Tag Archive | Petite Cote IBA

AGPs again

Quick note to report Senegal’s 12th and 13th American Golden Plovers, a species that is now near-annual here but which always remains a good find.

We found the first of the season last weekend at lac Mbeubeusse (north of Keur Massar) which we visited early afternoon on our way back from a very enjoyable trip to Popenguine – more on that visit in an upcoming post. Both the date (3 November) and the location are rather typical for this wader: out of the 11 previous records, eight are from the Dakar region, and three were obtained between mid-October and mid-December. Paul had already seen a bird in the same location back in March 2013: needless to say that lac Mbeubeusse ought to be visited much more frequently than just a handful of times per year: pretty much every visit is bound to turn up something good. As always we can only speculate about the number of Nearctic vagrants that pass through Senegal every year or that end up spending the winter here…

Mbeubeusse_20181103_IMG_4683

Lac Mbeubeuss(e)

 

After spotting what looked like a suspicious Pluvialis plover (= anything but a Grey Plover), based on the fairly contrasted plumage, seemingly long-bodied and long-legged appearance combined with a small-ish bill, we had to wait a while, gradually approaching the lake’s edge, before we could confirm that it was indeed a “Lesser” Golden Plover (= American or Pacific GP). The important primary projection with wing tips reaching well beyond the tail, bronzy rump and lower back, dark-capped head with distinctive pale supercilium and forehead, and most significantly at one point the bird stretched its wings upwards which allowed us to see the grey underwing. Everything else about the bird was pretty standard for a first-year American Golden Plover. Bingo!

AmericanGoldenPlover_Mbeubeusse_20181103_IMG_4676

American Golden Plover / Pluvier bronzé

 

To get a sense of the potential of lac Mbeubeusse for waders and other waterbirds, check out our eBird checklist: other good birds here included hundreds of Northern Shovelers and many GarganeysRuffsLittle Stints and Common Ringed Plovers, several Curlew Sandpipers and Dunlins, quite a few Audouin’s Gulls, a few terns including all three species of Chlidonias marsh terns, 124 Greater Flamingos, at least one Red-rumped Swallow, etc. etc. All this with Dakar’s giant rubbish tip as a backdrop, spewing black smoke and gradually covering the niaye in a thick layer of waste on its western edge… quite a sad contrast with all the bird life. And definitely not the most idyllic birding hotspot!

AudouinsGull_Mbeubeusse_20181103_IMG_4681

Audouin’s Gull / Goéland d’Audouin

 

Number 13 was found by Mark Finn barely a week later, on Friday Nov. 9th, at one of the lagoons near Pointe Sarène, south of Mbour. As I happened to spend the weekend at nearby Nianing and was planning on visiting Sarène anyway, I went there the following day and easily located the bird, an adult moulting into winter plumage. Unlike the previous bird, it was actively feeding on the shores of a seasonal pond surrounded by pastures and fields, along with several other waders including Ruff, Redshank, Greenshank, RedshankWood Sandpiper, Green Sandpiper, Marsh Sandpiper, TurnstoneCommon Sandpiper, and Common Snipe. This appears to be the first record along the Petite Côte south of Dakar, at a site that has great potential for shorebirds and other migrants: around Nianing, Sarène and Mbodiène are several seasonal lakes that fill up during the rains, as well as coastal saltwater (or brackish) lagoons as can be seen on the map below. The marker shows where the AGP was feeding on Saturday.

 

Despite being a bit distant I managed some decent record shots of the bird, but unfortunately my camera was stolen later in the weekend… so these pictures are lost forever to humanity. Not that I would have won any prizes with them. So no more blurred pictures from the field on this blog for a little while.

The Sarène bird looked pretty much like this one, just slightly less black on the chest:

AmericanGoldenPlover_Technopole_20180408_IMG_1689

American Golden Plover / Pluvier bronzé (Technopole, April 2018)

 

Anyway, as I think we’ve already mentioned in the past, “AGP” is the most frequent Nearctic wader in Senegal and more generally in West Africa, followed by Buff-breasted Sandpiper (nine Senegalese records so far) and Lesser Yellowlegs (eight). See this post for a list of the first eight known AGP records for Senegal. Since then (spring 2017), the following sightings are to be added:

  • April-May 2017: an adult and two 2nd c.y. birds from 17.4 – 1.5 at least, with a fourth bird (= technically an additional record) up to 21.5., at Technopole (BP, Theo Peters, Wim Mullié, Miguel Lecoq, Ross Wanless, Justine Dosso)
  • 8 April 2018: an adult or 2nd c.y. at Technopole (BP) – photos above and more info here.
  • 3 November 2018: one 1st c.y. at lac Mbeubeusse, Dakar (BP, Gabriel Caucanas, Miguel Lecoq, Ross Wanless)
  • 9-10 November 2018: one ad. at Sarène, Thiès region (M. Finn et al., BP)

Out of these 12 records, eight are from Dakar (mostly Technopole of course!), just one from the north – the first country record, in 1979 – and two are from Basse-Casamance where the species may well winter, at least occasionally. And six of these records are from just the past four years: one in 2015, four birds in 2017, and now already three birds this year.  American Golden Plovers tend to mainly show up in spring (April-May) and in autumn (Oct.-Nov.) as shown in this little chart below; it’s also in spring that they linger the longest: in spring 2017, Technopole saw a continued presence during five weeks, involving at least four different birds. Note that birds that stayed for several days across two months are counted in both months.

AGP_Chart_Nov2018

American Golden Plover records

 

A few more hazy pictures from the Mbeubeusse bird:

AmericanGoldenPlover_Mbeubeusse_20181103_IMG_4671

American Golden Plover / Pluvier bronzé

 

AmericanGoldenPlover_Mbeubeusse_20181103_IMG_4659

American Golden Plover / Pluvier bronzé

 

 

 

Advertisements

Popenguine encore

Avec un peu (même beaucoup) de retard, voici un bref compte-rendu de nos visites les plus récentes à la réserve de Popenguine. D’abord en février puis début avril et de nouveau il y a quelques jours pour ce qui était pour moi une première visite en juillet sur le site. La visite de février en compagnie agréable de mes amis genevois (17/2), la deuxième en solo lors d’un séjour au lodge de Dalaal Diam en bordure de la lagune de Somone (3/4), et la plus récente avec David, ornitho de passage à Dakar (29/7).

Comme d’habitude, chaque sortie apporte son lot de surprises et de nouvelles connaissances sur ce coin, et notamment lors de l’hivernage il y a des chances de trouver des espèces intéressantes, la plupart des visites précédentes ayant eu lieu pendant la saison sèche.

On commence par le plus fort et le moins attendu: un Turnix mugissant, levé lors de la sortie en février (Common [aka Small] Buttonquail). Pas tout à fait sûr de ce que c’était lorsque l’un de nous l’a fait décoller, on part à sa recherche: pas facile de le relocaliser! Ce n’est qu’en passant à moins d’un mètre de l’oiseau qu’il s’extrait à toute vitesse de sa planque, pourtant bien camouflé… Lors du deuxième envol on a vu que ça ne pouvait être qu’un turnix et non une caille, vu sa taille très réduite. Afin de s’assurer qu’il s’agissait bien d’un Turnix mugissant (= T. d’Andalousie) et pour permettre à tout le monde de le voir, on l’a relocalisé encore une fois avant de le laisser tranquille.

Turnix d'Andalousie

Common Buttonquail / Turnix mugissant (A. Barbalat)

 

Cet hémipode – du Grec “demi pied” en raison de l’absence de doigt arrière, genre Pic tridactyle – figurait déjà sur la liste des oiseaux de la réserve établie en 1984-’86 par Charles Rouchouse, mais je doute qu’il y ait eu beaucoup d’observations depuis. C’est sans doute un oiseau assez répandu au Sénégal, juste pas facile à voir!

En avril, la surprise vient d’une espèce encore plus répandue mais que je ne vois que rarement, et encore moins sur le nid: un Grand-duc de Verreaux qui semble en train de couver dans une anfractuosité de la falaise (Verreaux’s Eagle-Owl). La photo ci-dessous a été prise du haut de la falaise à bonne distance du nid donc sans dérangement aucun (on devine tout de même ce qui doit être un œuf à droite sous l’oiseau!).

VerreauxsEagleOwl_Popenguine_20180403_IMG_1584

Verreaux’s Eagle-Owl / Grand-duc de Verreaux

 

Cette observation est intéressante, car le site de nidification en falaise et non dans un vieux nid arboricole d’une autre espèce serait plutôt inhabituel pour ce hibou géant. Malheureusement je n’ai pas eu l’occasion d’y retourner assez rapidement pour voir ce qu’il en est de cette nichée (à Ndiaffate près de Kaolack, un famille locale avait déjà quitté l’arbre de nidification lorsque nous y sommes passés à la mi-juin).

 

Ensuite quelques classiques de la réserve, comme ce Beaumarquet melba:

Beaumarquet melba

Green-winged Pytillia / Beaumarquet melba (A. Barbalat)

 

Ou encore les Marinets des baobabs (= M. d’Ussher, Mottled Spinetail), Traquets bruns, (Northern Anteater Chat), le Rollier varié (Purple Roller), les Erémomèles à dos vert,  le Bruant d’Alexander (Gosling’s Bunting – plutôt discret en février et avril, chantant timidement en juillet), et j’en passe.

Le début de la saison des pluies marque l’arrivée de plusieurs migrateurs intra-africains: dimanche dernier, on a ainsi noté quelques Coucous didricsMartin-pêcheurs pygmés et Martin-pêcheurs du Senegal (Diederik Cuckoo, Pygmy & Woodland Kingfishers). Avec l’ajout de cette dernière, la liste des oiseaux de la réserve s’établit à au moins 189 espèces et plus probablement plutôt 200 à 210 (je vous avais dit que j’aime les listes!)

AfricanGreyHornbill_Popenguine_20180403_IMG_1580

African Grey Hornbill / Calao a bec noir

 

En hiver – à ne pas confondre avec le terme hivernage, utilisé pour désigner la saison des pluies ici – on a bien sur eu du Monticole bleu avec juste un mâle vu en février et au moins une femelle en avril, et environ cinq Hirondelles de rochers en février, ces dernières n’étant logiquement plus présentes début avril (Blue Rock Thrush & Crag Martin).

Monticole bleu

Blue Rock Thrush / Monticole bleu (Alain Barbalat)

 

Comme toujours aussi bien l’Agrobate podobé que l’Agrobate roux (Black & Rufous-tailed Scrub-Robins) fréquentent Popenguine, tous les deux apparemment nicheur. L’Agrobate roux semble atteindre ici plus ou moins sa limite meridionale sur les cotes sénégalaises; au moins un chanteur était encore présent en juillet, et cet individu photographié en avril avait tout l’air d’être un authentique africain, soit la ssp. minor qui niche à travers le Sahel.

RufoustailedScrubRobin_Popenguine_20180403_IMG_1626

Rufous-tailed Scrub-Robin / Agrobate roux (ssp. minor)

Par contre, cet autre agrobate vu début avril semble plutot être un oiseau de la sous-espèce nominale, soit un hivernant venu du bassin méditerrannéen. Malgré le contre-jour, on voit une nette barre subterminale noire bien large, critère principal pour le distinguer de la (sous-)espèce minor.

RufoustailedScrubRobin_Popenguine_20180403_IMG_1598

Rufous-tailed Scrub-Robin / Agrobate roux (ssp. galactotes)

 

En tournant le regard vers la mer, en février on a eu quelques Fous de BassanSternes voyageuses et royales, au moins deux Labbes “pomasites” (= pomarin ou parasite!), quelques Goélands d’Audouin, etc. (Northern Gannet, Lesser Crested & Royal Tern, Skuas, Audouin’s Gull).

Dans le ciel, quelques rapaces hivernants avec notamment un Faucon pèlerin et ce Circaète Jean-le-Blanc, mais à part quelques Balbuzards (sans doute des jeunes estivant sur la Petite Côte) et Milans à bec jaune il n’y avait point de rapaces lors de notre visite le 29/7, peut-etre trop matinale pour les rapaces! (Peregrine, Short-toed Eagle, Osprey, Yellow-billed Kite)

 

Circaète Jean-le-blanc

Short-toed Eagle / Circaète Jean-le-Blanc imm. (A. Barbalat)

 

Donc comme toujours pas mal d’oiseaux avec une belle diversité à la clé, mais la réserve a soif… la petite pluie de fin juin n’a pas suffi pour véritablement démarrer l’explosion de verdure et de vie qui, on l’espère, ne tardera pas à venir ces prochaines semaines. L’étang n’est plus qu’un fond de de vase qui n’attend que la pluie – et avec elle, les oiseaux!

 

Guereo-CapdeNaze_20180403_IMG_1602

Vue depuis le Cap de Naze vers le sud: le village de Guéréo

 

Pour une présentation plus complète de la réserve naturelle de Popenguine, voir cet article

 

La réserve naturelle de Somone : une perle de la Petite Côte

Le village côtier de Somone, situé à une 60aine de kilomètres au sud-est de Dakar, est bien apprécié des dakarois et des touristes pour sa plage, ses hôtels et ses activités nautiques. Somone se trouve en limite nord du développement incontrôlé de la Petite Côte, qui se voit ici brusquement stoppé par la lagune faisant office d’obstacle naturel (mais pour combien de temps ?). Beaucoup de ses visiteurs passent à côté de ce petit bijou naturel qu’est la lagune de Somone et sa mangrove protégée depuis 1999. La réserve naturelle d’intérêt communautaire a pour objectifs tout autant la protection d’un espace naturel sensible que la préservation des ressources halieutiques et naturelles exploitées de manière « douce » par les communautés voisines. Sa création et la restauration de la mangrove par la population locale – en particulier par les femmes – sont une véritable success story qu’il importe de souligner ici (par contre son site web, www.reservedesomone.com, semble encore en cours de construction). D’ailleurs, le reboisement des palétuviers continue encore à l’heure actuelle.

J’avais déjà fait une visite éclair de la lagune en juillet 2012 au retour d’une excursion à Popenguine, et ce long weekend de la Tabaski était l’occasion d’y retourner en famille afin de voir comment le site avait évolué entre-temps et surtout pour redécouvrir l’avifaune locale à l’heure de l’arrivée des premiers migrateurs paléarctiques. Une première sortie en fin de journée m’a permis de trouver le sentier de découverte de la mangrove, remarquablement bien entretenu et facilement accessible depuis le village. Long d’à peine un kilomètre, ponctué de panneaux didactiques, il permet d’apprécier pleinement la vie de la mangrove et d’observer les oiseaux de la lagune depuis une tour observatoire.

Départ du sentier didactique de la réserve

Départ du sentier didactique de la réserve

Arrivé aux abords de la mangrove à marée basse, j’ai l’occasion de voir les premiers limicoles : Chevaliers gambettes, guignettes, aboyeurs, Grands Gravelots, Courlis corlieux, un Pluvier argenté et même quelques Tournepierres, tous occupés à se nourrir dans la vasière. Les Œdicnèmes du Sénégal, eux, somnolent à l’ombre des tamaris, alors que quelques Hérons striés, les Aigrettes des récifs, Hérons cendrés et garde-bœufs (dont une colonie est active dans la mangrove) sont bien en évidence. Un furtif Martin-pêcheur huppé, des Tisserins à tête noire, quelques Souimangas à longue queue et un petit groupe de Cratéropes à tête noire se laissent observer depuis le sentier. Ces derniers préfèrent nettement les zones plus humides que les Cratéropes bruns, également présents aux abords de la réserve, mais sinon leur comportement sociable et bruyant est bien similaire. C’est généralement les cris répétés qui permettent de les repérér dans la végétation dense; ceux-ci sont nettement plus lents et plus “métalliques” que ceux des Cratéropes bruns [cliquez ici pour écouter un enregistrement].

La tour d’observation permet de voir les Pélicans aussi bien gris que blancs, les Grands Cormorans, et encore des Corlieux qui constituent sans doute l’espèce de limicole la plus nombreuse en cette saison. Au retour, deux Coucous jacobins – espèce uniquement présente en saison des pluies au Sénégal – se laissent admirer. La surprise du jour ne sera qu’entendue : un chant bien caractéristique de la Rousserolle des cannes, dont une petite population existe à Dakar, notamment au Technopôle, ainsi que plus au nord dans le delta du Sénégal (lire l’article sur ce blog où il est question de ce taxon). La présence de l’espèce dans la région dakaroise serait donc assez récente et la carte de répartition du guide des oiseaux de l’Afrique de l’Ouest (Demey & Borrow 2014) ne mentionne pas l’espèce sur la Petite Côte (ni à Dakar d’ailleurs), mais j’ai retrouvé une photo datant de 2013 d’un individu au golf de Saly, à peine 10km au sud-est de la Somone. Il semblerait donc que l’espèce se soit désormais aussi installée ici et qu’elle fréquente les mangroves aussi bien que les roselières.

Plan

Le lendemain matin, je pars à l’aube en direction de l’intérieur des terres en suivant les abords de la lagune sur sa frange méridionale. Plus de deux heures de marche me permettent de pleinement apprécier l’étendue de la réserve qui s’étend sur quelques 700 ha. Les mêmes limicoles que la veille, plus un Chevalier culblanc, quelques Courlis cendrés, 4 Vanneaux à tête noire… les passereaux ne sont pas en reste avec notamment ma première Fauvette passerinette et deux Hypolaïs polyglottes de retour de leurs quartiers de nidification en Europe. Je prends un moment pour observer le manège d’un Ecureuil terrestre (ou Ecureuil fouisseur, Xerus erythropus) qui semble avoir trouvé quelque chose à grignoter, sous l’œil attentif d’un Vanneau éperonné. Cette sortie était aussi l’occasion de tester notre nouvel appareil photo, un Canon Powershot 60x, dont voici quelques premiers résultats.

Oedicnème du Sénégal / Senegal Thick-knee

Oedicnème du Sénégal / Senegal Thick-knee

Vanneau éperonné / Spur-winged Lapwing

Vanneau éperonné / Spur-winged Lapwing

Tournepierre mangeant un crabe / Turnstone eating a crab

Tournepierre mangeant un crabe / Turnstone eating a crab

Cochevis huppé / Crested Lark

Cochevis huppé / Crested Lark

Peu après, la sortie en bateau avec toute la famille et quelques amis : on prend là l’angle de vue inverse et après avoir navigué le labyrinthe des palétuviers on fait un petit tour à pied, observant crabes et oiseaux. Les Sternes caspiennes, royales, caugeks et Guifettes noires ainsi que quelques dizaines de Goélands bruns (dont un portant une bague bleue, malheureusement trop loin pour lire l’inscription) et 2 Audouins seront observés, tout comme un petit groupe de Bécasseaux variables et sanderlings. Une quarantaine de Barges rousses, sans doute fraîchement arrivées depuis le Grand Nord, passent en vol. Deux-trois Balbuzards survolent la réserve, un poisson dans les serres. Au retour de la virée sur la lagune j’ai le plaisir de rencontrer Sonko, un des gardes de la réserve mais surtout un ornitho local enthousiaste et visiblement fin connaisseur de la réserve et de ses environs.

La Somone en bateau

La Somone en bateau

Enfin, avant de quitter Somone pour rentrer sur Dakar, j’amène la famille voir le sentier de découverte. Les mêmes espèces, plus un Engoulevent à longue queue levé par Daniel et qui sera la 69e espèce observée pendant le weekend. C’est décidé, on reviendra un autre jour car la réserve cache encore de nombreuses surprises !

La lagune à marée montante

La lagune à marée montante

Le site d'ostreiculture, avec en arrière-plan la héronnière

Le site d’ostreiculture, avec en arrière-plan la héronnière

Yene and the Barngy-Rufisque lagoons

South of Dakar, a scatter of  lagoons along the 70km of coast between Rufisque and Mbodiene form La Petite Cote Important Bird Area. This is a mixed bag of tidal, brackish and freshwater wetlands, the more northerly ones of which are an accessible half day’s birdwatching from the capital. Optimistically, depending on the traffic bottleneck of Rufisque, 40 minutes’ drive from central Dakar will get you to the first  lagoons.

We tried this on Saturday morning and I hope my colleagues can  add some  more photographs to my one! The first lagoons are opposite Senegal’s main cement works at Rufisque. Heading from Dakar, there  are several points  where you can park on the right off the main road, after the cement works roundabout and before the next settlement of Bargny. The lagoons can be viewed from the beach.

The beach here presents a  busy scene, the industry of which I  do not fully understand. Along with fishing with hand-pulled nets offshore, for finger-length fish, is sorting and smoking of fish and sorting and collecting of shells or stones, all occupying several  hundred people on this day.

The two lagoons we looked at, between the beach and main road just north of Bargny, had about 2000 waders and terns, mostly sanderling (at least 1600), with a  few ringed plover, European oystercatcher, redshank, ruddy turnstone, little stint, dunlin, black-winged stilt and common, royal and black terns. The terns  were also feeding offshore around the fishing nets and two or three osprey were also offshore.

Dunlin Calidris alpina. See the black marks on the  side of the  breast, characteristic of a  juvenile. Possibly, from its medium bill length, the  commoner (in West Africa) schinzii sub-species which breeds in Iceland and western Europe, though I can not find much helpful published information on separating autumn juvenile sub-species.

The count of sanderling is notable. This is a high arctic breeding species and the NE Canada/Greenland/Svalbard population of  123,000 birds winters along eastern atlantic beaches from Europe to South Africa. The magic 1% (c1200 birds) used by conservationists as one criterion  to select Important Bird Areas and key wetlands (“Ramsar Sites”) is therefore met for the Rufisque-Bargny lagoons. Looking at Birdlife International’s web site, there are only four other IBAs reaching the criterion for sanderling for sub-Saharan West Africa; the species is very much more  abundant at Mauritania’s Banc d’Arguin and Guinea Bissau’s Archipeligo dos Bijagos (both huge wetlands with 20000+ sanderling), whilst 3-5000 bird occur at the Amansuri wetland (Ghana) and Sierra Leone River estuary. There are then further important sites with low thousands in Namibia and South Africa.

Has the fifth most important West African wintering site for sanderling really been discovered on a Saturday morning drive? The honest answer is “who knows”? The global January waterbird counts have hugely improved the knowledge of waterbird numbers  and distribution in Africa, but there remain plenty of gaps. Good counts have previously been reported from these lagoons. The last published account of an attempt to count waders along most of Senegal’s coast, by two Belgian  birders in 1978/79, gave a  rough estimate of 6000 sanderling for Senegal, of which c2000 were along the beach at Joal, 70km further south. Rufisque/Bargny is not mentioned, though this was in late December and January when many rain fed lagoons are dry, as was the case with our other lagoon today at Yene, 10km south along the coast from Bargny.

Yene was spectacular for waterbirds in December 2010, a year with twice the volume of rains of this one. It may just be the reduced rainfall this year, though with the rains still progressing it was surprising to see no standing water here and just a few dogs wandering over the dusty lake bed.

Paul