A bit of news from our little neighbour

It’s about time we reported some news from Gambia on this blog.

Clive Barlow’s recent appointment as official bird recorder for The Gambia is a great excuse to do so. Given its peculiar enclaved geography – just like my home country, a bit of an accident of history, Gambia has always had close ties to Big Brother Senegal, in many ways – cultural, religious, linguistic, ethnic, economic… In the same way, Senegal’s and Gambia’s wildlife and ecosystems are of course intricately connected. A key difference, however, is that despite it being just about 6% of the size of its neighbour, The Gambia has a much higher density of resident birders, birding tours, and local guides, and as such is far better covered, ornithologically speaking, than Senegal.

Want some examples to illustrate the connections between the two? Here’s a first one: the wanderings of Abuko, one of several Gambian “Hoodies” that are equipped with satellite tracking devices. As a youngster, this particular Hooded Vulture was a keen traveler, having covered a good deal of central Senegal, Western Casamance (where it seemingly has taken up residence), and upriver Gambia. The map below shows its movements for the past 4 years.

Abuko movements 2017-12-03

 

Another example are the Slender-billed Gulls, Caspian Terns, and Royal Terns that breed in Senegal’s Saloum delta, many of which make it to The Gambia at some point. Take for instance Slender-billed Gull “POL” ringed as a chick in June 2014 at the Ile aux Oiseaux, and seen at Tanji Bird Reserve on 16/3/15, 14/4/15 and again the following winter, on 5/2/16. Among the 40+ other recoveries of the Saloum’s breeders in TG, another one is AUF: ringed on 15/6/15 at Jakonsa (also in the PNDS), it was seen on 26/8/15 at Tanji, and then almost a year later, on 26/6/16, at our very own Technopole.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Slender-billed Gull / Goéland railleur “POL” (John Hamilton & CrB)

 

And now for the very official announcement of Clive’s appointment, by the West African Bird Study Association from Gambia (WABSA):

“As from 15 Oct 2017 WABSA is pleased to appoint Clive R Barlow as the voluntary Country Recorder for bird observations in The Gambia. WABSA intends an annual Gambia bird report & general update of activities for presentation to DPWM & this publication will then will be accessible to all resident ornithologists & visiting birders. The work will also compliment the GIS bio diversity project currently under planning at DPWM. More news of e.g. single species enquiries, colour ring reports, nest/breeding records, will be notified as the project develops. In the meantime various report forms are being developed but feel welcome to email your ad hoc records, trip reports etc past, present & future to CliveRB [email]. Additionally, all related field research activities will involve WABSA and DPWM staff also to partake voluntarily in the absence or presence of funding. ”

So, if you visit TG: please send your records, whether of common birds or rarities, to Clive.

Clive also runs a project on the phenology of Paleartic passerine migrants to The Gambia, running from as far back as 1965 to present, systematically recording the first arrival  and last departure dates in the coastal area (Banjul – Tujering). In 2017, we have for instance the last record of Western Olivaceous Warbler in 29/03, with the first return bird as early as 28/07, while Subalpine Warbler was last seen on 26/04 and had a first returning bird on 06/10; Common Swift 14/04 & 30/07, etc. The first Common Nightingale of the autumn was heard singing on 13/11.

Watch this space for more trans-border collaborations and publications! (next up: Great Shearwater in Senegambia, status of Kelp Gull, and more!).

I certainly hope to make it to TG some time soon, to see what’s all the fuss about and visit some of the hotspots such as Tanji, Kartong, Abuko Forest, Kiang West and so on.

And meet CrB in real life 😉

 

For now, I’m off to the Djoudj, Langue de Barbarie, Lompoul and Somone. Happy holidays!

 

(Featured image: “Beach Boys” by CrB, 2017)

 

 

 

Advertisements

Yène 17/12: a rare duck, more waders & migrants

And Yène delivers again!

I went back to our little hotspot on Sunday morning to see what new there was to be found – and whether I could relocate three vagrant ducks that Miguel and colleagues spotted here the previous weekend (my first proper Sengalese twitch!). The lagoon is quite literally shrinking by the day at the moment, so not very much water is left by now – meaning that all waders and other remaining water birds were fairly concentrated in a small-ish area, not all of which is visible from the main viewpoints.

There were tons of waders so it took some time to go through them and count or estimate each species, resulting in the following totals:

  • A few hundred Black-winged Stilts (2-300?), still five Avocets
  • More than 320 Common Ringed Plovers, again at least two Little Ringed Plovers, but also a couple of Kentish and at least 39 Kittlitz’s Plovers; also several Grey Plovers
  • At least 70 Marsh Sandpipers was a pretty high count, even for Senegalese standards (I actually can’t remember ever seeing so many – at one point, about 50 birds were feeding in a single group). Unusually, Marsh Sandpiper was actually the most abundant Tringa wader. Technopole also has more than usual at the moment. There were about 30 Wood Sandpipers, and a handful each of Greenshanks, Redshanks, and Green Sandpipers.
  • About 60 Ruff scattered throughout
  • 200 Sanderling, 120 Little Stints, ca. 30 Dunlin, one Curlew Sandpiper
  • One Turnstone and Bar-tailed Godwit each
  • Three Common Snipes

The Pintails, Garganeys, Shovelers and even the White-faced Whistling Ducks seem to have left as the lagoon is probably too shallow now. Instead there are now three Common Shelducks! I didn’t see them at first, but after about half an hour of sifting through the waders, they were suddenly there, actively feeding on the opposite end of the lagoon and seemingly feeling quite at home here! Maybe they’ll end up staying for a few more days or weeks, until the lagoon dries up.

Shelduck_Yene_20171217_IMG_6631

Common Shelduck / Tadorne de Belon 1st c.y.

 

Not a species I thought I would ever see here: despite its name, it’s definitely not common in Senegal! With only six published records it should be considered a real vagrant to the country. The regular winter range of Tadorna tadorna extends along the Moroccan coast, with very small numbers reaching as far south as Mauritania, though apparently the species remains pretty rare even in the Banc d’Arguin NP. Olivier Girard very conveniently summarised the status of the species in West Africa, in a short paper published in the African Bird Club Bulletin in 2009¹. In his overview, he lists 28 records, almost half of which are from Mauritania, and just five from Senegal. One was apparently overlooked despite being published in the well-known “Annotated check-list of birds occurring at the PNOD, 1984-1994” by Rodwell and colleagues, while the location of another record is incorrect.

As far as we know, no other records have been published nor have any been reported to the ABC, on eBird, or on observado.org since Girard’s summary. As such, these should be all previous Shelduck records for Senegal:

  • Seven, Delta du Senegal, 27/12/73 (Morel & Morel)
  • Two immatures at Djoudj NP, 21/1/74 (Morel & Morel)
  • Two on 12-28/2/90 in the Djoudj NP (M. Fouquet in Rodwell et al. 1996)
  • 15 in the Djoudj NP, Januart 1996 (Yesou et al. 1996)
  • One in Djoudj NP, Jan. 1997 (Triplet et al. 1997)
  • Two on 5/1/97 at Yène-Todé lagoon (= in Dakar region and not “Siné-Saloum” as incorrectly stated by Girard.

And so now, more than 20 years later, we have three first-year birds from 9 to 17/12/17 at Yène-Todé, again!

It’s intriguing that there are so many more old records, given that observer coverage surely must have improved in the last 20-30 years – and that mid-winter waterbird counts are systematically conducted in the Djoudj and most other large wetlands (I really ought to get access to the database with past counts, as there don’t seem to be any published reports available?). What’s more, Shelducks have been on the increase in many parts of their Western European range, so one would logically expect more birds to show up in this part of the world. Maybe milder winters push fewer birds to the southern end of their range, or the populations that have increased are more sedentary than others? In better-watched Mauritania, at least during the first decade of the 21st century, there are just six records listed since 2000, one of which was near the border with Senegal in the Aftout es Saheli in January 2007, while elsewhere in the delta, Shelducks were seen in December 1995 and three times between Nov. ’98 and Jan. ’99: not much!! Three records each are known from Mali, Ghana and Niger, with one from Guinea (January 2006).

Addendum 2/2/18: eight birds were seen at the Grand Lac in the Djoudj NP on 17/1 (C. Ruchet, Y. Menétrey, I. Ndiaye), quite possibly the same group that was sighted on 30/12/17 in the Diawling on the other side of the border. 

Shelduck_Yene_20171217_IMG_6636

Common Shelduck / Tadorne de Belon

 

So what else was about? Glossy Ibis is still present (at least 3 ind.), and now no less than 28 European Spoonbills, most of which arrived from the NW and landed in the central part of the lagoon. As usual there were several Osprey and Marsh Harriers, plus an immature Short-toed Eagle hunting around the lake’s edge, a pair of Red-necked Falcons roosting on a tree, and a Common Kestrel (and on 9/12, Miguel & co. had a fine Barbary Falcon).

The flock of gulls and terns held the usual Caspian, Royal, Sandwich and Common Terns, but just a few Audouin’s Gulls, LBBGs, Slender-billed, Grey-headed and Black-headed Gulls this time round.

Just like on my last visit, Red-throated Pipit was present on the lagoon’s edge: I first heard its sharp pssiiiii call in the SE corner, then briefly saw (and heard) what was probably a second bird, a few hundred meters further. Two Tree Pipits were also present.

Other migrant songbirds included Yellow Wagtails of course, plus Northern Wheatear, Subalpine Warbler, Common Whitethroat, Sedge Warbler, and Woodchat Shrike.

All in all, another very enjoyable morning out at Yène!

Technopole update

A Technopole pit-stop on the way back to Dakar resulted in yet more waders, with still some 300 Black-tailed Godwits around (just one ring could be read, as most birds were feeding or resting in deeper water) and lots of other waders. On my previous visit, we managed to read six rings, mostly in this flock of BTGs feeding on land:

BlacktailedGodwit_Technopole_20171203_IMG_6580

The water levels are already quite low and I’d reckon that they are about the same as in April 2017: let’s hope that the site doesn’t completely dry up by the end of the dry season!!

More of a surprise was an adult African Spoonbill (also two Europeans) resting on one of the islets, its deep crimson face just about visible. Surprising, because it’s not a frequent visitor to Technopole, and so far my only records have been in April and May.

A Common Moorhen with a very young chick, confirming local breeding of the species. Other than that, lots of Lesser Black-backed Gulls (+300), a few Audouin’s Gulls, a White-winged Tern feeding among the Black Terns, at least two Knot, lots of Ruff, etc. An adult male Peregrine Falcon may be the same bird that I see almost daily on the Diarama hotel.

Peregrine_Technopole_20171217_IMG_6652

Peregrine / Faucon pèlerin

 

¹ Girard, O. 2009. Le Tadorne de Belon Tadorna tadorna en Afrique de l’Ouest. Bull ABC 16: 180-183.

 

 

La migration en mer devant Dakar: l’automne 2017 (2ème partie)

Comme promis, ci-dessous la suite de notre petite synthèse du suivi de la migration à Ngor. Au cas où vous l’auriez loupée, la première partie se trouve ici.

PomarineSkua_Pelagic_20171115_IMG_6003

Pomarine Skua moulting / Labbe pomarin en mue (2nd c.y.?), Nov. 2017

Je reprends ici le tableau des espèces, même si cette deuxième partie traite uniquement des limicoles, labbes, laridés, sternes et de quelques autres migrateurs (cliquez/tapez pour agrandir).

Seawatch_2017_Summary

Limicoles (Waders)

  • Huîtrier pie (Eurasian Oystercatcher): vu lors d’une séance sur quatre, c’est avec l’espèce suivante le limicole le plus régulier. Généralement des oiseaux isolés ou par 2-3 ensemble, rarement plus (max. de 7 le 12/10).
  • Courlis corlieu (Whimbrel): de loin le limicole le plus nombreux, avec plus de 500 oiseaux dénombrés. Le passage s’effectue – sans surprise – tôt en saison, les premiers oiseaux étant observés le 28/7 (certainement que d’autres les avaient déjà précédés courant juillet, le Corlieu étant l’un des migrateurs paléarctiques les plus précoces). Le matin du 9/8, ce ne sont pas moins de 293 Courlis corlieux qui passent devant le Calao, en 3h30 de suivi… impressionnant! Les effectifs deviennent plus modestes dès le début du mois de septembre, avec un dernier migrateur supposé le 27/10.
  • Barge rousse (Bar-tailed Godwit): ce limicole venu du Grand Nord est bien moins fréquent que l’espèce précédente, qu’il accompagne d’ailleurs volontiers. Plus de la moitié des 67 barges sont vues le 24/8, après quoi le passage est occasionnel avec des petits effectifs à chaque fois.
  • Phalarope à bec large (Grey Phalarope): le seul limicole “pélagique”, cette espèce ne s’observe pas très souvent depuis le Calao; seuls une centaine d’oiseaux sont vus dont 70 qui passent en trois groupes le 28/10, suivis par 24 le 6/11. Quelques observations lointaines de limicoles indéterminés qui pourraient bien se rapporter à cette espèce.
  • D’autres limicoles vus en migration active sont le Courlis cendré (deux le 5/9), le Grand Gravelot, les Chevaliers gambette, aboyeur, guignette et même culblanc, le Combattant varié; aussi Bécasseaux sanderling, cocorli, variable, minute, et le Tournepierre. La plupart de ces limis sont vus lors des matinées pluvieuses, ou après des averses nocturnes, comme ce fut le cas le 24/8 lorsque pas moins de neuf espèces sont vues en migration active.
Oystercatcher_Ngor_20170930_IMG_4931

Oystercatcher / Huîtrier en escale devant le Calao

Labbes (Skuas/Jaegers)

Avec un total de 5’882 labbes dénombrés, il s’agit là du 3e groupe le plus nombreux à passer devant Ngor, après les puffins (36’335 ind.) et le sternes (22’307 ind.).

  • Labbe de McCormick / Grand Labbe (South Polar / Great Skua): la présence des deux espèces a été confirmée dans les eaux dakaroises, mais leur identification reste toujours délicate voire impossible sur le terrain, du moins en l’absence de bonnes photos. Ceci vaut encore plus pour les oiseaux vus en migration active, typiquement vus de loin et pendant quelques secondes ou 1-2 minutes tout au plus, leur séparation est généralement impossible. J’ai donc noté seulement quelques individus typiques comme étant des McCormick sûrs, soit les oiseaux de forme claire ou intermédiaire vus suffisamment bien. Le premier “grand labbe” est vu le 23/8 déjà – date hâtive pour un Grand, donc plutôt McCormick? – puis des isolés passent les 18 et 20/9. Le 8/10 je note un McCormick, le lendemain deux “sp.”, trois le 14/10, puis ce n’est que du 18/10 au 31/10 que ces oiseaux sont vus quasi quotidiennement, avec un max. horaire de 8 le soir du 24/10 – un peu moins donc que l’an dernier à la même période. Encore deux observations fin novembre et une le 3/12, portant le total à 75 oiseaux pour la saison.
  • Labbe pomarin (Pomarine Skua): avec un minimum de 3’368 oiseaux comptes, c’est l’une des espèces les plus nombreuses à passer devant Ngor. Le passage est régulier dès le 31/8, culminant dans la dernière semaine d’octobre et la première décade de novembre. Le maximum est noté le 7/11: pas moins de 957 individus en deux heures de suivi a peine! La fin du passage n’est pas incluse dans ce suivi 2017, car des oiseaux continuent de migrer encore, en nombres variables selon les jours, jusqu’à la 2e décade de décembre en tout cas (p.ex. 47 inds. en 75 min. le 15/12), avec certainement encore quelques oiseaux encore tout à la fin du mois. A noter qu’une bonne partie des 1’731 labbes non identifiés étaient sans doute des Pomarins – probablement au moins les deux tiers, car en plus d’être de loin le labbe le plus fréquent, la plupart des labbes non identifiés sont ceux qui passent loin au large, et on a l’impression – partagée par les équipes des années 2000 – que le Pomarin passe généralement plus au large que le Parasite, qui lui migre volontiers plus près des côtes. Sur l’ensemble de la saison, le rapport Pomarin/Parasite s’établit à environ 6:1.
  • Labbe parasite (Arctic Skua): espèce très régulière bien qu’en petits effectifs, de la dernière décade d’août jusqu’à la fin de la saison. Comme indiqué sur le graphique ci-dessous, il n’y a pas eu de pic bien net, contrairement au labbe précédent qui passe en force pendant une période bien concentrée. On constate également des différences dans le comportement de ces deux labbes: lors des jours de forte migration, les Pomarins passent souvent en groupes lâches comprenant jusqu’à plusieurs dizaines d’individus (max. env. 70 ensemble!), alors que le Parasite migre typiquement seul ou en paires, rarement plus de 3-4 oiseaux ensemble. Autre différence, le Pomarin migre régulièrement assez haut dans le ciel.
  • Labbe à longue queue (Long-tailed Skua): sur les 125 individus dénombrés, 123 sont passés vers le SW – effectif probablement légèrement sous-estimé, car quelques labbes indéterminés sont notés comme “Longue queue ou Parasite”. Ce labbe peut être vu de la mi-août jusqu’à mi-novembre, bien que les deux derniers individus (16 et 21/11) n’étaient pas en migration active: sans doute des oiseaux en escale. Les adultes passent surtout en août et septembre, alors qu’en octobre on voit essentiellement des immatures. Malheureusement je n’ai pas eu le luxe de noter les classes d’âge pour les labbes – là j’aurais besoin de renforts! – donc difficile d’en dire plus sur la répartition précise des immatures et des adultes au fil de la saison chez les trois “petites” espèces.

Skuas_2017_chart

Mouettes & Goélands (Gulls)

  • Mouette de Sabine (Sabine’s Gull): cette belle mouette est sans aucun doute l’une des espèces phares du site, et cette saison on n’a pas été déçus: après un avant-coureur vu le 9/8 déjà, le passage s’amorce timidement dès la fin août, pour devenir régulier à partir du 18/9 au moins. Un premier petit pic est noté le 21/9 (66 inds. en 1h15), puis le 10/10 (84 en 1h30), le 16/10 (182 en 2h)… effectifs qui nous semblaient déjà tout à fait corrects. C’était sans compter (pour ainsi dire!) sur la suite de la saison: Après cinq jours avec à peine quelques individus (sans doute lié aux vents dominants du N/NNE), j’en vois 484 en 2h30 de suivi le 24/10, puis le matin du 25/10, Miguel et moi en comptent pas moins de 1’415 (!) en 3h30, avec encore 77 individus supplémentaires comptés le soir en 1h20. Cela porte donc le total à 1’492 Mouettes de Sabine: à notre connaissance il s’agit là d’un nouveau record journalier pour le Sénégal et sans doute pour l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest. En extrapolant, on peut estimer l’effectif total à quelques 4’850 oiseaux pour cette seule journée du 25/10! Quel spectacle que de voir des groupes de 20, 30 Mouettes de Sabines défiler à la queue-leu-leu… Il y a encore eu quelques bons jours début novembre, puis la migration s’arrête assez brusquement après le 13/11, lorsque les vents tournent vers le N/NE. Deux retardataires le 21/11 et un seul le 1/12 portent finalement le total de la saison à 3’326 oiseaux. Plus encore que pour les autres espèces pélagiques, le passage de cet oiseau devant les côtes est fortement influencé par la direction des vents: quasiment toutes les observations sont faites par vent modéré d’ouest à nord-ouest. Les autres jours, elle doit passer bien plus au large. Là non plus, il n’a pas été possible de tenir des statistiques sur les âges, mais c’est sûr qu’il y avait en tout cas cette année une forte proportion d’adultes; les juvéniles sont plutôt vus en fin de saison.

SabinesGull_2017_chart

  • Pour ce qui est des autres laridés, il y a surtout le Goéland d’Audouin: (voir cet article pour en savoir plus sur son statut au Sénégal) et le Goéland brun (Audouin’s & Lesser Black-backed Gulls). Une centaine pour le premier (env. 85 vers le SW) et 24 oiseaux (dont 14 vers le SW) pour le deuxième, auxquels il faut ajouter 16 “grands goélands indéterminés”, soit des Leucophées, bruns ou dominicains. Un très probable Goéland dominicain (Kelp Gull) passe le 11/8. Le Goéland railleur est vu à cinq reprises seulement, entre le 9/8 et le 8/11, la Mouette à tête grise seulement deux fois (isolés les 18 et 24/9) (Slender-billed & Grey-headed Gulls).

 

Sternes (Terns)

  • Sterne arctique / pierregarin (Arctic / Common Tern): cette paire regroupe 50% (49,8% pour être précis!) de toutes les sternes notées en migration, mais vu la difficulté de distinguer entre les deux taxons lorsque les groupes défilent rapidement devant le site de suivi, j’avais fait le choix de toujours les grouper – ce qui une fois de plus montre les limites de faire un tel suivi tout seul! De plus, j’ai dû estimer le passage certains jours de fort passage, et lorsque les oiseaux passaient très proches du rivage voire haut dans le ciel (surtout le cas avec l’Arctique) j’ai dû en louper pas mal. Du coup, difficile d’interpréter la phénologie telle que suggérée par la courbe ci-dessous. On y note toutefois un net pic à fin septembre, avec une moyenne horaire de près de 300 individus. Le pic de la Sterne arctique se situe apparemment plus tôt en saison (fin août/début septembre); celui de la Pierregarin environ un mois plus tard.

Common-ArcticTern_2017_chart

  • Sterne de Dougall (Roseate Tern): le total de 98 individus est à considérer comme un stricte minimum, car plusieurs individus sont sans doute passés inaperçus dans le flot de Pierregarins et Arctiques sans se faire détecter. Quoiqu’il en soit, la phénologie est assez nette, le passage étant régulier du 24/8 au 20/10, avec un dernier individu le 24/10. Le pic doit se situer à la mi-septembre, mais en l’absence de suivi du 7 au 17/9, difficile d’en dire plus. Un groupe inhabituellement grand (19 inds.) passe encore le 13/10.
  • Sterne naine (Little Tern): avec 186 individus, cette espèce peut être considérée comme migratrice régulière, en faibles effectifs, de fin juillet à fin octobre ou début novembre (un dernier oiseau est vu le 29/11, mais celui-ci n’était pas en migration active).
  • Sterne caugek (Sandwich Tern): près de 4’000 individus dénombrés, surtout de la mi-août à la mi-octobre, bien que le passage s’étale sur toute la saison: déjà fin juillet, des petits groupes sont notés, mais à partir de novembre il devient de plus en plus difficile de faire la part entre migrateurs actifs et oiseaux partant vers les reposoirs ou les sites de nourrissage situés plus au SW du Calao.

SandwichTern_2017_chart

  • Sterne voyageuse (Lesser Crested Tern): les premiers oiseaux sont vus dans la première décade d’août qui marque le début du passage régulier, qui s’étale jusqu’à la mi-novembre. Comme pour l’espèce précédente, il est parfois difficile de distinguer entre oiseaux en migration active et hivernants locaux. En effet, entre deux et cinq oiseaux fréquentent régulièrement la baie de Ngor dès le mois de septembre. Le très modeste pic du passage semble se situer dans la dernière décade de septembre.
  • Sterne royale “africaine” (African Royal Tern): très régulière mais rarement vue en nombres importants, cette sterne est vue tout au long de la saison, mais dès début octobre le passage ralentit fortement pour ne concerner plus que quelques individus (là aussi, il a souvent été difficile de faire le tri entre locaux et migrateurs). Au nord de Dakar, cette espèce ne se reproduit que dans deux grandes colonies, soit celles de la Langue de Barbarie et du Banc d’Arguin.
  • Sterne caspienne (Caspian Tern): vue irrégulièrement: seulement douze données sur l’ensemble de la saison, pour un total de 31 oiseaux présumés migrateurs actifs (max. 12 le 18/9; les trois derniers individus n’étaient probablement pas des migrateurs). L’origine de ces oiseaux peut être européenne ou africaine.
  • Guifette noire (Black Tern): l’une des espèces les plus régulières, avec un “taux de présence” de 87%: elle a donc manqué à l’appel seulement lors de quelques sessions. Effectif maximal de 740 individus le 22/9, lorsque plusieurs milliers ont dû passer devant Dakar. A noter que j’ai entendu des migrateurs nocturnes à plusieurs reprises migrer au-dessus de la maison aux Almadies lors du pic de fin septembre. Une Guifette moustac (Whiskered Tern) est vue le 14/10, mais d’autres sont certainement passées inaperçues, tout comme quelques Guifettes leucoptères ont pu passer au milieu des noires.

BlackTern_2017_chart

Autres taxons

J’en ai déjà mentionné plusieurs ici, donc juste pour résumer voici les autres espèces vues en migration active devant Ngor:

Trois Hérons cendrés et deux pourprés passent le 24/9, alors que des Grandes Aigrettes (1 le 12/10, 5 le 31/10) étaient probablement des migratrices en escale (une Aigrette intermédiaire était également présente le 31/10). Un Balbuzard est noté en migration active le 5/10, tout comme un Busard des roseaux le 12/10, un Faucon crécerellette le 15, et des crécerelles le 27/10 (2 ind.) et le 20/11 (1 ind.). Une Tourterelle des bois passe devant le Calao le 5/9, puis il y a eu ce fameux Hibou des marais le 2/12. Peut-être l’espèce la plus insolite a été la Huppe fasciée, avec deux observations d’individus ayant le même comportement les 18 et 24/9: à chaque fois, je repère l’oiseau arrivant du N ou du NNE volant au-dessus de l’océan et se dirigeant vers Ngor. Seuls quelques Martinets noirs sont vus en tout début de saison (les 5 et 12/8), avec un probable Martinet pâle, vu la date, le 22/10. Quelques Bergeronnettes printanières sont vues ou entendues entre le 14 et le 28/10, alors qu’une Bergeronnette grise survole le site le 30/11. Et enfin deux passereaux en escale sur les rochers ou la petite plage du Calao: quatre Traquets motteux (16/10-29/11) et deux Rougequeues à front blanc (14 & 24/10).

 

Je doute fort que j’aurai le temps de refaire un tel suivi l’automne prochain… bien qu’avec un peu de renforts lors des périodes “stratégiques” il doit être possible de faire encore mieux que cette année. Pour l’instant, on va essayer de renforcer le suivi au printemps (fin février / fin mai) mais là non plus ce ne sera pas possible tout seul… avis aux amateurs!

 

La migration en mer devant Dakar: l’automne 2017 (1ère partie)

Voici donc une première ébauche de synthèse de la saison de seawatch 2017, que j’espère pouvoir retravailler par la suite pour une petite publication. En effet, c’est à notre connaissance la toute première fois qu’un suivi aussi exhaustif est fait sur l’ensemble d’une saison. Les efforts précédents ont presque toujours porté sur une période courte (1 à 3 semaines), généralement en octobre. Il y avait donc pas mal de spéculation quant à la phénologie et l’abondance de certaines espèces qu’on supposait passer plus tôt ou plus tard en saison.

Comme le note Niklas Holmström sur son site Senegal seawatching (qui bien qu’il date un peu, contient toujours une multitude d’infos pratiques): “septembre, fin novembre et décembre restent inexplorés et sont des périodes intéressantes pour les pionniers du seawatching ayant envie de faire des découvertes. Les possibilités d’apprendre et de découvrir de nouvelles choses sur ce mystérieux groupe d’oiseaux sont encore énormes, surtout en ce qui concerne l’identification, la mue et les migrations!”. On trouvera notamment une liste des oiseaux de mer vus depuis Ngor ou au large depuis des bateaux, ainsi qu’une synthèse des effectifs notés par les diverses équipes ayant fait des suivis dans les années ’90 et 2000.

J’avais déjà fait un premier point sur la saison 2017 ici, et une note sur notre sortie en mer est consultable ici. Et pour une petite synthèse du passage prénuptial, se rendre ici.

Scopoli's Shearwater / Puffin de Scopoli

Scopoli’s Shearwater / Puffin de Scopoli, Ngor, Nov. 2017

Ces derniers mois, j’ai donc élu domicile sur la terasse du Calao, ayant fait 92 séances (82 dates différentes) entre le 22 juillet et le 5 décembre, pour un total de 125 heures de suivi (et j’ai dépensé une petite fortune en espressos, à 1’500 CFA la tasse, et même pas reçu de rabais!!) Soit une présence sur près de deux jours sur trois pendant la période; quelques séances ont été assurées par Miguel Lecoq lorsque j’étais absent et d’autres ont été faites en sa compagnie – un grand merci à lui! Sans exception, toutes les observations ont été effectuées depuis le Calao de Ngor, généralement le matin entre 7h30 et 9h30 à l’exception de quelques séances plus longues ou en fin de journée. Au final, ce sont un peu plus de 69’000 oiseaux qui ont été comptés.

Les principaux “trous” dans le suivi étaient fin juillet/début août, la 3ème semaine d’août, du 7 au 17 septembre, et les cinq premiers jours de novembre. On a donc fourni un gros effort pour avoir un suivi aussi complet que possible, mais le faire tout seul (ou presque) est bien sûr impossible. Du coup je suis allé observer un peu moins dans d’autres coins ces derniers mois (Technopole, mais aussi Pointe des Almadies, Ngor, Mamelles, Iles de la Madeleine…), mais surtout, j’ai encore plus souvent que d’habitude été absent de la maison, surtout le matin… j’en profite donc pour m’excuser auprès de ma petite famille, et à remercier Madame pour son niveau de tolérance élevé!

On a essayé de compter toutes les espèces de manière systématique, plus particulièrement les puffins, océanites, sulidés, limicoles. labbes, laridés et sternes. A quelques occasions des estimations ont dû être faites pour les sternes, car certains jours lors de passages soutenus c’était impossible de compter tous les oiseaux tout seul. Idem lorsqu’on se trouve devant un flux de plusieurs milliers de puffins. Pour les sternes en particulier, il est parfois difficile de distinguer entre oiseaux en migration active et individus stationnant ou se nourrissant dans la zone; il en est de même pour les Goélands bruns et d’Audouin, surtout en fin de saison.

Essai de synthèse…

Par où commencer? Peut-être par les faits les plus marquants, et notamment les passages impressionnants de Mouette de Sabine, Puffin cendré/de Scopoli, et Puffin majeur avec apparemment des records battus pour chacune de ces espèces. Pas de grandes raretés vues, mais tout de même quelques migrateurs peu courants sont notés, comme le Puffin des Baléares ou le Puffin de Boyd. L’absence ou la quasi-absence de quelques oiseaux de mer comme le Pétrel de Bulwer et les océanites est aussi à relever; ces espèces seraient plus faciles à détecter depuis l’ile de Ngor car on se trouve d’une part sur un point de vue plus élevé, d’autre part plus proche des migrateurs que le Calao.

Aussi 2-3 espèces inattendues, avec notamment un Hibou des marais qui arrive depuis le large, le 2/12, ainsi que deux observations de Huppe fasciée et une de Tourterelle des bois en migration active.

Le tableau ci-dessous est une tentative de résumé du passage des principales espèces: vous y trouverez le total compte, le “taux de présence” (rien de scientifique ici! juste le % de jours de présence de chaque espèce), les premières et dernières dates, ainsi que la date et l’effectif maximal, sous forme de nombre d’oiseaux par heure. En effet, vu que je n’ai pas pu faire un suivi exhaustif avec une présence continue chaque jour (j’aurais dû prendre quatre mois de congés, et encore!), il a fallu trouver un moyen de standardiser afin de pouvoir comparer l’intensité du passage au cours de la saison. J’ai donc calculé pour chaque jour le nombre d’oiseaux passant par heure, puis pour faire les graphiques de présence c’est la moyenne des effectifs par heure que j’ai utilisée. Pas sûr si ça tient la route tout ça, à creuser encore… d’ailleurs s’il y en a qui ont des idées pour analyser les données de manière à les rendre pertinentes, je suis preneur…

Seawatch_2017_Summary

Maintenant pour une brève discussion pour chaque espèce:

Puffins (Shearwaters)

  • Puffin cendré & de Scopoli (Cory’s/Scopoli’s Shearwater): ces deux taxons sont très difficiles à distinguer donc ils sont regroupés ici; avant c’était d’ailleurs bien plus simple car ils étaient traités comme des sous-espèces et non des espèces à part entière. On ne sait pas trop dans quelle proportion chacune des deux espèces est présente, mais c’est sûr qu’il y avait aussi bien de Scopolis que des cendrés. Je soupçonne toutefois que les Scopolis sont largement majoritaires, selon nos observations de l’an dernier et aussi lors du pélagique de mi-novembre. Idem d’ailleurs fin octobre devant les côtes marocaines, avec moins de 10% de cendrés sur les 500 Calonectris vus par l’équipe de Limosa. Voir aussi cette discussion sur l’identification de ces puffins ici. Vus lors de chaque séance à partir du 23 octobre, initialement en petit nombre (1-14 ex., 23-28/10), puis dès le 30/10 le passage s’intensifié: près de 100 ind. par heure le 30, pour culminer du 6 au 11/11. Pendant ces six jours, le flux de puffins est quasi continu, avec presque tous les jours plus de 1,000 oiseaux par heure (max. 4157/h. le 6/11, soit 70 individus par minute). Il est probable que ce passage très concentré ait commencé quelques jours plus tôt, mais il n’y a pas eu d’observations du 1er au 5/11. Après le 11/11 le passage devient moins constant, peut-être en raison du changement de la direction dominante des vents (NE au lieu de N/NW) bien qu’il concerne toujours quelques centaines d’oiseaux par heure du 14 au 16 et le 19/11. Les 3-4/12 il y a de nouveau pas mal d’oiseaux qui défilent – passage qui peut d’ailleurs durer jusqu’à fin décembre, du moins certaines années. En tout, plus de 32,000 individus sont comptés, soit près de la moitié (47%) de l’effectif total toutes espèces confondues.

Corys-ScopolisShearwater_2017_chart

  • Puffin du Cap-Vert (Cape Verde Shearwater): vu à quelques reprises seulement, bien qu’il soit possible que quelques individus soient passés inaperçus dans les gros mouvements de l’espèce précédente. Les quelques oiseaux vus n’étaient pas forcément en migration active, comme p.ex. ce groupe de 11 individus qui se nourrissent devant Ngor le 11/10. Deux puffins vus fin juillet et quatre début août étaient peut-être bien des Cap-Vert, mais trop lointains pour en être certain… Cette espèce doit d’ailleurs être bien plus nombreuse au large, comme en témoignent nos observations du 15/11 lors de notre sortie en mer. La présence de l’espèce devant Dakar semble d’ailleurs hautement variable d’une année à une autre.
  • Puffin majeur (Great Shearwater): l’une des grosses surprises de la saison fut le passage tout à fait inattendu de centaines d’individus début décembre… alors que seul un individu avait été vu début novembre. Fait étonnant, ce passage a eu lieu quasi uniquement le soir: le dimanche 3/12, je note 157 Puffins cendrés/de Scopoli en deux heures de suivi le matin, et en retournant en fin d’après-midi – espérant voir un peu plus de labbes – c’est un flot continu de puffins qui se présente devant moi, avec plus de 700 individus notés en 40′, dont env. 200 Puffins majeurs! Le lendemain pareil: très peu de puffins le matin (juste 14 de type cendré et un fuligineux), mais le soir il y a une bonne centaine de majeurs qui passent vers le sud-ouest, avec un passage soutenu qui dure jusqu’au crépuscule au moins. Vraiment étonnant et tout à fait exceptionnel! Comme quoi, ça vaut la peine de ne pas seulement faire du seawatch le matin – quelque chose qu’on savait déjà pour les labbes, mais pour ces Puffins majeurs ce passage uniquement “vespéral” était vraiment inattendu. Logiquement il s’agirait d’oiseaux immatures à cette époque, car les adultes devraient maintenant avoir regagné les sites de nidification de l’Atlantique Sud. Dommage que je n’aurai pas pu continuer le suivi après le 5/12, car c’est bien possible que ce passage ait continué encore dans les jours suivants.
  • Puffin fuligineux (Sooty Shearwater): l’une des espèces les plus régulières, vue sept jours sur dix et quasiment lors de toutes les séances à partir du 18/9. Le graphique ci-dessous résume la phénologie, sous forme de nombre moyen d’oiseaux par heure, pour chaque décade entre fin juillet et début décembre; il y aurait donc deux pics de passage, mais j’ai mis le pic de la 2ème décade de septembre en bleu clair car il n’y a eu que deux jours d’observation lors de cette période, donc moyenne à prendre avec des pincettes. Comme pour pas mal d’autres taxons, le passage est généralement plus intense par vents d’ouest à nord. Avec 3,600 individus comptés, Ardenna griseus fait partie du Top 10 des espèces les plus nombreuses de la saison.

SootyShearwater_2017_chart

  • Puffin des Anglais (Manx Shearwater): régulier avec des effectifs très modestes de mi-septembre à fin octobre, puis arret quasi total de la migration par la suite, avec juste une observation en novembre puis un seul oiseau le 3/12. Comme je n’ai pas pu faire de suivi entre le 7 et le 17/9, il est bien possible que les premiers oiseaux passent déjà début septembre. Et que pas mal d’individus passent plus au large et ne sont pas détectés depuis le Calao (par contre, ce qui est sympa chez cet oiseau c’est qu’il passe régulièrement près du rivage, contrairement à la plupart des autres puffins).
  • Puffin des Baléares (Balearic Shearwater):  un individu notê le 23/9. Peut-être plus courant que cette seule donnée ne le suggère, mais pas forcément facile à identifier donc peut-être qu’il y en avait quelques-uns parmi la soixantaine de puffins non identifiés que j’ai notés…
  • Puffin de Boyd (ou est-ce de Macaronésie? difficile de savoir quel traitement taxonomique lui réserver; Boyd’s Shearwater): un le 18/9.

Océanites (Storm Petrels)

  • Océanite de Wilson (Wilson’s Storm Petrel): Curieusement, lors de ma toute première séance, le 22/7 (ca parait bien loin maintenant!), je constate la présence d’une cinquantaine d’océanites devant le Calao, en train de se nourrir en faisant leurs va-et-vient papillonnants typiques de l’espèce. Deux jours plus tard, alors que le vent s’est couché, il n’y en a plus que trois. Il faut ensuite attendre le 8/10 pour voir quatre de ces oiseaux, par mer ultra calme de surcroît, puis trois le 11/10 et pas moins de 80 (environ!) le 14/10 et quelques-uns encore les deux jours suivants. Encore un oiseau le 24/10, puis c’est tout!
  • Océanite tempête (European Storm Petrel): un seul oiseau identifié, le 11/11 par mer très calme et un vent du nord bien faible.

Sulidés (Boobies & Gannets)

  • Fou de Bassan (Northern Gannet): un premier individu est vu le 18/9, mais ensuite il faut attendre un bon mois avant le suivant, puis ce n’est qu’a partir de début novembre que l’espèce devient régulière. Sur les 65 individus dénombrés, neuf passaient vers le nord-est ou étaient plutôt stationnaires. Le Fou de Bassan devrait logiquement encore continuer d’arriver ces prochaines semaines, et c’est bien plus tard en saison (janvier/fevrier) qu’on voit les plus gros effectifs, parfois quelques centaines, dans les eaux dakaroises.
  • Fou brun (Brown Booby): vu sept fois, dont trois individus en vol vers le sud-ouest et quatre vers le nord-est: difficile de parler d’un passage migratoire, peut-être plutôt des oiseaux stationnant aux Iles de la Madeleine et partant en mer pour pêcher? Tous les oiseaux étaient des immatures.

La suite de cette synthèse sera publiée dans quelques jours si tout va bien. Vous y trouverez limicoles, labbes, mouettes et goélands, sternes et guifettes, et quelques autres piafs encore.

 

 

 

Short-eared Owl in Senegal

An unexpected sighting of a Short-eared Owl (Hibou des marais) migrating past Ngor this morning prompted me to have a closer look at the status of this bird in Senegal, and to attempt to assemble past records and available information about its distribution. It also so happens (a coincidence?) that there were several more records in recent weeks, including one seen just yesterday in the Saloum delta, and one early November in Senegal’s Far East, at Boundou nature reserve. Today’s post will be a rather short one, without any pictures to share – unfortunately (you do get lots of references instead!). [correction! I managed to take a few pics at the end of December, so I’ve inserted them here]

This morning, towards the end of a very quiet seawatch session, I noticed an unusual bird coming in over the ocean from a north-westerly direction, maybe about a kilometer away from land. It was easily identified as a Short-eared Owl thanks to its distinctive shape and plumage: pale plumage, long wings with pale yellow “hands” and a distinctive black comma on the underwing and dark primary tips, which distinguish it from Marsh Owl. It made slow progress, turning to the south and eventually reaching Ngor island, but proceeded without landing and seemed to continue towards the Almadies area (if I’d been at home, I may have seen it from my balcony!!). Could it perhaps have crossed from the Cape Verde islands, or hopped on a ship somewhere to the north of Dakar, and took off upon seeing the Mamelles in the distance?

In summary, Short-eared Owl is a scarce but seemingly regular (and likely annual) winter visitor to Senegal. Most observations are from the north, at Djoudj and Richard-Toll, with a scattering of records from elsewhere in the country: Dakar, Popenguine, Saloum, Boundou.

The earliest available reference is of course by Morel & Morel (who else?), who report to have seen it “on several occasions” around Richard-Toll, but don’t give much other detail other than that it is mainly seen on “autumn” and “spring” passage, with a mid-winter record in January 1978. The only record away from their study site that they mention is of a specimen collected at Sangalkam in the Dakar region, not far from Lac Rose, on 3/2/76 by Blancou.

In the early nineties, Short-eared Owl was regularly observed in the Djoudj national park, with at least 20 records “between 23 October and 29 March: three singles, 1990-91; 12 records in 1991-92 (max. 6 on 10 Dec 1991); five, 1992-93 (max. 3, Jan 1993). Previously only one record was known from the Djoudj (Dupuy 1971)” Elsewhere in Senegal,  Sauvage & Rodwell add a single record of one bird at Palmarin in January 1992, but there’s also one from 27/2/91 at Popenguine which they seemingly were unaware of at the time (O. Benoist on eBird).

As is quite often the case it seems, there follows a gap in published data during the late nineties and first decade of the 21st century, and we need to fast-forward almost 20 (!) years until the next published records, listed below. All are of single birds between early November and late January.

So just seven records from 2010-2016… and now for 2017:

  • 3/11/17 in the Boundou nature reserve (T. Riviere & E. Tanguy on eBird), one of several recent additions to the reserve’s bird list
  • 6/11/17 near Palmarin (J. Hooijmeijer, T. Jager)
  • 30/11/17 at Kousmar, Kaolack (M. J. Valencia & C. Clemente on eBird)
  • 1/12/17 at Palmarin (T. de Kruif on Observado.org)
  • 2/12/17 at Ngor, actively migrating
  • 14/12/17 at Guereo, roosting under a bush near the Somone lagoon (J. Buvat on Observado.org)
  • 25/12/17 near Gandiol (south of Saint-Louis), roosting in a flood plain of the Guembeul area. See header picture and here.
  • 31/12/17 at Technopole, Dakar, bringing this autumn’s total to eight birds

Addenda: no less than three birds were seen near Palmarin on 22/1/18 by visiting Swiss birders C. Ruchet and Y. Menétrey, and seven (!) were at Technopole on 3/2/18 (E. & J. Regala Ruiz) which is also the first February record. That’s now 10 records of 18 birds, and definitely a proper influx. 

ShortearedOwl_Technopole_20171231_IMG_7729

Short-eared Owl / Hibou des marais (Technopole, 31/12/17)

Surely there are other old (and new) records that are hidden in note books, travel reports, trip lists etc., and that were never reported to the ABC for inclusion in the Recent Reports round-up. And maybe even a few birds seen by local birders, eco-guides and park rangers but that were even less likely to have ever been reported, for lack of a proper bird records database. For instance, it has been mentioned from the Ndiael reserve (between Saint-Louis and Richard-Toll), but I didn’t find any records yet.

Regardless, what stands out here is the good run of recent records, particularly this year. A coincidence, a real increase of the species, or better coverage and especially better reporting of data by observers? I tend to lean to the latter, since it’s unlikely that there is a real increase in numbers given its overall rather precarious conservation status in Europe. Short-eared Owl is known to have highly fluctuating population trends and tends to be a nomadic species in many areas, responding to abundance of rodents in both the breeding and wintering areas, so it certainly looks like it’s been a good year for them. Let’s see if other records resurface, or if more are seen in coming months. [note 31/12: several more birds have been seen since I originally wrote this, and one can definitely talk about a proper influx this autumn!]

What about elsewhere in West Africa?

The species is thought to be a regular winter visitor to Mauritania, where it is “recorded in small numbers on both passages (October/November and March/April)”. Isenmann et al. (2010) also mention that in winter the species is seen in open areas around wetlands and in coastal areas (northwards to the Banc d’Arguin). There are at least 12 records from Cape Verde, in August and October-March, from most islands but also including two records of birds “seen from ships at sea between the islands” (Hazevoet 2014), so these were likely of actively migrating birds, just like mine this morning at Ngor.

Short-eared Owl is thought to be a regular winter visitor along the Niger river in Mali (Lamarche 1980 even considers it “rather common” in the Delta Central) and around lake Chad in Nigeria and Chad. At the same latitude, Niger may also be part of its more or less regular range, as there are at least four known records. It is quite rare in The Gambia where there are a handful of observations, surprisingly perhaps mostly from the Upper River Division. The ABC Recent Reports mention one exception, of a bird disturbed while roosting at Pirang, close to Banjul, on 16 February 2003. Olly Fox kindly supplied two recent records from Kartong Bird Observatory, on the coast right on the border with Casamance: 30/10/15 and 24/11/17, both of singles flushed from dry grass/scrub amongst dune vegetation (again, a coincidence? With now nine records in just as many weeks we can clearly talk of an influx in Senegambia this year!).

Borrow & Demey show records of vagrants in Guinea and in Liberia, with one record each: a very old one from the Fouta-Djallon (Maclaud 1906, see Morel & Morel 1988, Liste des oiseaux de Guinée), while the observation in Liberia was of a bird “hunting insects every evening 18 November to 10 December 1983 on a road passing through a high grass savanna clearing at Tuzon” (Gatter 1998, Birds of Liberia). There also is one record further south, in Cameroon on 14/1/08, of what was obviously a vagrant, flushed “on a lava flow in the southern foothills of Mt Cameroon” (Riegert et al. 2008. The first record of Short-eared Owl Asio flammeus in SW Cameroon. Malimbus 30).

So let’s see if there will be more records this year – I certainly hope so, as it’s always a pleasure to see this special owl, wherever in its wide range that may be (it is indeed an extremely widespread species, with a more or less continuous breeding range throughout Eurasia, in North America, and even the Caribbean and South America).

 

ShortearedOwl_Gandiol_20171225_IMG_7228

 

Post updated with records supplied by Simon Cavaillès, Oliver Fox and Jos Hooijmeijer (many thanks!)

 

 

La réserve naturelle de Popenguine

On a déjà parlé à plusieurs reprises de cette réserve si particulière, notamment pour vous faire part d’observations de Monticoles ou des Bruants d’Alexander, deux espèces emblématiques du site. J’ai eu la chance d’y faire une visite matinale il y a une quinzaine de jours, avec comme toujours des observations intéressantes à rapporter; d’autres ornithos ont également pu y faire des obs remarquables ces dernières semaines. C’est donc l’occasion de faire un rapide tour d’horizon de ce qu’on peut voir comme oiseaux à Popenguine, cette ancienne mission catholique qui de nos jours tient tout autant de la tranquille station balnéaire, du village sénégalais endormi et poussiéreux, que du lieu de pèlerinage et de culte.

Si cet espace naturel est protégé depuis longtemps (1936!), c’est à Charles Rouchouse (de l’ORSTOM, l’IRD de l’époque) qu’on doit la création de la réserve naturelle, en 1986, suite à quoi une meilleure protection est mise en place; vous pouvez en lire un peu plus sur l’histoire du site ici. Le milieu – principalement une savane arborée soudano-sahélienne – s’est bien rétabli depuis la création de la RNP, et les 1’009 ha que compte la réserve valent la peine d’être explorées à toute saison. Actuellement les quelques visiteurs se limitent généralement aux falaises, mais il y a sans doute de quoi parcourir à l’intérieur du périmètre. Je devrais vraiment y aller plus souvent, et prendre du temps pour explorer cette partie moins bien connue! Peut-être l’occasion de tomber sur une des espèces de mammifères qui auraient refait apparition depuis la création de la réserve, dont la présence de certains serait plutôt étonnante (en même temps, les bêtes à poils je ne m’y connais pas trop!) : sont mentionnés le Guib harnaché et même le Céphalophe de Grimm, la Hyène tachetée, Civette, Genette, Loup africain, et Porc-épic. Et il y a bien sûr les deux espèces de singes (Patas et Cercopithèque, le “singe vert”), Ecureuils fouisseurs et Lièvres du Cap qu’on aura plus de chance à voir que les autres espèces citées, bien plus farouches ou nocturnes.

Popenguine_20171113_IMG_5665

Vue vers le nord depuis le sentier de la falaise, un matin brumeux de novembre… Au fond, le village de Popenguine

 

Mais revenons-en aux oiseaux, à commencer par les “grives des rochers”: je me contenterai de partager ces quelques clichés lointains des Monticoles bleus, et de dire que l’espèce était déjà présente le 15 octobre cette année. Et que lors de ma dernière visite il y avait 2-3 oiseaux (un mâle, un type femelle) sur les falaises, plus un oiseau bien moins attendu car posé sur des bâtiments en limite du village, sur la partie haute non loin de la réserve. En fait c’est en quittant la chambre d’hôtes où nous étions logés, tôt le matin du 13/11, que j’ai pu voir un oiseau sur la villa même! Plus tard en milieu de matinée, rebelotte mais cette fois sur une maison voisine en construction (comme 90% des maisons sénégalaises!) d’où il a chanté un peu. Pas vu de Monticole de roche cette fois, donc pour l’instant j’en reste à notre seule et unique obs de février 2016 pour cette espèce, qui à en croire les quelques données historiques pourrait bien être régulière dans le secteur.

BlueRockThrush_Popenguine_20171113_IMG_5671

Blue Rock Thrush / Monticole bleu, Nov. 2017

BlueRockThrush_Popenguine_20171113_IMG_5668

Blue Rock Thrush / Monticole bleu, Nov. 2017

 

Autre spécialité du site, les Bruants d’Alexander, anciennement connu comme Bruant cannelle mais dont la sous-espèce ouest-africaine a été splittée. Les bruants sont généralement faciles à trouver le long du sentier arpentant les falaises du Cap de Naze. L’an dernier on a eu un beau mâle peu farouche (photo d’en-tête), cette fois 2-3 oiseaux dont cet individu que j’ai identifié comme un juvénile au plumage frais:

GoslingsBunting_Popenguine_20171113_IMG_5661

Gosling’s Bunting / Bruant d’Alexander juv., Nov. 2017

 

Pas vu d’Hirondelle des rochers par contre, mais cet hivernant du bassin méditerrannéen est visiblement toujours hivernant ici car on vient de me signaler la présence d’au moins un individu samedi dernier (25/11; Carlos et trois ornithos danois de passage; addendum février 2018: on a pu en voir au moins 12-15 fin décembre et début janvier). Ci-dessous une ancienne photo faite sur place par Paul, avec des précisions quant au statut dans la sous-région de cet oiseau d’observation très rare hors des falaises de la RNP ici:

044web

Crag Martin / Hirondelle de rochers, Feb. 2012 (Paul Robinson)

 

La Pintade de Numidie et la Poulette de roche sont relativement communes dans la réserve, et je suppose qu’il en soit de même pour le Francolin à double éperons. Outarde à ventre noir, Caille des blés et Turnix d’Andalousie ont tous été observés en mai ’86.

Dans le registre des rapaces, citons les Balbuzards et Circaètes Jean-le-Blanc dont plusieurs individus hivernent dans le secteur, mais aussi le Circaète brun, le Busard des roseaux, l’Epervier shikra, le Faucon crécerelle ou encore ce Faucon de Barbarie vu en novembre 2016, et il est probable que les Faucons lanier et pèlerin se montrent aussi au moins de temps en temps car ces deux espèces affectionnent particulièrement les sites rupestres (elles sont d’ailleurs incluses dans l’inventaire de Rouchouse). Et puis il y a ce Faucon hobereau et cette Bondrée apivore vus le 15 octobre dernier par Miguel: deux espèces rarement notées par ici. Je soupçonne d’ailleurs qu’aussi bien en automne qu’au printemps il doit être possible d’observer la migration active de certains rapaces longeant la côte: le Cap de Naze pourrait bien se révéler un site d’observation intéressant pour le suivi de la migration des rapaces.

ShorttoedEagle_Guereo_20171112_IMG_5639

Short-toed Eagle / Circaète Jean-le-Blanc, Nov. 2017

 

Les falaises attirent, logiquement, bon nombre de martinets, chassant au raz des sommets – souvent très venteux! – ou au-dessus de la mare. En saison d’hivernage, les Martinets cafres sont à rechercher parmi les nombreux Martinets des maisons. Les Martinets noirs et pâles sont probablement réguliers lors des deux passages. A toute saison il doit être possible de voir le Martinet d’Ussher. tout comme le Martinet des palmes. Et lors de ma dernière visite, j’ai eu la surprise de voir deux Martinets à ventre blanc ici. Ma première obs au Sénégal, et apparemment une bien rare donnée pour le pays: avant 1995, seulement quatre observations étaient connues (une de Richard-Toll, trois du Niokolo-Koba), auxquelles il faut ajouter au moins une observation à Popenguine même, par C. Rouchouse, en avril 1986, que ni Morel ni Sauvage & Rodwell n’ont mentionnée. Je n’ai trouvé que quelques mentions récentes, notamment de ce dernier lieu mais aussi d’un oiseau ayant percuté l’hôtel du Djoudj en mars 2012. Ce martinet doit pourtant être plus régulier que cela au Sénégal, mais comme l’ont montré les chercheurs de la Station Ornithologique Suisse à l’aide de leur radar en Mauritanie, les Martinets à ventre blanc migrent souvent trop haut pour être détectés par les observateurs!

Mottled Spinetail / Martinet d'Ussher

Mottled Spinetail / Martinet d’Ussher, Nov. 2016 (A. Barbalat)

 

La savane arborée et les buissons autour de la mare sont particulièrement attrayants pour toute une série de passereaux migrateurs – en gros les usual suspects tels que Rougequeue à front blanc, Hypolais polyglotte, divers pouillots, Fauvettes grisette et passerinette; Gobemouches noir et gris; la Pie-grièche à tête rousse. Aux Hirondelles de Guinée et des mosquées se mélangent des cousines nordiques comme ces quelques Hirondelles de rivage vues lors de ma dernière visite. Pipits des arbres et rousseline, Traquets motteux etc. sont à rechercher dans les zones plus ouvertes.

Charles Rouchouse avait d’ailleurs bien mis en évidence la migration active des hirondelles et martinets, dans son rapport du début des années 1980. Intitulé Mission ornithologique au Cap de Naze (Petite Côte, Sénégal) : le Cap de Naze, nouvelle réserve naturelle au Sénégal, ce pavé reste la seule référence de l’avifaune de la RNP. Peut-être qu’un jour on mettra à jour la liste, surtout si on arrive à visiter un peu plus souvent. Il faudra dans ce cas faire un peu le tri entre les données anciennes qu’on considèrerait aujourd’hui comme “douteuses”, car la liste comporte visiblement des erreurs et des données suffisamment extraordinaires qu’il aurait fallu mieux documenter, comme le Traquet deuil, le Traquet à front blanc, les Bruants fou et striolé.

Les Agrobates roux et podobé se côtoient à Popenguine: une bonne opportunité pour comparer leurs chants assez semblables, mais qu’une oreille aiguisée pourra différencier. Des petites bandes de Traquets bruns sont à rechercher dans les pentes érodées, notamment dans le vallon derrière le Cap de Naze. Le Merle africain a été vu près de la petite lagune, tandis que le Pririt du Sénégal et l’Erémomèle à dos vert peuvent se croiser tout au long du sentier longeant la falaise. D’autres passereaux africains incluent le Sporopipe quadrillé (vu en décembre 2017), les Euplectes franciscain et monseigneur, le Beaumarquet melba et son parasite la Veuve du Sahel, ou encore le Serin du Mozambique. Il y en a sans doute d’autres, comme potentiellement le Mahali à calotte marron qui est inclus dans l’inventaire sans autre précisions.

Les Coucous de Levaillant et didric sont observés – et surtout entendus – en saison des pluies, tout comme les Martin-chasseurs du Sénégal et à tête grise, le Martin-pêcheur huppé, et même le Martin-pêcheur pygmée dont un individu est vu le 13/11 dernier. Le Martin-chasseur strié et le Coucou-geai sont mentionnés par Rouchouse.

La mare regorge souvent d’aigrettes et de hérons (pas moins de 63 Hérons cendrés récemment), et est également fréquentée par quelques limicoles: chevaliers surtout, mais aussi la Rhynchée peinte et même un Bécasseau tacheté vu en mars 2013 par Simon Cavaillès. D’autres oiseaux d’eau qu’on peut y voir sont notamment le Grèbe castagneux et parfois le Goéland d’Audouin. Cote mer, il y a possibilité de voir diverses sternes et laridés, Fou de Bassan et labbes en saison, Pélicans gris, et avec un peu de chance un Fou brun (vu en janvier 2018).

Popenguine-mare_20171112_IMG_5657

 

La visite de la réserve de Popenguine en vaut vraiment la peine, ne serait-ce que pour apprécier le paysage et pour faire une peu de marche en relief. Il ne vous en coûtera que 1’000 CFA pour le droit d’entrée, à payer aux bureaux de l’équipe de la Direction des Parcs Nationaux, juste avant l’entrée de la réserve, avec possibilité d’engager un guide pour vous accompagner pendant la visite, a 5’000 CFA (au moins un des gardes semble bien connaître les oiseaux!). Popenguine se trouve à moins d’une heure de Dakar, et maintenant que le nouvel aéroport devrait être opérationnel d’ici une semaine, Popenguine deviendra sans doute un lieu de passage plus courant pour les visiteurs, que ce soit à l’arrivée ou avant le départ, ce qui amènera peut-être un peu plus d’orni-touristes à visiter la RNP.

 

 

La lagune de Yenne-Tode

Comme je le disais déjà dans l’article sur le Chevalier à pattes jaunes de la semaine dernière, la lagune de Yenne est en ce moment un site incroyablement riche en oiseaux. Au point où l’on y trouve actuellement plus d’oiseaux qu’au Technopole¹ – autant dire que ça cartonne!

Lorsque le site est rempli d’eau comme c’est le cas cette année, on trouve là une impressionnante diversité d’oiseaux. Rien qu’en quatre visites en l’espace d’autant de semaines, nous avons pu détecter la présence de pas moins de 144 espèces… Il ne doit pas y avoir beaucoup de sites dans la région de Dakar où il est possible de voir plus de 100 espèces en une matinée! Autant dire que c’est notre site favori du moment.

Il semblerait cependant que la situation soit très variable d’une année à une autre, comme en témoignent les deux articles de Paul dans lesquels il est question de cette zone: lire ici (octobre 2011) et là (octobre 2013), deux visites lorsque le site était largement en assec. Quoiqu’il en soit, cette lagune mérite bien d’être protégée et préservée, alors qu’actuellement elle ne bénéficie d’aucun statut de protection… ce qui vaut bien malheureusement pour la plupart des zones humides autour de la capitale: Technopole, les lacs de Malika et Mbeubeusse, les niayes du secteur Lac Rose – Kayar – Tanma, etc. A Yenne, les travaux routiers ont visiblement changé la dynamique hydraulique, et les premiers signes annonciateurs d’extension de la zone d’habitation à venir sont déjà là, y compris DANS une ancienne partie de la lagune.

Pour s’y rendre, voir Google Maps. A noter que le nom du site peut aussi s’écrire comme Yène Tode, Yene-Todé, et autres variantes. La visite pourrait se faire en combinaison avec une virée du côté de Popenguine ou de Toubab Dialaw, voire avec le Lac Rose qui n’est pas très loin, mais il faut prévoir 2-3 heures au minimum.

Yenne_20171113_IMG_5712

 

Dans cette vaste zone humide on trouve en ce moment des canards en nombre, avec plus d’un millier d’individus de six espèces en tout lors de nos quatre visites ces dernières semaines: Dendrocygne veuf (plus de 500 le 18/11!! Et deux canetons âgés de deux semaines le 21/10, ML), +90 Canards souchets, +420 Sarcelles d’été, même des Canards pilets (env. 20 le 13/11). Le 29/10, Miguel a eu la chance de trouver une famille (locale?) de Canards à bosse et, surtout, une Oie-armée de Gambie, palmipède visiblement rare dans la région dakaroise. Mais ce sont donc surtout les canards européens dont les effectifs sont impressionants: à mettre en relation avec le manque d’eau sur d’autres zones humides, comme le lac Tanma mais surtout le Bas-Delta du Sénégal, qui connaîtrait un déficit pluviométrique important cette année?

Yenne_20171113_IMG_5743

 

Les limicoles aussi profitent de cette grosse mare temporaire: plus d’une douzaine de Jacanas à poitrine dorée se nourrissant sur les nénuphars (y compris deux jeunes probablement nés localement), bien entendu les éternels Vanneaux éperonnés mais aussi à tete noire, ces derniers dans les parties plus sèches de la zone. Samedi dernier il y avait aussi cinq Avocettes, et de nombreuses Echasses blanches bien sûr, tout comme les Grands Gravelots mais aussi pour une fois des Petits Gravelots ainsi que quelques dizaines de pâtres, tout comme un Gravelot à collier interrompu vu samedi dernier. Les vasières abritent aussi pas mal de Pluviers argentés, quelques Barges à queue noire et une rousse, 5 Courlis corlieux le 29/10, des Becasseaux sanderlings, minutes, variables, cocorlis, et même maubèches… Cette dernière espèce semble d’ailleurs plus fréquente que d’habitude cet automne. Les sympathiques Tournepierres à collier se baladent entre tout ce beau monde, cherchant un caillou ou un coquillage à retourner… tandis que Chevaliers stagnatiles, aboyeurs, gambettes, sylvains, culblancs, et guignettes fréquentent les secteurs légèrement plus profonds du plan d’eau principal, tout comme plus d’une centaine de Combattants variés. Quelques Bécassines des marais se cachent dans la vegetation, tout comme au moins trois Rhynchées peintes.

Soit pas moins de 29 (!) espèces de limicoles pour l’instant, et je suis sûr qu’il nous en manque encore des réguliers, comme l’Huîtrier pie ou le Vanneau caronculé.

AfricanJacana_Yenne_20171113_IMG_5718

African Jacana / Jacana a poitrine doree

Avocet_Yenne_20171118_IMG_6064

Avocet(te)

MarshSandpiper_Yenne_20171113_IMG_5763

Marsh Sandpiper / Chevalier stagnatile

Ruff_Yenne_20171113_IMG_5749

Ruff / Combattant varié

Du côté des laridés et des sternes, on trouve un peu de tout: quelques Mouettes à tête grise et surtout des rieuses et des Goélands raillers, parmi lesquels samedi dernier se trouvaient au moins quatre Mouettes mélanocéphales; le Goéland d’Audouin tout comme quelques Goélands bruns doivent être réguliers ici. Plusieurs centaines de Sternes caugeks semblent régulièrement utiliser le site comme reposoir, accompagnées par quelques royales, voyageusescaspienneshansels, naines et pierregarins en petit nombre. Les Guifettes noires étaient assez nombreuses fin octobre surtout, lorsque Miguel a aussi pu identifier une leucoptère.

MediterraneanGull-CaspianTern_Yenne_20171118_IMG_6084

Caspian & Sandwich Tern, Slender-billed & Mediterranean Gull / Sterne caspienne & caugek, Goélands railleurs, Mouette mélanocéphale

 

Les grands échassiers ne sont pas en reste: hérons et aigrettes de toutes sortes bien sûr, dont les Herons pourpré et mélanocéphale et le Crabier chevelu, et même un Blongios de Stürm (Least Bittern!), à ma connaissance la première obs dakaroise. C’est Miguel qui a eu la chance de se retrouver nez à nez (à bec?) avec ce minuscule héron, un jeune individu, juste le temps de faire une photo témoin. Samedi dernier il y avait également au moins trois Ibis falcinelles – mes premiers de l’automne – et 1-2 Spatules blanches sont observées lors de nos deux dernières visites.

Parmi les autres oiseaux d’eau, citons les deux espèces de pélican, la Talève sultane (une le 29/10), même la Foulque macroule (deux les 21 et 29/10, ML) et le Grèbe castagneux qui est nicheur ici. Et il doit bien de temps à autre se cacher une marouette dans la végétation palustre!

Il y a aussi les Balbuzards bien sûr, mais aussi plusieurs Busards des roseaux, un Circaète Jean-le-Blanc (13 & 18/11), Shikra (29/10), et samedi dernier aussi ce que nous avons identifié comme un jeune Circaète de Beaudouin, un Faucon lanier, et un Faucon chicquera.

Les passereaux migrateurs paléarctiques abondent en ce moment, que ce soit dans les acacias et tamaris (Rougequeue à front blanc, Fauvettes passerinette et grisette, Hypolaïs polyglottePouillots véloce et fitis) ou dans les scirpes et les abords du plan d’eau (Phragmite des joncs, Bergeronnettes grise et printanière, Pipit des arbres, Traquet motteux). Des visites régulières lors de l’hiver nordique révèleront sans doute d’autres passereaux encore.

Parmi les locaux, citons entre autres l’Alouette chanteuse, le Moinellette à oreillons blancs, la Veuve à collier d’or ou encore l’Astrild cendré. Le Cou-coupé semble relativement commun, y compris dans le village même. Deux Pipits à dos uni sont identifiés par Miguel le 29/10. Et aussi, bien curieusement, le Bruant d’Alexander! Le 18/11 nous avons eu la surprise de voir un jeune oiseau posé au bord de la lagune, bien loin de ses milieux de prédilection rocailleux. Sans doute un individu en dispersion depuis les collines de Toubab Dialaw (où il pourrait nicher) ou les falaises de Popenguine.

Enfin, une mention speciale pour le Coucou-geai et le Martinet pâle vus le 29/10, et cette Tourterelle pleureuse le 18/11.

BlackcrownedSparrowLark_Yenne_20171113_IMG_5726

Chestnut-backed Sparrow-Lark / Moinelette à oreillons blancs

 

 

¹ Et justement au Technopole, quoi de neuf me demanderez-vous? Rien de bien exceptionnel lors de mes trois dernières visites! Tout de même un ajout à la liste: le Souimanga pygmée vu le 8/11 près du Club House. Des ornithos de passage y ont récemment noté la Rhynchée peinte que je n’ai pas vue depuis un bon moment ici, et aussi et surtout le Faucon de Cuvier qui ne figurait pas encore sur la liste. Le niveau d’eau est déjà assez bas, ce qui fait que les conditions sont bonnes pour bon nombre de limicoles (dont 10 Maubèches le 19/11) et de laridés (première Mouette mélanocéphale de la saison le 19/11) mais aussi pour les canards qui sont présents en nombres plus importants que ces trois dernières années: jusqu’à 45 Sarcelles d’été, 90 Canards souchets (premiers le 8/10), et même cinq Pilets dimanche dernier. Par contre, ça risque de s’assécher rapidement au cours des prochains mois, donc je doute qu’il restera beaucoup d’eau au printemps prochain… à suivre.