Tag Archive | Blue Rock Thrush

Popenguine Raptor Fest (3.11.18)

A visit to Popenguine nature reserve a couple of weeks ago quickly turned into a exciting few hours watching a good variety of raptors – something we’re not much used to in this part of Senegal, where there are few sites that are good for raptors, and most of the time anything else than a Yellow-billed Kite, Osprey or Hooded Vulture will qualify as a good record. Here’s a short overview, in order of appearance!

As always, several Ospreys were to be seen in the reserve; a few birds usually spend the night on the mighty baobabs that dot the Popenguine savanna, and all day long Ospreys can be seen flying around the cliffs or fishing out at sea. Later that same day at the lagoon just south of Toubab Dialaw, we had a good count of some 29 birds, all visible at the same time (Balbuzard). Popenguine of course also had a few Yellow-billed Kites patrolling the area (Milan à bec jaune).

As we were looking for a Common Rock Thrush we’d briefly spotted on a ridge ahead of the footpath, we noticed first an immature Peregrine Falcon flying around, then a European Hobby – the latter a scarce migrant through Senegal so always a good find. Hobby was already seen at Popenguine around the same time last year by Miguel. This time round it looked like it was an actively migrating individual, just like a Common Kestrel that briefly made an appearance shortly after (Faucons pèlerin, hobereau et crécerelle).

Popenguine_20181103_IMG_4602

Miguel and Ross searching the skies for falcons

 

Next up was a Marsh Harrier circling in the distance, again probably a bird on its way to wintering grounds further south (Busard des roseaux). I’ve always thought that Popenguine would be a fairly strategic site to look for actively migrating raptors and other birds. Should be interesting to spend a few days here in October-November and February-March!

This Short-toed Eagle on the other hand was probably one of the 2-3 birds that typically spend the winter in the area around Popenguine and Guereo.

ShorttoedEagle_Popenguine_20181103_IMG_4614

Short-toed Eagle / Circaète Jean-le-Blanc

 

Far less expected than the previous species was a Bonelli’s Eagle, spotted by Gabriel as it arrived from the north-east and made its way towards the cliffs, at one point circling together with a couple of Ospreys. Initially we weren’t quite sure about its identity, wondering whether a juvenile African Hawk-Eagle could be ruled out, and a bit puzzled by the very pale appearance of this eagle. Luckily I managed a few record shots, a bit distant and hazy but they should do the trick. The plumage seems to still be within the variation of worn juvenile Bonelli’s Eagle, and African Hawk-Eagle can probably be ruled out based on the overall pale appearance, less dense barring on underwing, and absence of a clear dark band on the greater underwing coverts. A bit puzzling is the moult contrast on with fresh inner primaries growing, so maybe it is a second-year bird after all? Opinions welcome!

Yet another addition to my Senegal list – the next species will be number 500 🙂

I was actually expecting to see this species one day in the Djoudj, Trois-Marigots or elsewhere in the lower Senegal valley, the only area with more or less regular records in winter (mainly by Frédéric, who year after year has documented the presence of a few birds around Saint Louis and who nicely summarised the current knowledge about this scarce species in West Africa, in this post on Ornithondar).

BonellisEagle_Popenguine_20181103_IMG_4631

Bonelli’s Eagle / Aigle de Bonelli

BonellisEagle_Popenguine_20181103_IMG_4632

Bonelli’s Eagle / Aigle de Bonelli

 

After we’d reached the top of the cliffs, next up was this Eurasian Griffon which appeared to be actively migrating along the coastline, just like a second bird we’d see a couple of hours later that same morning near Yène.

EurasianGriffon_Popenguine_20181103_IMG_4637

Eurasian Griffon / Vautour fauve

 

Barely a few minutes later, Gabriel strikes again with a young Lanner making a brief appearance, just as we were heading back towards the reserve entrance (Faucon lanier). That’s four species of falcons, not bad! In previous years we’ve also had Barbary Falcon near the cliffs, and surely Red-necked Falcon and Grey Kestrel must also occur at least occasionally, while in the wet season it may be possible to encounter African Hobby.

We thought we’d seen pretty much everything when at the last minute a Shikra was seen dashing over the pond (all but dry!), bringing our morning’s total to 11 birds of prey.

Besides all these hooked beaks, as always the nature reserve held quite a few other good bird, such as Gosling’s Bunting, Green-winged Pytillia, Sahel Paradise-WhydahBlue Rock Thrush, and Northern Anteater Chat. In the end we saw two different Common (=Rufous-tailed) Rock Thrushes, a scarce migrant in Senegal, see this post on our first encounter with the species, in February 2016 at… Popenguine! Also a decent flock of Pallid Swifts and a few White-throated Bee-eaters, both pretty good bonus species, while two Pygmy Kingfishers including at least one dark-billed juvenile provided proof that the species is breeding here.

Complete eBird checklist available here.

The bird list for the Popenguine reserve now stands at some 198 species, at a minimum that is: I listed more than 20 other species as being most likely present, but which apparently remain to be confirmed. More on that over here.

Oh and then there were the butterflies – pure magic! Thousands and thousands of butterflies everywhere, especially along the track up the cliffs. With every footstep, small clouds of butterflies would explode, while a constant stream of butterflies was passing by the cliffs. Our visit clearly took place during peak migration season of Painted Lady which were the vast majority, and to a lesser extent some pieridae. And loads of dragonflies! Difficult to capture on camera but if you look carefully at the image below you’ll get a bit of a sense of what I’m trying to explain here.

 

Popenguine_20181103_IMG_4642

Popenguine cliffs… & many butterflies

 

 

 

Advertisements

Popenguine encore

Avec un peu (même beaucoup) de retard, voici un bref compte-rendu de nos visites les plus récentes à la réserve de Popenguine. D’abord en février puis début avril et de nouveau il y a quelques jours pour ce qui était pour moi une première visite en juillet sur le site. La visite de février en compagnie agréable de mes amis genevois (17/2), la deuxième en solo lors d’un séjour au lodge de Dalaal Diam en bordure de la lagune de Somone (3/4), et la plus récente avec David, ornitho de passage à Dakar (29/7).

Comme d’habitude, chaque sortie apporte son lot de surprises et de nouvelles connaissances sur ce coin, et notamment lors de l’hivernage il y a des chances de trouver des espèces intéressantes, la plupart des visites précédentes ayant eu lieu pendant la saison sèche.

On commence par le plus fort et le moins attendu: un Turnix mugissant, levé lors de la sortie en février (Common [aka Small] Buttonquail). Pas tout à fait sûr de ce que c’était lorsque l’un de nous l’a fait décoller, on part à sa recherche: pas facile de le relocaliser! Ce n’est qu’en passant à moins d’un mètre de l’oiseau qu’il s’extrait à toute vitesse de sa planque, pourtant bien camouflé… Lors du deuxième envol on a vu que ça ne pouvait être qu’un turnix et non une caille, vu sa taille très réduite. Afin de s’assurer qu’il s’agissait bien d’un Turnix mugissant (= T. d’Andalousie) et pour permettre à tout le monde de le voir, on l’a relocalisé encore une fois avant de le laisser tranquille.

Turnix d'Andalousie

Common Buttonquail / Turnix mugissant (A. Barbalat)

 

Cet hémipode – du Grec “demi pied” en raison de l’absence de doigt arrière, genre Pic tridactyle – figurait déjà sur la liste des oiseaux de la réserve établie en 1984-’86 par Charles Rouchouse, mais je doute qu’il y ait eu beaucoup d’observations depuis. C’est sans doute un oiseau assez répandu au Sénégal, juste pas facile à voir!

En avril, la surprise vient d’une espèce encore plus répandue mais que je ne vois que rarement, et encore moins sur le nid: un Grand-duc de Verreaux qui semble en train de couver dans une anfractuosité de la falaise (Verreaux’s Eagle-Owl). La photo ci-dessous a été prise du haut de la falaise à bonne distance du nid donc sans dérangement aucun (on devine tout de même ce qui doit être un œuf à droite sous l’oiseau!).

VerreauxsEagleOwl_Popenguine_20180403_IMG_1584

Verreaux’s Eagle-Owl / Grand-duc de Verreaux

 

Cette observation est intéressante, car le site de nidification en falaise et non dans un vieux nid arboricole d’une autre espèce serait plutôt inhabituel pour ce hibou géant. Malheureusement je n’ai pas eu l’occasion d’y retourner assez rapidement pour voir ce qu’il en est de cette nichée (à Ndiaffate près de Kaolack, un famille locale avait déjà quitté l’arbre de nidification lorsque nous y sommes passés à la mi-juin).

 

Ensuite quelques classiques de la réserve, comme ce Beaumarquet melba:

Beaumarquet melba

Green-winged Pytillia / Beaumarquet melba (A. Barbalat)

 

Ou encore les Marinets des baobabs (= M. d’Ussher, Mottled Spinetail), Traquets bruns, (Northern Anteater Chat), le Rollier varié (Purple Roller), les Erémomèles à dos vert,  le Bruant d’Alexander (Gosling’s Bunting – plutôt discret en février et avril, chantant timidement en juillet), et j’en passe.

Le début de la saison des pluies marque l’arrivée de plusieurs migrateurs intra-africains: dimanche dernier, on a ainsi noté quelques Coucous didricsMartin-pêcheurs pygmés et Martin-pêcheurs du Senegal (Diederik Cuckoo, Pygmy & Woodland Kingfishers). Avec l’ajout de cette dernière, la liste des oiseaux de la réserve s’établit à au moins 189 espèces et plus probablement plutôt 200 à 210 (je vous avais dit que j’aime les listes!)

AfricanGreyHornbill_Popenguine_20180403_IMG_1580

African Grey Hornbill / Calao a bec noir

 

En hiver – à ne pas confondre avec le terme hivernage, utilisé pour désigner la saison des pluies ici – on a bien sur eu du Monticole bleu avec juste un mâle vu en février et au moins une femelle en avril, et environ cinq Hirondelles de rochers en février, ces dernières n’étant logiquement plus présentes début avril (Blue Rock Thrush & Crag Martin).

Monticole bleu

Blue Rock Thrush / Monticole bleu (Alain Barbalat)

 

Comme toujours aussi bien l’Agrobate podobé que l’Agrobate roux (Black & Rufous-tailed Scrub-Robins) fréquentent Popenguine, tous les deux apparemment nicheur. L’Agrobate roux semble atteindre ici plus ou moins sa limite meridionale sur les cotes sénégalaises; au moins un chanteur était encore présent en juillet, et cet individu photographié en avril avait tout l’air d’être un authentique africain, soit la ssp. minor qui niche à travers le Sahel.

RufoustailedScrubRobin_Popenguine_20180403_IMG_1626

Rufous-tailed Scrub-Robin / Agrobate roux (ssp. minor)

Par contre, cet autre agrobate vu début avril semble plutot être un oiseau de la sous-espèce nominale, soit un hivernant venu du bassin méditerrannéen. Malgré le contre-jour, on voit une nette barre subterminale noire bien large, critère principal pour le distinguer de la (sous-)espèce minor.

RufoustailedScrubRobin_Popenguine_20180403_IMG_1598

Rufous-tailed Scrub-Robin / Agrobate roux (ssp. galactotes)

 

En tournant le regard vers la mer, en février on a eu quelques Fous de BassanSternes voyageuses et royales, au moins deux Labbes “pomasites” (= pomarin ou parasite!), quelques Goélands d’Audouin, etc. (Northern Gannet, Lesser Crested & Royal Tern, Skuas, Audouin’s Gull).

Dans le ciel, quelques rapaces hivernants avec notamment un Faucon pèlerin et ce Circaète Jean-le-Blanc, mais à part quelques Balbuzards (sans doute des jeunes estivant sur la Petite Côte) et Milans à bec jaune il n’y avait point de rapaces lors de notre visite le 29/7, peut-etre trop matinale pour les rapaces! (Peregrine, Short-toed Eagle, Osprey, Yellow-billed Kite)

 

Circaète Jean-le-blanc

Short-toed Eagle / Circaète Jean-le-Blanc imm. (A. Barbalat)

 

Donc comme toujours pas mal d’oiseaux avec une belle diversité à la clé, mais la réserve a soif… la petite pluie de fin juin n’a pas suffi pour véritablement démarrer l’explosion de verdure et de vie qui, on l’espère, ne tardera pas à venir ces prochaines semaines. L’étang n’est plus qu’un fond de de vase qui n’attend que la pluie – et avec elle, les oiseaux!

 

Guereo-CapdeNaze_20180403_IMG_1602

Vue depuis le Cap de Naze vers le sud: le village de Guéréo

 

Pour une présentation plus complète de la réserve naturelle de Popenguine, voir cet article

 

La réserve naturelle de Popenguine

On a déjà parlé à plusieurs reprises de cette réserve si particulière, notamment pour vous faire part d’observations de Monticoles ou des Bruants d’Alexander, deux espèces emblématiques du site. J’ai eu la chance d’y faire une visite matinale il y a une quinzaine de jours, avec comme toujours des observations intéressantes à rapporter; d’autres ornithos ont également pu y faire des obs remarquables ces dernières semaines. C’est donc l’occasion de faire un rapide tour d’horizon de ce qu’on peut voir comme oiseaux à Popenguine, cette ancienne mission catholique qui de nos jours tient tout autant de la tranquille station balnéaire, du village sénégalais endormi et poussiéreux, que du lieu de pèlerinage et de culte.

Si cet espace naturel est protégé depuis longtemps (1936!), c’est à Charles Rouchouse (de l’ORSTOM, l’IRD de l’époque) qu’on doit la création de la réserve naturelle, en 1986, suite à quoi une meilleure protection est mise en place; vous pouvez en lire un peu plus sur l’histoire du site ici. Le milieu – principalement une savane arborée soudano-sahélienne – s’est bien rétabli depuis la création de la RNP, et les 1’009 ha que compte la réserve valent la peine d’être explorées à toute saison. Actuellement les quelques visiteurs se limitent généralement aux falaises, mais il y a sans doute de quoi parcourir à l’intérieur du périmètre. Je devrais vraiment y aller plus souvent, et prendre du temps pour explorer cette partie moins bien connue! Peut-être l’occasion de tomber sur une des espèces de mammifères qui auraient refait apparition depuis la création de la réserve, dont la présence de certains serait plutôt étonnante (en même temps, les bêtes à poils je ne m’y connais pas trop!) : sont mentionnés le Guib harnaché et même le Céphalophe de Grimm, la Hyène tachetée, Civette, Genette, Loup africain, et Porc-épic. Et il y a bien sûr les deux espèces de singes (Patas et Cercopithèque, le “singe vert”), Ecureuils fouisseurs et Lièvres du Cap qu’on aura plus de chance à voir que les autres espèces citées, bien plus farouches ou nocturnes.

Popenguine_20171113_IMG_5665

Vue vers le nord depuis le sentier de la falaise, un matin brumeux de novembre… Au fond, le village de Popenguine

 

Mais revenons-en aux oiseaux, à commencer par les “grives des rochers”: je me contenterai de partager ces quelques clichés lointains des Monticoles bleus, et de dire que l’espèce était déjà présente le 15 octobre cette année. Et que lors de ma dernière visite il y avait 2-3 oiseaux (un mâle, un type femelle) sur les falaises, plus un oiseau bien moins attendu car posé sur des bâtiments en limite du village, sur la partie haute non loin de la réserve. En fait c’est en quittant la chambre d’hôtes où nous étions logés, tôt le matin du 13/11, que j’ai pu voir un oiseau sur la villa même! Plus tard en milieu de matinée, rebelotte mais cette fois sur une maison voisine en construction (comme 90% des maisons sénégalaises!) d’où il a chanté un peu. Pas vu de Monticole de roche cette fois, donc pour l’instant j’en reste à notre seule et unique obs de février 2016 pour cette espèce, qui à en croire les quelques données historiques pourrait bien être régulière dans le secteur.

BlueRockThrush_Popenguine_20171113_IMG_5671

Blue Rock Thrush / Monticole bleu, Nov. 2017

BlueRockThrush_Popenguine_20171113_IMG_5668

Blue Rock Thrush / Monticole bleu, Nov. 2017

 

Autre spécialité du site, les Bruants d’Alexander, anciennement connu comme Bruant cannelle mais dont la sous-espèce ouest-africaine a été splittée. Les bruants sont généralement faciles à trouver le long du sentier arpentant les falaises du Cap de Naze. L’an dernier on a eu un beau mâle peu farouche (photo d’en-tête), cette fois 2-3 oiseaux dont cet individu que j’ai identifié comme un juvénile au plumage frais:

GoslingsBunting_Popenguine_20171113_IMG_5661

Gosling’s Bunting / Bruant d’Alexander juv., Nov. 2017

 

Pas vu d’Hirondelle des rochers par contre, mais cet hivernant du bassin méditerrannéen est visiblement toujours hivernant ici car on vient de me signaler la présence d’au moins un individu samedi dernier (25/11; Carlos et trois ornithos danois de passage; addendum février 2018: on a pu en voir au moins 12-15 fin décembre et début janvier). Ci-dessous une ancienne photo faite sur place par Paul, avec des précisions quant au statut dans la sous-région de cet oiseau d’observation très rare hors des falaises de la RNP ici:

044web

Crag Martin / Hirondelle de rochers, Feb. 2012 (Paul Robinson)

 

La Pintade de Numidie et la Poulette de roche sont relativement communes dans la réserve, et je suppose qu’il en soit de même pour le Francolin à double éperons. Outarde à ventre noir, Caille des blés et Turnix d’Andalousie ont tous été observés en mai ’86.

Dans le registre des rapaces, citons les Balbuzards et Circaètes Jean-le-Blanc dont plusieurs individus hivernent dans le secteur, mais aussi le Circaète brun, le Busard des roseaux, l’Epervier shikra, le Faucon crécerelle ou encore ce Faucon de Barbarie vu en novembre 2016, et il est probable que les Faucons lanier et pèlerin se montrent aussi au moins de temps en temps car ces deux espèces affectionnent particulièrement les sites rupestres (elles sont d’ailleurs incluses dans l’inventaire de Rouchouse). Et puis il y a ce Faucon hobereau et cette Bondrée apivore vus le 15 octobre dernier par Miguel: deux espèces rarement notées par ici. Je soupçonne d’ailleurs qu’aussi bien en automne qu’au printemps il doit être possible d’observer la migration active de certains rapaces longeant la côte: le Cap de Naze pourrait bien se révéler un site d’observation intéressant pour le suivi de la migration des rapaces.

ShorttoedEagle_Guereo_20171112_IMG_5639

Short-toed Eagle / Circaète Jean-le-Blanc, Nov. 2017

 

Les falaises attirent, logiquement, bon nombre de martinets, chassant au raz des sommets – souvent très venteux! – ou au-dessus de la mare. En saison d’hivernage, les Martinets cafres sont à rechercher parmi les nombreux Martinets des maisons. Les Martinets noirs et pâles sont probablement réguliers lors des deux passages. A toute saison il doit être possible de voir le Martinet d’Ussher. tout comme le Martinet des palmes. Et lors de ma dernière visite, j’ai eu la surprise de voir deux Martinets à ventre blanc ici. Ma première obs au Sénégal, et apparemment une bien rare donnée pour le pays: avant 1995, seulement quatre observations étaient connues (une de Richard-Toll, trois du Niokolo-Koba), auxquelles il faut ajouter au moins une observation à Popenguine même, par C. Rouchouse, en avril 1986, que ni Morel ni Sauvage & Rodwell n’ont mentionnée. Je n’ai trouvé que quelques mentions récentes, notamment de ce dernier lieu mais aussi d’un oiseau ayant percuté l’hôtel du Djoudj en mars 2012. Ce martinet doit pourtant être plus régulier que cela au Sénégal, mais comme l’ont montré les chercheurs de la Station Ornithologique Suisse à l’aide de leur radar en Mauritanie, les Martinets à ventre blanc migrent souvent trop haut pour être détectés par les observateurs!

Mottled Spinetail / Martinet d'Ussher

Mottled Spinetail / Martinet d’Ussher, Nov. 2016 (A. Barbalat)

 

La savane arborée et les buissons autour de la mare sont particulièrement attrayants pour toute une série de passereaux migrateurs – en gros les usual suspects tels que Rougequeue à front blanc, Hypolais polyglotte, divers pouillots, Fauvettes grisette et passerinette; Gobemouches noir et gris; la Pie-grièche à tête rousse. Aux Hirondelles de Guinée et des mosquées se mélangent des cousines nordiques comme ces quelques Hirondelles de rivage vues lors de ma dernière visite. Pipits des arbres et rousseline, Traquets motteux etc. sont à rechercher dans les zones plus ouvertes.

Charles Rouchouse avait d’ailleurs bien mis en évidence la migration active des hirondelles et martinets, dans son rapport du début des années 1980. Intitulé Mission ornithologique au Cap de Naze (Petite Côte, Sénégal) : le Cap de Naze, nouvelle réserve naturelle au Sénégal, ce pavé reste la seule référence de l’avifaune de la RNP. Peut-être qu’un jour on mettra à jour la liste, surtout si on arrive à visiter un peu plus souvent. Il faudra dans ce cas faire un peu le tri entre les données anciennes qu’on considèrerait aujourd’hui comme “douteuses”, car la liste comporte visiblement des erreurs et des données suffisamment extraordinaires qu’il aurait fallu mieux documenter, comme le Traquet deuil, le Traquet à front blanc, les Bruants fou et striolé.

Les Agrobates roux et podobé se côtoient à Popenguine: une bonne opportunité pour comparer leurs chants assez semblables, mais qu’une oreille aiguisée pourra différencier. Des petites bandes de Traquets bruns sont à rechercher dans les pentes érodées, notamment dans le vallon derrière le Cap de Naze. Le Merle africain a été vu près de la petite lagune, tandis que le Pririt du Sénégal et l’Erémomèle à dos vert peuvent se croiser tout au long du sentier longeant la falaise. D’autres passereaux africains incluent le Sporopipe quadrillé (vu en décembre 2017), les Euplectes franciscain et monseigneur, le Beaumarquet melba et son parasite la Veuve du Sahel, ou encore le Serin du Mozambique. Il y en a sans doute d’autres, comme potentiellement le Mahali à calotte marron qui est inclus dans l’inventaire sans autre précisions.

Les Coucous de Levaillant et didric sont observés – et surtout entendus – en saison des pluies, tout comme les Martin-chasseurs du Sénégal et à tête grise, le Martin-pêcheur huppé, et même le Martin-pêcheur pygmée dont un individu est vu le 13/11 dernier. Le Martin-chasseur strié et le Coucou-geai sont mentionnés par Rouchouse.

La mare regorge souvent d’aigrettes et de hérons (pas moins de 63 Hérons cendrés récemment), et est également fréquentée par quelques limicoles: chevaliers surtout, mais aussi la Rhynchée peinte et même un Bécasseau tacheté vu en mars 2013 par Simon Cavaillès. D’autres oiseaux d’eau qu’on peut y voir sont notamment le Grèbe castagneux et parfois le Goéland d’Audouin. Cote mer, il y a possibilité de voir diverses sternes et laridés, Fou de Bassan et labbes en saison, Pélicans gris, et avec un peu de chance un Fou brun (vu en janvier 2018).

Popenguine-mare_20171112_IMG_5657

 

La visite de la réserve de Popenguine en vaut vraiment la peine, ne serait-ce que pour apprécier le paysage et pour faire une peu de marche en relief. Il ne vous en coûtera que 1’000 CFA pour le droit d’entrée, à payer aux bureaux de l’équipe de la Direction des Parcs Nationaux, juste avant l’entrée de la réserve, avec possibilité d’engager un guide pour vous accompagner pendant la visite, a 5’000 CFA (au moins un des gardes semble bien connaître les oiseaux!). Popenguine se trouve à moins d’une heure de Dakar, et maintenant que le nouvel aéroport devrait être opérationnel d’ici une semaine, Popenguine deviendra sans doute un lieu de passage plus courant pour les visiteurs, que ce soit à l’arrivée ou avant le départ, ce qui amènera peut-être un peu plus d’orni-touristes à visiter la RNP.

 

 

Les Monticoles de Popenguine (13/02)

Les falaises du Cap de Naze entre Popenguine et Guereo sont connues depuis longtemps comme site d’hivernage du Monticole bleu, cette espèce méditerranéenne partiellement migratrice qui atteint ici sa limite méridionale en période d’hivernage. C’est aussi le site le plus fiable pour l’Hirondelle de rochers hivernant dans le pays, et apparemment aussi, en saison des pluies, pour le Martinet à croupion blanc (caffre) que j’ai pu y voir en septembre dernier. Une visite sur place avec Boris samedi dernier était donc l’occasion de passer un peu plus de temps dans la réserve et de chercher les “merles bleus” (à ne pas confondre, comme le font les gens du coin, avec les Merles métalliques!). C’est depuis le village de Guereo que nous sommes partis, en fin d’après-midi, en longeant les crêtes jusqu’à Popenguine avant de regagner notre point de départ par la plage.

Avant même d’avoir commencé à grimper le chemin qui mène en haut des falaises, un oiseau de la taille d’un merle vole devant nous: un Monticole de roche! Ça commence bien… d’autant plus que cette espèce est probablement plus difficile à trouver que son cousin bleu. Hivernerait-il ici? En consultant le Morel & Morel, je constate qu’il y a déjà eu plusieurs observations sur ce site même, bien que l’espèce semble généralement très peu détectée au Sénégal: seules douze observations étaient connues au moment de l’article de Sauvage & Rodwell soit jusqu’en 1994 (et la rubrique “News” des pages Sénégal de l’African Bird Club contient une observation de début février 2005 entre Kaolack et Tambacounda). Addendum nov. 2018: j’ai trouve une vidéo sur la Internet Bird Collection d’un Monticole de roche mâle datant du 20/1/2010 à… Popenguine. Et en novembre 2018, nous avons de nouveau pu observer un individu dans la réserve – comme quoi le site semble un des meilleurs au Sénégal pour voir ce migrateur assez rare. 

En avançant, un Bruant d’Alexander peu farouche, apparemment un juvénile, se montre sur le sentier, le premier de toute une série vue pendant notre tournée. J’ai d’ailleurs pu voir ce sympathique petit oiseau a chacun de mes visites, souvent avec plusieurs males chanteurs repartis dans les éboulis au pied de la falaise. Bruant de qui au juste? Jusqu’à récemment ce taxon était généralement considéré comme une sous-espèce du Bruant cannelle (Cinnamon-breasted Bunting) qui vit principalement en Afrique australe et orientale et dans le Sud de la Péninsule arabe. Si les différences de plumage sont assez marquées, il en est moins avec le chant et le cri qui sont très similaires, sinon identiques, entre les deux espèces (j’ai récemment pu enregistrer plusieurs chanteurs près de Bamako, à écouter en cliquant ici). Alors, “simples” sous-espèces, ou réellement des espèces à part entière? Peu importe, ce sont des piafs bien sympathiques!

20160213_GoslingsBunting_Popenguine_hr

Gosling’s Bunting / Bruant d’Alexander

 

On continue de suivre le sentier longeant le sommet des falaises, et à tour de rôle on observe Circaète Jean-le-Blanc (en migration active?), Agrobates roux et podobé, un Pririt du Sénégal, un couple de Beaumarquets melba (ma première observation au Sénégal), une ou deux Pie-grièche à tête rousse et autres Fauvettes grisettes.

Point de merle bleu par contre… pensant encore rentrer bredouille sur ce coup, ce n’est qu’en arrivant au bout de la plage de sable, avant de passer dans les rochers volcaniques, que je repère un oiseau sombre au sommet de la falaise. C’est bien lui – un beau mâle de Monticole bleu, observant tranquillement les environs depuis son promontoire surplombant la mer… La photo ci-dessous est prise depuis la plage donc à bonne distance de l’oiseau, probablement 80-100 mètres (le sommet du Cap de Naze s’élève à 74m). On fait donc un doublé inattendu avec les deux espèces de Monticola hivernants!

20160213_BlueRockThrush_Popenguine_hr

Blue Rock Thrush / Monticole bleu

 

Mais justement, qu’en est-il du statut du Monticole bleu – le “solitaire” – au Sénégal? Paul Robinson a déjà bien résumé la situation suite à une visite en 2012, donc je reprends ici l’essentiel: En dehors de Popenguine, les seules falaises côtières d’envergure sont celles des Mamelles à Dakar, ou quelques données anciennes sont connues, mais c’est peut-être faute de recherches spécifiques qu’il n’y a rien de plus récent. Morel & Morel font bien état d’une population de quelques dizaines d’hivernants sur la côte (Cap-Vert, Gorée, Popenguine), d’une présence hivernale dans le contre-bas du Fouta-Djalon à la frontière guinéenne, et de plusieurs observations isolées sur des bâtiments, faute de relief. A Popenguine, l’espèce serait présente de mi-octobre (dixit l’ornitho local Sonko) à début avril (Morel & Morel) mais des estivages ont été notées dans les années ’80. Une reproduction régulière à Popenguine serait vraiment étonnante eu égard de son aire de répartition typiquement méditerranéenne, et les seuls indices, à notre connaissance, sont anciens et n’ont pas apporté de preuve concrète. Peut-être que les observations de 1983 et ’84, même si des comportements nuptiaux ont été observés, se rapportaient à des estivants occasionnels.

Pas le temps de s’attarder beaucoup plus car le soleil se couche vite et on veut rentrer au lodge des Manguiers de Guereo avant la tombée de la nuit. On croise encore un Courlis corlieu et deux Rolliers d’Abyssinie, puis on regagne le village.

20160213_Whimbrel_Popenguine_hr

Whimbrel / Courlis corlieu

 

Le lendemain matin, on se retrouve à l’aube – malgre le liqueur de Warang de la veille – pour partir cette fois dans la lagune de Somone, facilement accessible à pied depuis les Manguiers. A peine sortis du périmetre du lodge, on repère un puis deux jeunes Loups africains peu inquiets par notre présence. Un peu plus tard, on les reverra trotter dans la mangrove.

20160214_AfricanWolf_Guereo

African Wolf / Loup africain

 

En parcourant un ilot dans la lagune, on tombe sur trois Balbuzards posés au sol. Vérification faite, l’un d’eux est bagué en couleurs et après un moment on arrive enfin à déchiffrer l’inscription sur la bague orange: “5 [point] V”. Cette femelle a ete baguée en juin 2012 comme poussin au nid par Rolf Wahl en Forêt d’Orléans (Loiret), le bastion de l’espèce en France continentaleª. Depuis, elle a été vue en janvier 2013, novembre 2013 et février 2014, à chaque fois à la Somone. Bel exemple de fidelité au site d’hivernage!

20160214085414_Osprey_Somone

Osprey / Balbuzard pêcheur femelle “5 . V orange”

 

Peu de limicoles et de laridés de ce côté de la lagune, mais tout de même quelques migrateurs à se mettre dans les jumelles: un Martinet pâle, quelques Hirondelles de fenêtre et de rivage, encore une Pie-grièche à tête rousse,… Egalement une Rousserolle turdoïde entendue dans la mangrove, espèce apparemment peu signalée au Sénégal.

 

20160214_AbyssinianRoller_Somone_hr

Abyssinian Roller / Rollier d’Abyssinie

 

Pour finir je ne résiste pas l’envie de partager cette photo d’un Sphinx du Liseron, malheureusement mourant, prise aux Manguiers de Guereo.

20160214_Sphinxduliseron_Guereo

Convolvulus Hawk-Moth / Sphinx du Liseron (Agrius convolvulvi

 

ª Pour en savoir plus sur l’historique du Balbuzard en France et en Forêt d’Orléans, lisez cette synthèse sur ornithomedia.

PS du 21.02: à propos des Balbuzards hivernant au Sénégal, voir la note de Frédéric Bacuez sur ornithondar, tombé le même jour que l’article ci-dessus.