Archive by Author | bram

Shearwaters off Ngor, 15/04

First of all let me apologise for the stream of mostly blurred pictures that is about to follow. I’m pretty pleased with the picture above, but found it really difficult to get decent shots of moving birds from a moving boat, one hand on the camera and the other holding on to the boat… and this despite the fact that the ocean was really quite calm when we set out on a mini-pelagic last weekend.

We didn’t see a huge variety of birds but what lacked in diversity was made up for by the quality of our encounters and by the good numbers of shearwaters – mostly Cape Verde but also quite a few Scopoli’s Shearwaters and probably some Cory’s too. Three species of Skuas (Long-tailed, Arctic, Pomarine) were seen, but only a few Northern Gannets, are left, while four storm petrels were seen too briefly to be sure (probably Wilson’s). Other than that a single Audouin’s Gull, two migrating Black Terns and of course Royal and Sandwich Terns, albeit in small numbers. Oh and a lone Barn Swallow migrating low over the waves. In 2015, a similar boat trip on almost exactly the same date (18/4) produced quite a few more storm petrels (European, Wilson’s, Madeiran), two additional shearwater species (Manx and Sooty) as well as several Sabine’s Gulls.

I should really go out more on these boat trips as there’s always something interesting to see, and it really is a unique experience to find oneself surrounded by seabirds feeding around you. Last week’s trip is also a good opportunity to review some of the ID challenges with our Calonectris shearwaters, so here we go:

Cape Verde Shearwater Calonectris edwardsii

By far the most numerous bird of the trip, with at least 200 birds spread mostly between two groups. When seen at close range this is also one of the easier ones to identify: a medium-sized shearwater superficially similar to Cory’s/Scopoli’s, but clearly smaller and more slender, with a longer tail and overall plumage being more uniform brown and darker above. Its bill is rather fine, mostly grey without any yellow tones; some may even appear almost pinkish (see 3rd picture down).

CapeVerdeShearwater_Ngor_20170415_IMG_1373

Cape Verde Shearwater / Puffin du Cap-Vert

The upperparts aren’t as contrasted and largely lack obvious grey in the wings and back compared to Cory’s/Scopoli’s, and do not display a distinctive dark “M” (or W, depending how you see things!) across the wings as on Scopoli’s, only a slightly darker band across the arm:

CapeVerdeShearwater_Ngor_20170415_IMG_1274

Cape Verde Shearwater / Puffin du Cap-Vert

Under strong light they do sometimes look paler and may show a slightly mottled back:

CapeVerdeShearwater_Ngor_20170415_IMG_1382

Cape Verde Shearwater / Puffin du Cap-Vert

Especially on swimming birds, the dark head can be fairly distinctive and may even be reminiscent of Great Shearwater. The size difference with Cory’s is striking when seeing the two species together but of course this is much harder when watching these birds from land while they are feeding out at sea or flying a kilometer away from the shore. The Cory’s Shearwater in the picture below (yellow bill with dark tip, pale grey head) looks huge compared to the Cape Verdes, which suggest Cory’s rather than Scopoli’s – but see further down for a discussion on separation of these two closely related (sub-)species.

CapeVerdeShearwater_Ngor_20170415_IMG_1335

Cape Verde Shearwater (& one Cory’s / Scopoli’s) / Puffin du Cap-Vert (& un P. cendré / de Scopoli)

Cape Verde’s underwing pattern is intermediate between Cory’s and Scopoli’s Shearwaters, usually showing a sharp demarcation between the dark primaries and underwing coverts. The paler inner webs on the primaries make the hand look more grey than black, though this is visible only under good light conditions and is less distinctive than on Scopoli’s.

CapeVerdeShearwater_Ngor_20170415_IMG_1253

Cape Verde Shearwater / Puffin du Cap-Vert

Cape Verde Shearwater considered a globally threatened species, under the category Near Threatened on the IUCN Red List, owing to its moderately small population and range size. There are said to be around 10,000 breeding pairs (= ca. 30,000 birds in total), largely limited to just three islands of the Cape Verde archipelago. The population is thought to be declining owing mainly to uncontrolled levels of harvest. Indeed, “present-day harvests for food and bait have reached unprecedented levels and the threat this poses is augmented through motor-vessel use by fishermen […]. Currently, an estimated 5,000 chicks are taken from their nests on Raso and Branco each year. The species may also suffer predation from introduced species such as cats.” (BirdLife International, 2016).

If the 2001 estimate of 30,000 Cape Verde Shearwaters still holds true, then I saw close to 4% of the world population one morning last week at Ngor, when at least 1,100-1,200 birds were visible from the Calao terrace. Sure, some of these were likely Scopoli’s Shearwaters, though based on the few birds that were close enough to identify and going by our sightings from the boat a few days earlier these would account for 5-10% only. The species arrives on its breeding grounds from February-March, but egg-laying and incubation take place in May-July so the birds that are at Ngor at the moment may still head to Cape Verde – unless they’re all non-breeding birds of course. The species’ presence off Dakar seems rather unpredictable, with late winter and spring (Feb.-May, even June) seemingly the most reliable period to see them here; in certain years there are also good numbers in November (cf. Senegal Seawatching website)

CapeVerdeShearwater_Ngor_20170415_IMG_1247

Scopoli’s Shearwater Calonectris diomedea

There were probably 10-20 birds in total, mixed in with the Cape Verde Shearwaters and mostly seen sitting on the ocean surface, and as such I have less useful pictures to share here. A shame because I’m not entirely sure that there weren’t any Cory’s Shearwater C. borealis as well, given that some birds looked really large and heavy-billed. Both species – formerly considered subspecies of Cory’s – share the same overall appearance of a large, grey-headed shearwater with a flashy yellow bill. Differences between the two are subtle and as such one would require good views or photographs in order to positively identify these birds; those see at a distance or under poor conditions are best left as Cory’s/Scopoli’s Shearwater.

The underwing pattern of Scopoli’s Shearwater is probably the most reliable field character, with the hand being less black and lacking the clear demarcation between the withe primary coverts and the dark primaries, which have white inner webs. This is often hard to see as flying birds are constantly shifting and often hold their wings down, hence the need for good pictures. Another feature of Scopoli’s is that is has a single black spot near the base of P10, whereas Cory’s has two on the outermost primary coverts (the 2nd one being detached from the dark edge of the wing – again, difficult to see other than on photographs). The size difference between Cory’s (which is slightly larger) and Scopoli’s is not very useful given that there is overlap and apparently much variation.

The picture below shows two Scopoli’s and one Cape Verde Sheawater: note the pale “hand” on the bird in the background, and yellow bill clearly visible on the bird in the front

ScopolisShearwater_Ngor_20170415_IMG_1321

Scopoli’s Shearwater / Puffin de Scopoli

A good feature to pick up Scopoli’s among a group of Cape Verde Shearwaters, besides an obvious size difference and the yellow bill, is the much paler appearance of the head, mantle, and side of breast.

ScopolisShearwater_Ngor_20170415_IMG_1296.JPG

Scopoli’s Shearwater / Puffin de Scopoli (at least 5 birds here)

The upperwing is clearly more contrasted than Cape Verde, with a dark zigzag across the otherwise grey wing, and mottled brown/grey saddle. This is especially true for Scopoli’s which is said to be greyer than Cory’s:

ScopolisShearwater_Ngor_20170415_IMG_1320

Scopoli’s Shearwater / Puffin de Scopoli

As mentioned earlier, some birds looked really massive, including the thick bill, but I could not get any conclusive Cory’s – only a few suspected birds such as the one below. A shame that the underwing pattern isn’t clearly visible on this one:

ScopolisShearwater_Ngor_20170415_IMG_1255

Scopoli’s or Cory’s Shearwater / Puffin de Scopoli ou cendré?

Further reading on separating diomedea and borealis can be had here and here, among others. There’s nothing much to be found on the occurrence in West Africa given that most records are of “Cory’s Shearwater” in the old sense, without distinction between the two species as currently recognised. Most records are from October-November and again around April, but the numbers are quite variable from one year to another. In 2016, we witnessed a strong passage of presumed Scopoli’s throughout November, but no birds could be labelled as obvious Cory’s.

Scopoli's Shearwater / Puffin de Scopoli

Scopoli’s Shearwater / Puffin de Scopoli

Skuas – another tricky ID category – may follow in a later post!

More Americans in Dakar

Yesterday Wim, Theo and I visited our favourite urban hotspot once again. I hadn’t been to Technopole since April 2nd and was keen to find out what new birds were around with spring migration still in full swing.

Our Easter Monday visit proved to be pretty rewarding, mainly thanks to the presence of no less than three (!) American Golden Plovers, with a supporting cast of hundreds of other waders and of course various terns and gulls. Conditions are now really good for most waders. Besides the Black-winged Stilts (which seem to have started breeding again) and Spur-winged Lapwings, there were lots of Little Stints (100-200?), a few Curlew Sandpipers, a flock of ca. 40-50 Sanderlings that arrived from the south and settled on an islet), still quite a few Greenshanks but less Wood Sandpipers than a few weeks ago, a few Common Redshanks, singles of Common Sandpiper and Ruff, still two Avocets, only two Grey Plovers, several dozen Common Ringed and two Kittlitz’s Plovers.

As we were scanning through these waders, this bird popped in view:

AmericanGoldenPlover_Technopole_20170417_IMG_1402

GOLDEN PLOVER!

But which one?

European, American and Asian Golden Plover are all possible here, but all three are rare to extremely rare vagrants to Senegal. European was quickly eliminated based on structure alone: long legs, elongated rear due to long wings, generally slender appearance. It then flew off a short distance and landed out of sight, but luckily we saw the bird several times at fairly close range in the following two hours.

AmericanGoldenPlover_Technopole_20170417_IMG_1507

American Golden Plover / Pluvier bronzé (= P. dominicain)

While we were watching this bird, I spotted another intriguing plover in the background, though this one was a young bird (2nd calendar year) that lacked any black on its face or underparts: another golden plover!

AmericanGoldenPlover_Technopole_20170417_IMG_1460

American Golden Plover / Pluvier bronzé

And then a little while later this one: similar to the previous bird, but overall appearance was more uniform brown. This bird hadn’t started moulting its mantle or coverts yet, unlike the individual above.

AmericanGoldenPlover_Technopole_20170417_IMG_1497

American Golden Plover / Pluvier bronzé

Identification

Young birds especially can be tricky to separate from Grey Plovers, so we made sure to get good views of the underwing pattern even if structure alone – identical to the adult bird – made it clear that we were watching a total of three different Golden Plovers. Both youngsters lacked the distinctive black “armpit” patch of Grey Plover but rather showed pale grey axillaries as can be seen below.

AmericanGoldenPlover_Technopole_20170417_IMG_1525.jpg

American Golden Plover / Pluvier bronzé

We also paid attention to silhouette and structure in flight, and found that the adult bird had toes that were marginally (but clearly!) extending beyond the tail tip – a feature that’s typically associated with Pacific Golden Plover, but which appears to be variable and as such may not be highly useful. We heard at least one bird calling, a high-pitched kleeuu. No recording unfortunately… I should just have left the recorder on while we were watching these birds! At least we managed to get a few decent pictures (I took well over a hundred pics…).

In the end, after examining our pictures back home, we concluded that all three were American Golden Plovers: wings projecting substantially beyond the tail tip, tertials ending well before the tail tip, leaving at least 3-4 (5?) primary tips visible; relatively short and fine bill; the call which more closely resembled recordings of Pluvialis dominica. Supporting characteristics in favour of American are, for the young birds, the very limited amount of golden “spangling” on the mantle and scapulars; the broad whitish supercilium; the larger, more diffuse “ear spot” and prominent “loral smudge”. The very coarse mottling of the moulting adult is said to fit American better than Asian Golden Plover, and the blotches on the rear flank and on undertail coverts also point towards the Yankee origin.

AmericanGoldenPlover_Technopole_20170417_IMG_1479

American Golden Plover / Pluvier bronzé

Occurrence in Senegal

This record appears to be the 9th for Senegal, with previous eight records listed as follows:

  • 28/05/1979, one caught on the northern shores of Lac de Guiers (Saint-Louis) by Bernard Treca (Morel & Morel)
  • 10-16/10/2005, a juvenile at Technopole (Holmström et al., two pictures here)
  • 16-17/10/2006, one photographed at Ziguinchor (ABC Bulletin Recent Reports)
  • 22/11/2012, two at Lac Tanma (Thies), by Paul Robinson (detailed account and pictures here)
  • 11/02/2013, one at Diembering (Basse-Casamance), by Simon Cavaillès and Jean-François Blanc (picture here)
  • 07/03/2013, one at Lac Mbeubeusse (Dakar), Paul Robinson (details and pictures here)
  • 26/04-09/05/2015, one at Technopole, Bram Piot (ABC Bulletin Recent Reports)
  • 18/12/2016, one at Technopole, Bram Piot (see here)

The increase in number of records in recent years is interesting of course, but most likely reflects a much better observer coverage of suitable stop-over sites for waders, particularly in the Dakar area since the start of the decade. All records are from between mid-October and the end of May, and one can assume that the species is now a regular though very scarce visitor to Senegal. With records from several other countries in the subregion, American Golden Plover appears to be the most regular Nearctic vagrant to West Africa. In neighbouring Gambia, there are at least five records (1984, 1997, 2005, 2013, 2016), while the first (and so far only?) for Mauritania was in the Diawling NP, just across the border with Senegal, in February 2004 (two birds).

The only record of Pacific Golden Plover for Senegal was from mid-May in the Saloum delta, more precisely from the Ile aux Oiseaux where Wim, Simon and others saw a neat adult on 10/5/12 (see their short note in Malimbus 35, 2013, and picture below).

pluvier fauve

Pacific Golden Plover / Pluvier fauve, Delta du Saloum, May 2012 (S. Cavailles)

Back to yesterday’s sightings: in addition to the various waders already mentioned, other good birds included a Mediterranean Gull among the Slender-billed, Grey-headed and Black-headed Gulls (the latter now in low numbers only), as well as all three species of marsh tern: +10 Black, 3-4 White-winged, at least one Whiskered Tern – almost all still in winter plumage or moulting into 1st summer plumage. Also a single European Spoonbill, ca. 10 Sand Martins, but otherwise few other northern migrants.

BlackTern_Technopole_20170417_IMG_1539

Black Tern / Guifette noire

WhitewingedTern_Technopole_20170417_IMG_1543

White-winged Tern / Guifette leucoptère

WhitewingedTern_Technopole_20170417_IMG_1563

White-winged Tern / Guifette leucoptère

Never a dull moment birding in Dakar… let’s see what our next visit brings!

Combien de Vautours charognards à Dakar?

Le Vautour charognard connaît l’un des déclins les plus drastiques de tous les oiseaux africains, accusant des chutes d’effectifs impressionnants. Au point de disparaître quasiment entièrement de certaines régions! C’est le cas par exemple du Niger ou du Mali, et de manière plus globale en Afrique de l’Est et australe hors des parcs nationaux et autres espaces protégés suffisamment vastes. La généralisation de ce déclin à travers la majeure partie de son aire a récemment justifié l’inclusion de ce vautour, tout comme plusieurs autres, sur la liste rouge d’espèces menacées d’extinction dans la catégorie « CR » (en danger critique d’extinction) par BirdLife International.

Ce vautour au nom peu imaginatif (car appartenant à un groupe d’oiseaux dont quasiment tous les membres sont charognards!), aussi connu sous le nom tout aussi peu évocateur de “Percnoptère brun”, est encore relativement commun à Dakar. On les voit effectivement un peu partout survolant la ville, y compris chez moi aux Almadies, près du bureau à Sacré-Cœur, sur les lampadaires de l’autoroute ou encore le long de la Corniche entre les Mamelles et le Plateau… Il suffit généralement de scruter le ciel pendant 10-15 minutes pour en voir au moins un ou deux en train de tourner à la recherche de nourriture ou en route vers un dortoir nocturne.

HoodedVulture_HannPecheurs_20160832_IMG_5025_edited

Hooded Vulture / Vautour chargnard, baie de Hann, août 2016

Au premier abord on pourrait donc se dire que tout va bien. Et ben non… il se trouve que l’espèce a fortement régressé ici comme ailleurs sur le continent. Mais dans quelles proportions au juste ?

Depuis début 2016, Wim Mullié, Theo Peters et votre serviteur se sont intéressés de plus près au sujet, au point d’entamer des dénombrements aussi systématiques que possible et de rassembler toute information connue à propos de ce sympathique vautour. Wim en particulier a été instrumental dans la mise en œuvre de cette petite étude, qui a résulté en une presentation orale lors du congrès pan-africain d’ornithologie qui s’est tenu à Ngor en octobre dernier. Et surtout, un article sera publié prochainement dans la revue d’ornithologie africaine Ostrich. Nous avons pu estimer la population actuelle et il nous a été possible d’effectuer certaines comparaisons avec des données historiques, notamment celles obtenues par Jean-Marc Thiollay à la fin des années 60. De plus, nous avons cherché à identifier les causes probables du déclin accusé par le Vautour charognard à Dakar.

Hooded Vulture / Vautour charognard

Hooded Vulture / Vautour charognard adulte, photographié depuis mon balcon

Donc justement, qu’en est-il de la situation actuelle ? Sur la base de multiples comptages aux dortoirs répartis à travers la ville effectués avant, pendant et vers la fin de la saison des pluies, nous estimons que l’effectif total se situe actuellement autour des 400 individus. En 1969, l’estimation faite par Jean-Marc – certes assez grossière, mais selon nous reflétant la bien la situation de l’époque – était de pas moins de 3000 individus ! C’est dire que le déclin est drastique.

La diminution progressive, peut-être même exponentielle, a sans doute commencé il y a plusieurs décennies, car déjà au milieu des années 90 Jean-Marc a noté des disparitions locales et des déclins importants dans plusieurs régions de l’Afrique de l’Ouest. Une étude menée par Jean-Pierre Couzi (lui aussi l’un des sept co-auteurs de notre publication) sur les oiseaux charognards et « détritivores » de Dakar avait abouti à environ 500 oiseaux, bien qu’il soit probable que l’effectif réel était plus élevé que cela.

HoodedVulture_HannPecheurs_20160827_IMG_5025_edited

Hooded Vulture / Vautour charognard sur bassin petrolier, Hann, août 2016

Les raisons de ce déclin drastique (plus de 85% !) sont sans doute multiples, mais trois d’entre elles ressortent comme étant probablement les plus importantes :

  • La disparition des sites de nidification et de nourrissage en raison de l’urbanisation galopante et incontrôlée mais aussi de meilleures pratiques d’hygiène (en particulier dans les abattoirs – pour le reste j’en conviens c’est un concept tout relatif lorsqu’on voit les tas de déchets en ville comme à la campagne),
  • L’empoisonnement – intentionnel ou non – surtout à travers des poisons destinés aux chiens errants, dont une campagne à grande échelle a été initiée par les autorités en 2010 pour combattre la rage : entre 2011 et 2016, plus de 21 000 chiens ont ainsi été éradiqués au moyen d’appâts empoisonnés par la strychnine.
  • La capture de vautours pour les besoins de la médecine traditionnelle et pour utilisation comme fétiches (rien que sur la Petite Côte, ceux-ci seraient utilisés contre la lèpre, les maux d’estomac et des reins, les parasites, pour se rendre invulnérable, pour réussir un examen et/ou se faire promouvoir, ou encore pour voir le futur… et ce autant chez les Sérère que les Wolof et les Bambara).

Cela dit, ce sont pour l’essentiel des hypothèses, et beaucoup de questions restent sans réponse: les raisons évoquées méritent d’être confirmées par des études plus poussées. Il reste beaucoup à apprendre sur cette espèce, aussi bien dans les zones où elle est en diminution que dans celles où il en reste encore beaucoup. Heureusement que ces zones existent encore, même pas trop loin d’ici : en Gambie, en Casamance, en Guinée-Bissau et à Conakry il reste énormément de Vautours charognards. Henriques-Baldé a estimé l’effectif bissau-guinéen à pas moins de 76 000 individus, et personnellement j’ai pu voir à quel point il y a des dizaines voire des centaines d’oiseaux à Ziguinchor, le Cap Skirring ou encore à Conakry. Plus de 3000 subsistent dans la région de Banjul. A l’autre opposé du spectre, j’ai pu constater l’absence ou la quasi-absence des Vautours charognards à Bamako, Ouagadougou ou encore Niamey.

Tout n’est donc pas perdu à Dakar et il est peut-être possible de ralentir la disparition de l’espèce dans nos cieux… mais il faudra y mettre les moyens et faire vite: préserver les sites de repos et de nidification, arrêter l’empoissonnement, stopper le commerce des parts de vautours (et surtout la demande de la part des consommateurs !), assurer la disponibilité de nourriture et ce particulièrement à travers une collaboration avec les abattoirs. Autant dire que le futur est loin d’être rose pour cet oiseau si caracteristique des villes sénégalaises

Je me trompe peut-être, mais je n’ai pas encore vu beaucoup d’actions de la part des quelques rares acteurs capables de les mettre en œuvre au niveau national voire régional – BirdLife surtout, mais aussi NCD et les diverses autorités compétentes. Des symposiums, dépliants, ateliers et autres déclarations politiques ne suffiront pas : ‘faudrait qu’ils se réveillent rapidement car bientôt ce sera trop tard…

Hooded Vulture / Vautour charognard

Hooded Vulture / Vautour charognard adulte au Technopole, avril 2016

Pour en savoir plus…

Buij R, et al. (2016): Trade of threatened vultures and other raptors for fetish and bushmeat in West and Central Africa. Oryx 50: 606-616.

Jallow et al. (2016): High population density of the Critically Endangered Hooded Vulture Necrosyrtes monachus in Western Region, The Gambia, confirmed by road surveys in 2013 and 2015. Malimbus 38: 23-28.

Ogada et al. (2015): Another Continental Vulture Crisis: Africa’s Vultures Collapsing toward Extinction. Conservation Letters 9: 89-97.

More records from Diembering, Casamance

Early March we went back to Diembering (or Djembering, Diembereng, Djembereng…), six months after our first visit back in October. We once again stayed at the excellent Akine Dyioni Lodge nested in the dunes between the village and the ocean, just a stone’s throw from the beach.

Among the ca. 140 species that were seen during our stay, some of the highlights included Buff-spotted Woodpecker at the Ecoparc, Yellow-throated Longclaw in the fields to the NE of the village, Oriole Warbler in the lodge gardens though far more discrete than back in October when they were regularly seen and heard, and last but not least the unusual Capuchin Babbler in the Ecoparc (links will take you to my recordings on xeno-canto, all from Diembering). Our visit to the Ecoparc was much appreciated by the entire family, expertly guided by Jean-Michel. If you ever make it to the Cap Skirring area, make sure to visit the forest, and why not try their delicious thiebou diene or even stay the night there to fully take advantage of the forest life! Find out how one visionary community member achieved this rare conservation success story here.

YellowthroatedLongclaw_Diembering_20170307_IMG_0034

Yellow-throated Longclaw / Sentille à gorge jaune

YellowthroatedLongclaw_Diembering_20170307_IMG_0053

Yellow-throated Longclaw / Sentille à gorge jaune

Two species that I’d suspected last time but heard only too briefly were now confirmed: Green Crombec, Yellow-breasted Apalis – plus other forest “specials” already seen or heard last time, such as Ahanta FrancolinPied Hornbill, Little Greenbul, Grey-headed Bristlebill, Green Hylia and Red-bellied Paradise Flycatcher.

During a very pleasant bike tour in the Cap Skirring and Kabrousse area, two raptor species that are apparently scarce in Casamance were seen: a male Pallid Harrier seemingly migrating north along the coast, and a small group of Lesser Kestrels feeding high up in the sky, possibly also on the move. Other raptors of interest include Palm-nut Vulture, Beaudouin’s Snake-Eagle (carrying a small snake, barely visible on the picture below), Lizard Buzzard, and Red-necked Falcon.

BeaudouinsSnakeEagle_Diembering_20170307_IMG0064

Beaudouin’s Snake-Eagle / Circaète de Beaudouin

Most birds were far less conspicuous, and singing less frequently, compared to our previous visit which was towards the end of the breeding season for many species. Short-winged Cisticola is one of these, which was only heard once this time, just like Yellow-throated Leaflove.

This female or young Northern Puffback was one of several seen in the area.

NorthernPuffback_Diembering_20170307_IMG_0139

Northern Puffback / Cubla de Gambie

Palearctic migrants included Red-throated and Tawny Pipit and of course Yellow Wagtails (iberiae mostly), Common Redstart, Common Whitethroats and several other warbler species: a single Subalpine, a couple of Bonelli’s, lots of Willow, a few Western Olivaceous and at least one Eurasian Reed Warbler. European Bee-eaters were seen daily in small numbers.

EuropeanBeeeater_Diembering_20170307_IMG_0106

European Bee-eater / Guêpier d’Europe

All four local roller species were around, and unlike in October there were now lots of White-throated Bee-eaters; also a pair of Giant Kingfishers near the lodge.

WhitethroatedBeeeater_Diembering_20170307_IMG_0113

White-throated Bee-eater / Gueêpier à gorge blanche

BluebelliedRoller_Diembering_20170306_IMG_9144

Blue-bellied Roller / Rollier à ventre bleu

 

Lavender Waxbill was a long-awaited addition to my Senegal list. Also lots of Black-rumped Waxbills (one flock was made up of more than a hundred birds!) and perhaps more surprisingly Quailfinch (up to about a dozen in the dry rice paddies) and a few Cut-throats.

Finally, it’s worth mentioning here that a pretty interesting – and ambitious – atlas project is under way for Casamance, by the French association Apalis: find out more on the Oiseaux-Casamance website. Below are a couple of screenshots of the the maps that are now available online, which should soon incorporate my records from Diembering and elsewhere in the region. The first map shows overall coverage with number of species per atlas square, whereas the second is an example of a species’ distribution and breeding status, in this case Palm-nut Vulture. If you have any data from Casamance, please make sure to contribute! There are still lots of gaps and even in fairly well covered areas such as Cap Skirring (red square on the coast, near the Guinea-Bissau border) there’s a good chance that you will have seen additional species.
CasamanceAtlas_Squares_Capture

CasamanceAtlas_VautourPalmiste_Capture

 

Maybe one day we’ll have an online atlas for all of Senegal… I’ll keep you posted 🙂

 

HoodedVulture_Diembering_20170307_IMG_0085

Hooded Vulture / Vautour charognard

Un python… urbain!

Voir un python a l’état sauvage a toujours été un de mes (nombreux) vieux rêves de naturaliste, mais jusqu’ici ce serpent m’avait toujours échappé – même au PN du Djoudj où ils sont généralement faciles à trouver… J’étais donc plus qu’agréablement surpris lorsque j’ai enfin pu en trouver un, tout à fait par hasard, lors d’un passage au parc forestier de Hann dimanche dernier. Comme souvent avec les serpents, ce sont les oiseaux qui m’ont permis de le repérer, et plus particulièrement les Choucadors à longue queue, Bulbuls des jardins et autres Calaos à bec rouge, tous émettant des cris d’alerte incessants et suivant de plus ou moins près notre python.

Intrigué par le vacarme et suspectant la présence d’un serpent, je le trouve facilement alors qu’il se déplace lentement mais sûrement sur le substrat de feuilles et branches sèches, dans le bois non loin du petit lac au coeur de ce parc urbain. A peine dix mètres plus loin, un groupe d’étudiants sont installés mais n’ont pas l’air de noter le vacarme des oiseaux, ni le serpent. Je le suis donc tranquillement et j’arrive à prendre quelques photos même si la lumière n’est pas terrible ici.

La seule espèce de python présente en Afrique de l’Ouest est le Python de Seba (African Rock Python), considéré comme vulnerable et inclus dans l’Annex II de CITES. Il s’agit visiblement d’un jeune individu, mesurant environ 1m20, 1m50 maximum. Sachant que les plus gros adultes peuvent atteindre 5 voire 6 mètres de long, j’étais là devant un exemplaire encore très modeste.

RockPython_ParcdeHann_20170319_IMG_0629.jpg

African Rock Python / Python de Seba

Arrivé sur un tas de branches, il s’arrête de progresser, mettant bien en évidence le dessin délicat sur toute sa longueur, comme s’il avait été peint. Quel bel animal. Et quel plaisir de le voir enfin dans la nature, et non en cage ou dans un enclos comme dans le temple des pythons de Ouidah au Benin, haut-lieu du culte vaudou, que j’avais visité en octobre 2015. Le python y est vénéré, considéré sacré même… malheureusement cela n’empêche pas que la douzaine de pythons qui habitent dans ce fameux “temple” vivent dans des conditions assez exécrables. Une fois par année, on les laisse se promener dans la ville pendant un festival. Ici au Sénégal, je suis sûr que le python a tout intérêt à ne pas trop se montrer car les gens auront vite fait de le décapiter sur le champ. Comme ailleurs dans la région on ne se pose pas la question de savoir si c’est un serpent dangereux… serpent c’est serpent!

RockPython_ParcdeHann_20170319_IMG_0632.jpg

African Rock Python / Python de Seba

Je n’ai aucune idée si sa présence en ville est courante ni s’il s’agit d’un individu réellement sauvage ou bien au contraire échappé de captivité – le reptilarium est juste à côté mais j’espère que leurs reptiles y sont bien gardés car il y a plusieurs serpents hautement venimeux dans leur collection…S’il est présent ici alors pourquoi pas aussi au Technopole, étant donné sa prédilection pour les zones humides.

RockPython_ParcdeHann_20170319_IMG_0636

African Rock Python / Python seiba

Quoiqu’il en soit, c’est sûr qu’il y a de quoi manger pour des serpents de ce calibre, même en pleine ville: comme pour le Varan (West African Monitor) qui est également présent au parc de Hann et au Technopole, j’imagine qu’il mange ici surtout des rats et autres rongeurs, peut-être aussi de jeunes oiseaux. Les pythons adultes s’en prennent à des proies plus grandes: peut-être chats voire chiens et chèvres en milieu urbain?

WestAfricanMonitor_ParcdeHann_20160505_IMG_3168

West African Monitor / Varan ouest-africain au parc de Hann, mai 2016

 

Et les oiseaux, justement ? J’allais presque les oublier… rien de bien particulier à signaler au parc de Hann pour cette visite : les habituels Souimangas splendides (Splendid Sunbird), Crombecs sitelles (Northern Crombec), quelques Moineaux dorés (Sudan Golden Sparrow), et une probable Tourterelle turque (Eurasian Collared Dove) seulement vue en vol.

Au Technopole où j’avais commencé la matinée, il y avait entre autres une Spatule blanche (Eurasian Spoonbill) baguée d’Allemagne (ile de Mellum en Mer des Wadden) et un Goéland brun (Lesser Black-backed Gull) danois (en attente de réponse), trois Guifettes noires (Black Tern) et autant d’Avocettes, et peut-être surtout : mon premier Bihoreau gris (Black-crowned Night Heron) ici, enfin ! Cette dernière espèce y est certainement régulière mais simplement très discrète, du moins pendant la journée. L’an dernier je l’ai vu une fois au parc de Hann, mais étonnamment la majorité de mes observations proviennent de chez moi aux Almadies, où j’en entends régulièrement un ou deux passer en vol au crépuscule ces dernières semaines. C’était pareil en 2016, avec des observations exactement à la même période en février-mars : d’où viennent-ils, et où vont-ils se nourrir ?? A chaque fois ils semblent venir du côté de la Corniche / Mamelles et se diriger vers Ngor… mais j’ai vraiment de la peine à imaginer où ils se reposent en journée et quels seraient leurs lieux de gagnage nocturnes.

Toujours aux Almadies, 15 Hérons mélanocéphales (Black-headed Heron) se dirigeant bas vers le nord ou nord-est tout près de la Pointe des Almadies, le soir du 20/3, étaient visiblement en migration active.

Voila pour le moment… prochain post: la côte sud de la Casamance.

 

Technopole – lingering vagrants & more rings

It’s been a while since my last update from Technopole, which I was fortunate to visit quite regularly these past few weeks, taking advantage of not travelling much at the moment (something that will end soon, having trips to DRC, Cote d’Ivoire, Cameroon, and Morocco lined up for the next two months).

Technopole_Panorama_March2017

So, what’s about at Technopole? Water levels continue to drop, rendering the main lake more and more attractive for a range of species. The panorama above attempts to give a bit of a feel of the area for our readers (click image to enlarge). Lots of gulls and a good range of waders are the key features at the moment, the following being some of the highlights:

  • Garganey: a single male on 25/2. Besides a few White-faced Whistling Ducks, there are hardly any ducks around these days.
  • African Swamphen: this is a fairly common resident here, but a very discrete one… so seeing an adult carry plant material for its nest, on 3/3, was a good breeding record.
  • Avocet: one on 25/2 and 3/3. Fairly scarce visitor to Technopole.
  • Kittlitz’s Plover: two birds on 12/3 were new for the season: my previous record here dates back to early August 2016, before the rains. It seems that this is mostly a dry season visitor to Technopole, possibly an irregular breeder when conditions are right (including last year, when a very young bird was seen in June though no adults were observed in previous months).
  • Yellow-legged Gull: an adult on 3/3 and at least two (adult and 3rd winter) on 12/3. Last winter only one bird was seen here.
YellowleggedGull_Technopole_IMG_0480

Yellow-legged Gull / Goéland leucophée

  • Common Gull: the same bird as on 12 February – Senegal’s fifth – was seen again on 3/3, when I showed visiting birder Bruce Mast around. The very worn plumage makes it straightforward to identify this as the same individual, which may hang out around the harbour or the Hann bay when not at Technopole (addendum 5/4:/17 Jean-François Blanc saw what was most likely the same bird on 24/3, meaning it will have been around for at least six weeks).
CommonGull_Technopole_20170303_IMG_8966_edited

Common Gull / Goéland cendré

  • Mediterranean Gull: two on 25/2 (1st and 2nd winter), and Miguel Lecoq reported two first winters on 4/3 meaning that so far at least three birds are around.
  • Little Tern: an adult on 3/3, shortly resting with the other terns and gulls (and at one point sitting next to a Caspian Tern, nicely illustrating the huge size difference between the two species). The (near-) absence of black on the tip of the bill indicates that this is the local guineae subspecies. Not a frequent visitor to Technopole – my only other record was last year I only saw two on 28 August. They seem to be more regular at Ngor in September, though still far from common.
LittleTern_Technopole_20170303_IMG_8954

Little Tern / Sterne naine ssp. guineae

  • Whiskered Tern: an adult in breeding plumage was present on 3/3, bringing the total number of tern species seen that day to six.
GreyPlover_Technopole_20170303_IMG_8956

Whiskered Tern / Guifette moustac (and seven other species!)

  • Barn Swallow: one passing through on 12/3
  • Copper Sunbird: a pair on 12/3 was my first record in a long time here. They were on the edge of the gardens in the NE corner. So far I’d only seen a single male on 17 and 24/4, presumably the same bird – more frequent visits to the vegetable garden areas would likely result in more observations as this must be a resident in the area.
  • Zebra Waxbill: surprisingly, what is probably the same group as on 28/1 was seen again on 3/3 in exactly the same spot, near the small baobab past the golf club house. This time we counted at least 16 birds and I even managed to get a few decent record shots.
ZebraWaxbill_Technopole_20170303_IMG_8994

Zebra Waxbill / Bengali zebré males

ZebraWaxbill_Technopole_20170303_IMG_8990

Zebra Waxbill / Bengali zebré female type

On the ring-reading front, new birds were added to the list on each visit, with 11 birds “read” on 12/3 alone: one French Spoonbill (+ another, probably Dutch, that flew off before I could make out the ring combination), two new Norwegian Lesser Black-backed Gulls, three Audouin’s Gulls, four Slender-billed Gulls, and the now usual Gull-billed Tern “U83” all from Spain. Except for the Spoonbill, all rings were read in the flock of gulls and terns that’s visible on the panorama shown at the top of this post. My recent post on ring recoveries from Technopole was updated with this new information.

AudouinsGull_Technopole_20170312_IMG_0486

Two of the ringed birds of the day: Audouin’s Gull “BYPB” and Slender-billed Gull “R78”. Note the subadult Yellow-legged Gull on the left (scratching; head not visible)

More to follow shortly I hope – am going back to Technopole tomorrow morning. For today I have some more seawatching to do, with spring migration slowly picking up it seems, and good numbers of skuas (mostly Pomarines but also several Arctic Skuas and even an a-seasonal Long-tailed Skua last week), Northern Gannets and Cape Verde Shearwaters feeding off Ngor.

D’où viennent les oiseaux du Technopole? Analyse de deux ans de lectures de bagues.

Cette petite analyse des lectures de bagues effectuées ces deux dernières années au Technopole sur le site repose sur un total de 130 lectures, dont 35 faites par d’autres observateurs. Les détails complets ont été obtenus pour 104 données, plus deux dont je connais pour le moment le lieu de baguage mais pas la date ; pour six autres lectures je connais juste le pays d’origine (les autres n’ont pas été trouvées ou sont encore en attente de réponse).

La plupart des lectures ont été faites en 2016 (n=83) et début 2017 (n=34), plus six en 2015, une en 2013, deux en 2012, trois en 2007 et une en 2005. Les reprises plus anciennes concernent tous des d’oiseaux contrôlés en 2015-2017 mais déjà vus au Technopole auparavant par d’autres observateurs. J’espère bien sur pouvoir intégrer des données supplémentaires, anciennes et futures, obtenues par d’autres observateurs !

La Barge à queue noire et la Spatule blanche sont de loin les deux espèces les plus souvent « lues » au Technopole, suivies par les Goélands railleur et d’Audouin. Pour les autres espèces je dispose de une à quatre données.

Graphique_lectures_bagues

La majorité des oiseaux bagués proviennent des sites de reproduction ou d’escale aux Pays-Bas et en Espagne, et dans une moindre mesure de la France et du Sénégal (sternes et goélands nicheurs du delta du Saloum). Trois reprises d’Allemagne, deux de Norvège, deux oiseaux britanniques, un portugais et un danois complètent le tableau.

Ringing_sites_20170308

Carte des sites de baguage (hors Sénégal), contenant également des reprises d’oiseaux vus à Palmarin, Joal et Guembeul.

Le lieu de baguage le plus éloigné de Dakar est celle d’un Goéland brun norvégien, tout comme pour un Chevalier gambette probablement bagué dans ce même pays (mais malheureusement lecture incomplète donc pas de détails sur le lieu ni la date).

L’oiseau le plus âgé que j’ai pu contrôler était une Spatule blanche de 2006, mais ce sont visiblement les Goélands d’Audouin qui tiennent la palme de longévité : à Palmarin, j’ai eu des oiseaux de 2005, 2004, 2003 et même 1999 !

Ce qui suit ne repose que sur un petit échantillon (j’espère un jour pouvoir faire une synthèse plus complète), donc les quelques résultats présentés ici sont plus anecdotiques que scientifiques… Pour beaucoup d’espèces on connait bien les sites d’hivernage et d’escale ainsi que les stratégies et voies de migration, notamment celles dont une bonne proportion de la population est équipée de bagues couleurs : Spatule blanche, Balbuzard pêcheur, Barge à queue noire, Goéland d’Audouin notamment. Pour d’autres ce n’est pas le cas (Goélands railleurs, sternes ou encore les limicoles comme le Chevalier gambette et le Combattant varié) et beaucoup reste à apprendre sur leurs migrations et mouvements locaux. Chaque lecture a donc le potentiel d’apporter des connaissances nouvelles.

  • Spatule blanche / Eurasian Spoonbill

Sur 17 individus dont la bague a été lue, huit étaient hollandais (iles des Wadden, IJsselmeer, Markiezaat, Haringvliet), quatre français (Lac de Grand-Lieu et Brière), autant d’espagnols (parc national du Coto Doñana et Marismas del Odiel à Huelva), et un danois.

ringing_sites_spoonbill_20170303

Présente surtout en janvier-mars avec en plus une reprise en avril et une en mai d’immatures (donc restés en Afrique lors de leur premier été). Pour la plupart il doit s’agir d’oiseaux en escale ayant hiverné plus au sud car il est rare de voir plusieurs fois le même oiseau, et la Spatule est peu fréquente avant décembre au Technopole. Un individu hollandais LYf/BRB a été vu une première fois le 25/5/12 (par Paul Robinson) puis était de retour le 26/2/17, alors que l’espagnole N7T était présente en janvier 2015, janvier 2016, et février 2017 et semble donc bien fidèle au Technopole lors de ses escales annuelles. Pour la plupart des individus ces lectures étaient les premières en période d’hivernage.

La plupart des oiseaux vus au Technopole ont été bagués entre 2009 et 2013, à l’exception d’un oiseau bagué B[SY]/W[SY] en 2006 à Schiermonnikoog et vu ici à Dakar en janvier 2016, donc lorsqu’il avait presque 10 ans… et neuf ans après sa première apparition au Technopole, en mars-avril 2007 ! Le plus jeune est un oiseau (NfYP/aGR) vu dimanche dernier et ayant été bagué en juin 2015 en tant que poussin au nid dans la colonie du Markiezaat ; il est donc certainement en route pour rejoindre ses terres natales européennes pour la première fois.

EurasianSpoonbill_Technopole_20170226_IMG_8583.jpg

Eurasian Spoonbill / Spatule blanche « YfLY/BaY» des Pays-Bas

eurasianspoonbill_technopole_20170212_img_8120

Eurasian Spoonbill / Spatule blanche « V020 » du Danemark

  • Flamant rose / Greater Flamingo

Cette espèce n’est présente régulièrement que pendant quelques mois au Technopole, surtout en « été » lorsque le niveau d’eau est bas et les conditions de nourrissage sont bonnes. Il n’y a donc que quelques lectures, d’abord d’un oiseau espagnol le 7/6/15, puis de 3 flamants français dans un groupe de +100 Flamants le 6/8/16. Ces derniers provenaient tous de Camargue bien sûr, mais étaient issues de générations différentes : un de 2013 (étang du Fangassier), un de 2014 (Aigues-Mortes) et un de 2015 (Fangassier) ! Seul KDNB né en juillet 2014 avait déjà été contrôlé après la saison de nidification, en octobre de la même année à Malaga (Laguna de Fuente de Piedra, qui est aussi le lieu d’origine de l’oiseau espagnol vu en 2015).

En Afrique de l’Ouest il semble y avoir très peu de reprises provenant de Camargue ; celles d’Espagne sont apparemment plus courantes, et il y a quelques données d’oiseaux venant d’ailleurs sur le pourtour méditerranéen.

Greater Flamingo / Flamant rose

Au moins un des flamants français se trouve dans ce groupe (6/8/16)

  • Balbuzard pêcheur / Osprey

Un oiseau allemand le 13/11/16 avait été bagué en tant que poussin au nid en juin de la même année dans le Brandenbourg, à deux pas de la frontière polonaise. Un individu portant une bague avec inscription HH4 vu le 12/10/16 par Enrico Leonardi est écossais, ayant été bagué lui aussi comme poussin dans un nid de trois jeunes en juillet 2016, près d’Inverness.

Sur la base des lectures de bagues faites ailleurs au Sénégal (notamment Somone, Langue de Barbarie, Grande Côte), les Balbus hivernant ici proviennent essentiellement de France, Allemagne, Ecosse, Suède et même Finlande – et certainement Norvège et Pologne également ?

osprey_technopole_20161113_img_6043

Osprey / Balbuzard pécheur « BA40 » vu le 13/11/16

  • Barge à queue noire / Black-tailed Godwit

Cinquante-cinq observations de 20 individus différents, avec des lectures tous les mois de l’année sauf en septembre. La plupart sont de novembre, décembre, janvier et février, avec quelques-unes en mars et juin-juillet-août, une en avril, une fin mai et une fin octobre.

La grande majorité proviennent des sites de nidification hollandais : 15 individus en tout ! Pour le reste, dans le tas se trouvent des nicheurs d’Allemagne (RNR-YRM, Schleswig-Holstein 2014) et d’Angleterre (YR/RL ‘E’, Nene Washes 2015), et au moins trois oiseaux bagués sur les sites d’escale français (Moëze près de Rochefort) et espagnols (Hernán Cortés, Extremadura). Quelques oiseaux n’ont pu être identifies, généralement en raison de pertes de bagues (ceci arrive assez régulièrement il semble ; c’était aussi le cas par exemple pour une Barge rousse vue en janvier 2016 à Palmarin).

ringing_sites_btg_20170303

Lieux de baguage des Barges à queue noire (sites de nidification uniquement)

La présence sur plusieurs semaines, et plusieurs hivers de suite, de quelques individus bagués démontre, s’il le fallait encore, l’importance du Technopole en tant que site d’hivernage pour cette espèce menacée. L’oiseau 1GT25G par exemple a été vu en janvier 2015, en juillet 2016, puis à 4 reprises entre le 11/11 et 30/12/16.

Ces lectures permettent également de déceler des mouvements locaux lors du séjour des barges au Sénégal : par exemple, l’oiseau G3PGWW que j’avais vu le 20/8 à Palmarin était au Technopole du 20/11 au 30/12 au moins ; ou encore R6RBLY vu le 3/1/16 au Technopole, le 30/11/16 à Palmarin, puis de nouveau au Technopole le 30/12. Ces mouvements sont sans doute en partie dictés par la situation hydrologique et donc par l’accès à la nourriture : en septembre-octobre, le Technopole est généralement trop plein en eau et n’offre donc pas de bonnes conditions de nourrissage, alors qu’après la fin des pluies ces conditions s’améliorent nettement. A Palmarin, la situation semble optimale d’août à novembre, mais moins par la suite – en tout cas en 2016, car la pluviométrie est bien variable d’une année à une autre. Le Technopole est aussi utilisé par des oiseaux hivernant en Casamance lors de leurs escales en route vers le nord, en janvier : par exemple Y6BBRR vu en août 2015 près de Dianki est contrôlé au Technopole les 17 et 21/1/16. En parlant de mouvements : l’oiseau B4YRYL vu le 26/6/16 avait encore été vu sur les sites de nidification du Friesland quinze jours plus tôt (le 10/6), illustrant à quel point ces oiseaux migrent rapidement vers l’Afrique de l’Ouest après leur nidification.

La plupart ont été baguées entre 2012 et 2016, avec trois oiseaux plus âgés : 2007, 2009 et 2010. L’oiseau de 2007, R6LRBB, est aussi l’une des barges baguées les plus fidèles au Technopole, ayant été vue au moins sept fois : du 4 au 21/1/16 et entre le 20/11 et le 30/12. (A noter qu’un individu plus âgé encore, car bagué en tant qu’adulte en mai 2004 à Workum, était à Palmarin en août 2016).

Pour plus d’infos sur le programmes de baguage hollandais, voir ici (in English) et aussi cette carte interactive avec le déplacement des barges équipées d’émetteurs. (also in English is this summary on Technopole birds from early January 2016)

Black-tailed Godwit / Barge a queue noire  Black-tailed Godwits / Barges a queue noire

  • Bécasseau sanderling / Sanderling

Un oiseau hollandais a été vu le 3/3/17. S’agissant probablement de « Y3BRGR », cet individu a été capturé lors d’une escale sur l’ilot de Griend dans la Mer des Wadden, le 6/8/16. C’est sans doute un oiseau originaire du NE du Groenland, voir le site du Wader Study Group. La recherche porte essentiellement sur les taux de survie des Sanderlings selon leurs stratégies de migration, la phénologie, l’écologie hivernale et le comportement. Depuis 2002, plus de 6000 oiseaux ont été bagués en couleurs ! L’un d’eux avait d’ailleurs été trouvé sur la plage à la pointe de Djiffer par mes amis Jérôme et Boris en janvier 2016.

sanderling_technopole_20170303_img_8925

  • Combattant varié / Ruff

Un oiseau présent le 15/8/16 portait une bague qui malheureusement n’a pu être lue… La combinaison d’un drapeau orange ou jaune avec inscription et une bague rouge correspondrait plutôt à un oiseau anglais (écossais ?) selon le registre du Wader Study Group, mais divers contacts avec des bagueurs potentiels (jusqu’en Biélorussie !) n’ont rien apporté.

ruff_technopole_20160815_img_4608

Combattant mystère avec drapeau jaune ou orange et bague rouge

  • Chevalier gambette / Common Redshank

Comme l’espèce précédente, une lecture incomplète (bague drapeau orange souillée donc impossible de lire le code) et pas eu de réponse concluante jusqu’ici, mais il s’agit probablement d’un oiseau issu d’un programme de baguage en Norvège. Observation le 26/6/16.

  • Goéland d’Audouin / Audouin’s Gull

Onze individus dont au moins huit provenant d’Espagne et un du Portugal (plus deux dont l’origine est inconnue pour le moment, probablement lectures incorrectes). Les colonies d’origine se trouvent au delta de l’Ebre, près de Cartagena, aux salins d’Alicante, aux Baléares (Mallorca et Menorca), et près de Faro à la pointe sud du Portugal ; les sites sont indiqués en rouge sur la première carte.

Tous les individus dont j’ai pu relever les bagues étaient des immatures (H1 ou H2), toujours dominants par rapport aux adultes au Technopole – et ce contrairement aux goélands de Palmarin, où les adultes sont bien plus nombreux que les jeunes. En témoigne l’oiseau AWNV, qui après avoir été bagué en tant que poussin au nid à Mallorca le 25/6/10 est vu pour la première fois au Technopole par Ngone Diop en juillet 2012, donc lors de son 2e été, puis à l’âge adulte il prend ses habitudes à Palmarin où il est vu en octobre-décembre 2015 et de nouveau en août 2016.

AudouinsGull_Palmarin_20160820_IMG_4793_edited.jpg

Audouin’s Gull / Goéland d’Audouin adulte « AWNV », Palmarin, 20/8/16

  • Goéland brun / Lesser Black-backed Gull

Un adulte J73C la semaine dernière était originaire de la pointe méridionale de la Norvège, tout comme deux nouveaux individus vus le 12/3/17. Un oiseau avec inscription HEAT5 vu le 10/12/16 venait du nord de l’Allemagne. Dans les quatre cas il s’agissait du premier contrôle pour ces oiseaux, ce qui est plutôt surprenant pour J73C car cet individu est né en 2007 (les trois autres ont entre 1 et 3 ans). Le programme de baguage du Schleswig-holstein a jusqu’ici eu plusieurs contrôles mauritanies et trois gambiens, mais notre oiseau de décembre dernier serait le premier pour le Sénégal. Le programme norvégien n’a que 17 lectures sénégalaises dans leur base, comparé à près de 250 provenant de Gambie et 142 de Mauritanie.

Ces oiseaux appartiennent logiquement à la sous-espèce intermedius.

(le 19/3, observation d’un adulte avec une bague danoise V.125 – en attente de détails)

LesserBlackbackedGull_Technopole_20170226_IMG_8579.jpg

Lesser Black-backed Gull / Goéland brun « J73C » le 26/2/17

  • Mouette rieuse / Black-headed Gull

Un oiseau originaire des Pays-Bas est vu les 30/1 et 20/2/16, bagué ENY5 le 26/7/15 en tant que mâle adulte à Arnhem. C’est la reprise la plus méridionale pour le programme de baguage de Frank Majoor, qui a pu baguer des milliers de Mouettes rieuses à Arnhem. Jusqu’ici le « record » était pour un oiseau repris à Gran Canaria. Sauf erreur c’est aussi la première reprise d’une Mouette rieuse au Technopole, où quelques centaines d’individus sont régulièrement présents en janvier-mars (le 3/3/17, un adulte avec une bague blanche était présent, mais la bague n’a pu être lue…. peut-être ENY5 ?).

  • Goéland railleur / Slender-billed Gull

Quatre “locaux” du delta du Saloum (nés en 2014 et 2015) et 11 individus espagnols. Six oiseaux de 1er hiver contrôlés en mars (trois par Gabriel Caucal le 3/3/17, et quatre dont trois nouveaux le 12/3)  étaient originaires de la même colonie près du parc national de Donana. Peut-être plus étonnant, deux adultes 88L et 88M bagués le même jour pres d’Almeria en juin 2007 (!) étaient au Technopole le 28/1/17, suggérant des liens solides entre les oiseaux issus de la même colonie. A part TF9, aucun oiseau n’a été vu plusieurs fois pour le moment.

Cette espèce peut être vue toute l’année au Technopole, mais la plupart des individus sont présents en janvier-mars lorsque les conditions sont optimales pour les laridés et que les effectifs locaux sont renforcés par les oiseaux espagnols. La seule lecture en dehors de cette période (juin 2016) était d’un oiseau né un an auparavant dans le delta du Saloum.

La présence parfois simultanée d’oiseaux espagnols et sénégalais au Technopole illustre bien comment des populations distinctes peuvent se retrouver en contact les unes avec les autres. Si les mouvements et la phénologie des premiers sont assez bien connus, il n’en est pas des nicheurs ouest-africains sur lesquels beaucoup reste à apprendre.

  • Sterne caspienne / Caspian Tern

Un oiseau vu en janvier 2016 par Wim Mullié était un oiseau bagué par ses soins en 2015 au delta du Saloum.

  • Sterne caugek / Sandwich Tern

A64, vu le 9/3/16, avait été bagué en tant que poussin le 23/6/15 sur l’ile d’Ameland aux Pays Bas. C’était la première reprise sénégalaise pour ce programme, mais deux autres Caugeks baguées le même jour dans cette colonie avaient déjà été contrôlées au Kartong Bird Observatory en Gambie les 28-29/1/16. Et un mois plus tôt, un individu de 2014 a été vu à Walvis Bay, Namibie !

En mars 2016, le taux de premières reprises sur les 164 Caugeks baguées en couleur en 2014 et 2015 était de 34% (soit 56 individus), sur un total de 87 lectures (53%) – pas mal pour une espèce dont il est souvent difficile de lire les bagues !

  • Sterne hansel / Gull-billed Tern

L’adulte “U83” vu les 12 et 26/2 puis de nouveau le 12/3/17 provient de Las Mesas près de Cádiz en Espagne, où il a été bagué en juin 2009… sans avoir été revu pendant plus de sept ans !

Comme pour le Goéland railleur, les deux populations très distinctes (sénégalaise et espagnole) se retrouvent ici donc en contact lors de la saison internuptiale.

gullbilledtern_technopole_20170226_img_8576

Gull-billed Tern / Sterne hansel « U83 » le 26/2/17

Il y a bien sûr d’autres espèces susceptibles de porter des bagues couleur, et les visites futures permettront sans doute encore de belles trouvailles. On peut citer l’Aigrette garzette (preuve en est la lecture récente d’un oiseau hongrois par Simon), divers limicoles dont Bécasseau minute, Grand Gravelot et l’Avocette, ou encore les quelques sternes « manquantes » comme la royale et la pierregarin. Et pourquoi pas un jour une Mouette mélanocephale, vu qu’elle est souvent porteuse de bagues et qu’elle est devenu assez fréquente, bien qu’en effectifs faibles, au Technopole.

Quelques remerciements sont dus ici car sans le travail des coordonnateurs des divers programmes de baguages, qui souvent on apporte des réponses très rapidement, il ne serait pas possible de faire une compilation comme celle qui précède… Ngone Diop, José Abad Gómez-Pantoja “Pipe”, Jos Hooijmeijer, Harry Horn, Hugh Insley, Vincent Lelong, Nils Helge Lorentzen, Carlos M., Frank Majoor, Loic Marion, Sönke Martens, Wim Mullié, Otto Overdijk, Jeroen Reneerkens, Volker Salewski, Daniel Schmidt, Jen Smart, Jan Veen, Rolf Wahl… Et enfin, une mention spéciale pour Dirk Raes qui maintient la plateforme European colour-ring Birding qui est très souvent mon premier point de chute pour rechercher l’origine des oiseaux bagués en couleurs.

(article mis à jour le 12/3/17)