinia (header picture – cryptic species only present in the Senegal River delta, River Niger and Lake Chad, though probably overlooked elsewhere); Sennar Penduline Tit; Golden Nightjar (most recent records from Western Sahara where confirmed breeding, and from Chad); Quail-Plover (hard to find, but there are apparently a couple of reliable sites); and the commoner Black Scrub Robin, Sahel Paradise Whydah and African Collared Dove.

Sahel Paradise Whydah / Veuve a collier d'or

Sahel Paradise Whydah / Veuve a collier d’or, Lac Tanma (BP)

 

A second cluster of specials occur in and near the Dindefelo reserve, Senegal’s most recent addition to the country’s Important Bird Areas list. This is the only place outside Mali where the Mali Firefinch is reasonably reliably seen. Other species with strange and small global ranges including Dindefelo are Adamawa Turtle-Dove and Neumann’s Starling. The Kedougou area, and Dindefello in particular, probably has more surprises in store and is likely to yield additional Guinean species that just creep into Senegal. 

Finally, the sea off Dakar makes the list. Away from the Cape Verde, the Cape Verde Shearwater is only reliably seen elsewhere in Africa, in season, off Dakar and the Iles de la Madeleine trio of Red-billed Tropicbird, Bridled Tern and the recent arrival Brown Booby are common enough in other tropical waters, but with few reliable places in Africa. The Tropicbirds are pretty much guaranteed at any time of the year, whilst the boobies and especially the terns and shearwaters are only present in certain seasons. 

RedbilledTropicbird_ilesdelaMadeleine_20180102_IMG_7920

Red-billed Tropicbird / Phaéton à bec rouge, Iles de la Madeleine (BP)

And the message from this? Any Senegalese bird guide who gets to know when and where to find these species should have a profitable business and most of the species are far from the hotspots of Djoudj and the Sine Saloum! And to potential visitors – come over and explore, with or without a local guide: you won’t be disappointed.

 

(post by Paul, with contributions from BP)

 

 

 

La migration en mer devant Dakar: l’automne 2017 (2ème partie)

Comme promis, ci-dessous la suite de notre petite synthèse du suivi de la migration à Ngor. Au cas où vous l’auriez loupée, la première partie se trouve ici.

PomarineSkua_Pelagic_20171115_IMG_6003

Pomarine Skua moulting / Labbe pomarin en mue (2nd c.y.?), Nov. 2017

Je reprends ici le tableau des espèces, même si cette deuxième partie traite uniquement des limicoles, labbes, laridés, sternes et de quelques autres migrateurs (cliquez/tapez pour agrandir).

Seawatch_2017_Summary

Limicoles (Waders)

  • Huîtrier pie (Eurasian Oystercatcher): vu lors d’une séance sur quatre, c’est avec l’espèce suivante le limicole le plus régulier. Généralement des oiseaux isolés ou par 2-3 ensemble, rarement plus (max. de 7 le 12/10).
  • Courlis corlieu (Whimbrel): de loin le limicole le plus nombreux, avec plus de 500 oiseaux dénombrés. Le passage s’effectue – sans surprise – tôt en saison, les premiers oiseaux étant observés le 28/7 (certainement que d’autres les avaient déjà précédés courant juillet, le Corlieu étant l’un des migrateurs paléarctiques les plus précoces). Le matin du 9/8, ce ne sont pas moins de 293 Courlis corlieux qui passent devant le Calao, en 3h30 de suivi… impressionnant! Les effectifs deviennent plus modestes dès le début du mois de septembre, avec un dernier migrateur supposé le 27/10.
  • Barge rousse (Bar-tailed Godwit): ce limicole venu du Grand Nord est bien moins fréquent que l’espèce précédente, qu’il accompagne d’ailleurs volontiers. Plus de la moitié des 67 barges sont vues le 24/8, après quoi le passage est occasionnel avec des petits effectifs à chaque fois.
  • Phalarope à bec large (Grey Phalarope): le seul limicole “pélagique”, cette espèce ne s’observe pas très souvent depuis le Calao; seuls une centaine d’oiseaux sont vus dont 70 qui passent en trois groupes le 28/10, suivis par 24 le 6/11. Quelques observations lointaines de limicoles indéterminés qui pourraient bien se rapporter à cette espèce.
  • D’autres limicoles vus en migration active sont le Courlis cendré (deux le 5/9), le Grand Gravelot, les Chevaliers gambette, aboyeur, guignette et même culblanc, le Combattant varié; aussi Bécasseaux sanderling, cocorli, variable, minute, et le Tournepierre. La plupart de ces limis sont vus lors des matinées pluvieuses, ou après des averses nocturnes, comme ce fut le cas le 24/8 lorsque pas moins de neuf espèces sont vues en migration active.
Oystercatcher_Ngor_20170930_IMG_4931

Oystercatcher / Huîtrier en escale devant le Calao

Labbes (Skuas/Jaegers)

Avec un total de 5’882 labbes dénombrés, il s’agit là du 3e groupe le plus nombreux à passer devant Ngor, après les puffins (36’335 ind.) et le sternes (22’307 ind.).

  • Labbe de McCormick / Grand Labbe (South Polar / Great Skua): la présence des deux espèces a été confirmée dans les eaux dakaroises, mais leur identification reste toujours délicate voire impossible sur le terrain, du moins en l’absence de bonnes photos. Ceci vaut encore plus pour les oiseaux vus en migration active, typiquement vus de loin et pendant quelques secondes ou 1-2 minutes tout au plus, leur séparation est généralement impossible. J’ai donc noté seulement quelques individus typiques comme étant des McCormick sûrs, soit les oiseaux de forme claire ou intermédiaire vus suffisamment bien. Le premier “grand labbe” est vu le 23/8 déjà – date hâtive pour un Grand, donc plutôt McCormick? – puis des isolés passent les 18 et 20/9. Le 8/10 je note un McCormick, le lendemain deux “sp.”, trois le 14/10, puis ce n’est que du 18/10 au 31/10 que ces oiseaux sont vus quasi quotidiennement, avec un max. horaire de 8 le soir du 24/10 – un peu moins donc que l’an dernier à la même période. Encore deux observations fin novembre et une le 3/12, portant le total à 75 oiseaux pour la saison.
  • Labbe pomarin (Pomarine Skua): avec un minimum de 3’368 oiseaux comptes, c’est l’une des espèces les plus nombreuses à passer devant Ngor. Le passage est régulier dès le 31/8, culminant dans la dernière semaine d’octobre et la première décade de novembre. Le maximum est noté le 7/11: pas moins de 957 individus en deux heures de suivi a peine! La fin du passage n’est pas incluse dans ce suivi 2017, car des oiseaux continuent de migrer encore, en nombres variables selon les jours, jusqu’à la 2e décade de décembre en tout cas (p.ex. 47 inds. en 75 min. le 15/12), avec certainement encore quelques oiseaux encore tout à la fin du mois. A noter qu’une bonne partie des 1’731 labbes non identifiés étaient sans doute des Pomarins – probablement au moins les deux tiers, car en plus d’être de loin le labbe le plus fréquent, la plupart des labbes non identifiés sont ceux qui passent loin au large, et on a l’impression – partagée par les équipes des années 2000 – que le Pomarin passe généralement plus au large que le Parasite, qui lui migre volontiers plus près des côtes. Sur l’ensemble de la saison, le rapport Pomarin/Parasite s’établit à environ 6:1.
  • Labbe parasite (Arctic Skua): espèce très régulière bien qu’en petits effectifs, de la dernière décade d’août jusqu’à la fin de la saison. Comme indiqué sur le graphique ci-dessous, il n’y a pas eu de pic bien net, contrairement au labbe précédent qui passe en force pendant une période bien concentrée. On constate également des différences dans le comportement de ces deux labbes: lors des jours de forte migration, les Pomarins passent souvent en groupes lâches comprenant jusqu’à plusieurs dizaines d’individus (max. env. 70 ensemble!), alors que le Parasite migre typiquement seul ou en paires, rarement plus de 3-4 oiseaux ensemble. Autre différence, le Pomarin migre régulièrement assez haut dans le ciel.
  • Labbe à longue queue (Long-tailed Skua): sur les 125 individus dénombrés, 123 sont passés vers le SW – effectif probablement légèrement sous-estimé, car quelques labbes indéterminés sont notés comme “Longue queue ou Parasite”. Ce labbe peut être vu de la mi-août jusqu’à mi-novembre, bien que les deux derniers individus (16 et 21/11) n’étaient pas en migration active: sans doute des oiseaux en escale. Les adultes passent surtout en août et septembre, alors qu’en octobre on voit essentiellement des immatures. Malheureusement je n’ai pas eu le luxe de noter les classes d’âge pour les labbes – là j’aurais besoin de renforts! – donc difficile d’en dire plus sur la répartition précise des immatures et des adultes au fil de la saison chez les trois “petites” espèces.

Skuas_2017_chart

Mouettes & Goélands (Gulls)

  • Mouette de Sabine (Sabine’s Gull): cette belle mouette est sans aucun doute l’une des espèces phares du site, et cette saison on n’a pas été déçus: après un avant-coureur vu le 9/8 déjà, le passage s’amorce timidement dès la fin août, pour devenir régulier à partir du 18/9 au moins. Un premier petit pic est noté le 21/9 (66 inds. en 1h15), puis le 10/10 (84 en 1h30), le 16/10 (182 en 2h)… effectifs qui nous semblaient déjà tout à fait corrects. C’était sans compter (pour ainsi dire!) sur la suite de la saison: Après cinq jours avec à peine quelques individus (sans doute lié aux vents dominants du N/NNE), j’en vois 484 en 2h30 de suivi le 24/10, puis le matin du 25/10, Miguel et moi en comptent pas moins de 1’415 (!) en 3h30, avec encore 77 individus supplémentaires comptés le soir en 1h20. Cela porte donc le total à 1’492 Mouettes de Sabine: à notre connaissance il s’agit là d’un nouveau record journalier pour le Sénégal et sans doute pour l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest. En extrapolant, on peut estimer l’effectif total à quelques 4’850 oiseaux pour cette seule journée du 25/10! Quel spectacle que de voir des groupes de 20, 30 Mouettes de Sabines défiler à la queue-leu-leu… Il y a encore eu quelques bons jours début novembre, puis la migration s’arrête assez brusquement après le 13/11, lorsque les vents tournent vers le N/NE. Deux retardataires le 21/11 et un seul le 1/12 portent finalement le total de la saison à 3’326 oiseaux. Plus encore que pour les autres espèces pélagiques, le passage de cet oiseau devant les côtes est fortement influencé par la direction des vents: quasiment toutes les observations sont faites par vent modéré d’ouest à nord-ouest. Les autres jours, elle doit passer bien plus au large. Là non plus, il n’a pas été possible de tenir des statistiques sur les âges, mais c’est sûr qu’il y avait en tout cas cette année une forte proportion d’adultes; les juvéniles sont plutôt vus en fin de saison.

SabinesGull_2017_chart

  • Pour ce qui est des autres laridés, il y a surtout le Goéland d’Audouin: (voir cet article pour en savoir plus sur son statut au Sénégal) et le Goéland brun (Audouin’s & Lesser Black-backed Gulls). Une centaine pour le premier (env. 85 vers le SW) et 24 oiseaux (dont 14 vers le SW) pour le deuxième, auxquels il faut ajouter 16 “grands goélands indéterminés”, soit des Leucophées, bruns ou dominicains. Un très probable Goéland dominicain (Kelp Gull) passe le 11/8. Le Goéland railleur est vu à cinq reprises seulement, entre le 9/8 et le 8/11, la Mouette à tête grise seulement deux fois (isolés les 18 et 24/9) (Slender-billed & Grey-headed Gulls).

 

Sternes (Terns)

  • Sterne arctique / pierregarin (Arctic / Common Tern): cette paire regroupe 50% (49,8% pour être précis!) de toutes les sternes notées en migration, mais vu la difficulté de distinguer entre les deux taxons lorsque les groupes défilent rapidement devant le site de suivi, j’avais fait le choix de toujours les grouper – ce qui une fois de plus montre les limites de faire un tel suivi tout seul! De plus, j’ai dû estimer le passage certains jours de fort passage, et lorsque les oiseaux passaient très proches du rivage voire haut dans le ciel (surtout le cas avec l’Arctique) j’ai dû en louper pas mal. Du coup, difficile d’interpréter la phénologie telle que suggérée par la courbe ci-dessous. On y note toutefois un net pic à fin septembre, avec une moyenne horaire de près de 300 individus. Le pic de la Sterne arctique se situe apparemment plus tôt en saison (fin août/début septembre); celui de la Pierregarin environ un mois plus tard.

Common-ArcticTern_2017_chart

  • Sterne de Dougall (Roseate Tern): le total de 98 individus est à considérer comme un stricte minimum, car plusieurs individus sont sans doute passés inaperçus dans le flot de Pierregarins et Arctiques sans se faire détecter. Quoiqu’il en soit, la phénologie est assez nette, le passage étant régulier du 24/8 au 20/10, avec un dernier individu le 24/10. Le pic doit se situer à la mi-septembre, mais en l’absence de suivi du 7 au 17/9, difficile d’en dire plus. Un groupe inhabituellement grand (19 inds.) passe encore le 13/10.
  • Sterne naine (Little Tern): avec 186 individus, cette espèce peut être considérée comme migratrice régulière, en faibles effectifs, de fin juillet à fin octobre ou début novembre (un dernier oiseau est vu le 29/11, mais celui-ci n’était pas en migration active).
  • Sterne caugek (Sandwich Tern): près de 4’000 individus dénombrés, surtout de la mi-août à la mi-octobre, bien que le passage s’étale sur toute la saison: déjà fin juillet, des petits groupes sont notés, mais à partir de novembre il devient de plus en plus difficile de faire la part entre migrateurs actifs et oiseaux partant vers les reposoirs ou les sites de nourrissage situés plus au SW du Calao.

SandwichTern_2017_chart

  • Sterne voyageuse (Lesser Crested Tern): les premiers oiseaux sont vus dans la première décade d’août qui marque le début du passage régulier, qui s’étale jusqu’à la mi-novembre. Comme pour l’espèce précédente, il est parfois difficile de distinguer entre oiseaux en migration active et hivernants locaux. En effet, entre deux et cinq oiseaux fréquentent régulièrement la baie de Ngor dès le mois de septembre. Le très modeste pic du passage semble se situer dans la dernière décade de septembre.
  • Sterne royale “africaine” (African Royal Tern): très régulière mais rarement vue en nombres importants, cette sterne est vue tout au long de la saison, mais dès début octobre le passage ralentit fortement pour ne concerner plus que quelques individus (là aussi, il a souvent été difficile de faire le tri entre locaux et migrateurs). Au nord de Dakar, cette espèce ne se reproduit que dans deux grandes colonies, soit celles de la Langue de Barbarie et du Banc d’Arguin.
  • Sterne caspienne (Caspian Tern): vue irrégulièrement: seulement douze données sur l’ensemble de la saison, pour un total de 31 oiseaux présumés migrateurs actifs (max. 12 le 18/9; les trois derniers individus n’étaient probablement pas des migrateurs). L’origine de ces oiseaux peut être européenne ou africaine.
  • Guifette noire (Black Tern): l’une des espèces les plus régulières, avec un “taux de présence” de 87%: elle a donc manqué à l’appel seulement lors de quelques sessions. Effectif maximal de 740 individus le 22/9, lorsque plusieurs milliers ont dû passer devant Dakar. A noter que j’ai entendu des migrateurs nocturnes à plusieurs reprises migrer au-dessus de la maison aux Almadies lors du pic de fin septembre. Une Guifette moustac (Whiskered Tern) est vue le 14/10, mais d’autres sont certainement passées inaperçues, tout comme quelques Guifettes leucoptères ont pu passer au milieu des noires.

BlackTern_2017_chart

Autres taxons

J’en ai déjà mentionné plusieurs ici, donc juste pour résumer voici les autres espèces vues en migration active devant Ngor:

Trois Hérons cendrés et deux pourprés passent le 24/9, alors que des Grandes Aigrettes (1 le 12/10, 5 le 31/10) étaient probablement des migratrices en escale (une Aigrette intermédiaire était également présente le 31/10). Un Balbuzard est noté en migration active le 5/10, tout comme un Busard des roseaux le 12/10, un Faucon crécerellette le 15, et des crécerelles le 27/10 (2 ind.) et le 20/11 (1 ind.). Une Tourterelle des bois passe devant le Calao le 5/9, puis il y a eu ce fameux Hibou des marais le 2/12. Peut-être l’espèce la plus insolite a été la Huppe fasciée, avec deux observations d’individus ayant le même comportement les 18 et 24/9: à chaque fois, je repère l’oiseau arrivant du N ou du NNE volant au-dessus de l’océan et se dirigeant vers Ngor. Seuls quelques Martinets noirs sont vus en tout début de saison (les 5 et 12/8), avec un probable Martinet pâle, vu la date, le 22/10. Quelques Bergeronnettes printanières sont vues ou entendues entre le 14 et le 28/10, alors qu’une Bergeronnette grise survole le site le 30/11. Et enfin deux passereaux en escale sur les rochers ou la petite plage du Calao: quatre Traquets motteux (16/10-29/11) et deux Rougequeues à front blanc (14 & 24/10).

 

Je doute fort que j’aurai le temps de refaire un tel suivi l’automne prochain… bien qu’avec un peu de renforts lors des périodes “stratégiques” il doit être possible de faire encore mieux que cette année. Pour l’instant, on va essayer de renforcer le suivi au printemps (fin février / fin mai) mais là non plus ce ne sera pas possible tout seul… avis aux amateurs!

 

La migration en mer devant Dakar: l’automne 2017 (1ère partie)

Voici donc une première ébauche de synthèse de la saison de seawatch 2017, que j’espère pouvoir retravailler par la suite pour une petite publication. En effet, c’est à notre connaissance la toute première fois qu’un suivi aussi exhaustif est fait sur l’ensemble d’une saison. Les efforts précédents ont presque toujours porté sur une période courte (1 à 3 semaines), généralement en octobre. Il y avait donc pas mal de spéculation quant à la phénologie et l’abondance de certaines espèces qu’on supposait passer plus tôt ou plus tard en saison.

Comme le note Niklas Holmström sur son site Senegal seawatching (qui bien qu’il date un peu, contient toujours une multitude d’infos pratiques): “septembre, fin novembre et décembre restent inexplorés et sont des périodes intéressantes pour les pionniers du seawatching ayant envie de faire des découvertes. Les possibilités d’apprendre et de découvrir de nouvelles choses sur ce mystérieux groupe d’oiseaux sont encore énormes, surtout en ce qui concerne l’identification, la mue et les migrations!”. On trouvera notamment une liste des oiseaux de mer vus depuis Ngor ou au large depuis des bateaux, ainsi qu’une synthèse des effectifs notés par les diverses équipes ayant fait des suivis dans les années ’90 et 2000.

J’avais déjà fait un premier point sur la saison 2017 ici, et une note sur notre sortie en mer est consultable ici. Et pour une petite synthèse du passage prénuptial, se rendre ici.

Scopoli's Shearwater / Puffin de Scopoli

Scopoli’s Shearwater / Puffin de Scopoli, Ngor, Nov. 2017

Ces derniers mois, j’ai donc élu domicile sur la terasse du Calao, ayant fait 92 séances (82 dates différentes) entre le 22 juillet et le 5 décembre, pour un total de 125 heures de suivi (et j’ai dépensé une petite fortune en espressos, à 1’500 CFA la tasse, et même pas reçu de rabais!!) Soit une présence sur près de deux jours sur trois pendant la période; quelques séances ont été assurées par Miguel Lecoq lorsque j’étais absent et d’autres ont été faites en sa compagnie – un grand merci à lui! Sans exception, toutes les observations ont été effectuées depuis le Calao de Ngor, généralement le matin entre 7h30 et 9h30 à l’exception de quelques séances plus longues ou en fin de journée. Au final, ce sont un peu plus de 69’000 oiseaux qui ont été comptés.

Les principaux “trous” dans le suivi étaient fin juillet/début août, la 3ème semaine d’août, du 7 au 17 septembre, et les cinq premiers jours de novembre. On a donc fourni un gros effort pour avoir un suivi aussi complet que possible, mais le faire tout seul (ou presque) est bien sûr impossible. Du coup je suis allé observer un peu moins dans d’autres coins ces derniers mois (Technopole, mais aussi Pointe des Almadies, Ngor, Mamelles, Iles de la Madeleine…), mais surtout, j’ai encore plus souvent que d’habitude été absent de la maison, surtout le matin… j’en profite donc pour m’excuser auprès de ma petite famille, et à remercier Madame pour son niveau de tolérance élevé!

On a essayé de compter toutes les espèces de manière systématique, plus particulièrement les puffins, océanites, sulidés, limicoles. labbes, laridés et sternes. A quelques occasions des estimations ont dû être faites pour les sternes, car certains jours lors de passages soutenus c’était impossible de compter tous les oiseaux tout seul. Idem lorsqu’on se trouve devant un flux de plusieurs milliers de puffins. Pour les sternes en particulier, il est parfois difficile de distinguer entre oiseaux en migration active et individus stationnant ou se nourrissant dans la zone; il en est de même pour les Goélands bruns et d’Audouin, surtout en fin de saison.

Essai de synthèse…

Par où commencer? Peut-être par les faits les plus marquants, et notamment les passages impressionnants de Mouette de Sabine, Puffin cendré/de Scopoli, et Puffin majeur avec apparemment des records battus pour chacune de ces espèces. Pas de grandes raretés vues, mais tout de même quelques migrateurs peu courants sont notés, comme le Puffin des Baléares ou le Puffin de Boyd. L’absence ou la quasi-absence de quelques oiseaux de mer comme le Pétrel de Bulwer et les océanites est aussi à relever; ces espèces seraient plus faciles à détecter depuis l’ile de Ngor car on se trouve d’une part sur un point de vue plus élevé, d’autre part plus proche des migrateurs que le Calao.

Aussi 2-3 espèces inattendues, avec notamment un Hibou des marais qui arrive depuis le large, le 2/12, ainsi que deux observations de Huppe fasciée et une de Tourterelle des bois en migration active.

Le tableau ci-dessous est une tentative de résumé du passage des principales espèces: vous y trouverez le total compte, le “taux de présence” (rien de scientifique ici! juste le % de jours de présence de chaque espèce), les premières et dernières dates, ainsi que la date et l’effectif maximal, sous forme de nombre d’oiseaux par heure. En effet, vu que je n’ai pas pu faire un suivi exhaustif avec une présence continue chaque jour (j’aurais dû prendre quatre mois de congés, et encore!), il a fallu trouver un moyen de standardiser afin de pouvoir comparer l’intensité du passage au cours de la saison. J’ai donc calculé pour chaque jour le nombre d’oiseaux passant par heure, puis pour faire les graphiques de présence c’est la moyenne des effectifs par heure que j’ai utilisée. Pas sûr si ça tient la route tout ça, à creuser encore… d’ailleurs s’il y en a qui ont des idées pour analyser les données de manière à les rendre pertinentes, je suis preneur…

Seawatch_2017_Summary

Maintenant pour une brève discussion pour chaque espèce:

Puffins (Shearwaters)

  • Puffin cendré & de Scopoli (Cory’s/Scopoli’s Shearwater): ces deux taxons sont très difficiles à distinguer donc ils sont regroupés ici; avant c’était d’ailleurs bien plus simple car ils étaient traités comme des sous-espèces et non des espèces à part entière. On ne sait pas trop dans quelle proportion chacune des deux espèces est présente, mais c’est sûr qu’il y avait aussi bien de Scopolis que des cendrés. Je soupçonne toutefois que les Scopolis sont largement majoritaires, selon nos observations de l’an dernier et aussi lors du pélagique de mi-novembre. Idem d’ailleurs fin octobre devant les côtes marocaines, avec moins de 10% de cendrés sur les 500 Calonectris vus par l’équipe de Limosa. Voir aussi cette discussion sur l’identification de ces puffins ici. Vus lors de chaque séance à partir du 23 octobre, initialement en petit nombre (1-14 ex., 23-28/10), puis dès le 30/10 le passage s’intensifié: près de 100 ind. par heure le 30, pour culminer du 6 au 11/11. Pendant ces six jours, le flux de puffins est quasi continu, avec presque tous les jours plus de 1,000 oiseaux par heure (max. 4157/h. le 6/11, soit 70 individus par minute). Il est probable que ce passage très concentré ait commencé quelques jours plus tôt, mais il n’y a pas eu d’observations du 1er au 5/11. Après le 11/11 le passage devient moins constant, peut-être en raison du changement de la direction dominante des vents (NE au lieu de N/NW) bien qu’il concerne toujours quelques centaines d’oiseaux par heure du 14 au 16 et le 19/11. Les 3-4/12 il y a de nouveau pas mal d’oiseaux qui défilent – passage qui peut d’ailleurs durer jusqu’à fin décembre, du moins certaines années. En tout, plus de 32,000 individus sont comptés, soit près de la moitié (47%) de l’effectif total toutes espèces confondues.

Corys-ScopolisShearwater_2017_chart

  • Puffin du Cap-Vert (Cape Verde Shearwater): vu à quelques reprises seulement, bien qu’il soit possible que quelques individus soient passés inaperçus dans les gros mouvements de l’espèce précédente. Les quelques oiseaux vus n’étaient pas forcément en migration active, comme p.ex. ce groupe de 11 individus qui se nourrissent devant Ngor le 11/10. Deux puffins vus fin juillet et quatre début août étaient peut-être bien des Cap-Vert, mais trop lointains pour en être certain… Cette espèce doit d’ailleurs être bien plus nombreuse au large, comme en témoignent nos observations du 15/11 lors de notre sortie en mer. La présence de l’espèce devant Dakar semble d’ailleurs hautement variable d’une année à une autre.
  • Puffin majeur (Great Shearwater): l’une des grosses surprises de la saison fut le passage tout à fait inattendu de centaines d’individus début décembre… alors que seul un individu avait été vu début novembre. Fait étonnant, ce passage a eu lieu quasi uniquement le soir: le dimanche 3/12, je note 157 Puffins cendrés/de Scopoli en deux heures de suivi le matin, et en retournant en fin d’après-midi – espérant voir un peu plus de labbes – c’est un flot continu de puffins qui se présente devant moi, avec plus de 700 individus notés en 40′, dont env. 200 Puffins majeurs! Le lendemain pareil: très peu de puffins le matin (juste 14 de type cendré et un fuligineux), mais le soir il y a une bonne centaine de majeurs qui passent vers le sud-ouest, avec un passage soutenu qui dure jusqu’au crépuscule au moins. Vraiment étonnant et tout à fait exceptionnel! Comme quoi, ça vaut la peine de ne pas seulement faire du seawatch le matin – quelque chose qu’on savait déjà pour les labbes, mais pour ces Puffins majeurs ce passage uniquement “vespéral” était vraiment inattendu. Logiquement il s’agirait d’oiseaux immatures à cette époque, car les adultes devraient maintenant avoir regagné les sites de nidification de l’Atlantique Sud. Dommage que je n’aurai pas pu continuer le suivi après le 5/12, car c’est bien possible que ce passage ait continué encore dans les jours suivants.
  • Puffin fuligineux (Sooty Shearwater): l’une des espèces les plus régulières, vue sept jours sur dix et quasiment lors de toutes les séances à partir du 18/9. Le graphique ci-dessous résume la phénologie, sous forme de nombre moyen d’oiseaux par heure, pour chaque décade entre fin juillet et début décembre; il y aurait donc deux pics de passage, mais j’ai mis le pic de la 2ème décade de septembre en bleu clair car il n’y a eu que deux jours d’observation lors de cette période, donc moyenne à prendre avec des pincettes. Comme pour pas mal d’autres taxons, le passage est généralement plus intense par vents d’ouest à nord. Avec 3,600 individus comptés, Ardenna griseus fait partie du Top 10 des espèces les plus nombreuses de la saison.

SootyShearwater_2017_chart

  • Puffin des Anglais (Manx Shearwater): régulier avec des effectifs très modestes de mi-septembre à fin octobre, puis arret quasi total de la migration par la suite, avec juste une observation en novembre puis un seul oiseau le 3/12. Comme je n’ai pas pu faire de suivi entre le 7 et le 17/9, il est bien possible que les premiers oiseaux passent déjà début septembre. Et que pas mal d’individus passent plus au large et ne sont pas détectés depuis le Calao (par contre, ce qui est sympa chez cet oiseau c’est qu’il passe régulièrement près du rivage, contrairement à la plupart des autres puffins).
  • Puffin des Baléares (Balearic Shearwater):  un individu notê le 23/9. Peut-être plus courant que cette seule donnée ne le suggère, mais pas forcément facile à identifier donc peut-être qu’il y en avait quelques-uns parmi la soixantaine de puffins non identifiés que j’ai notés…
  • Puffin de Boyd (ou est-ce de Macaronésie? difficile de savoir quel traitement taxonomique lui réserver; Boyd’s Shearwater): un le 18/9.

Océanites (Storm Petrels)

  • Océanite de Wilson (Wilson’s Storm Petrel): Curieusement, lors de ma toute première séance, le 22/7 (ca parait bien loin maintenant!), je constate la présence d’une cinquantaine d’océanites devant le Calao, en train de se nourrir en faisant leurs va-et-vient papillonnants typiques de l’espèce. Deux jours plus tard, alors que le vent s’est couché, il n’y en a plus que trois. Il faut ensuite attendre le 8/10 pour voir quatre de ces oiseaux, par mer ultra calme de surcroît, puis trois le 11/10 et pas moins de 80 (environ!) le 14/10 et quelques-uns encore les deux jours suivants. Encore un oiseau le 24/10, puis c’est tout!
  • Océanite tempête (European Storm Petrel): un seul oiseau identifié, le 11/11 par mer très calme et un vent du nord bien faible.

Sulidés (Boobies & Gannets)

  • Fou de Bassan (Northern Gannet): un premier individu est vu le 18/9, mais ensuite il faut attendre un bon mois avant le suivant, puis ce n’est qu’a partir de début novembre que l’espèce devient régulière. Sur les 65 individus dénombrés, neuf passaient vers le nord-est ou étaient plutôt stationnaires. Le Fou de Bassan devrait logiquement encore continuer d’arriver ces prochaines semaines, et c’est bien plus tard en saison (janvier/fevrier) qu’on voit les plus gros effectifs, parfois quelques centaines, dans les eaux dakaroises.
  • Fou brun (Brown Booby): vu sept fois, dont trois individus en vol vers le sud-ouest et quatre vers le nord-est: difficile de parler d’un passage migratoire, peut-être plutôt des oiseaux stationnant aux Iles de la Madeleine et partant en mer pour pêcher? Tous les oiseaux étaient des immatures.

La suite de cette synthèse sera publiée dans quelques jours si tout va bien. Vous y trouverez limicoles, labbes, mouettes et goélands, sternes et guifettes, et quelques autres piafs encore.