Archive | Somone RSS for this section

Iberian Chiffchaff in West Africa

We’re continuing our little series on the status of some lesser known passerines that spend the winter in Senegal. This time round we’re looking at Iberian Chiffchaff (Pouillot ibérique), yet another drab songbird that can be tricky to identify unless of course it’s singing. We won’t go much into its identification in this post; a lot has been written on the topic, though unfortunately the standard West Africa field guides lack sufficient detail and may oversimplify the matter somewhat. In addition, few if any of the local guides really know how to identify the species in the field, and not all visiting birders pay much attention to these LBJs.

There are a few subtle differences in plumage, but generally it’s not easy to identify these birds on plumage and “jizz” alone..  so maybe it’s useful after all to summarise key characteristics here. Lars Svensson, in what is still one of the main reference papers on Iberian Chiffchaff identification (2001), neatly listed the following field characters in comparison with Common Chiffchaff:

  1. As a rule, the entire upperparts of ibericus are purer moss green than on Common Chiffchaff, lacking the brown tinge on crown and mantle usually present in collybita in freshly moulted plumage in early autumn a very slight brownish tinge can be found on the greenish upperparts of some Iberian Chiffchaffs
  2. More tinged yellowish-green on sides of head and neck, and has no buff or brown hues at all, or only very little of it behind the eye and on ear-coverts. The breast is whitish with clear yellow streaking
  3. Typically, has vivid lemon yellow undertail-coverts, contrasting with a rather whitish centre to the belly
  4. Supercilium on average more pronounced and more vividly yellow, particularly in front of and above the eye
  5. On average, the legs are a trifle paler brown on Iberian than on Common Chiffchaff, though many are alike
  6. Bill is very slightly stronger [though I find this one of very little use in the field!]
IberianChiffchaff_Gandiol_IMG_2750_edited

Iberian Chiffchaf / Pouillot ibérique, Gandiol, 31 March 2016 (BP). Note yellowish supercilium, undertail and flank streaks, dull greenish upperparts, pale brown legs, whitish belly, and apparently also pale bill base

 

Clearly these are mostly subtle differences and when identifying on plumage alone, a combination of characters should typically be used. Confusion with Willow Warbler is not unlikely, even by experienced birders, and I’m assuming that at least some Iberians are noted as Willow Warbler, especially in mid-winter in northern Senegal when Willow Warbler should in fact be rare, as it winters chiefly in the forest zone further south. The longer wings, pale underparts and paler legs can indeed result in striking similarities between Willow and Iberian. A good pointer to separate these two is that the latter typically dips its tail while feeding, whereas Willow, Warbler characteristically flicks its wings while moving its tail sideways.

The two pictures below were taken by Frédéric Bacuez near Saint-Louis, on 18.4.16 (top) and 20.1.13 (bottom), and while it’s probably impossible to be certain, I do tend to believe these are Iberian Chiffchaffs.

 

Bango, April 2016 (© F. Bacuez)

2013 01 20 9h30. Pouillot fitis apr_s le bain, dans l'eucalyptus. Photo par Fr_d_ric Bacuez, IMG_9104 (2)

Iberian Chiffchaff or Willow Warbler? I tend to think it’s an ibericus (© F. Bacuez)

 

The vocalisations on the other hand are far more reliable and are indeed always ideal in order to confirm an Iberian Chiffchaff, particulary the song. While there’s some variation and there may be some “mixed singers”, the difference with Common Chiffchaff is usually obvious (though maybe a bit less so on this one from Wassadou). It’s worthwhile pointing out though that besides the quite distinctive song, a good yet undervalued criterion is the call of the species – see this nice summary on the Turnstones blog (and also Collinson & Melling 2008, who state that the call “in sharp contrast to that of Common Chiffchaff, is downwardly inflected, from 5 to 3 kHz, transcribed as ‘piu’ or ‘peeoo’, perhaps reminiscent of the call of Siskin” – now compare with my recording from Technopole (same bird as in the song recording): I wouldn’t say this sounds like a Siskin – and even less like a Bullfinch! – and at 3.5-6 kHz the frequency is clearly a bit higher as can be seen on the sonogram below (click to enlarge).

IberianChiffchaff_Technopole_20173112_call_sonogram_XC397677

 

 

Status & Distribution in Senegal

Up to not so long ago, most authors considered Iberian Chiffchaff to be a resident or partial migrant, mostly due to lack of reliable identification criteria at the time. Svensson (again!) provided the most comprehensive overview of our knowledge of the wintering areas in his 2001 paper, concluding that it is “a long-distance migrant which winters primarily in tropical Africa“. This assumption was however based on very few specimens and even fewer reliable field observations. One of these is of a bird “singing like an Iberian Chiffchaff” by Yves Thonnerieux from northern Ghana, and the only two specimens from wintering grounds are from Mali in 1932 (Segou) and 1955 (Bamako); both were found by Svensson in the museum of natural history in Paris (MNHN). A third specimen was collected in January 1955 in Tunisia, suggesting that some birds may winter north of the Sahara; Svensson also showed that the species is present during spring migration in Morocco (at least late March – early April).

With increased “observer awareness” and better reporting systems, recent years have seen a clear increase in field observations from West Africa, described further below. Combined with the absence of any winter records from the Iberian peninsula, I think it’s quite well established now that indeed most if not all Iberian Chiffchaffs winter south of the Sahara.

To further refine its status in West Africa, we turn to our usual suspects: Morel & Morel  provide a single record, presumably obtained by themselves, of a singing bird at Richard Toll on 22-24.2.87 (this is probably the unpublished record “from tropical Africa” that Svensson refers to). This can safely be assumed to be the first published record for Senegal; identification was apparently largely based on song since they write that they compared the song with recordings by Claude Chappuis. It’s quite easy to miss out on this observation though, as ibericus (or brehmi as it used to be known) is only referred to in the annex of Les Oiseaux de Sénégambie (1990), as their sighting was obviously too recent to be included in the near-final manuscript of their book. Of course, the species was at the time still considered to be “just” a subspecies of Common Chiffchaff. Rather curiously, the Morels refer to a significant proportion of Scandinavian Common Chiffchaffs (ssp. abietinus) – up to half! – though we now know that these populations tend to winter in eastern Africa, heading in a south-easterly direction in autumn. Could it be that these were actually Iberian Chiffchaff rather than abietinus?

Moving on, Rodwell and colleagues (1996) refer to three records of calling (singing?) birds in the Djoudj NP in Jan 1990, Jan 1991 and Feb 1992. Sauvage & Rodwell (1998) do not provide any additional records: up to the mid-nineties, ibericus was obviously still considered a rare to scarce winter visitor to northern Senegal. More than a decade later, Borrow & Demey still consider the species’ distribution in Senegal as “inadequately known”, and their map only shows the lower Senegal valley.

As is the case with quite a few other little known taxa that were recently elevated to species rank – think Moltoni’s Warbler, Seebohm’s Wheatear, Atlas Flycatcher – these past few years our knowledge has greatly increased, and it is clear that Iberian Chiffchaff is indeed quite frequent in northern Senegal. Recent reports mainly come from the Djoudj NP – obviously a key wintering site, with decent densities – and from around Richard Toll and Saint-Louis (e.g. Bango, Trois-Marigots, Langue de Barbarie, and see picture above). There are however a number of recent records elsewhere that suggest that the species is more widespread: last winter I was lucky to find a singing bird at Technopole which is thought to be the first record from Dakar; there are also a few reports from the Somone lagoon, though not sure that these are reliable (I have suspected the species here before, but never been able to confirm based on call or song). Rather intriguingly, the species was also seen several times along the Gambia river at Wassadou these past two years: first in December 2017, then more than two months later at least one singing bird that we found on 24.2.18, and again this winter (7.1.19). Finally, another singing bird was reported near Kounkane, Velingara, on 28.1.18 (G. Monchaux) – to our knowledge the first record from Casamance. The observations in these southern locations suggest that the species is more widespread and that it can turn up anywhere in Senegal.

In Mauritania, it appears that up to recently the only records were obtained during extensive field work conducted by the Swiss Ornithological Station, with several birds captured both in spring and in autumn 2003 (Isenmann et al. 2010). There are several more recent reports from around Nouakchott mainly, presumably of birds passing through. In addition to the two aforementioned specimens from Mali, the only other record from that country that I’m aware of is of a singing bird that I recorded in a hotel garden in Bamako, where it was singing for at least a week in January 2016. Burkina Faso should also be part of the regular range, though there again there are just a couple of records, most recently a singing bird reported by van den Bergh from the Bängr-Weeogo park in Ouagadougou in December 2011.

The Xeno-canto range map, which is largely based on BirdLife data, is probably the most accurate when it comes to the winter range (though not for the breeding range, the species being absent from most of central and eastern Spain). It should also include all of northern Senegal, or at a minimum, the lower and middle river valley, particularly the Djoudj NP which is omitted from the map below. I’m not sure that the species has been reliably recorded from Gambia even though there are several unverified observations on eBird. Further north, there are several winter records from Western Sahara between early December and early February, mainly at coastal sites (Bergier et al. 2017), suggesting that not all Iberian Chiffchaffs cross the Sahara. Spring migration is noted from mid-February to mid- or end of April.

IberianChiffMap_XC

 

Iberian Chiffchaff should be present in Senegal and generally throughout its winter quarters from about October to early or mid-April; the earliest observation I could find is one of a bird reported singing east of Richard Toll on 27.10.15. A Danish group reported two birds in Djoudj in early November 2017, but other than that almost all records are from December – February during the peak orni-tourist season.

Paulo Catry and colleagues (including our friends Miguel and Antonio!) showed marked differential distance migration of sexes in chiffchaffs, with females moving further south than males. Their study did not distinguish between Common and Iberian Chiffchaff, but because south of the Sahara (Djoudj mainly), sex-ratios were more male-biased than predicted by a simple latitude model, their findings suggest that among the chiffchaffs wintering in West Africa, a large proportion is composed of Iberian birds, providing further support that these birds are long distance migrants. The ringing data from Djoudj also showed that chiffchaffs display differential timing of spring migration, with males leaving the winter quarters considerably earlier than females [typically, male migrant songbirds arrive a little earlier on the breeding grounds than females, presumably so they can hold and defend a territory by the time the females arrive].

Finishing off with some essential ibericus reading…

 

 

 

 

Le PNOD, le PNLB, la RNICS & la RNP en images

Si vous arrivez à déchiffrer les acronymes du titre, alors chapeau! Faute d’un meilleur intitulé pour ce billet, et faute de temps pour écrire un long article sur tout ce qu’on a pu voir ces huit derniers jours, je vous présente ici quelques images prises lors de notre virée dans le Djoudj (le PNOD – parc national des oiseaux du Djoudj), le PN de la Langue de Barbarie (PNLB), la réserve naturelle d’intérêt communautaire de la Somone (RNCIS), et la réserve de Popenguine (RNP). Huit jours a se ressourcer en pleine nature, en agréable compagnie de nos amis Jan, Maria, Kajsa et Marnix venus découvrir le Sénégal – le bonheur.

PNOD

A commencer par ces Courvites isabelles vus vers le Grand Mirador du PNOD, trouvés par l’excellent guide Vieux Ngom (qui en passant salue toute l’équipe de Genevois!), dans une atmosphère poussiéreuse comme je l’ai rarement vue. Les courvites aussi j’en avais rarement vus, même jamais en fait! Belle coche donc pour commencer les vacances de fin d’année, d’une espèce régulière dans le nord du pays mais qui jusqu’ici m’avait toujours échappée, ici comme ailleurs d’ailleurs.

CreamcolouredCourser_Djoudj_20171223_IMG_6997

Cream-coloured Courser / Courvite isabelle

Voici pour vous faire une idée des conditions météo, qui se résument tout simplement en “vent + froid + sable + poussière”, mais que notre ami d’Ornithondar a très bien expliqué ici. Jamais eu aussi froid au Sénégal… A peine 15 degrés au petit matin… suffisamment peu pour justifier au moins trois couches pour sortir.

LacTantale_Djoudj_20171223_IMG_6899

Aussi vus dans le Djoudj, dans le désordre: les habituelles Grues couronnées, une ou deux Talèves d’Allen, deux couples d’Anserelles naines, Sarcelles d’hiverPie-grièches méridionales, Glaréoles à collier, Tarier d’Afrique, Prinia aquatiquePygargue vocifère, Fauvette orphée, Alouettes calandrelles, et j’en passe. (Pygmy-Goose, Common Teal, Southern Grey Shrike, Collared Pratincole, African Stonechat, River Prinia, African Fish Eagle, Orphean Warbler, Short-toed Lark). Par contre peu de canards et très mauvaise visibilité sur le Grand Lac, mais Jean-Louis et Maha ont tout de même eu quelques Sarcelles marbrées deux jours plus tard, tout comme l’Outarde arabe et plein d’autres choses (Marbled Teal, Arabian Bustard).

Mais aussi Loup africain, Phacochères à volonté, un Crocodile du Nil, et pas moins de trois Pythons de Seba pour le grand bonheur de tout le monde mais peut-être surtout pour mes amis Jean-Louis et Maha, à peine arrivés au Sénégal.

Warthog_Djoudj_20171223_IMG_6898

Warthog / Phaco

AfricanRockPython_Djoudj_20171223_IMG_6891

African Rock Python / Python de Seba

PNLB

Passons maintenant au PNLB, ou l’on a passe deux nuits dans notre lodge favori au Senegal: le Zebrabar, niche entre lagunes et ocean, un petit havre de paix qui invite à la relaxation et au far niente… si ce n’était pour tous les oiseaux qu’il y a à découvrir! Même le jour de Noël on ne chôme pas, bien au contraire: en fin de matinee je passe d’abord à la STEP de St. Louis qui comme toujours grouille d’oiseaux, dont le Prinia aquatique, la Rousserolle des canes, plusieurs centaines de Dendrocygnes veufs et fauves tout comme quelques Canards souchets, et une bonne diversité de limicoles (River Prinia, Greater Swamp Warbler, White-faced & Fulvous Whistling-Ducks, Northern Shoveler). Mais surtout, je tombe sur une belle surprise sous la forme d’une Marouette de Baillon que je lève en bordure du sentier entre les deux plans d’eau principaux. Et que j’aurai ensuite le plaisir d’observer et de photographier pendant plus d’une demie heure – quel bonheur! Seulement ma deuxième obs de l’espèce, mais bien meilleure que la première, il y a près de 10 ans aux Pays-Bas.

BaillonsCrake_STEP-StLouis_20171225_IMG_7134

Baillon’s Crake / Marouette de Baillon

BaillonsCrake_STEP-StLouis_20171225_IMG_7088

Baillon’s Crake / Marouette de Baillon

Au retour de la STEP, brève escale au bord de la piste qui mène au Niokobokk: une Pie-grièche mériodionale (ou doit-on dire Pie-grièche du désert maintenant? voir cet article sur Ornithondar). J’essaierai de revenir sur la question des (sous-)espèces en 2018…

SouthernGreyShrike_Gandiol__20171225_IMG_7170

Southern Grey Shrike / Pie-grieche méridionale

En fin d’après-midi, je pars dans la plaine et la brousse derrière Mouit, là où j’avais eu entre autres Outarde de Savile, Coucou-geai, Oedicnème tacheté et cie. lors de mes précédentes visites. Parcourant la steppe à la recherche de fauvettes (le site me semble idéal pour la Fauvette à lunettes notamment) ou autres pipits, je tombe sur ce Hibou des marais – le sixième au moins depuis début novembre au Sénégal, confirmant ainsi le petit (?) afflux qui a visiblement lieu encore en ce moment. Combien passent inaperçus? J’ai donc une fois de plus dû mettre à jour l’article que j’y avais consacré il y a quelques semaines, avec l’image en plus et quelques obs supplémentaires (dont une de la lagune de Somone).

ShortearedOwl_Gandiol_20171225_IMG_7228

Short-eared Owl / Hibou des marais

Ci-dessous le biotope:

Gandiol_20171225_IMG_7240

RNICS

Ensuite, après un crochet par Lompoul (Outarde de Savile, Oedicneme tacheté, Petit Moineau, Guêpier d’Orient et j’en passe; Savile’s Bustard, Spotted Thick-knee, Bush Petronia, Little Green Bee-eater), on pose les valises au Dalaal Diam près de la lagune de Somone.

Là, j’en profite pour retourner dans mon coin à Engoulevents à balanciers: rien vu! Ils ont dû repartir sous d’autres cieux. Curieusement, comme en octobre, une Bondrée (Honey Buzzard) me passe par-dessus la tête en filant vers le sud. Vu le plumage c’était un autre individu qu’en octobre, un jeune individu assez roux. Et à la place des Petits-ducs africains, cette fois ce sont au moins deux Chevêchettes perlées (Pearl-spotted Owlet) qui se font entendre de nuit (et parfois de jour) dans le jardin du lodge. Une Cigogne noire (Black Stork) survole le site, un Busard cendré chasse en bordure de la lagune, des centaines de Moineaux dorés du Soudan se mêlent aux Travailleurs a bec rouge et autres tisserins. Et curieusement toujours, je trouve deux Hypolaïs pâles (Eastern Olivaceous Warbler) non loin de la zone où j’avais déjà observé cette espèce peu connue en Sénégambie, en mars 2016. Hiverneraient-ils dans le secteur? Les deux oiseaux évoluaient ensemble et étaient peut-être en couple, à moins qu’il ne s’agisse de deux mâles se disputant un buisson stratégique… Quoiqu’il en soit, l’identification était relativement simple car les deux oiseaux hochaient activement la queue tout en ouvrant les ailes vers le bas, et la structure (notamment le bec plus fin) et les critères du plumage concordent; le chant semblait aussi assez différent de l’Hypolaïs obscure – je dois encore traiter et analyser les quelques prises de son, qui je l’espère ne seront pas trop affectés par le vent.

EasternOlivaceousWarbler_Guereo_20171228_IMG_7418

Eastern Olivaceous Warbler / Hypolaïs pâle

EasternOlivaceousWarbler_Guereo_20171228_IMG_7431

Eastern Olivaceous Warbler / Hypolaïs pâle

RNP

Point de photos de Popenguine à part un jeune Circaète Jean-le-Blanc (Short-toed Eagle) un peu flou, mais à signaler notamment neuf ou dix Hirondelles de rochers (Crag Martin), deux Monticoles bleus (Blue Rock Thrush), quelques discrets Bruants d’Alexander (Gosling’s Bunting), 4-5 Beaumarquets melba, 2-3 Sporopipes quadrillés (Speckle-fronted Weaver). Visite depuis Guéréo, hier matin 29/12. Au retour, on passe par le Lac Rose, ce qui permet d’ajouter le Goéland d’Audouin à la liste.

Voilà pour ce tour d’horizon, pas si rapide finalement.

Prochaine expédition: la moyenne vallée du fleuve, dans une semaine à peine. Avant cela, on va essayer de profiter des quelques jours de congés restants pour passer au Technopole, les steppes du Lac Rose ou encore la lagune de Yene.

 

 

L’Engoulevent sans balanciers (Lagune de Somone, 8-10/10)

Parmi les 2000+ espèces que compte l’Afrique, il y a quelques oiseaux en particulier que chaque ornitho ayant mis pied sur le continent a envie de voir un jour: Bec-en-sabot, Grébifoulque, Pluvian, Bec-en-ciseaux, Chouette-pêcheuse de Pel, Touraco géant, Onoré à huppe blanche ou encore le Picatharte pour n’en citer que quelques-uns. Des espèces qui font rêver! Heureusement qu’il m’en reste quelques-uns à voir.

Il y a aussi ces deux engoulevents qui font, à coup sûr, partie de la liste: l’Engoulevent porte-etendard et celui à balanciers, deux espèces quasi mythiques, aux extensions alaires improbables. Le premier j’avais eu la chance de l’apercevoir plusieurs fois au campement dans les environs de Juba au Sud Soudan – j’avais d’abord cru voir un sac plastique blanc/noir me passer par-dessus la tête, tellement le vol du mâle nuptial ne ressemble à aucun autre oiseau. Le deuxième, je ne l’avais jamais vu… jusqu’à lundi dernier.

Avant de trop vous emporter, sachez que mes Engoulevents à balanciers (Standard-winged Nightjar) n’avaient pas de balanciers… bien malheureusement! C’est la saison internuptiale apparemment, donc les mâles n’ont pas cette rémige prolongée se terminant en grosse plume noire.

Mais Engoulevent à balanciers tout de même!! Et coche.

StandardwingedNightjar_Somone_20171009_IMG_5094

StandardwingedNightjar_Somone_20171009_IMG_5254

Standard-winged Nightjar / Engoulevent à balanciers (prob. f.)

Cela faisait plus d’une année qu’on n’avait pas mis les pieds à la Somone (enfin, Guéréo) et déjà l’an dernier j’avais eu le plaisir de tomber sur une de ces espèces si particulières que je n’avais encore jamais vue: le Courvite à ailes bronzées. Comme quoi le coin mérite d’être parcouru! Et d’autant plus la zone autour de la “queue” de la lagune, autour du lodge nature de Dalaal Diam, super endroit en pleine nature et à deux pas de la rivière et de la lagune, établissement qu’on n’hésite pas à recommander. Immersion totale dans la nature garantie, à un tarif encore abordable.

C’est d’ailleurs aux abords mêmes du lodge que j’ai trouvé les engoulevents: d’abord un individu levé le matin du 9/10, puis en y retournant le soir pour valider mon identification et pour tenter quelques clichés. Mardi matin, j’ai pu photographier ce que je suppose être le mâle au plumage bien usé et plus clair que l’autre individu. Puis en rentrant j’ai trouvé un autre (?) oiseau à quelques centaines de mètres du premier spot.

StandardwingedNightjar_Somone_20171010_IMG_5253

Standard-winged Nightjar / Engoulevent a balanciers

 

Cette observation n’a en soi rien d’extraordinaire car cet engoulevent est un visiteur régulier pendant et après la saison des pluies, avec une présence supposée assez répandue sur le territoire, y compris dans la moitié nord lors de la saison internuptiale. Il faut juste tomber dessus! L’ami Fred d’Ornithondar a d’ailleurs bien résumé le statut de l’espèce au Sénégal ici, lecture comme toujours enrichissante et très bien documentée.

Voici pour vous faire une idée du biotope, une photo du secteur où se trouvaient mes engoulevents, dans la zone de transition entre lagune et brousse. Les oiseaux se tenaient généralement bien dissimulés entre des touffes d’herbes ou au pied de tamaris et de palmiers.

Somone_20171010_IMG_5264

 

Dans la même zone, beaucoup d’Oedicnèmes du Sénégal bien sûr, et aussi plusieurs couples de Vanneaux à tête noire. Les Vanneaux caronculés se tenaient généralement au bord de l’eau, jusqu’une trentaine ensemble. L’Agrobate podobé semble assez fréquent ici.

BlackheadedLapwing_Somone_20171009_IMG_5167

Black-headed Lapwing / Vanneau à tête noire

 

Quelques limicoles trainent par-ci par-la, une petite bande de Spatules blanches se nourrit devant le lodge, et un soir au crépuscule j’entends un cri caractéristique: deux Ibis hagedash qui passent en vol. Ils seront suivis plus tard par quelques Bihoreaux gris. L’ibis j’en avais vu un à Dakar en août dernier et deux en août 2015 au Lac Rose, mais à part ca il ne semble pas y avoir trop de données dans cette partie du pays. Nicheraient-ils peut-être encore dans le coin? Wim Mullié avait trouvé un nid actif – la première preuve de nidification pour le pays – en août 2000 à Saly dans un jardin d’hôtel, et en 1995-96 deux oiseaux sont vus régulièrement à l’IRD de Mbour. Sinon l’espèce est restreinte au tiers méridional du pays¹.

HadadaIbis_sono_xc

Plus tard, ce sont deux Petits-ducs africains qui se font entendre dans le jardin (que dis-je, la brousse!) du lodge, émettant leur prrup monotone à tour de role: y aurait-il un couple installé ici?

AfricanScopsOwl_sono_xc

Il y a aussi les Coucous didric et surtout jacobin, dont un juvénile visiblement né dans les parrages (et sans doute adopté par des Crateropes bruns, particulièrement nombreux ici). Fred, toujours lui, nous apprend qu’en fait il n’y a guère de preuves de reproduction, “ni ici dans ce grand nord ni ailleurs dans le Sénégal soudanien comme sahélien, “à l’exception peut-être de la région de Kidira et de la Falémé, à la frontière malienne (in Borrow & Demey, 2011).”

JacobinCuckoo_Somone_20171009_IMG_5155

Jacobin Cuckoo  / Coucou jacobin juv.

Voici son hôte probable:

BrownBabbler_Somone_20171010_IMG_5251

Brown Babbler / Cratérope brun

 

Dans les champs je trouve entre autres l’Alouette chanteuse, Choucadors de Swainson, pas mal de Moineaux dorés, des Euplectes franciscains et au moins un vorabé, les Astrilds cendrés, etc. (Singing Bush LarkLesser Blue-eared Glossy Starling, Sudan Golden Sparrow, Northern Red & Yellow-crowned Bishop, Black-rumped Waxbill). L’Outarde de Savile est entendue du côté des collines de Guéréo.

NorthernRedBishop_Somone_20171010_IMG_5246

Northern Red Bishop / Euplecte franciscain

 

Un Loriot qui se pose dans un baobab est vu trop brièvement pour l’identifier avec certitude mais d’après les cris enregistrés il s’agirait plutot d’un Loriot doré et non d’un européen. A écouter ici.

Autres migrateurs fraîchement arrivés, quelques dizaines de Fauvettes passerinnettes, une dizaine de Rougequeues à front blanc, quelques Fitis, un Rossignol, 3-4 Rousserolles effarvattes, deux Pie-grièches à tête rousse (Subalpine Warber, Common Redstart, Nightingale, Eurasian Reed Warbler, Woodchat Shrike) Et surtout, cette Bondrée qui survole le site le 9/10, une première pour moi au Sénégal, ou elle est rarement observée (Honey Buzzard).

C’est déjà prévu, on retourne au Dalaal Diam fin décembre! Et peut-être que cette fois l’engoulevent aura bien ses balanciers.

Je pourrais continuer encore sur les autres obs remarquables de ces derniers jours, mais j’ai un peu de peine à suivre avec les articles de ce blog… Puffin du Cap-Vert, Océanites de Wilson (+80 en 4 heures de suivi hier matin!) et Labbe de McCormick à Ngor, toujours le Phalarope à bec large au Technopole (photo ici), les premiers Traquets motteux (probablement un du Groenland, ssp. leucorhoa) et Phragmites des joncs, le retour des Pelerins du Diarama,… Je préfère nettement partir sur le terrain que de passer du temps derrière l’ordi, mais on verra ce qu’on arrive à écrire ces prochaines semaines.

 

¹ Note du 19/10/17: ce matin j’ai entendu 2-3 ibis au golf de Saly, qui pourrait donc bien abriter un couple… ou du moins, l’espèce semble encore regulière ici.

 

Guereo & La Somone, 18-19 mars

Voici un désormais presque classique compte-rendu des obs les plus marquantes faites pendant le weekend dernier, en l’occurrence aux alentours du lodge des Manguiers de Guereo. On y était déjà passés le mois dernier lorsque Boris et moi avons pu explorer la lagune de Somone et la réserve de Popenguine. Cette fois j’ai plutôt parcouru la brousse directement derrière le lodge, le long du rivage nord de la lagune.

Un petit tour en fin de journée après notre arrivée permet de retrouver une partie des mêmes espèces déjà vues le mois dernier: Barbican de Vieillot et Barbion à front jauneGuêpier nainPintade de Numidie, les deux espèces de calaosChoucadors à longue queue, à oreillons bleus et à ventre rouxPie-grièche à tête rousseCorvinelle à bec jaune etc. Egalement une bande d’une cinquantaine d’Astrilds cendrés se nourrissant dans les hautes herbes, une petite troupe de Moineaux dorés, un Traquet motteux, deux Autours sombres, puis surtout une belle surprise tout à fait inattendue: en longeant le périmètre extérieur du lodge alors qu’il commence déjà à faire nuit, je lève deux Courvites à ailes bronzées! Une coche pour moi d’un oiseau réputé difficile à trouver, non seulement du fait de ses discrètes habitudes crépusculaires et nocturnes, mais également en raison de son nomadisme. L’espèce affectionne particulièrement les terrains récemment brûlés (c’était le cas ici!), se reposant à l’ombre d’un buisson pendant la journée et restant alors la plupart du temps invisible.

L’un d’eux se pose à faible distance tandis que l’autre atterrit hors de vue dans les broussailles du jardin. J’ai alors tout loisir d’observer cet oiseau dans le détail et je tente quelques photos qui malgré la faible lumière ne ressortent pas trop mal. Le lendemain à l’aube, je les retrouve au même endroit. Cette fois la luminosité est encore pire donc je n’ai que quelques photos floues, mais on y voit une nette différence de coloration entre les deux oiseaux, peut-être aussi une différence de taille: seraient-ce un adulte et un jeune? Difficile de l’affirmer à coup sûr car je n’ai pas de photos montrant le dos et les ailes (qui chez un jeune auraient encore des lisérés sombres aux couvertures). Je n’ai pas trouvé de références à un éventuel dimorphisme sexuel, et il n’y a que peu d’images de juvéniles disponibles sur le web donc aucune certitude sur l’âge de ce 2e oiseau.

20160318_BronzewingedCourser_Guereo_IMG_2535_small

Bronze-winged Courser / Courvite à ailes bronzées

20160318_BronzewingedCourser_Guereo_IMG_2549_small

Bronze-winged Coursers / Courvites à ailes bronzées

Consultant le Birds of West Africa (Borrow & Demey), je constate que ce courvite, contrairement au Temminck, serait absent du quart occidental du pays – il n’y a qu’une petite croix rouge indiquant une observation isolée, sur la Petite Côte. Selon Morel & Morel, dans le nord du pays ce courvite est un “visiteur de saison des pluies assez commun en saison des pluies ; peut-être tout le territoire, selon les saisons […]”; Rodwell & Sauvage rapportent une observation d’un couple en mars 1990 à Mbour, donc non loin et à la même époque de l’année que l’observation relatée ici. Wim Mullié l’a vu une fois près de Toubab Dialaw, soit une dizaine de kilometres plus au nord, et bien sûr ailleurs au Sénégal (dont le Saloum), mais je n’ai pas retrouvé d’autres observations de la côte¹. En Gambie, Clive Barlow mentionne la présence de l’espèce sur au sud de l’embouchure du fleuve, et me dit qu’il y a des indices de mouvements saisonniers (observations dans des jardins d’hôtel ou d’oiseaux ayant percuté des fenêtres à Banjul). C’est d’ailleurs Clive qui a pu documenter le premier cas de nidification en Sénégambie, relaté dans une note brève dans le Bulletin de l’ABC 9.2 (2002). Le nid, trouvé en février 2002 en Gambie, était situé sur un terrain ravagé par un feu de brousse un mois auparavant: les similitudes en termes de saison et de biotope avec la donnée de Guereo sont frappantes. On peut donc supposer que le Courvite à ailes bronzées soit regulier, peut-être même en tant que nicheur, sur la Petite Côte et probablement jusqu’au Saloum.

Pour clore ce petit chapitre des courvites, ajoutons encore une photo du biotope, justement: les oiseaux se tenaient le long de la haie au centre de la photo. Le terrain a été brûlé il y a 6 semaines environ “pour protéger les plantations de manguiers des feux de brousse.”

20160319_Guereo_IMG_2587_small

 

Je continue donc ma balade matinale en direction de l’amont de la lagune. Deux Spatules blanches passent en vol, quittant la lagune peu après l’aube: sont-elles en route vers l’Europe? S’ajoutent encore à la liste une bande d’Irrisors moqueurs agaçant un Autour sombre, un Faucon pèlerin adulte transportant une proie que j’identifie comme Tourterelle mailléeVanneaux à tête noire et bien sûr éperonnés, etc. Surtout, j’arrive enfin à faire quelques enregistrements corrects car il n’y a que peu de vent ce matin, à écouter sur xeno-canto.

20160319_YellowbilledShrike_Guereo_IMG_2572_small

Yellow-billed Shrike / Corvinelle à bec jaune

 

La deuxième surprise du séjour proviendra d’un petit passereau terne et discret, que je prends d’abord pour une Hypolaïs obscure, mais en l’observant je vois rapidement que l’oiseau ne cesse de hocher la queue: il doit donc s’agir d’une Hypolaïs pâle, espèce beaucoup moins fréquente en Afrique occidentale. Je tente de prendre des photos et des sons, qui me permettent plus tard de confirmer mon identification. Rien que le mouvement de la queue, très régulier, est tout à fait caractéristique et le distingue des Hypolaïs obscures dont la structure et le plumage sont très proches. J’ai eu la chance de pouvoir saisir deux clichés montrant ce hochement, permettant de simuler le mouvement (image du bas). D’autres caractères moins évidents sont également visibles: bec plus fin, lisérés clairs au secondaires formant une plage alaire pâle, plus ou moins bien visible selon la position de l’oiseau, queue relativement courte, petite tache noire devant l’oeil (visible sur certaines photos uniquement). Si le chant diffère entre les deux espèces, le cri – un tchac ou tchec assez doux mais insistant, régulièrement émis pendant que l’oiseau se nourrit dans les buissons – est très similaire sinon identique à celui de l’obscure.

20160319_EasternOlivaceousWarbler_Guereo_IMG_2559_small

Eastern Olivaceous Warbler / Hypolaïs pâle

7iJQTJ

Eastern Olivaceous Warbler showing tail-wagging movements / Hypolaïs pâle montrant le mouvement de la queue

Qu’en est-il au juste de la répartition de ce taxon au Sénégal? Peu d’observations sont connues, si bien que beaucoup de cartes de répartition n’incluent pas le pays ni même la partie occidentale de l’Afrique de l’Ouest. Les Morel font état de deux captures de la sous-espèce reiseri (celle qui niche en Afrique du Nord-Est et dont certains hivernent en Sénégambie), mais Borrow & Demey n’incluent pas la Sénégambie dans l’aire d’hivernage alors qu’il existe plusieurs observations documentées, notamment des captures en Gambie. Il n’y a à ma connaissance que l’excellent Reed and Bush Warblers (Kennerley & Pearson 2010) dont la carte de répartition – avec délimitation des sous-espèces de surcroît – paraît correcte pour la région.

Les buissons où se tenait l’hypolaïs étaient fréquentés par plusieurs autres passereaux en hivernage ou en escale ici: un Pouillot véloce, 2-3 Rougequeues à front blanc, une ou deux Fauvettes grisettes. Mais il est temps d’avancer…

Côté lagune, une brève visite prés de l’embouchure permet d’estimer (à la louche!) 350-400 Sternes royales, au moins 20 caugeks, 70 Goélands railleurs, 150 bruns, 20 Mouettes à tête grise, et au moins 2 Mouettes rieuses et 2 Sternes hansel – tous aussi bruyants les uns que les autres. Les Sternes royales, bien qu’elles ne soient pas nicheurs ici, paradent à volonté. Dans la vasière, quelques Pluviers argentés, Barges rousses,  Chevaliers aboyeurs et gambettesCourlis corlieux et un Courlis cendre sont les seuls limicoles à se montrer. Ici, la surprise provient de 5 Grues couronnées vues brièvement survoler la lagune au milieu de laquelle elles semblent se poser. Cette espèce emblématique, au statut de conservation Vulnérable selon la Liste Rouge de l’IUCN, n’est sans doute que de passage en très petit nombre sur la Petite Côte et dans les régions de Dakar et Thiès, à en croire la poignée d’observations dont nous avons connaissance.

 

20160319_WesternRedbilledHornbill_Guereo_IMG_2554_small

Western Red-billed Hornbill / Calao occidental

 

¹ Entre-temps (le 4/5/16) j’ai tout de même trouvé cette observation faite par Etienne Henry qui a photographié un Courvite à ailes bronzées le 17/10/13, aussi à la Somone (“du côté “sec” de la lagune, à l’est, pas très loin de la piste qui mène au Dalaal Diam”).

La réserve naturelle de Somone : une perle de la Petite Côte

Le village côtier de Somone, situé à une 60aine de kilomètres au sud-est de Dakar, est bien apprécié des dakarois et des touristes pour sa plage, ses hôtels et ses activités nautiques. Somone se trouve en limite nord du développement incontrôlé de la Petite Côte, qui se voit ici brusquement stoppé par la lagune faisant office d’obstacle naturel (mais pour combien de temps ?). Beaucoup de ses visiteurs passent à côté de ce petit bijou naturel qu’est la lagune de Somone et sa mangrove protégée depuis 1999. La réserve naturelle d’intérêt communautaire a pour objectifs tout autant la protection d’un espace naturel sensible que la préservation des ressources halieutiques et naturelles exploitées de manière « douce » par les communautés voisines. Sa création et la restauration de la mangrove par la population locale – en particulier par les femmes – sont une véritable success story qu’il importe de souligner ici (par contre son site web, www.reservedesomone.com, semble encore en cours de construction). D’ailleurs, le reboisement des palétuviers continue encore à l’heure actuelle.

J’avais déjà fait une visite éclair de la lagune en juillet 2012 au retour d’une excursion à Popenguine, et ce long weekend de la Tabaski était l’occasion d’y retourner en famille afin de voir comment le site avait évolué entre-temps et surtout pour redécouvrir l’avifaune locale à l’heure de l’arrivée des premiers migrateurs paléarctiques. Une première sortie en fin de journée m’a permis de trouver le sentier de découverte de la mangrove, remarquablement bien entretenu et facilement accessible depuis le village. Long d’à peine un kilomètre, ponctué de panneaux didactiques, il permet d’apprécier pleinement la vie de la mangrove et d’observer les oiseaux de la lagune depuis une tour observatoire.

Départ du sentier didactique de la réserve

Départ du sentier didactique de la réserve

Arrivé aux abords de la mangrove à marée basse, j’ai l’occasion de voir les premiers limicoles : Chevaliers gambettes, guignettes, aboyeurs, Grands Gravelots, Courlis corlieux, un Pluvier argenté et même quelques Tournepierres, tous occupés à se nourrir dans la vasière. Les Œdicnèmes du Sénégal, eux, somnolent à l’ombre des tamaris, alors que quelques Hérons striés, les Aigrettes des récifs, Hérons cendrés et garde-bœufs (dont une colonie est active dans la mangrove) sont bien en évidence. Un furtif Martin-pêcheur huppé, des Tisserins à tête noire, quelques Souimangas à longue queue et un petit groupe de Cratéropes à tête noire se laissent observer depuis le sentier. Ces derniers préfèrent nettement les zones plus humides que les Cratéropes bruns, également présents aux abords de la réserve, mais sinon leur comportement sociable et bruyant est bien similaire. C’est généralement les cris répétés qui permettent de les repérér dans la végétation dense; ceux-ci sont nettement plus lents et plus “métalliques” que ceux des Cratéropes bruns [cliquez ici pour écouter un enregistrement].

La tour d’observation permet de voir les Pélicans aussi bien gris que blancs, les Grands Cormorans, et encore des Corlieux qui constituent sans doute l’espèce de limicole la plus nombreuse en cette saison. Au retour, deux Coucous jacobins – espèce uniquement présente en saison des pluies au Sénégal – se laissent admirer. La surprise du jour ne sera qu’entendue : un chant bien caractéristique de la Rousserolle des cannes, dont une petite population existe à Dakar, notamment au Technopôle, ainsi que plus au nord dans le delta du Sénégal (lire l’article sur ce blog où il est question de ce taxon). La présence de l’espèce dans la région dakaroise serait donc assez récente et la carte de répartition du guide des oiseaux de l’Afrique de l’Ouest (Demey & Borrow 2014) ne mentionne pas l’espèce sur la Petite Côte (ni à Dakar d’ailleurs), mais j’ai retrouvé une photo datant de 2013 d’un individu au golf de Saly, à peine 10km au sud-est de la Somone. Il semblerait donc que l’espèce se soit désormais aussi installée ici et qu’elle fréquente les mangroves aussi bien que les roselières.

Plan

Le lendemain matin, je pars à l’aube en direction de l’intérieur des terres en suivant les abords de la lagune sur sa frange méridionale. Plus de deux heures de marche me permettent de pleinement apprécier l’étendue de la réserve qui s’étend sur quelques 700 ha. Les mêmes limicoles que la veille, plus un Chevalier culblanc, quelques Courlis cendrés, 4 Vanneaux à tête noire… les passereaux ne sont pas en reste avec notamment ma première Fauvette passerinette et deux Hypolaïs polyglottes de retour de leurs quartiers de nidification en Europe. Je prends un moment pour observer le manège d’un Ecureuil terrestre (ou Ecureuil fouisseur, Xerus erythropus) qui semble avoir trouvé quelque chose à grignoter, sous l’œil attentif d’un Vanneau éperonné. Cette sortie était aussi l’occasion de tester notre nouvel appareil photo, un Canon Powershot 60x, dont voici quelques premiers résultats.

Oedicnème du Sénégal / Senegal Thick-knee

Oedicnème du Sénégal / Senegal Thick-knee

Vanneau éperonné / Spur-winged Lapwing

Vanneau éperonné / Spur-winged Lapwing

Tournepierre mangeant un crabe / Turnstone eating a crab

Tournepierre mangeant un crabe / Turnstone eating a crab

Cochevis huppé / Crested Lark

Cochevis huppé / Crested Lark

Peu après, la sortie en bateau avec toute la famille et quelques amis : on prend là l’angle de vue inverse et après avoir navigué le labyrinthe des palétuviers on fait un petit tour à pied, observant crabes et oiseaux. Les Sternes caspiennes, royales, caugeks et Guifettes noires ainsi que quelques dizaines de Goélands bruns (dont un portant une bague bleue, malheureusement trop loin pour lire l’inscription) et 2 Audouins seront observés, tout comme un petit groupe de Bécasseaux variables et sanderlings. Une quarantaine de Barges rousses, sans doute fraîchement arrivées depuis le Grand Nord, passent en vol. Deux-trois Balbuzards survolent la réserve, un poisson dans les serres. Au retour de la virée sur la lagune j’ai le plaisir de rencontrer Sonko, un des gardes de la réserve mais surtout un ornitho local enthousiaste et visiblement fin connaisseur de la réserve et de ses environs.

La Somone en bateau

La Somone en bateau

Enfin, avant de quitter Somone pour rentrer sur Dakar, j’amène la famille voir le sentier de découverte. Les mêmes espèces, plus un Engoulevent à longue queue levé par Daniel et qui sera la 69e espèce observée pendant le weekend. C’est décidé, on reviendra un autre jour car la réserve cache encore de nombreuses surprises !

La lagune à marée montante

La lagune à marée montante

Le site d'ostreiculture, avec en arrière-plan la héronnière

Le site d’ostreiculture, avec en arrière-plan la héronnière