Archive | Popenguine RSS for this section

Wet season visitors, Popenguine & co.

Every year during the wet season, the Sahel undergoes an impressive transformation, the landscape turning all lush green in the space of just a few weeks. Four visits to the northern Petite Côte area in just as many weeks were a nice opportunity to see this extremely rapid transition from ultra-dry to completely soaked terrain. And with it of course the associated changes in bird life.

On our first excursion to Popenguine mid-August, shortly after the onset of the first few rains, the reserve was still bone dry, only the baobabs being all green & leafy while grasses has only just begun to sprout.

Popenguine_20190815_IMG_4439

 

Exactly one month later, this is what the same area looked like (the same baobab tree can be seen in both pictures):

Popenguine_20190915_IMG_4573

 

Impressive, right? It never ceases to amaze me how fast everything grows here once the rains arrive!

For now, back to mid-August when all was dry, and when the highlights of our visit were a juvenile Great Spotted Cuckoo (locally hatched?)…

GreatSpottedCuckoo_Popenguine_20190815_IMG_4444

Great Spotted Cuckoo / Coucou-geai juv.

 

… a female Standard-winged Nightjar (on transit, looking for greener pastures? August is breeding season here for the species…)…

StandardwingedNightjar_Popenguine_20190815_IMG_4454-2

Standard-winged Nightjar / Engoulevent à balanciers f.

 

… and finally this juvenile Peregrine Falcon circling briefly above the cliffs before disappearing towards the village – an early record here, though perhaps not that surprising given that the species breeds early in the Mediterranean, even if the pair that winters in Dakar every year typically shows up around mid-October only.

 

 

Fast-forward ten days, after copious showers in the preceding days, and the lagoons of the region were now completely filled – in particular the Yene lagoon which I’ve never seen this high:

Yene_20190825_104035

 

Few waterbirds were around but this will surely change in coming weeks; a Knob-billed Duck amongst the White-faced Whistling Ducks was the most notable species here (Canard à bosse, Dendrocygne veuf). Should be interesting to see how the birdlife evolves here in the next few months, and what species will show up this year (last year with the lack of rains the site was pretty disappointing, should be far more interesting this year!!).

A stroll on one of the hills above Toubab Dialaw produced several Savile’s Bustards and Singing Bush Larks, while Mottled Spinetails were flying above the small escarpment… Klaas’s and Diederik Cuckoos were heard near the village (Outarde de Savile, Alouette chanteuse, Martinet d’Ussher, Coucous de Klaas et didric).

The bustards were particularly vocal and obviously occur in good densities here, with at least 4-5 birds responding to one another. Recording here on xeno-canto; picture of habitat below. This rather sought-after Sahel special is clearly easy to find here, even if rather disturbed habitat, particularly during the rains but they may sing – albeit the shorter version of their song, and less regularly – throughout the dry season as well. They’re often difficult to spot and even a careful approach to a singing bird will usually result in just a brief glimpse, a bird flushed from low bushes, or no sighting at all… Senegal and to a lesser extent The Gambia currently remain pretty much the only easily accessible countries to find this species.

ToubabDialaw_IMG_4510.JPG

 

A male Sahel Paradise Whydah in full breeding plumage was encountered along the track leading to Diass:

SahelParadiseWhydah_ToubabDialaw_20190825_IMG_4523.JPG
Sahel Paradise Whydah / Veuve à collier d’or m. ad.

 

Back to Popenguine on Sept. 8th, this time round for a very enjoyable bike tour through the bush between the villages of Popenguine, Ndayene and Toubab Dialaw (with Teranga Bike Adventure, highly recommended!) which provided a different kind of birding experience. Again Savile’s Bustard and Singing Bush Larks which are both very vocal at the moment, a Black-headed Lapwing breeding record (adult with chick), a Green Sandpiper flushed from a small pool along one of the tracks, a few Gull-billed Terns feeding over moist grassland, a Broad-billed Roller, Yellow-billed Oxpecker feeding on a donkey, a Gosling’s Bunting, and so on (Outarde de Savile, Alouette chanteuse, Vanneau à tête noire, Chevalier culblanc, Sterne hansel, Rolle violet, Piqueboeuf, Bruant d’Alexander).

BlackheadedLapwing_Yene_20171217_IMG_6642

Black-headed Lapwing / Vanneau à tête noire (Yene, Dec. 2017)

 

Last Sunday, Popenguine nature reserve again: the usual suspects such as Rufous-tailed Scrub Robin (the resident ssp. minor, “African Scrub Robin”), Stone Partridge, Helmeted GuineafowlSenegal Batis, several Sahel Paradise Whydahs including males in display flight and a few females, one of which was clearly interested in a pair of Green-winged Pytilias which is the host species of this brood parasite (Agrobate roux, Poulette de roche, Pintade de Numidie, Pririt du Senegal, Veuve a collier d’or, Beaumarquet melba). Woodland Kingfisher and Klaas’s Cuckoo had joined the ranks of the intra-African migrants that move north with the rains and that occur in Popenguine (Martin-chasseur du Sénégal, Coucou de Klaas).

SahelParadiseWhydah_Popenguine_20190915_IMG_4585

Sahel Paradise Whydah / Veuve à collier d’or f.

 

Several Gosling’s Buntings were singing at the top of the Cap de Naze cliffs, with one bird posing quite nicely at short range:

GoslingsBunting_Popenguine_20190915_IMG_4611

Gosling’s Bunting / Bruant d’Alexander

 

Migrant songbirds have now started to arrive from Europe: at least three Sand Martins were flying overhead, clearly heading south, when I arrived by the pond which by now is completely filled with water; I heard a Tree Pipit, saw 4-5 migrating Barn Swallows, while the acacias and bushes held a few Melodious Warblers, Willow Warblers, a Common Whitethroat, and even a fine Nightingale. (Hirondelles de rivage et rustique, Pipit des arbres, Hippolais polyglotte, Pouillot fitis, Fauvette grisette, Rossignol philomèle).

The Popenguine eBird checklists along with other recent records from the area – including a surprising African Crake seen by Miguel – can be found here.

Plenty more to come!

 

 

 

 

 

 

 

Popenguine Raptor Fest (3.11.18)

A visit to Popenguine nature reserve a couple of weeks ago quickly turned into a exciting few hours watching a good variety of raptors – something we’re not much used to in this part of Senegal, where there are few sites that are good for raptors, and most of the time anything else than a Yellow-billed Kite, Osprey or Hooded Vulture will qualify as a good record. Here’s a short overview, in order of appearance!

As always, several Ospreys were to be seen in the reserve; a few birds usually spend the night on the mighty baobabs that dot the Popenguine savanna, and all day long Ospreys can be seen flying around the cliffs or fishing out at sea. Later that same day at the lagoon just south of Toubab Dialaw, we had a good count of some 29 birds, all visible at the same time (Balbuzard). Popenguine of course also had a few Yellow-billed Kites patrolling the area (Milan à bec jaune).

As we were looking for a Common Rock Thrush we’d briefly spotted on a ridge ahead of the footpath, we noticed first an immature Peregrine Falcon flying around, then a European Hobby – the latter a scarce migrant through Senegal so always a good find. Hobby was already seen at Popenguine around the same time last year by Miguel. This time round it looked like it was an actively migrating individual, just like a Common Kestrel that briefly made an appearance shortly after (Faucons pèlerin, hobereau et crécerelle).

Popenguine_20181103_IMG_4602

Miguel and Ross searching the skies for falcons

 

Next up was a Marsh Harrier circling in the distance, again probably a bird on its way to wintering grounds further south (Busard des roseaux). I’ve always thought that Popenguine would be a fairly strategic site to look for actively migrating raptors and other birds. Should be interesting to spend a few days here in October-November and February-March!

This Short-toed Eagle on the other hand was probably one of the 2-3 birds that typically spend the winter in the area around Popenguine and Guereo.

ShorttoedEagle_Popenguine_20181103_IMG_4614

Short-toed Eagle / Circaète Jean-le-Blanc

 

Far less expected than the previous species was an African Hawk-Eagle, spotted by Gabriel as it arrived from the north-east and made its way towards the cliffs, at one point circling together with a couple of Ospreys. Initially we weren’t quite sure about its identity and tentatively id’d this bird as a Bonelli’s Eagle, wondering whether a juvenile African Hawk-Eagle could be ruled out, and were a bit puzzled by the very pale appearance of this eagle. Luckily I managed a few record shots, a bit distant and hazy but they should do the trick. The plumage seemed to still be within the variation of worn juvenile Bonelli’s Eagle, but moult should not start until the second year and this bird shows clear moult contrast on with fresh inner primaries growing. Simon was the first to point out, after this post was originally published, that it looked more like African Hawk-Eagle. I eventually sent out the picture for comments, and Dick Forsman kindly responded, confirming that it’s an African Hawk-Eagle: “It is overall lighter below, the juvenile remiges (primaries + secondaries) are too light and too poorly barred below for a juv. Bonelli’s and the replaced inner primary shows just a dark tip without any further barring. Note also the translucent primaries in the images with blue sky, another pro-spilogaster feature.” Thanks Dick! (post updated Dec. 27)

African Hawk-Eagle is reasonable common it seems through the southern half of Senegal, and is a classic sighting e.g. in the Niokolo-Koba area. There are some records from the Saloum delta and even from the middle Senegal valley (as per Morel & Morel and Sauvage & Rodwell), but as far as I know this is the first from the Petite Côte.

I’m still hoping to see Bonelli’s Eagle one day in the Djoudj, Trois-Marigots or elsewhere in the Senegal valley, the only area with more or less regular records in winter (mainly by Frédéric, who year after year has documented the presence of a few birds around Saint Louis and who nicely summarised the current knowledge about this scarce species in West Africa, in this post on Ornithondar).

BonellisEagle_Popenguine_20181103_IMG_4631

African Hawk Eagle / Aigle fascié

BonellisEagle_Popenguine_20181103_IMG_4632

African Hawk Eagle / Aigle fascié

 

After we’d reached the top of the cliffs, next up was this Eurasian Griffon which appeared to be actively migrating along the coastline, just like a second bird we’d see a couple of hours later that same morning near Yène.

EurasianGriffon_Popenguine_20181103_IMG_4637

Eurasian Griffon / Vautour fauve

 

Barely a few minutes later, Gabriel strikes again with a young Lanner making a brief appearance, just as we were heading back towards the reserve entrance (Faucon lanier). That’s four species of falcons, not bad! In previous years we’ve also had Barbary Falcon near the cliffs, and surely Red-necked Falcon and Grey Kestrel must also occur at least occasionally, while in the wet season it may be possible to encounter African Hobby.

We thought we’d seen pretty much everything when at the last minute a Shikra was seen dashing over the pond (all but dry!), bringing our morning’s total to 11 birds of prey.

Besides all these hooked beaks, as always the nature reserve held quite a few other good bird, such as Gosling’s Bunting, Green-winged Pytillia, Sahel Paradise-WhydahBlue Rock Thrush, and Northern Anteater Chat. In the end we saw two different Common (=Rufous-tailed) Rock Thrushes, a scarce migrant in Senegal, see this post on our first encounter with the species, in February 2016 at… Popenguine! Also a decent flock of Pallid Swifts and a few White-throated Bee-eaters, both pretty good bonus species, while two Pygmy Kingfishers including at least one dark-billed juvenile provided proof that the species is breeding here.

Complete eBird checklist available here.

The bird list for the Popenguine reserve now stands at some 198 species, at a minimum that is: I listed more than 20 other species as being most likely present, but which apparently remain to be confirmed. More on that over here.

Oh and then there were the butterflies – pure magic! Thousands and thousands of butterflies everywhere, especially along the track up the cliffs. With every footstep, small clouds of butterflies would explode, while a constant stream of butterflies was passing by the cliffs. Our visit clearly took place during peak migration season of Painted Lady which were the vast majority, and to a lesser extent some pieridae. And loads of dragonflies! Difficult to capture on camera but if you look carefully at the image below you’ll get a bit of a sense of what I’m trying to explain here.

 

Popenguine_20181103_IMG_4642

Popenguine cliffs… & many butterflies

 

 

 

Popenguine encore

Avec un peu (même beaucoup) de retard, voici un bref compte-rendu de nos visites les plus récentes à la réserve de Popenguine. D’abord en février puis début avril et de nouveau il y a quelques jours pour ce qui était pour moi une première visite en juillet sur le site. La visite de février en compagnie agréable de mes amis genevois (17/2), la deuxième en solo lors d’un séjour au lodge de Dalaal Diam en bordure de la lagune de Somone (3/4), et la plus récente avec David, ornitho de passage à Dakar (29/7).

Comme d’habitude, chaque sortie apporte son lot de surprises et de nouvelles connaissances sur ce coin, et notamment lors de l’hivernage il y a des chances de trouver des espèces intéressantes, la plupart des visites précédentes ayant eu lieu pendant la saison sèche.

On commence par le plus fort et le moins attendu: un Turnix mugissant, levé lors de la sortie en février (Common [aka Small] Buttonquail). Pas tout à fait sûr de ce que c’était lorsque l’un de nous l’a fait décoller, on part à sa recherche: pas facile de le relocaliser! Ce n’est qu’en passant à moins d’un mètre de l’oiseau qu’il s’extrait à toute vitesse de sa planque, pourtant bien camouflé… Lors du deuxième envol on a vu que ça ne pouvait être qu’un turnix et non une caille, vu sa taille très réduite. Afin de s’assurer qu’il s’agissait bien d’un Turnix mugissant (= T. d’Andalousie) et pour permettre à tout le monde de le voir, on l’a relocalisé encore une fois avant de le laisser tranquille.

Turnix d'Andalousie

Common Buttonquail / Turnix mugissant (A. Barbalat)

 

Cet hémipode – du Grec “demi pied” en raison de l’absence de doigt arrière, genre Pic tridactyle – figurait déjà sur la liste des oiseaux de la réserve établie en 1984-’86 par Charles Rouchouse, mais je doute qu’il y ait eu beaucoup d’observations depuis. C’est sans doute un oiseau assez répandu au Sénégal, juste pas facile à voir!

En avril, la surprise vient d’une espèce encore plus répandue mais que je ne vois que rarement, et encore moins sur le nid: un Grand-duc de Verreaux qui semble en train de couver dans une anfractuosité de la falaise (Verreaux’s Eagle-Owl). La photo ci-dessous a été prise du haut de la falaise à bonne distance du nid donc sans dérangement aucun (on devine tout de même ce qui doit être un œuf à droite sous l’oiseau!).

VerreauxsEagleOwl_Popenguine_20180403_IMG_1584

Verreaux’s Eagle-Owl / Grand-duc de Verreaux

 

Cette observation est intéressante, car le site de nidification en falaise et non dans un vieux nid arboricole d’une autre espèce serait plutôt inhabituel pour ce hibou géant. Malheureusement je n’ai pas eu l’occasion d’y retourner assez rapidement pour voir ce qu’il en est de cette nichée (à Ndiaffate près de Kaolack, un famille locale avait déjà quitté l’arbre de nidification lorsque nous y sommes passés à la mi-juin).

 

Ensuite quelques classiques de la réserve, comme ce Beaumarquet melba:

Beaumarquet melba

Green-winged Pytillia / Beaumarquet melba (A. Barbalat)

 

Ou encore les Marinets des baobabs (= M. d’Ussher, Mottled Spinetail), Traquets bruns, (Northern Anteater Chat), le Rollier varié (Purple Roller), les Erémomèles à dos vert,  le Bruant d’Alexander (Gosling’s Bunting – plutôt discret en février et avril, chantant timidement en juillet), et j’en passe.

Le début de la saison des pluies marque l’arrivée de plusieurs migrateurs intra-africains: dimanche dernier, on a ainsi noté quelques Coucous didricsMartin-pêcheurs pygmés et Martin-pêcheurs du Senegal (Diederik Cuckoo, Pygmy & Woodland Kingfishers). Avec l’ajout de cette dernière, la liste des oiseaux de la réserve s’établit à au moins 189 espèces et plus probablement plutôt 200 à 210 (je vous avais dit que j’aime les listes!)

AfricanGreyHornbill_Popenguine_20180403_IMG_1580

African Grey Hornbill / Calao a bec noir

 

En hiver – à ne pas confondre avec le terme hivernage, utilisé pour désigner la saison des pluies ici – on a bien sur eu du Monticole bleu avec juste un mâle vu en février et au moins une femelle en avril, et environ cinq Hirondelles de rochers en février, ces dernières n’étant logiquement plus présentes début avril (Blue Rock Thrush & Crag Martin).

Monticole bleu

Blue Rock Thrush / Monticole bleu (Alain Barbalat)

 

Comme toujours aussi bien l’Agrobate podobé que l’Agrobate roux (Black & Rufous-tailed Scrub-Robins) fréquentent Popenguine, tous les deux apparemment nicheur. L’Agrobate roux semble atteindre ici plus ou moins sa limite meridionale sur les cotes sénégalaises; au moins un chanteur était encore présent en juillet, et cet individu photographié en avril avait tout l’air d’être un authentique africain, soit la ssp. minor qui niche à travers le Sahel.

RufoustailedScrubRobin_Popenguine_20180403_IMG_1626

Rufous-tailed Scrub-Robin / Agrobate roux (ssp. minor)

Par contre, cet autre agrobate vu début avril semble plutot être un oiseau de la sous-espèce nominale, soit un hivernant venu du bassin méditerrannéen. Malgré le contre-jour, on voit une nette barre subterminale noire bien large, critère principal pour le distinguer de la (sous-)espèce minor.

RufoustailedScrubRobin_Popenguine_20180403_IMG_1598

Rufous-tailed Scrub-Robin / Agrobate roux (ssp. galactotes)

 

En tournant le regard vers la mer, en février on a eu quelques Fous de BassanSternes voyageuses et royales, au moins deux Labbes “pomasites” (= pomarin ou parasite!), quelques Goélands d’Audouin, etc. (Northern Gannet, Lesser Crested & Royal Tern, Skuas, Audouin’s Gull).

Dans le ciel, quelques rapaces hivernants avec notamment un Faucon pèlerin et ce Circaète Jean-le-Blanc, mais à part quelques Balbuzards (sans doute des jeunes estivant sur la Petite Côte) et Milans à bec jaune il n’y avait point de rapaces lors de notre visite le 29/7, peut-etre trop matinale pour les rapaces! (Peregrine, Short-toed Eagle, Osprey, Yellow-billed Kite)

 

Circaète Jean-le-blanc

Short-toed Eagle / Circaète Jean-le-Blanc imm. (A. Barbalat)

 

Donc comme toujours pas mal d’oiseaux avec une belle diversité à la clé, mais la réserve a soif… la petite pluie de fin juin n’a pas suffi pour véritablement démarrer l’explosion de verdure et de vie qui, on l’espère, ne tardera pas à venir ces prochaines semaines. L’étang n’est plus qu’un fond de de vase qui n’attend que la pluie – et avec elle, les oiseaux!

 

Guereo-CapdeNaze_20180403_IMG_1602

Vue depuis le Cap de Naze vers le sud: le village de Guéréo

 

Pour une présentation plus complète de la réserve naturelle de Popenguine, voir cet article

 

New Trip Report – the North, Saloum, Wassadou & Dakar

It’s always a pleasure to read good trip reports by birders who visit Senegal. More and more visitors now report their sightings through eBird or Observation.org, but few go through the effort of writing up their notes – despite best intentions, as I can sadly testify to myself.

Too many birds, not enough time, right?

A small Danish team visited Senegal last November, and I happened to meet them while seawatching at the Calao at the start of their visit, together with guide Carlos who expertly showed them a great deal of excellent birds – and then again towards the tail end when we briefly met up in Toubacouta. I recently received their trip report, one of the few good ones that were published on Senegal recently. There are useful sections on travel arrangements, weather, timing, pets, and resources (many thanks for mentioning this site!). And very importantly, a brief review of key places visited during the trip: Dakar, Trois-Marigots & Djoudj, Richard Toll, Kousmar, Wassadou & the Niokolo-Koba National Park, Toubacouta & Delta du Saloum, and finally Popenguine. Information on key species is provided along with some info on accommodation and access, and almost all are illustrated with pictures showing local habitats. Next up are species lists by site, followed by a comprehensive list of bird and mammal species seen.

Pretty much all the “specials” were found, both up North and in the Saloum and Niokolo-Koba areas. Also a few less expected birds, such as a high count of Stone-Curlews at Richard Toll (90! with 12 more at Trois-Marigots), a slightly out-of-range African Hobby at Trois-Marigots, a couple of Temminck’s Stints, Shining-blue Kingfisher at Wassadou (though apparently it’s quite regular there at the moment), and an Aquatic Warbler seen during the boat tour to the Djoudj pelican colony (they’re present of course, but seeing one is rare!). And a good breeding record of Fulvous Babbler – apparently one of the few confirmed in the country – with a bird on the nest at Richard Toll.

Oh and I almost forgot – the report is stuffed with brilliant pictures including many of the country’s iconic birds, such as this pair of perfect Swallow-tailed Bee-eaters seen near Toubacouta, or the stunning Cricket Warbler from Richard Toll further down (all pictures in this post by Morten Heegaard, Stig Jensen & Jon Lehmberg).

SN_TripReport Nov2017 (4)

Swallow-tailed Bee-eater / Guêpier à queue d’arronde

 

And make sure to read through to the very end, where you’ll find an enjoyable bonus section on the raptor roost at Ile de Kousmar near Kaolack. To quote the authors, “Why a lot more birders aren’t visiting this roost is a total mystery to us, and that some are even spending a night in Kaolack without coming here is simply beyond belief”. I, for one, am ashamed to say I have not made it to Kousmar yet: next winter, sans faute.

 

SN_TripReport Nov2017 (5)

White-crested Helmet-Shrike / Bagadais casqué

 

The report can be downloaded directly from here (PDF, 5 MB), or from the Cloudbirders site, which contains a number of other good trip reports on Senegal, many of which are from tours combined with Gambia. Many are fairly dull species lists, but among the more recent ones this report by Birdquest from February 2017 (Podor, Dindefelo, Wassadou, Saloum etc.) is worth a read for those planning a trip to Senegal even if it fails to provide any useful information on where to find the most wanted birds (and there are a few errors as well, e.g. Mali Firefinch is not restricted to Kedougou in Senegal, and Marbled Teal is very much a regular visitor to Djoudj). I guess that’s one of the differences between commercial tours that rush from one place to another (imagine spending just a single day in Dindefelo?!) and a bunch of passionate friends who are keen to share their explorations. Dieuredieuf, Morten, Stig & Jon!

 

SN_TripReport Nov2017 (3)

Cricket Warbler / Prinia à front écailleux

 

And since we’re talking trip reports – a really enjoyable report in very much a different style is this recent one from The Gambia: BIRDBLOG GAMBIA 2018. Woodsmoke…dust…many birds!

“The ironically named Singing Cisticola showed well, but sang very, very badly, however Scimitarbill and Grasshopper Buzzard rebalanced the cool scale”

Proof that birding trip reports don’t have to be boring reads – highly recommend it, I had a real good laugh!

 

SN_TripReport Nov2017 (2)

Zebra Waxbill / Bengali zébré

 

 

 

Le PNOD, le PNLB, la RNICS & la RNP en images

Si vous arrivez à déchiffrer les acronymes du titre, alors chapeau! Faute d’un meilleur intitulé pour ce billet, et faute de temps pour écrire un long article sur tout ce qu’on a pu voir ces huit derniers jours, je vous présente ici quelques images prises lors de notre virée dans le Djoudj (le PNOD – parc national des oiseaux du Djoudj), le PN de la Langue de Barbarie (PNLB), la réserve naturelle d’intérêt communautaire de la Somone (RNCIS), et la réserve de Popenguine (RNP). Huit jours a se ressourcer en pleine nature, en agréable compagnie de nos amis Jan, Maria, Kajsa et Marnix venus découvrir le Sénégal – le bonheur.

PNOD

A commencer par ces Courvites isabelles vus vers le Grand Mirador du PNOD, trouvés par l’excellent guide Vieux Ngom (qui en passant salue toute l’équipe de Genevois!), dans une atmosphère poussiéreuse comme je l’ai rarement vue. Les courvites aussi j’en avais rarement vus, même jamais en fait! Belle coche donc pour commencer les vacances de fin d’année, d’une espèce régulière dans le nord du pays mais qui jusqu’ici m’avait toujours échappée, ici comme ailleurs d’ailleurs.

CreamcolouredCourser_Djoudj_20171223_IMG_6997

Cream-coloured Courser / Courvite isabelle

Voici pour vous faire une idée des conditions météo, qui se résument tout simplement en “vent + froid + sable + poussière”, mais que notre ami d’Ornithondar a très bien expliqué ici. Jamais eu aussi froid au Sénégal… A peine 15 degrés au petit matin… suffisamment peu pour justifier au moins trois couches pour sortir.

LacTantale_Djoudj_20171223_IMG_6899

Aussi vus dans le Djoudj, dans le désordre: les habituelles Grues couronnées, une ou deux Talèves d’Allen, deux couples d’Anserelles naines, Sarcelles d’hiverPie-grièches méridionales, Glaréoles à collier, Tarier d’Afrique, Prinia aquatiquePygargue vocifère, Fauvette orphée, Alouettes calandrelles, et j’en passe. (Pygmy-Goose, Common Teal, Southern Grey Shrike, Collared Pratincole, African Stonechat, River Prinia, African Fish Eagle, Orphean Warbler, Short-toed Lark). Par contre peu de canards et très mauvaise visibilité sur le Grand Lac, mais Jean-Louis et Maha ont tout de même eu quelques Sarcelles marbrées deux jours plus tard, tout comme l’Outarde arabe et plein d’autres choses (Marbled Teal, Arabian Bustard).

Mais aussi Loup africain, Phacochères à volonté, un Crocodile du Nil, et pas moins de trois Pythons de Seba pour le grand bonheur de tout le monde mais peut-être surtout pour mes amis Jean-Louis et Maha, à peine arrivés au Sénégal.

Warthog_Djoudj_20171223_IMG_6898

Warthog / Phaco

AfricanRockPython_Djoudj_20171223_IMG_6891

African Rock Python / Python de Seba

PNLB

Passons maintenant au PNLB, ou l’on a passe deux nuits dans notre lodge favori au Senegal: le Zebrabar, niche entre lagunes et ocean, un petit havre de paix qui invite à la relaxation et au far niente… si ce n’était pour tous les oiseaux qu’il y a à découvrir! Même le jour de Noël on ne chôme pas, bien au contraire: en fin de matinee je passe d’abord à la STEP de St. Louis qui comme toujours grouille d’oiseaux, dont le Prinia aquatique, la Rousserolle des canes, plusieurs centaines de Dendrocygnes veufs et fauves tout comme quelques Canards souchets, et une bonne diversité de limicoles (River Prinia, Greater Swamp Warbler, White-faced & Fulvous Whistling-Ducks, Northern Shoveler). Mais surtout, je tombe sur une belle surprise sous la forme d’une Marouette de Baillon que je lève en bordure du sentier entre les deux plans d’eau principaux. Et que j’aurai ensuite le plaisir d’observer et de photographier pendant plus d’une demie heure – quel bonheur! Seulement ma deuxième obs de l’espèce, mais bien meilleure que la première, il y a près de 10 ans aux Pays-Bas.

BaillonsCrake_STEP-StLouis_20171225_IMG_7134

Baillon’s Crake / Marouette de Baillon

BaillonsCrake_STEP-StLouis_20171225_IMG_7088

Baillon’s Crake / Marouette de Baillon

Au retour de la STEP, brève escale au bord de la piste qui mène au Niokobokk: une Pie-grièche mériodionale (ou doit-on dire Pie-grièche du désert maintenant? voir cet article sur Ornithondar). J’essaierai de revenir sur la question des (sous-)espèces en 2018…

SouthernGreyShrike_Gandiol__20171225_IMG_7170

Southern Grey Shrike / Pie-grieche méridionale

En fin d’après-midi, je pars dans la plaine et la brousse derrière Mouit, là où j’avais eu entre autres Outarde de Savile, Coucou-geai, Oedicnème tacheté et cie. lors de mes précédentes visites. Parcourant la steppe à la recherche de fauvettes (le site me semble idéal pour la Fauvette à lunettes notamment) ou autres pipits, je tombe sur ce Hibou des marais – le sixième au moins depuis début novembre au Sénégal, confirmant ainsi le petit (?) afflux qui a visiblement lieu encore en ce moment. Combien passent inaperçus? J’ai donc une fois de plus dû mettre à jour l’article que j’y avais consacré il y a quelques semaines, avec l’image en plus et quelques obs supplémentaires (dont une de la lagune de Somone).

ShortearedOwl_Gandiol_20171225_IMG_7228

Short-eared Owl / Hibou des marais

Ci-dessous le biotope:

Gandiol_20171225_IMG_7240

RNICS

Ensuite, après un crochet par Lompoul (Outarde de Savile, Oedicneme tacheté, Petit Moineau, Guêpier d’Orient et j’en passe; Savile’s Bustard, Spotted Thick-knee, Bush Petronia, Little Green Bee-eater), on pose les valises au Dalaal Diam près de la lagune de Somone.

Là, j’en profite pour retourner dans mon coin à Engoulevents à balanciers: rien vu! Ils ont dû repartir sous d’autres cieux. Curieusement, comme en octobre, une Bondrée (Honey Buzzard) me passe par-dessus la tête en filant vers le sud. Vu le plumage c’était un autre individu qu’en octobre, un jeune individu assez roux. Et à la place des Petits-ducs africains, cette fois ce sont au moins deux Chevêchettes perlées (Pearl-spotted Owlet) qui se font entendre de nuit (et parfois de jour) dans le jardin du lodge. Une Cigogne noire (Black Stork) survole le site, un Busard cendré chasse en bordure de la lagune, des centaines de Moineaux dorés du Soudan se mêlent aux Travailleurs a bec rouge et autres tisserins. Et curieusement toujours, je trouve deux Hypolaïs pâles (Eastern Olivaceous Warbler) non loin de la zone où j’avais déjà observé cette espèce peu connue en Sénégambie, en mars 2016. Hiverneraient-ils dans le secteur? Les deux oiseaux évoluaient ensemble et étaient peut-être en couple, à moins qu’il ne s’agisse de deux mâles se disputant un buisson stratégique… Quoiqu’il en soit, l’identification était relativement simple car les deux oiseaux hochaient activement la queue tout en ouvrant les ailes vers le bas, et la structure (notamment le bec plus fin) et les critères du plumage concordent; le chant semblait aussi assez différent de l’Hypolaïs obscure – je dois encore traiter et analyser les quelques prises de son, qui je l’espère ne seront pas trop affectés par le vent.

EasternOlivaceousWarbler_Guereo_20171228_IMG_7418

Eastern Olivaceous Warbler / Hypolaïs pâle

EasternOlivaceousWarbler_Guereo_20171228_IMG_7431

Eastern Olivaceous Warbler / Hypolaïs pâle

RNP

Point de photos de Popenguine à part un jeune Circaète Jean-le-Blanc (Short-toed Eagle) un peu flou, mais à signaler notamment neuf ou dix Hirondelles de rochers (Crag Martin), deux Monticoles bleus (Blue Rock Thrush), quelques discrets Bruants d’Alexander (Gosling’s Bunting), 4-5 Beaumarquets melba, 2-3 Sporopipes quadrillés (Speckle-fronted Weaver). Visite depuis Guéréo, hier matin 29/12. Au retour, on passe par le Lac Rose, ce qui permet d’ajouter le Goéland d’Audouin à la liste.

Voilà pour ce tour d’horizon, pas si rapide finalement.

Prochaine expédition: la moyenne vallée du fleuve, dans une semaine à peine. Avant cela, on va essayer de profiter des quelques jours de congés restants pour passer au Technopole, les steppes du Lac Rose ou encore la lagune de Yene.

 

 

La réserve naturelle de Popenguine

On a déjà parlé à plusieurs reprises de cette réserve si particulière, notamment pour vous faire part d’observations de Monticoles ou des Bruants d’Alexander, deux espèces emblématiques du site. J’ai eu la chance d’y faire une visite matinale il y a une quinzaine de jours, avec comme toujours des observations intéressantes à rapporter; d’autres ornithos ont également pu y faire des obs remarquables ces dernières semaines. C’est donc l’occasion de faire un rapide tour d’horizon de ce qu’on peut voir comme oiseaux à Popenguine, cette ancienne mission catholique qui de nos jours tient tout autant de la tranquille station balnéaire, du village sénégalais endormi et poussiéreux, que du lieu de pèlerinage et de culte.

Si cet espace naturel est protégé depuis longtemps (1936!), c’est à Charles Rouchouse (de l’ORSTOM, l’IRD de l’époque) qu’on doit la création de la réserve naturelle, en 1986, suite à quoi une meilleure protection est mise en place; vous pouvez en lire un peu plus sur l’histoire du site ici. Le milieu – principalement une savane arborée soudano-sahélienne – s’est bien rétabli depuis la création de la RNP, et les 1’009 ha que compte la réserve valent la peine d’être explorées à toute saison. Actuellement les quelques visiteurs se limitent généralement aux falaises, mais il y a sans doute de quoi parcourir à l’intérieur du périmètre. Je devrais vraiment y aller plus souvent, et prendre du temps pour explorer cette partie moins bien connue! Peut-être l’occasion de tomber sur une des espèces de mammifères qui auraient refait apparition depuis la création de la réserve, dont la présence de certains serait plutôt étonnante (en même temps, les bêtes à poils je ne m’y connais pas trop!) : sont mentionnés le Guib harnaché et même le Céphalophe de Grimm, la Hyène tachetée, Civette, Genette, Loup africain, et Porc-épic. Et il y a bien sûr les deux espèces de singes (Patas et Cercopithèque, le “singe vert”), Ecureuils fouisseurs et Lièvres du Cap qu’on aura plus de chance à voir que les autres espèces citées, bien plus farouches ou nocturnes.

Popenguine_20171113_IMG_5665

Vue vers le nord depuis le sentier de la falaise, un matin brumeux de novembre… Au fond, le village de Popenguine

 

Mais revenons-en aux oiseaux, à commencer par les “grives des rochers”: je me contenterai de partager ces quelques clichés lointains des Monticoles bleus, et de dire que l’espèce était déjà présente le 15 octobre cette année. Et que lors de ma dernière visite il y avait 2-3 oiseaux (un mâle, un type femelle) sur les falaises, plus un oiseau bien moins attendu car posé sur des bâtiments en limite du village, sur la partie haute non loin de la réserve. En fait c’est en quittant la chambre d’hôtes où nous étions logés, tôt le matin du 13/11, que j’ai pu voir un oiseau sur la villa même! Plus tard en milieu de matinée, rebelotte mais cette fois sur une maison voisine en construction (comme 90% des maisons sénégalaises!) d’où il a chanté un peu. Pas vu de Monticole de roche cette fois, donc pour l’instant j’en reste à notre seule et unique obs de février 2016 pour cette espèce, qui à en croire les quelques données historiques pourrait bien être régulière dans le secteur.

BlueRockThrush_Popenguine_20171113_IMG_5671

Blue Rock Thrush / Monticole bleu, Nov. 2017

BlueRockThrush_Popenguine_20171113_IMG_5668

Blue Rock Thrush / Monticole bleu, Nov. 2017

 

Autre spécialité du site, les Bruants d’Alexander, anciennement connu comme Bruant cannelle mais dont la sous-espèce ouest-africaine a été splittée. Les bruants sont généralement faciles à trouver le long du sentier arpentant les falaises du Cap de Naze. L’an dernier on a eu un beau mâle peu farouche (photo d’en-tête), cette fois 2-3 oiseaux dont cet individu que j’ai identifié comme un juvénile au plumage frais:

GoslingsBunting_Popenguine_20171113_IMG_5661

Gosling’s Bunting / Bruant d’Alexander juv., Nov. 2017

 

Pas vu d’Hirondelle des rochers par contre, mais cet hivernant du bassin méditerrannéen est visiblement toujours hivernant ici car on vient de me signaler la présence d’au moins un individu samedi dernier (25/11; Carlos et trois ornithos danois de passage; addendum février 2018: on a pu en voir au moins 12-15 fin décembre et début janvier). Ci-dessous une ancienne photo faite sur place par Paul, avec des précisions quant au statut dans la sous-région de cet oiseau d’observation très rare hors des falaises de la RNP ici:

044web

Crag Martin / Hirondelle de rochers, Feb. 2012 (Paul Robinson)

 

La Pintade de Numidie et la Poulette de roche sont relativement communes dans la réserve, et je suppose qu’il en soit de même pour le Francolin à double éperons. Outarde à ventre noir, Caille des blés et Turnix d’Andalousie ont tous été observés en mai ’86.

Dans le registre des rapaces, citons les Balbuzards et Circaètes Jean-le-Blanc dont plusieurs individus hivernent dans le secteur, mais aussi le Circaète brun, le Busard des roseaux, l’Epervier shikra, le Faucon crécerelle ou encore ce Faucon de Barbarie vu en novembre 2016, et il est probable que les Faucons lanier et pèlerin se montrent aussi au moins de temps en temps car ces deux espèces affectionnent particulièrement les sites rupestres (elles sont d’ailleurs incluses dans l’inventaire de Rouchouse). Et puis il y a ce Faucon hobereau et cette Bondrée apivore vus le 15 octobre dernier par Miguel: deux espèces rarement notées par ici. Je soupçonne d’ailleurs qu’aussi bien en automne qu’au printemps il doit être possible d’observer la migration active de certains rapaces longeant la côte: le Cap de Naze pourrait bien se révéler un site d’observation intéressant pour le suivi de la migration des rapaces.

ShorttoedEagle_Guereo_20171112_IMG_5639

Short-toed Eagle / Circaète Jean-le-Blanc, Nov. 2017

 

Les falaises attirent, logiquement, bon nombre de martinets, chassant au raz des sommets – souvent très venteux! – ou au-dessus de la mare. En saison d’hivernage, les Martinets cafres sont à rechercher parmi les nombreux Martinets des maisons. Les Martinets noirs et pâles sont probablement réguliers lors des deux passages. A toute saison il doit être possible de voir le Martinet d’Ussher. tout comme le Martinet des palmes. Et lors de ma dernière visite, j’ai eu la surprise de voir deux Martinets à ventre blanc ici. Ma première obs au Sénégal, et apparemment une bien rare donnée pour le pays: avant 1995, seulement quatre observations étaient connues (une de Richard-Toll, trois du Niokolo-Koba), auxquelles il faut ajouter au moins une observation à Popenguine même, par C. Rouchouse, en avril 1986, que ni Morel ni Sauvage & Rodwell n’ont mentionnée. Je n’ai trouvé que quelques mentions récentes, notamment de ce dernier lieu mais aussi d’un oiseau ayant percuté l’hôtel du Djoudj en mars 2012. Ce martinet doit pourtant être plus régulier que cela au Sénégal, mais comme l’ont montré les chercheurs de la Station Ornithologique Suisse à l’aide de leur radar en Mauritanie, les Martinets à ventre blanc migrent souvent trop haut pour être détectés par les observateurs!

Mottled Spinetail / Martinet d'Ussher

Mottled Spinetail / Martinet d’Ussher, Nov. 2016 (A. Barbalat)

 

La savane arborée et les buissons autour de la mare sont particulièrement attrayants pour toute une série de passereaux migrateurs – en gros les usual suspects tels que Rougequeue à front blanc, Hypolais polyglotte, divers pouillots, Fauvettes grisette et passerinette; Gobemouches noir et gris; la Pie-grièche à tête rousse. Aux Hirondelles de Guinée et des mosquées se mélangent des cousines nordiques comme ces quelques Hirondelles de rivage vues lors de ma dernière visite. Pipits des arbres et rousseline, Traquets motteux etc. sont à rechercher dans les zones plus ouvertes.

Charles Rouchouse avait d’ailleurs bien mis en évidence la migration active des hirondelles et martinets, dans son rapport du début des années 1980. Intitulé Mission ornithologique au Cap de Naze (Petite Côte, Sénégal) : le Cap de Naze, nouvelle réserve naturelle au Sénégal, ce pavé reste la seule référence de l’avifaune de la RNP. Peut-être qu’un jour on mettra à jour la liste, surtout si on arrive à visiter un peu plus souvent. Il faudra dans ce cas faire un peu le tri entre les données anciennes qu’on considèrerait aujourd’hui comme “douteuses”, car la liste comporte visiblement des erreurs et des données suffisamment extraordinaires qu’il aurait fallu mieux documenter, comme le Traquet deuil, le Traquet à front blanc, les Bruants fou et striolé.

Les Agrobates roux et podobé se côtoient à Popenguine: une bonne opportunité pour comparer leurs chants assez semblables, mais qu’une oreille aiguisée pourra différencier. Des petites bandes de Traquets bruns sont à rechercher dans les pentes érodées, notamment dans le vallon derrière le Cap de Naze. Le Merle africain a été vu près de la petite lagune, tandis que le Pririt du Sénégal et l’Erémomèle à dos vert peuvent se croiser tout au long du sentier longeant la falaise. D’autres passereaux africains incluent le Sporopipe quadrillé (vu en décembre 2017), les Euplectes franciscain et monseigneur, le Beaumarquet melba et son parasite la Veuve du Sahel, ou encore le Serin du Mozambique. Il y en a sans doute d’autres, comme potentiellement le Mahali à calotte marron qui est inclus dans l’inventaire sans autre précisions.

Les Coucous de Levaillant et didric sont observés – et surtout entendus – en saison des pluies, tout comme les Martin-chasseurs du Sénégal et à tête grise, le Martin-pêcheur huppé, et même le Martin-pêcheur pygmée dont un individu est vu le 13/11 dernier. Le Martin-chasseur strié et le Coucou-geai sont mentionnés par Rouchouse.

La mare regorge souvent d’aigrettes et de hérons (pas moins de 63 Hérons cendrés récemment), et est également fréquentée par quelques limicoles: chevaliers surtout, mais aussi la Rhynchée peinte et même un Bécasseau tacheté vu en mars 2013 par Simon Cavaillès. D’autres oiseaux d’eau qu’on peut y voir sont notamment le Grèbe castagneux et parfois le Goéland d’Audouin. Cote mer, il y a possibilité de voir diverses sternes et laridés, Fou de Bassan et labbes en saison, Pélicans gris, et avec un peu de chance un Fou brun (vu en janvier 2018).

Popenguine-mare_20171112_IMG_5657

 

La visite de la réserve de Popenguine en vaut vraiment la peine, ne serait-ce que pour apprécier le paysage et pour faire une peu de marche en relief. Il ne vous en coûtera que 1’000 CFA pour le droit d’entrée, à payer aux bureaux de l’équipe de la Direction des Parcs Nationaux, juste avant l’entrée de la réserve, avec possibilité d’engager un guide pour vous accompagner pendant la visite, a 5’000 CFA (au moins un des gardes semble bien connaître les oiseaux!). Popenguine se trouve à moins d’une heure de Dakar, et maintenant que le nouvel aéroport devrait être opérationnel d’ici une semaine, Popenguine deviendra sans doute un lieu de passage plus courant pour les visiteurs, que ce soit à l’arrivée ou avant le départ, ce qui amènera peut-être un peu plus d’orni-touristes à visiter la RNP.

 

 

Popenguine, 26/11

On our way back from an epic three-day visit to the Saloum delta at Palmarin, we managed to squeeze in an afternoon visit to the Popenguine nature reserve. Away from the Mamelles and Cap Manuel areas of Dakar, Popenguine is the only area on the Senegalese coast that has decent cliffs, and as such harbours a range of “cliff specials”

One of these is Gosling’s Bunting, a classic here and usually easy to find as several pairs are present in the cliffs, both in the boulders at the base and towards the top. On this particular visit we only saw one as we lacked time to cover the full length of the cliffs, plus activity was reduced because we were there on a hot, windy afternoon – less than ideal conditions of course to find passerines (or many other birds for that matter). This male was singing in a spot sheltered from the wind and allowed for prolonged close-up views, much to the delight of all seven of us.

Gosling's Bunting / Bruant d'Alexander

Gosling’s Bunting / Bruant d’Alexander

Another local specialty is Blue Rock Thrush, of which we saw one female type, as always very inconspicuous and hard to find. The few wintering birds here are thought to be present from mid-October into February or March (for a bit more info, see this and this post on our blog).

No sign of any Crag Martins which are probably brief but regular winter visitors, though the site is – just like most birding hotspots in Senegal – greatly underwatched so its phenology is not known, neither is it clear whether it visits Popenguine every year.

Mottled Spinetail on the contrary was conspicuous, with about a dozen birds flying around, often passing low. Not easy to photograph, but Alain managed to get a good shot, on which one can even see the peculiar “spines” on the tail (click/tap image to enlarge).

martinet-dussher

Mottled Spinetail / Martinet d’Ussher (A. Barbalat)

Besides the buntings, my Swiss companions were particularly keen on seeing Helmeted Guineafowl, which I know to be present in the area though I hadn’t seen them in the reserve itself yet. It seems that at least in western Senegal the distribution of this species is rather patchy, with the Petite Côte between Somone and Toubab Dialaw being the most reliable (at least based on my limited experience – I’ve only ever seen them around here). As such, my hopes for finding some were not very high, but once again on this tour the group was extremely lucky when a passer-by flushed six of these impressive birds, just enough to allow everyone to see them. The guineafowl turned out to be the final species to be added to the trip list, which closed at an impressive 321 species seen during the two-week trip.

Also present were Grey-headed KingfisherMosque and Red-chested Swallows, African Thrush, Common Redstart, Common Whitethroat, Western Olivaceous WarblerCut-throat. Yet another Barbary Falcon was seen hunting along the escarpment behind the cliffs, while several Ospreys were either sitting on some of the scattered baobabs or flying around, often carrying their prey.

Both Black-billed Wood Dove and Namaqua Dove were present in good numbers, including at least one delicately patterned juvenile of the latter.

tourterelle-masquee-2

Namaqua Dove / Tourterelle masquee (A. Barbalat)

The small lake near the reserve entrance was rather quiet, with just a handful of herons and egrets, at least two Little Grebes, a Common Sandpiper, two Senegal Thick-knees, and Malachite and Pied Kingfishers. Good to see though that there’s still plenty of water here, unlike many other pools and wetlands in the region. Could be interesting in spring for migrant waders (this is the site where Senegal’s third Pectoral Sandpiper was found in March 2013 by Simon).

Popenguine_lac_Nov2016_C-Pochelon.jpg

The pond / La mare (C. Pochelon)

 

All in all, this last leg of the trip proved to be worthwhile once again, mission accomplished! The final ornithological note of the trip was that of a male Sahel Paradise-Whydah flying over the road while driving back to Sindia; a bit further, along the shiny new highway, an African Wolf crossed the road – luckily not busy at all – near Kirene.

Un grand merci à Alain et Cédric pour les photos – et à toute la clique du GOBG pour la bonne compagnie!!