27/1/19, journée folle au Technopole

Il y a des jours comme ça!

Après une sortie déjà bien mémorable en compagnie de Simon le 24/1, lorsque nous observons entre autres des Canards chipeaux et un siffleur – tous deux des nouvelles espèces pour le site que Simon avait trouvées la veille – puis d’un Bécasseau de Temminck, Miguel et moi avons pris le temps de bien fouiller notre local patch dimanche dernier. Arrivés à l’aube sur les lieux, nous sommes repartis cinq heures plus tard avec pas moins de 111 espèces au compteur. Pas mal du tout, si l’on considère qu’une visite typique en hiver apporte généralement 70 à 80 espèces. De plus, la journée a été exceptionnelle aussi bien point de vue quantité – il devait y avoir facilement 4’000 oiseaux au Technopole ce jour-là – qu’en termes de qualité, avec plusieurs oiseaux rares et tout à fait inattendus.

Voici donc, in order of appearance, une sélection d’espèces rencontrées:

  • Tourtelette d’Abyssinie (Black-billed Wood Dove): un juv. dans le coin nord-est du site était une petite surprise, cet oiseau n’ayant apparemment jamais encore été signalé auparavant au Technopole. En même temps, une Tourterelle vineuse (Vinaceous Dove) chantait dans le cordon boisé juste derrière: espèce numéro 233 pour le site!
blackbilledwooddove_technopole_20190127_img_2222

Black-billed Wood Dove / Tourtelette d’Abyssinie juv.

 

  • Hibou des marais (Short-eared Owl): on pensait qu’ils ne reviendraient pas un deuxième hiver de suite, mais les revoilà! Au moins deux de ces hiboux qui nous avaient gracié de leur présence l’hiver dernier, alors qu’un afflux important se déroulait en Afrique occidentale, étaient de nouveau présents sur leur dortoir favori dans un groupe d’acacias. Ils y avaient déjà été répéres fin décembre par deux observateurs, donc tout indique qu’ils resteront encore jusqu’à fin mars ou début avril avant de repartir pour nicher en Europe.

 

  • Bécasseau de Temminck (Temminck’s Stint): déjà vu le 24/1, il ne nous a pas fallu beaucoup de temps pour le retrouver dans le même secteur, se nourrissant en compagnie d’autre bécasseaux. Du coup, nous avons pu observer en cette seule matinée tous les Calidris réguliers du pays: Bécasseau maubèche, cocorli, variable, minute et sanderling – pas mal, non? De plus, ce n’est apparemment que la deuxième obs du Temminck au Technopole, la précédente datant de mai 2015. A peine visibles sur la photo, les pattes jaunâtres en combinaison avec le dessus et la poitrine bruns uniformes sont typiques de ce petit bécasseau, trop souvent confondu avec le Minute. Il est ici tout à fait en marge de son aire de répartition régulière, étant bien plus commun en Afrique de l’Est (au Sénégal, il semble hiverner en petit nombre dans le bas-delta notamment).
TemmincksStint_Technopole_20190127_IMG_2243.JPG

Temminck’s Stint / Bécasseau de Temminck

 

  • Chevalier à pattes jaunes (Lesser Yellowlegs): alors que je cherchais à mieux observer un pluvier posé parmi les nombreux Grand Gravelots (c’était un argenté…) je vois un chevalier suspect tout près de la piste, se nourrissant activement dans la vase: bec sombre assez court à base légèrement jaune, dessus gris-brun uni, dessous blanc, croupion blanc, et surtout: des pattes jaunes flashant… encore un Tringa flavipes! Serait-ce le même que celui vu l’hiver dernier en février, peut-être même l’oiseau déjà vu en août 2015 et janvier 2016, voire également à Yene en novembre 2017?? En tout cas cette régularité d’observations est intriguante. Comme pour les bécasseaux, nous avons pu observer ce jour tous les chevaliers réguliers au Sénégal, car en plus des habituels des lieux il y avait également deux ou trois Chevaliers arlequins, peu communs ici (Spotted Redshank). En plus de quelques photos relativement nettes pour une fois, on a même réussi à faire un enregistrement de son cri, à écouter ici.
lesseryellowlegs_technopole_20190127_img_2307

Lesser Yellowlegs / Chevalier à pattes jaunes

lesseryellowlegs_technopole_20190127_img_2299

Lesser Yellowlegs / Chevalier à pattes jaunes

 

  • Goéland de la Baltique (Baltic Gull): probablement la plus grosse surprise du jour, on a été bien étonnés de voir un adulte on ne peut plus typique de cette sous-espèce nominale du Goéland brun: en comparaison directe avec ce dernier, notre oiseau s’en distinguait nettement par sa taille plus petite (sans doute s’agissait-il d’une femelle), son manteau très sombre, presque noir même, et surtout une projection primaire importante lui conférant un aspect bien plus élégant et plus allongé (un peu comme un Pluvier bronzé comparé au Pluvier argenté!). En vol, les ailes longues et plutôt étroites, avec très peu de blanc au bout des primaires externes, étaient frappantes. Malheureusement après un envol général l’oiseau n’a pas été revu, donc pas de photos à l’appui… Notre première obs au Sénégal, ce taxon est néanmoins connu pour hiverner en effectifs très modestes sur les côtes d’Afrique de l’Ouest (quelques individus? pas sûr même que ce soit un visiteur annuel). Sa présence ici, loin de ses quartiers d’hiver réguliers en Afrique de l’Est et l’ocean indien, a été confirmée grace à quelques lectures de bagues notamment en Gambie. Egalement présent dans le tas de centaines de goélands, au moins un Goéland leucophée (Yellow-legged Gull) de 1er hiver, un individu au manteau très clair.

 

  • Mouette mélanocéphale (Mediterranean Gull): une dizaine d’oiseaux au moins, soit un peu plus que d’habitude. Comme toujours, l’essentiel des effectifs hivernants est composé d’oiseaux de premier hiver. Pas vu d’oiseaux bagués cette fois-ci, mais on vient de me signaler – merci Renaud – que “RV2L” vu l’hiver dernier a été observé il y a tout juste quelques jours au Portugal.

 

  • Canard chipeau (Gadwall): les trois individus trouvés par Simon le 23/1 étaient toujours présents, bien que pas forcément faciles à répérer dans le tas d’anatidés, bien plus compact que quelques jours plus tôt: avec près de 400 Souchets et autant de Sarcelles d’été, cela fait du monde à fouiller… Il s’agit a priori de la première donnée sur la péninsule du Cap-Vert de cet hivernant rare au Sénégal, dont les quelques observations proviennent sauf erreur toutes du bas-delta. On n’a pas vu la femelle de Canard siffleur (Wigeon) cette fois alors qu’elle était assez bien visible les 23-24/1; là aussi il s’agirait d’une première pour le Technopole. Cela fait donc pas moins de 4 ajouts à la liste, et cela en moins d’une semaine.
gadwall_technopole_20190124_img_2210

Gadwall / Canard chipeau

 

  • Mouette de Franklin (Franklin’s Gull): encore une obs de ce laridé néarctique! C’est presque devenu banal ici… Un peu loin comme souvent, au repos dans un groupe de Goélands railleurs et Mouette rieuses – bien nombreuses ce jour – j’ai tout de même fait une photo-preuve où l’oiseau, au manteau gris sombre et au capuchon déjà en grande partie noir, est tout juste reconnaissable au milieu du groupe. Entre la photo du Temminck et celle-ci, je ne sais pas laquelle gagnera au concours de la photo la plus pourrie du jour…
franklinsgull_technopole_20190127_img_2316

Franklin’s Gull / Mouette de Franklin

 

Pour le reste, voir notre checklist eBird (merci Miguel!)

Une fois de plus, le Technopole confirme sa position de haut-lieu de l’ornithologie sénégalaise, et de hotspot urbain tout à fait exceptionnel. A voir ce que nous apporteront les prochaines visites!

 

whiterumpedseedeater_technopole_20190127_img_2310

White-rumped Seedeater / Serin à croupion blanc

 

 

 

 

 

Advertisements

Tags: , , , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s