Tag Archive | White-fronted Black Chat

Turati’s Boubou new to Senegal, and other recent records from Casamance

Last month I was lucky to be able to sneak out to Casamance for a few days, a region I hadn’t visited since May 2017 when I paid a brief visit to Kolda. Together with Bruno Bargain, resident birder in Ziguinchor, we explored several areas and managed to see a good number of interesting birds. But before going through the highlights of our trip, it’s about time we gave a few more details about the discovery of a new species for Senegal: Turati’s Boubou, found last October by Bruno near Ziguinchor. This West African endemic appears to be resident in small numbers in at least one locality, but it’s likely that it is actually well established in a few other forests of Basse-Casamance.

This latest addition to the national list was expected, so not a big surprise – but still significant, given that this species was so far only known to occur in Guinea-Bissau, Guinea and Sierra Leone. Our assumption that it should be present in Casamance was based on the fact that the species is present just across the border in northern Guinea-Bissau, and that suitable habitat exists in Basse-Casamance which up to recently was one of the least well known regions, ornithologically speaking, of Senegal. A member of the Malaconotidae, Turati’s Boubou is not uncommon within its restricted range, but its secretive habits make it difficult to find – something I experienced first-hand last month when trying to catch a glimpse of one of the Ziguinchor birds: impossible! Outside of the breeding season (likely just before and during the rains, i.e. May/June – October) they don’t appear to be very vocal and don’t necessarily respond to playback. We heard at least two birds singing briefly – a typical ghost-like boubou song – and while at one point one bird was calling just a few meters away in dense undergrowth at the edge of a remnant forest patch, it just did not want to show itself. Next time! The only recording I managed to obtain was of this call, which when we first heard it was a perfect match of the call recorded by Ron Demey in western Guinea, assumed to be that of a female (included in Claude Chappuis’s CD set). Bruno so far obtained just a single picture but was lucky to get good views of several birds, including an supposed pair (at least three different birds have been found since the first sighting on October 10th. Update 13.02: here’s a picture taken just this morning by Bruno, after an hour of patiently waiting for the bird to show…

TuratisBoubou_Ziguinchor_20190213_BrunoBargain_DSC05543 (2)

Turati’s Boubou / Gonolek de Turati, Ziguinchor (© B. Bargain)

 

More field work is of course needed to get a better sense of this little known species’ breeding cycle, distribution and population size in Casamance; I certainly hope to be able to contribute to this effort in coming months. So for now, here’s just a picture of the habitat in which these birds were found: note the dense undergrowth in otherwise fairly open, dry forest.

Ziguinchor_TuratisBoubou_habitat_IMG_2085

Boubou habitat…

 

Of note is that there is at least one unsubstantiated record of Tropical Boubou in Casamance and as a result the species is often listed – incorrectly in my view – as occurring in Senegal: this sighting may in fact relate to Turati’s Boubou which Tropical resembles fairly closely. Even its vocalisations are extremely similar – Chappuis wrote that “it is barely possible to distinguish the two species acoustically” – so it wouldn’t be surprising were this actually Turati’s.

Another target of my short trip was Western Square-tailed Drongo, aiming to obtain sound recordings of this newly described cryptic species which is now included in the reference list maintained by the International Ornithological Committee (IOC 9.1) as a valid species, Dicrurus occidentalis. More on this discovery in this recent blog post. The latest IOC list, published just last week, also includes another taxonomic change in the Dicruridae that affects the Senegal list: the two subspecies of Fork-tailed Drongo D. adsimilis ranging from west to north-central Africa are now elevated to Glossy-backed Drongo D. divaricatus (Fork-tailed Drongo sensu strictu is found in central, eastern and southern Africa). More on the recent taxonomic revisions in a later post…

Anyway, back to Casamance: thanks to Bruno’s excellent field knowledge, we easily found Western Square-tailed Drongo in two locations, and several decent recordings were obtained. While more material is needed, we hope that these will eventually contribute to further our knowledge of vocal differences between occidentalis and its “sister species” Sharpe’s Drongo D. sharpei. As usual, my recordings can be found here on xeno-canto.

Western Square-tailed Drongo / Drongo occidental

Western Square-tailed Drongo / Drongo occidental, Tionck-Essil

 

During our 72 hours in the field (16-19.01), we specifically targeted a few sites in atlas squares with no or very few records so far, particularly in the area between Bignona and Tionck-Essil where we spent one night in a campement villageois (more on the Casamance bird atlas further down and in this article). All in all we collected close to 400 records of some 175 species, which just highlights the richness of Basse-Casamance.

Birding from dawn to dusk – brilliant!

In addition to the boubou and drongo, some of the highlights were Spotted Honeyguide (lifer! recording of its distinctive song here), Ovambo Sparrowhawk (poorly known and rarely reported species in Senegal), Woolly-necked Stork (a bird flying in from mangroves near Elana), great views and good recordings of Ahanta Francolin which seems to be far more widespread and less of a forest specialist than field guides suggest. And of course, a range of other typical forest species that in Senegal are largely restricted to this part of the country: Buff-spotted Woodpecker, Piping Hornbill, Grey-hooded Capuchin BabblerGreen Crombec, Green Hylia, Little Greenbul, Guinea TuracoGrey-headed Bristlebill, Puvel’s Illadopsis, Olive Sunbird, etc. (Indicateur tacheté, Epervier de l’Ovampo, Cigogne épiscopale, Francolin de l’Ahanta, Pic tacheté, Calao siffleur, Phyllanthe capucin, Crombec vert, Hylia verte, Bulbul verdâtre, Touraco vert, Bulbul fourmilier, Akalat de Puvel, Souimanga olivâtre).

Obtaining good views – or any views at all for that matter – of these forest specials was often difficult, so I don’t really have any good pictures to share. The two below illustrate quite well how challenging this can be in the forest, especially with my bottom-of-the-range camera:

redtailedleaflove_djibelor_20190117_img_2071

The rusty tail of Red-tailed Leaflove / Bulbul à queue rousse, Djibelor…

redbelliedparadiseflycatcher_djibelor_20190117_img_2075

A blurry Red-bellied Paradise Flycatcher / Tchitrec à ventre roux, a fairly common forest dweller in Casamance

 

A few scarce Palearctic migrants were seen, including Booted EagleEuropean Bee-eater, House MartinGrasshopper Warbler – the latter in dense grasses on the edge of dry rice paddies near Ziguinchor, a rare record this far south although the species is probably regular in winter (Aigle botté, Guêpier d’Europe, Hirondelle de fenetre, Locustelle tachetée).

This African Pygmy Goose was one of at least nine birds seen on a pond close to those same extensive rice paddies, where they seem to have bred. Other birds in this area, which we visited late afternoon on my first day in town, included Giant Kingfisher, Purple Heron, Piping Hornbill, Quailfinch, Lanner, Whinchat, and so on (Martin-pêcheur géant, Héron pourpré, Calao siffleur, Astrild-caille, Faucon lanier, Tarier des prés).

africanpygmygoose_ziguinchor_20190116_img_2066

African Pygmy Goose / Anserelle naine near Borofaye, Ziguinchor

 

Similar habitat often holds pairs of Abyssinian Gound Hornbill which appears to still pretty common in Casamance, allowing me to finally see this impressive bird – by some considered to be one of the ugliest birds roaming our planet, though I beg to differ! – which somehow had managed to elude me so far in Senegal. I’d only ever seen it in Awash NP in the Ethiopian Rift Valley, many years ago… We found a small family group feeding in fields just east of Bignona, and another two birds a few kilometers further along the road to Elana. In the end I saw or heard several birds I hadn’t seen before in Senegal, including 4 lifers, bringing my country list to 507 species by the end of the trip. With the addition of Turati’s Boubou, the national list now stands at 677.

abyssiniangroundhornbill_bignona_20190117_img_2100

Abyssinian Ground Hornbill / Bucorve d’Abyssinie, near Bignona

plainbackedpipit_elana_20190118_img_2138

Plain-backed Pipit / Pipit à dos uni, near Elana

 

I’d like to highlight once again the fabulous work that Bruno and colleagues from the APALIS association are doing in Casamance: with very limited means – but with a great deal of passion and perseverance – they are slowly but surely putting together a comprehensive picture of the distribution and abundance of birds across the region, currently covering some 450 species. Not an easy feat considering how remote and inaccessible many parts of this remarkable region of Senegal are; Casamance is arguably the most diverse and in many ways the most pleasant and most exciting part of the country, and I for one certainly wish I were able to spend more time there. The latest APALIS newsletter (in French, available here as a PDF) contains multiple interesting records and new discoveries, such as the first records in nearly 40 years in the region of White-crested Tiger Heron (with a brilliant picture!), Senegal Lapwings (six near Kamobeul on 30.9.18; despite its name this is a real rarity in Senegal!), and Winding Cisticola; the first regional records of Glossy Ibis, Sun Lark, Singing Bush Lark, Brown-throated Martin, Great Reed Warbler, confirmed breeding of White-backed Night-Heron, and much more (Onoré à huppe blanche, Vanneau terne, Cisticole du Nil, Ibis falcinelle, Cochevis modeste, Alouette chanteuse, Hirondelle paludicole, Rousserolle turdoïde, Bihoreau à dos blanc). The most significant records will be included in the next “Recent Reports” of the African Bird Club bulletin, to be published in March.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Senegal Lapwing / Vanneau terne, near Ziguinchor, Sept. 2018 (J.-P. Thelliez)

In addition to the routine atlassing field work, our friends are now embarking on a project to survey some of the main heronries and other water bird colonies, using a drone to take aerial pictures of the colonies located in dense inaccessible mangroves, thus enabling estimates of the number of nests for each species. The association is currently raising funds to finance the purchase and operating costs of the drone, so please chime in, every bit helps! Link to fundraising campaign here. And please consider supporting APALIS by becoming a member, which at just 15 Euros is just a, well, bargain 😉

And of course, if you have the opportunity to visit Casamance, please get in touch so we can make sure that your observations get incorporated into the database; Bruno can offer advice about where to go or which birds to target more specifically. Nearly three times the size of Gambia, with a good range of different habitats represented, there’s something for everyone. Any birder coming to Senegal should definitely consider visiting this region, and more generally try to get off the beaten birding track – forget about Djoudj, Richard Toll, the Saloum or even Wassadou (and yes even Technopole): Casamance is the place to be!

whitefrontedblackchat_ziguinchor_20190118_img_2155

White-fronted Black Chat / Traquet à front blanc, in a cashew nut tree (Anacardier) near Ziguinchor

 

Enfin, un grand merci à Bruno et sa petite famille pour l’accueil à Kantène!

 

 

Dindéfélo!

Dindéfélo, enfin!

Le mois dernier, j’ai rejoint la bande de copains genevois pour la 2e moitié de leur virée dans le Grand Sud-Est sénégalais. Suite à un voyage ornitho mémorable en novembre 2016, de Dakar au Djoudj et à Richard Toll et de Kousmar à Palmarin en passant par Toubacouta, tout le monde avait envie de découvrir cette autre partie du Sénégal, celle des régions de Tambacounda et Kédougou.

Après une mise en forme dans les environs de la Somone et de Popenguine où l’on a passé le weekend ensemble (Turnix mugissant! Bécasseau de Temminck! Loup africain!), l’équipe est partie en direction du sud-est, avec l’escale obligatoire à Kousmar. Suivent cinq jours dans le Niokolo-Koba et au campement de Wassadou – on y reviendra dans un futur article, si on arrive à boucler un rapport de voyage rapidement (on vous doit encore un rapport de 2016!!).

Dindéfélo donc. Après avoir rejoint le groupe et notre excellent guide Carlos à Wassadou, on prend la route pour ce petit haut-lieu de l’ornithologie sénégalaise. Situé dans les contreforts du Fouta-Djalon – le toit de l’Afrique de l’Ouest, où prennent source tous les grands fleuves de cette partie du continent – la réserve naturelle communautaire de Dindéfélo n’est qu’à deux pas de la frontière avec la Guinée. Les forêts de galerie, falaises abruptes et plateaux de latérite, le tout entouré d’une savane arborée relativement bien préservée, recèlent toute une série d’oiseaux qu’on ne trouve pas ailleurs dans le pays. C’est loin de Dakar (14h de route!), mais ça en vaut plus que la peine. Les attentes étaient donc nombreuses et ambitieuses: allait-on voir le Trogon, les Traquets à ventre roux, Rufipenne de Neumann et autres Anaplectes? Aura-t-on la chance de tomber sur l’Amarante de Kulikoro (= A. du Mali), de trouver la Cisticole de Dorst? Et surtout, les Chimpanzés seront-ils au rendez-vous?

On a donc débarqué le samedi soir au campement villageois de Dindéfélo (il y en a plusieurs, celui-ci se trouve en bordure du village au départ du sentier pour les cascades), juste à temps pour faire un petit tour dans les environs du campement avant la tombée de la nuit: Tchitrec bleu, Gobemouche drongo, Pririt à collier, Petit-duc africain étaient là pour nous accueillir (African Blue Flycatcher, Northern Black Flycatcher, Common Wattle-eye, African Scops Owl).

Le lendemain, c’est l’excitation collective générale: on part à la découverte de la réserve. On est nombreux (11!) donc on s’éparpille forcément, chacun y a va à son rythme et selon ses envies. Avant même d’arriver dans la forêt proprement dite, d’aucuns auront vu le Coucou de Klaas, l’Echenilleur à épaulettes rouges, d’autres une Hyliote à ventre jaune, Souimanga violet, Apalis à gorge jaune, ou encore Gladiateurs souffré et de Blanchot, Choucador à queue violette et j’en passe (Klaas’s Cuckoo, Red-shouldered Cuckoo-Shrike, Yellow-bellied Hyliota, Violet-backed Sunbird, Yellow-breasted Apalis, Grey-headed & Orange-breasted Bush-Shrike, Bronze-tailed Starling). Dans la forêt, au niveau du dernier groupe de laveurs de linge (comme l’écrivait l’ami Simon, avec une ambiance sonore agitée! et surtout, pas trop top pour faire des enregistrements), Cyril et moi apercevons un Trogon narina: on prévient le reste du groupe et tout le monde aura la chance de voir cette espèce si convoitée par les ornithos, trouvée seulement en 2010 pour la première fois dans le pays, ici même à Dindéfélo (Aransay et al. 2012). Au moins quatre individus seront vus lors de notre séjour, tous dans le vallon des chutes de Dindéfélo.

NarinasTrogon_Dindefelo_20180225IMG_9776

Narina’s Trogon / Trogon narina

 

Dans le même registre, deux autres espèces nouvelles pour le Sénégal ont été observées pour la première fois à Dindéfélo ces dernières années: l’Engoulevent pointillé en mars 2016 par J.-F. Blanc et cie. (avec enregistrement de Marc Thibault ici), et la Bergeronnette à longue queue en avril 2015 (Pacheco et al. 2017). Il en est de même pour d’autres groupes faunistiques, avec p.ex. la première donnée de la Genette de Johnston ou encore ce serpent et ces amphibiens nouveaux trouvés par Monasterio et al. (2016).

Une escale à la chute d’eau permet de très bien voir un Autour de Toussenel adulte longuement posé près des cascades, et dans les falaises tout près on voit une dizaine d’Hirondelles isabellines (qui je vois ont été splittées par HBW, sous le nom d’Hirondelle de Fischer Ptyonoprogne rufigula). Parmi les autres spécialités locales, on verra le Traquet familier, le Barbion à croupion jaune, le Touraco vert, et le Souimanga à tête verte (Red-chested Goshawk, Rock Martin, Familiar Chat, Yellow-rumped Tinkerbird, Guinea Turaco, Green-headed Sunbird).

Sur le plateau de Dande, où on passera la nuit dans le sympathique campement local du petit village peulh, on verra notre première Mésange gallonnée et le premier Mahali à calotte marron de la semaine (White-shouldered Black Tit, Chestnut-backed Sparrow-Weaver). Un Petit-duc à face blanche (Northern White-faced Owl) se fait brièvement entendre le soir, et on aura la chance d’apercevoir un Gallago lors d’une excursion nocturne dans les environs du village.

Dande_20180226_IMG_9889

 

On passe la matinée sur ce curieux plateau parsemé de termitières “champignons” créant un paysage assez unique, avec de belles observations de Cochevis modeste, particulièrement nombreux ici, le Bruant d’Alexander, encore des Traquets familiers, et ainsi de suite. (Sun Lark, Gosling’s Bunting, Familiar Chat).

SunLark_Dande_20180226_IMG_9869

Sun Lark / Cochevis modeste

 

La surprise du jour viendra d’une Gorgebleue peu farouche, se nourrissant entre les termitières dans un coin on ne peut plus sec… vraiment inattendu vu la localité et le milieu: sans doute un migrateur en escale, déjà en route pour rejoindre ses quartiers d’été en Europe de l’Ouest. (L’autre surprise sera un peu moins agréable: une attaque d’abeilles sauvages, à l’aube près de la grotte de Dande. Disons que la course qui s’en suit nous a bien réveillés!).

Bluethroat_Dande_20180226_IMG_9864

Bluethroat / Gorgebleue à miroir

 

Il est déjà temps de quitter le plateau, car les deux prochaines nuits on les passe de nouveau à Dindéfélo. Et surtout, on a rendez-vous avec des cousins dans l’après-midi: on part à la rencontre des Chimpanzés! Les trois sorties – les groupes sont limitées à trois personnes par sortie – sont organisées à travers le charmant centre d’accueil de la réserve, où l’on s’occupe des formalités pour payer la visite avec un écoguide de Ségou.

La descente de Dande à Dindéfélo permettra à une partie du groupe d’ajouter le Rufipenne de Neumann et l’Étourneau amethyste (Neumann’s & Violet-backed Starling) à la liste. Un ou deux Laniers évoluent à la limte des falaises et du plateau, tandis que quelques Vautours charognards, africains et de Ruppell nous passent par-dessus (Hooded, White-backed & Ruppell’s Vultures). Dans la même zone, quelques-uns d’entre nous aurons la chance d’observer le Crécerelle renard (Fox Kestrel), cette autre spécialité locale étroitement liée aux milieux rupestres.

Dindefelo_20180226_IMG_9934

 

Pendant que le premier groupe part dans la vallée de Ségou, le reste de l’équipe s’en va explorer la brousse entre Dindéfélo et Ségou, à la recherche d’Amarantes masqués et de la Cisticole de Dorst notamment. On verra très bien ces deux espèces, avec en bonus une série prestigieuse d’espèces localisées ou très clairsemées et souvent difficiles à trouver au Sénégal: une ou deux Rémiz à ventre jaune, quelques Prinia à ailes rousses, un Bruant a ventre jaune, un couple de Traquets à front blanc et un de Pics à dos brun, et plusieurs Gobemouches pâles (Yellow Penduline-Tit, Red-winged Warbler, Brown-rumped Bunting, White-fronted Black Chat, Brown-backed Woodpecker, Pale Flycatcher). Deux autres visites dans le même secteur les jours suivants permettent d’ajouter entre autres l’Hirondelle à taches blanches, l’Amarante du Kulikoro et le Torcol fourmillier (Pied-winged Swallow, Mali Firefinch, Wryneck). Plusieurs de ces oiseaux fort sympathiques ont pu être enregistrées et surtout photographiées par mes amis mieux équipés (et surtout meilleurs photographes!) que moi, donc des photos devraient suivre encore pour la plupart. Pour les prises de sons, rendez-vous habituel sur xeno-canto (lien direct vers mes enregistrements de Kédougou ici).

 

Le soir au campement, j’entends un engoulevent chanter au loin, au pied des falaises: une écoute plus rapprochée le lendemain soir confirmera qu’il s’agit de l’Engouvelent pointillé, avec au moins deux chanteurs au loin mais encore bien audibles, au milieu du concert d’au moins six Petits-ducs africains qui se répondent (Freckled Nightjar, African Scops Owl).

Le vallon de Ségou est assez différent de celui de Dindéfélo, avec un milieu plus ouvert dans la première moitié du vallon, parsemé de rôniers, puis une alternance de forêt sèche et de bambous denses. Nos trois visites dans le secteur sont plutôt fructueuses: Beaumarquet aurore, (enfin! l’une de mes coches du séjour :-), Amarantes du Kulikoro et à ventre noir, Capucin pie, Tourterelle de l’Adamaoua (un chanteur), Buse d’Afrique, Mélocichle à moustaches pour ne citer que les plus marquants (Red-winged Pytillia, Mali & Black-bellied Firefinch, Magpie Mannikin, Adamawa Turtle-Dove, Red-necked Buzzard, Moustached Grass-Warbler). La diversité d’amarantes – et donc logiquement aussi de combassous, même si on n’a vu que le Combassou du Sénégal) – est impressionnante, avec pas moins de quatre espèces, sans compter l’Amarante pointé vue à plusieurs reprises par mes camarades à Wassadou. Et à propos d’amarantes: j’apprends que HBW a aussi splitté l’Amarante masqué en trois espèces distinctes, dont l’Amarante vineux pour Lagonosticta vinacea (Vinaceous Firefinch) qui du coup deviendrait donc un nouvel endémique régional, étant restreint à la Sénégambie, la Guinee-Bissau, la Guinée et le Mali.

RedneckedBuzzard_Segou_20180227_IMG_0046

Red-necked Buzzard / Buse d’Afrique

 

C’est déjà mercredi, il est temps de quitter la zone car on a encore prévu une nuit à Kédougou afin de pouvoir visiter le secteur de Fombolimbi, situé à une vingtaine de kilomètres au sud-est du chef-lieu régional. Dans les falaises, sur le plateau et autour des affleurements rocheux on espère trouver encore quelques oiseaux typiques de ces milieux. Mais avant de rejoindre Kédougou, on fait d’abord escale près du fleuve Gambie, où l’on observera entre autres un couple de Mahalis nourrissant un jeune, BateleurCircaètes cendré et de Beaudouin, Busard des roseauxFaucon ardoiséMartin-chasseur strié, une famille de Poulettes de roches, etc. (Chestnut-backed Sparrow-Weaver, Bateleur, Western Banded & Beaudouin’s Snake-Eagle, Grey Kestrel, Striped Kingfisher, Stone Partridge). Au bord du fleuve juste sous le hameau se trouve une colonie de Guêpiers à gorge rouge, accompagnés d’un Guêpier écarlate (Red-throated & Northern Carmine Bee-eaters). On n’a pas le temps de partir plus vers l’amont mais la zone semble très prometteuse et pourrait bien réserver quelques surprises encore.

GambiaRiver_Badala_20180228_IMG_0195.JPG

 

La sortie dans le secteur de Fongolimbi sera fructueuse: tout le monde aura la chance de voir le Traquet à ventre roux, un distant Aigle martial, un couple d’Anaplectes à ailes rouges (dans une petite ronde, comprenant aussi Bagadais casqués et Zosterops jaunes), et quelques Rufipennes de Neumann – ces derniers en toute fin de journée près du hameau de Thiéwoune, vraisemblablement en rassemblement avant de partir sur un dortoir dans les environs (Mocking Cliff Chat, Martial Eagle, Red-headed Weaver, White-crested Helmetshrike, Yellow White-eye, Neumann’s Starling). Sympa de voir ces derniers dans leur milieu naturel et non sur des immeubles au centre-ville de Bamako! Deux Pigeons bisets dans la falaise pourraient bien être des “vrais” bisets, mais on ne les verra que brièvement (Rock Dove).

RedheadedWeaver_Thiewoune_20180228_IMG_0210

Northern Red-headed Weaver / Anaplecte à ailes rouges (selon HBW, qui distingue maintenant deux especes d’Analplectes au lieu d’une seule)

 

Et les Chimpanzés alors? Ce sera pour un prochain article!

Tout comme, peut-être, le compte-rendu de notre escale à Wassadou et la longue route de retour sur Dakar en passant par Kaffrine à la recherche du Turnix à ailes blanches dans les environs de Mbar (spoiler alert: on fera chou blanc!). Faut juste que je trouve le temps pour écrire, pas facile en ce moment!

On essaiera aussi de revenir avec une mise à jour de la liste des oiseaux de la réserve et des environs de Dindéfélo, après intégration des diverses espèces nouvellement trouvées depuis l’inventaire de Fernández-García et al. en 2011. On notera ainsi une dizaine d’autres espèces qui n’avaient pas été trouvées à l’époque; quelques autres observateurs – dont Gabriel Caucal encore en décembre dernier – ont également pu compléter la liste qui s’établissait à 220 espèces à l’époque (ou peut-être 199, selon la liste détaillée). Actuellement elle compte au moins 237 espèces (dont 173 vues lors de notre séjour) et il y en a certainement d’autres encore à ajouter.

Thiewoune_20180228_IMG_0225

 

Pour en savoir plus sur la réserve de Dindéfélo, rendez-vous sur dindefelo.net.