A Mystery Shrike

Yesterday, Gabriel and I paid a visit to Lac Tanma – our first of the season and of what will hopefully be a series of regular visits there.

We’d barely arrived near the lake, after a couple of failed attempts to find a driveable track towards the lake (too muddy!), when we noticed a shrike sitting on top of a thorny bush. The overall appearance was that of a fairly large, greyish shrike, but quite a few things were just wrong for a Southern Grey Shrike (which given the time of the year would have been surprising to see here, as it typically shows up between December and February/March).

Suspecting a hybrid, we took a number of pictures before the bird flew off, which allowed us to compare with photographs and descriptions of known hybrids. I vaguely remembered that a few years back (it turns out this was in 2010) a similar hybrid had been reported from the French Jura, and that there was a drawing of another French bird in the excellent Shrikes – A Guide to the Shrikes of the World (Lefranc & Worfolk 1997).

This is what our bird looked like:

WoodchatxRedbackedShrike_LacTanma_20170826_IMG_3911

 

In typical shrike fashion, this bird had a distinctive black “Zorro mask” with an otherwise grey head and largely grey back (faintly mottled brown); white scapulars; black wings with a fairly large, elongated off-white patch at the base of the primaries; entirely pale salmon-pink underparts (from the throat all the way to the vent); and a white rump contrasting with its long black tail. In the field we noted some narrow pale borders to tertiaries, but these are not well visible in the pictures.

While a lot of hybrids between two bird species typically resemble both parents in one way or another, showing intermediate characteristics, this is not the case here. Our bird superficially looks like a Southern Grey Shrike, but clearly isn’t one: the buffish underparts especially, but also the seemingly all-dark tail (no white outer rectrices) and the lack of distinct white markings on the tertials and secondaries. Moreover, the structure and size – even though our bird seemed quite large – were not right for Southern Grey which is larger and more powerful (cf. a couple of pictures taken last winter in Palmarin). The same pretty much applies to Lesser Grey Shrike, which in addition has a black mask that extends to the forehead and lacks the white scapulars.

So who are the parents? Based on comparisons with pictures of hybrid shrikes and with the drawing and description in Lefranc & Worfolk, these types of birds are considered to be hybrid Woodchat x Red-backed Shrikes. The former is the most common Palearctic shrike species in Senegal, while the latter doesn’t usually occur in West Africa. The black mask, grey head, and “pinkish-white” underparts are typical of Red-backed, while the white scapulars, rump and wing patch are indicative of Woodchat. The grey back is a bit odd but has also been observed on other presumed hybrids with these two species as parents, and the faint brownish mottling hints at a hybrid origin. Another option would be a hybrid Woodchat x Lesser Grey Shrike, though there’s apparently only one such suspected bird that has been observed, in Hungary in 1979 (Handbook of Avian Hybrids of the World, McCarthy 2006). Much less likely, and one would expect at the minimum a black front on such hybrids¹.

WoodchatxRedbackedShrike_LacTanma_20170826_IMG_3916

Woodchat x Red-backed Shrike / Pie-grièche à tête rousse x écorcheur

WoodchatxRedbackedShrike_LacTanma_20170826_IMG_3921

Woodchat x Red-backed Shrike / Pie-grièche à tête rousse x écorcheur

WoodchatxRedbackedShrike_LacTanma_20170826_IMG_3917

Woodchat x Red-backed Shrike / Pie-grièche à tête rousse x écorcheur

 

Now compare our bird with the painting of a hybrid noted in France in 1995, fig. 26g:

IMG_3926

Source: Lefranc & Worfolk (1997)

Comments on the identification of this bird are more than welcome of course!

As far as I know, this is the first record of such a hybrid in (West) Africa; all other published data are from birds on migration or on breeding grounds in Europe. In recent years there’s been one such bird in Switzerland (April 2014), one in the French Lot department (May 2014), while hybrid males have bred (successfully!) with female Red-backed Shrikes in  2005 in South-East Belgium (short note available in PDF here), and in 2010 and 2011 in France. Pictures of the 2010 Jura bird can be found e.g. here and here. At least 12 mixed pairs have been found in France, but it seems that nothing is known on the whereabouts of these birds outside the breeding season: do they migrate to East Africa just like Red-backed Shrikes, or can they be found anywhere in Woodchat Shrike’s wintering grounds? Lefranc & Worfolk describe the latter as “a vast belt running across the African continent just south of the Sahara and largely north of the huge forest areas”. Our observation would suggest that they can show up anywhere in that area.

Other than our peculiar shrike, we had a pretty good morning out birding, with close to 100 species seen. Lac Tanma didn’t hold an awful lot of waders (a few hundred only, mostly Black-winged Stilts) but we did confirm breeding once again of Kittlitz’s Plover, while a female Knob-billed Duck also showed signs of breeding as it was seen flying around several times (and sometimes calling, which is associated with courtship behaviour). There were about 250 Greater Flamingos (and ca. 220 more at lac Mbaouane), several Gull-billed, Caspian, and White-winged Terns, but very few herons. A surprise find was that of three Spotted Thick-knees on the edge of the lake’s floodplain, quite close to the main road. Several Diederik, African and Jacobin Cuckoos were seen or heard, as were a few Broad-billed Rollers (another wet season visitor) and a single Purple (=Rufous-crowned) Roller. As usual, Mosque Swallows were hawking insects above the lake shore and the baobab forest; the latter also had a singing Hoopoe and several Woodland and Grey-headed Kingfishers. Besides the shrike, the only European songbirds that we spotted were two Melodious Warblers.

A Purple Heron at a small marsh near the village of Beer was my first of the season; we also found African Swamp-hen, Red-eyed Dove, and African Thrush here. Lac Mbaouane was visited only briefly and we just scanned the NW side of the lake, which had a few dozen Common Ringed Plovers and some Little Stints, while a few Blue-cheeked Bee-eaters were flying over and a Red-necked Falcon dashed over the lake as it was hunting.

IMG_3923 (2)

Lac Mbaouane

 

(Regular readers will wonder what’s happening at Technopole. Well, I paid my first visit in three (!) weeks this morning, together with Theo. Water levels are rising with every shower, so conditions are getting less ideal for waders. Still a few hundred Ruffs, some Curlew Sandpipers, ca. 50 Sanderling and a few Little Stints, a handful of Black-tailed and a single Bar-tailed Godwit, Marsh, Green, Wood & Common Sandpipers, Greenshank, Redshank, a few migrating Whimbrels, etc. Also Shikra, a Hoopoe, and again a Broad-billed Roller to name but the most interesting records. The most unusual record this past week was actually one from Almadies: a Hadada Ibis flying over our house one morning! More on that one later, if I get the chance to write something up.)

 

¹ N. Lefranc mentioned that a mixed pair senator x minor was found in France last year. And that so far, no hybrid or mixed pairs senator x meridionalis have been recorded.

Advertisements

The Dakar Vultures once again / Les vautours dakarois, une fois de plus

(version française en bas, sous les photos)

Short post today, simply to announce that last month a paper on our study on Dakar’s Hooded Vultures was published in Ostrich, the Journal of African Ornithology.

“The decline of an urban Hooded Vulture population in Dakar, Senegal, over 50 years” describes in more detail the findings that were presented at last year’s PAOC by lead author Wim Mullié, and is part of a special vultures issue of the journal. This allowed us to further refine our analyses and to dig a little deeper into the possible causes of the important decline – which even if they remain unconfirmed hypotheses, are likely to provide better insights into the species’ requirements in terms of feeding, nesting and roosting. And which hopefully will contribute to specific protection measures.

I’m pleased to announce that I can share the paper freely through this blog, hoping that it may be of interest to some of our readers: click HERE to download the PDF version of the article (2 MB); for those with less time I’ve copied the abstract here:

As in many West African cities, in Dakar Hooded Vultures Necrosyrtes monachus have always been characteristic urban scavengers. The recent decline of Hooded Vultures in other parts of Africa, mainly eastern Africa, has been the reason in 2015 for up-listing of its status by the IUCN in the Red List of Threatened Species to Critically Endangered. As the Hooded Vulture is still common in the Lower Casamance, Senegal, in the Western Region of The Gambia and in Guinea-Bissau, without clear signs of a recent decrease, a survey of its current status in Dakar was undertaken and compared with historical data over the past 50 years. A strong decrease of >85% was noted from 3 000 individuals in 1969 to 400 in 2016. This decline is on the high end of the decline noticed over much of its range but in striking contrast with the apparently stable populations along the West African coast more to the south (The Gambia to Guinea). Likely causes are (1) exponential urbanisation resulting in loss of feeding sites and reduced food availability, (2) increased poisoning of feral dogs with strychnine sulphate due to an upsurge of rabies and (3) increased disappearance of suitable trees for nesting and roosting.

Fred Bacuez kindly informed me that the paper was also referenced on the website of the Vulture Conservation Foundation, who highlight the importance of the Vulture Multi-Species Action Plan (MsAP), which “includes all African vulture species [and which] will hopefully be approved by all signatory states in the next Conference of the Parties this fall, and will then be a significant tool to address these massive poisoning incidents and therefore revert the continuing decline of African vultures.” This is much needed of course, but ultimately it will come down to implementing substantial conservation actions – a large part of which comes down to sensitising and educating local communities, and to adequate law enforcement to stop the trade in vulture parts.

 

HoodedVulture_Almadies_20160303_IMG_2347

Hooded Vulture / Vautour charognard imm. aux Almadies

Hooded Vulture / Vautour charognard

Hooded Vulture / Vautour charognard ad. aux Almadies

 

Billet rapide (mais bilingue!) aujourd’hui, simplement pour annoncer la publication, le mois dernier, de l’article résultant de notre étude sur les Vautours charognards de Dakar, dans le journal d’ornithologie africaine Ostrich.

Intitulé “Déclin d’une population urbaine de Vautours charognards Necrosyrtes monachus sur 50 ans à Dakar, Sénégal”, l’article décrit de manière plus détaillée les résultats que Wim Mullié, l’auteur principal de l’article, avait déjà présentés lors du congrès d’ornithologie panafricain (le PAOC) l’an dernier, et fait partie d’un numéro spécial sur les vautours. Ceci nous a permis de creuser un peu plus les analyses et surtout les causes possibles du déclin important – qui même si elles restent à l’état d’hypothèses non confirmées, peuvent aider à mieux comprendre les besoins de l’espèce en matière de nourrissage, reproduction et reposoirs. Et qui, nous l’espérons, pourront contribuer à mettre en place des mesures de protection spécifiques.

J’ai le plaisir de partager l’article à travers ce blog, en espérant qu’il soit utile pour nos lecteurs: cliquez ICI pour télécharger la version PDF (2 MB); le résumé est repris ci-dessous pour ceux qui n’auraient pas le temps (ou l’envie!) de lire l’article entier:

A Dakar, comme dans de nombreux centres urbains de l’Afrique de l’Ouest, les Vautours Charognards Necrosyrtes monachus ont toujours été des charognards caractéristiques de ces villes. Le récent déclin des Vautours charognards dans d’autres parties de l’Afrique, principalement en Afrique de l’Est, a motivé, en 2015, son inscription sur la Liste rouge de l’UICN comme espèce menacée « En danger critique d’extinction ». Cependant le Vautour charognard est encore commun en Basse Casamance (Sénégal), dans la partie occidentale de la Gambie et en Guinée-Bissau sans indicateurs d’un déclin de sa population. Ainsi une enquête sur son statut actuel à Dakar a été menée afin d’effectuer une comparaison avec les données disponibles des 50 dernières années. Une forte baisse (>85%) a été notée de 3 000 individus en 1969 à 400 en 2016. Ce déclin correspond aux chutes des populations ailleurs en Afrique mais contraste avec les populations apparemment stables de la Gambie à la Guinée. Les causes probables de déclin sont (1) une urbanisation galopante entraînant une perte de sites d’alimentation et ene réduction de la disponibilité de nourriture, (2) une intoxication accrue de chiens sauvages avec du sulfate de strychnine due à une recrudescence de la rage et (3) une disparition accrue des arbres appropriés pour la nidification et le repos.

Fred Bacuez vient de m’informer que l’article a été mentionné sur le site web de la Vulture Conservation Foundation, qui soulignent l’importance du Vulture Multi-Species Action Plan (MsAP), qui “inclut toutes les espèces de vautours africains [et qui] sera, on l’espère, ratifié par tous les Etats signataires lors de la prochaine Conférence des Parties cet automne, et qui deviendra alors un outil important pour remédier aux incidents d’empoisonnements massifs en vue d’infléchir le déclin continu des vautours africains.” C’est très nécessaire bien sûr, mais à la fin du compte ce ne sont que des actions concrètes qui pourront aider nos vautours – ce qui revient en grande partie à la sensibilisation et à l’éducation des communautes locales, et à l’application effective des mesures légales pour mettre fin au commerce des parts de vautours.

Et c’est reparti…

…pour une nouvelle saison de seawatch!

Comme l’an dernier, j’espère bien pouvoir assurer un suivi modeste mais régulier de la migration devant la péninsule du Cap-Vert, et ce depuis la fameuse terrasse du Club Calao à Ngor. En fait, le suivi se fait plus ou moins en continu tout au long de l’année, car à toute saison il est possible de voir des mouvements devant ce site privilégié pour l’observation des oiseaux de mer. On l’a déjà présenté à plusieurs reprises dans ces pages, et d’autres ont fait un bon travail de compilation des connaissances sur la migration des oiseaux de mer à Dakar – voir notamment le site “Seawatching in Senegal“, qui n’est malheureusement plus tenu à jour depuis plusieurs années. Je ne résiste toutefois pas à l’envie d’inclure cette photo de la terrasse, prise hier matin entre deux averses.

Ngor_Calao_20170812100005

La terrasse du Calao, entre deux averses…

Avant de passer au passage postnuptial (= la migration ayant lieu après le période de reproduction), faisons rapidement le point sur le cru 2017 pour ce qui est du passage prénuptial, soit grosso modo couvrant la période fin février-début juin. Le suivi n’a pas été très assidu sauf peut-être dans la 2e quinzaine d’avril, et comme toujours je n’ai généralement qu’une heure de libre avant d’aller au boulot… mais on a tout de même pu faire quelques belles obs depuis notre Calao favori:

  • Jusqu’à 5500 Puffins du Cap-Vert (Cape Verde Shearwater) sont vus le 24/4, la plupart se nourrissant ou se reposant pas trop loin de la côte (rien que ça! cet effectif représente une part non négligeable de la population mondiale). La présence de l’espèce a été notée en tout cas entre le 13/3 et le 1/5, bien que des puffins non identifiés mais de type Cap-Vert aient été vus entre le 10/2 et le 3/6.
  • Deux Puffins majeurs (Great Shearwater) sont vus le 25/5, rare donnée de mai pour cette espèce dont on ne saisit pas encore très bien les mouvements devant les côtes ouest-africaines. Un seul Puffin fuligineux (Sooty Shearwater) par contre, le 24/4.
  • Présence d’Océanites de Wilson (Wilson’s Storm-Petrel) début et fin mai avec quelques individus se nourrissant au large.
  • Des Phaétons à bec rouge (Red-billed Tropicbird) isolés sont vus devant Ngor les 26/4 et 3/6.
  • Fou de Bassan (Northern Gannet): vu régulièrement jusqu’au 1er mai (11 individus), suite à quoi des isolés sont vus (toujours le même?) à quatre reprises entre le 14/5 et le 22/6.
  • Un Fou brun (Brown Booby) passe devant le Calao le 2/6, peut-être un des individus fréquentant les Iles de la Madeleine.
  • Trois espèces de labbes dont quelques Labbes à longue queue (les 10/3, 21 et 24/4 depuis la terre ferme, et le 15/4 depuis notre mini-pélagique, photo ci-dessous) (Long-tailed Skua)
  • Passage de Mouettes de Sabine (Sabine’s Gull) les 24 et 28 avril, lorsqu’un total respectable d’au moins 48 individus passent vers le NE (le 30/4, un adulte est vu en migration lors de la traversée vers l’île de Gorée, donc dans la baie de Hann).
  • Une Sterne de Dougall (Roseate Tern) adulte est détectée le 21/4, filant vers le NE.

 

LongtailedSkua_Ngor_20170415_IMG_1173

Long-tailed Skua / Labbe a longue queue 2nd c.y. / 2e a.c. (avril 2017)

 

Le passage “d’automne” a déjà bien commencé pour bon nombre d’espèces, notamment pour plusieurs limicoles comme en témoignent les beaux effectifs présents au Technopole, mais aussi pour les sternes et guifettes. Si l’essentiel est encore à venir, voici déjà quelques moments forts, d’après mes observations étalées entre le 22 juillet et le 12 août (huit séances, la plupart d’une heure environ):

  • Puffin sp.: deux puffins le 22/7 et quatre le 5/8 étaient trop loin au large pour pouvoir les identifier; les premiers étaient “des petits” genre Puffin des Anglais, alors que les seconds étaient des oiseaux de type cendré (Scopoli / cendré / Cap-Vert)
  • Océanite de Wilson: le matin du 22 juillet, par fort vent d’ouest, au moins 50 individus se nourrissent pas trop loin du rivage; deux jours plus tard, par mer calme, il n’y avait plus que trois océanites appartenant très probablement à cette espèce.
  • Passage important de Courlis corlieux (Whimbrel) le 9/8, avec en tout au moins 292 individus de passage en trois heures de temps… le suivi était intermittent, donc certainement que j’ai loupé des groupes. Plusieurs groupes de 50, 60, 80 courlis: impressionnant! Certainement que la pluie intense en fin de nuit devait y être pour quelque chose, car c’est la première fois que j’en vois autant en une matinée (le 5/8, deux vols totalisant 65 individus, en deux heures de suivi).
  • Un Huîtrier pie (Oystercatcher), assez rarement vu à Ngor semble-t-il, au milieu d’un vol de courlis le 5/8.
  • Quatre Labbes à longue queue le 11/8, dont deux adultes clairs, un probable adulte sombre, et un subadulte. Le petit groupe est passé assez près, avant de s’éloigner au large plein ouest – très belle obs comme on en veut encore! Sinon deux obs de labbes sp. loin au large ces derniers jours.
  • Une première Mouette de Sabine adulte le 5/8; comme toujours avec cette espèce elle passe bien au large, mais heureusement elle reste assez facilement identifiable grâce à sont pattern noir/blanc/gris “flashant” si caractéristique.
  • Un possible Goeland dominicain (Kelp Gull) immature est vu le 11/8 – le même que celui (encore non confirmé) du Technopole la semaine dernière?
  • Sterne arctique (Arctic Tern): min. 448 en 3h15 hier matin (mais à noter que la moitié du temps il pleuvait assez fort, stoppant largement le passage en mer). Plusieurs groupes de 50, 60 individus dont plusieurs haut dans le ciel et au moins un groupe qui m’est passé derrière, donc sur la terre ferme: j’ai dû en louper pas mal! Bien entendu difficile d’identifier chaque individu et il y avait certainement quelques Pierregarins (Common Tern) dans le tas, mais pour l’essentiel il s’agissait d’Arctiques adultes. Situation similaire la veille lorsque je dénombre au moins 106 individus en une heure.
  • Les Sternes caugeks et dans une moindre mesure les voyageuses ont commencé à passer ces derniers jours, avec en plus une Sterne naine bien seule au milieu d’un groupe d’Arctiques le 12/8 (+ trois le 28/7). Une Caspienne passe le 11/8, alors que pour les Royales il est toujours difficile de distinguer entre les migrateurs et les oiseaux locaux en vadrouille, même si hier matin l’essentiel des 67 individus filaient bien vers le SO  (Sandwich, Lesser Crested, Little, Caspian, Royal Terns)
  • Guifette noire: au max., une centaine le 11/8 en une heure de suivi.
  • Un Martinet noir (Common Swift) survole l’océan le 5/8 et deux au-dessus du Calao, entre deux averses, le 12 (en Gambie, Clive Barlow rapporte les premiers retours dès le 30/7).

 

SabinesGull_Ngor_18042015_1_edited_small

Sabine’s Gull / Mouette de Sabine (avril 2015)

 

L’an dernier je n’avais fait qu’une poignee de pointages courant septembre et j’ai pu faire vingt-huit séances entre début octobre et fin novembre, totalisant près de 28 heures de suivi… mais je n’ai jamais trouvé le temps d’en faire une petite synthèse. On garde tout ça au chaud et j’espère bien pouvoir compiler ces résultats un jour.

Mais d’abord faut que je retourne suivre le passage 2017… retour à Dakar le 21 pour la suite!

Ngor_Calao_20170812095952

L’îlot devant le Calao, avec au fond l’ile de Ngor

 

 

A New Shade of Pink (Technopole #222)

Yesterday’s weekly Technopole visit once again turned up a new species for the site. I’d been scanning and counting the numerous waders on the SW end of the main lake for over an hour, when I turned my attention the flock of Greater Flamingos that were feeding nearby. Two ringed birds proved to be tricky to read, one ring being very faded and the other one, also on an adult bird, was largely covered in mud – more on this further down in this post. I then started to count the flock, and after reaching the 200 mark (there were a total of 289 birds, so nearly 120 more than last week), I noticed a much hoped-for different shade of pink, darker and more intense: an adult Lesser Flamingo!

LesserFlamingo_Technopole_20170806_IMG_3650

Lesser Flamingo / Flamant nain

 

The noticeably smaller size, bright orange eye, and largely uniform dark crimson bill (or is it vermilion?) bill quickly confirmed the ID.

As far as I know, this is the first record of the species at Technopole, though of course that doesn’t mean that it hasn’t already occurred here: it may well have gone unnoticed or else unreported (which given the lack of any sort of bird observation recording system or central database would not be surprising! More on that in another post…)

It’s definitely not an unexpected addition (as predicted a few months ago), given that the species must regularly migrate along Senegal’s coast between the  Senegal and Saloum deltas. However, neither Morel & Morel nor Sauvage & Rodwell mention the species from the Dakar atlas square. This bird obviously got mixed in with a group of Greater Flamingos, possibly on their way down to the Saloum or moving between post-breeding dispersal areas in the region (Lac Rose, and soon maybe Lac Tanma when it will start filling up).

LesserFlamingo_Technopole_20170806_IMG_3642

Lesser Flamingo / Flamant nain

Lesser Flamingo is listed as a Near-Threatened species on the IUCN Red List of Threatened Species. In short, the “NT” category typically includes declining or otherwise vulnerable species that in the medium to longer term are faced with the risk of extinction; as such they are likely to qualify for a threatened category in the near future. Despite having a vast range in the Old World, covering large parts of sub-Saharan Africa and the Indian subcontinent, Phoenicopterus (or Phoeniconaias) minor breeds only in a handful of sites in the world, with just six main colonies located in Mauritania, South Africa, Namibia, Botswana, the Tanzanian Rift Valley, and NW India. Other sites may be used irregularly, e.g. in Kenya and Pakistan.

Its global population is still pretty substantial with some 2-3 million individuals, mostly in East Africa, but it is extremely vulnerable to changes in conditions of those very few sites, whether induced by climate change or by a range of human disruptions to the environment. For instance, the IUCN species’ fact sheet tells us that “the proposed large-scale soda ash extraction at Lake Natron, the most important breeding colony, although currently on hold, would be disastrous for this species and, were this to happen, the species may qualify for uplisting to a higher threat category.” Read up a little bit more about this conservation issue and the actions that BirdLife and partners have taken here. Excessive predation by Jackals, African Wolves and even Warthogs and Honey Badgers may result in poor or even complete failure of breeding success. And at least in Mauritania poaching is also a problem.

The West-African population is thought to number about 15,000-25,000 birds (compared to over a million for East Africa), concentrated in the lower Senegal valley with the most regular breeding site being the lagoons of Aftout es Sâheli in the Diawling NP in southern Mauritania. Up to 46,500 birds have been counted in the Senegal delta (Feb. 1990), but breeding is not annual: according to Isenmann et al. it occurred only in 1965, 1988 (though all attempts failed that year), 2000, 2005, and 2010; it was suspected but not confirmed in 1998, 1999 and 2007. More recently, the species has bred at least in 2014 (a bit more info is available on the Diawling NP’s website, and see this video from the parc).

LesserFlamingo_Technopole_20170806_IMG_3652

Lesser Flamingo / Flamant nain

Its movements, and generally speaking its overall ecology, are largely dictated by feeding conditions as it is a highly specialised species; as a result, birds tend to respond rapidly to changing water levels and food availability (spirulina and other blue-green algae, small invertebrates). Fun fact: the Lesser Flamingo’s bill contains up to 10,000 microscopic lamellae!

At least one of the ringed Greater Flamingos was Spanish: I don’t have full details as I’m yet to submit the sighting, but judging by the code (white ring with black inscription “2|CZR”) it’s a bird that was ringed in 2013 at the Laguna de Fuente de Piedra in Malaga, which is also the origin of one born in 2014 and seen in June 2015 at Technopole. Coincidentally, the three ringed birds from the Camargue that I found last year were seen on the same date as yesterday’s birds: 6 August.

GreaterFlamingo_Technopole_20170806_IMG_3596

Greater Flamingo / Flamant rose

Other than that, there was an interesting gull that will require a bit more work, and probably better pictures, in order to establish its ID. I’m suspecting Kelp Gull because of the massive bill and the large, stocky appearance, but am by no means a gull expert and will want to consult a few others first (contributions welcome!). I’ll get back to this one in due time – if it is indeed a Kelp rather than Lesser Black-backed Gull, one of which was present nearby, then it would mean yet another potential addition to the site list.

Gullspec_Technopole_20170806_IMG_3625

Kelp Gull? / Goéland dominicain?

 

As I mentioned, I’d been counting waders for the first hour or so, which I continued doing on the opposite end of the pool close to the golf club house, where more birds were feeding. This resulted in some pretty good numbers especially for Ruff with a minimum of 598 (!) birds, at least one of which was colour-ringed with a yellow flag in combination with other rings – unfortunately it flew off shortly after I’d found it, never to be seen again… probably a Dutch bird. Some of the males were still largely in breeding plumage, such as this one:

Ruff_Technopole_20170806_IMG_3674

Ruff / Combattant varié

 

Another wader highlight was the very decent diversity of calidris sandpipers: two summer-plumaged adult Dunlins, no less than seven Knots (my highest count here), with a supporting cast of several Curlew Sandpipers (9), Sanderlings (11) and Little Stints (12). There were now only 22 Black-tailed Godwits and just one Marsh Sandpiper, while the four Avocets seem to have finally moved on. Two Common Sandpipers on the other hand were most likely newly arrived birds.

 

[Note (13/8/17): it turns out that the Lesser Flamingo had already been photographed on August 3rd by J-M Dupart, but apparently was not identified at such at the time; I triple-checked my pictures of the flock that was present on 29/7 but it definitely wasn’t present at the time.]

La RNC du Boundou: observations d’oiseaux en saison sèche 2016/2017

Bien loin des portes de Dakar ou de Saint-Louis, il y a un petit coin du Sénégal qui résiste à l’indifférence environnementale généralisée: la réserve naturelle communautaire du Boundou.

Nous en avions déjà parlé l’an dernier lorsque Jean Delannoy avait établi la liste commentée des oiseaux de la réserve, agrémentée d’une petite présentation et de quelques beaux clichés d’espèces phares du site: (re-)lisez l’article ici.

Four-banded Sandgrouse / Ganga quadribande

Four-banded Sandgrouse / Ganga quadribande (J. Delannoy)

Cette fois, c’est Gabriel Caucanas, volontaire de Solidarité Internationale au Conservatoire de la RNC du Boundou, qui nous présente un rapport ornithologique de la saison sèche 2016/2017.

Si la lecture d’un tel rapport, qui se limite souvent à une longue liste d’espèces pleine de dates, d’effectifs maximaux et autres données de nidification, vous parait rébarbative, détrompez-vous! Ce rapport est vraiment très accessible et est très agréable à lire. Et de plus il est richement illustré, présentant bon nombre des espèces vues au cours de la période. Merci donc au Chargé d’appui à l’éducation, à l’environnement, au développement local et aux suivis écologiques!

De plus, une telle liste présente bien sur un intéret ornithologique certain. Pas moins de 28 nouvelles espèces ont été ajoutées à la liste des oiseaux de la RNCB cette saison. Au total, 195 espèces ont été observées du mois d’octobre 2016 au mois de mai 2017. La liste des oiseaux de la réserve compte ainsi 234 espèces au 1er juin 2017.

L’observation la plus marquante est peut-être bien celle d’un piaf plutot inattendu: le Moineau domestique! Au moins un couple a été observé et photographié dans le village de Sansanding du 12 décembre au 23 avril, ce qui semble constituer une nouvelle extension de son aire de répartition connue. Espèce commune à Dakar et dans bon nombre de localités côtières, il n’en est pas autant à l’intérieur des terres où le moineau ne semble pas encore bien implanté. Parmi les  autres “premières” pour le site se trouvent bon nombre de migrateurs paléarctiques, mais aussi quelques africains, migrateurs (Blongios de Sturm, Least Bittern), erratiques (Courvite à ailes bronzées, Bronze-winged Courser) et résidents (Gladiateur de Blanchot, Grey-headed Bush-shrikeBruant à ventre jaune, Brown-rumped Bunting).

Vous pouvez consulter le rapport complet (en format PDF) directement sur le site de la RNCB.

AfricanHarrierHawk_Boundou_IMG_1224_done-G-Caucanas

African Harrier-Hawk / Gymnogene (G. Caucanas)

 

Remarquablement bien suivi, ornithologiquement parlant, Boundou, c’est bien plus que les oiseaux: on avait déjà mentionné la présence de la Gazelle à front roux, du Lion, duLéopard, de l’Hippopotame ou encore du Ratel. Mais ça ne s’arrête pas là… preuve en est ce superbe Serval que Gabriel a eu la chance de voir en juin dernier. Que je suis jaloux! Faudra vraiment que je réussisse à me rendre sur place un de ces jours…

Serval_GabrielCaucanas_juin2017_RNCBoundou

Serval (G. Caucanas)

 

Le Technopole en juillet

Ça y est, la première grosse pluie de la saison vient de tomber! Gros coup de vent avant-hier soir, puis averse soutenue pendant au moins deux heures. Le début de la saison humide (et chaude! 29°C samedi matin à 7h…) amène de nouveaux oiseaux et coïncide aussi avec l’arrivée de bon nombre de migrateurs européens.

Mon dernier post sur notre hotspot dakarois favori remonte à début juin déjà, donc il était grand temps de rattraper ce retard. Ce n’est pas faute d’observations mais plutôt faute de temps que je n’ai pas eu l’occasion de vous tenir au courant des dernières nouvelles. Bien sûr il y a eu une toute petite trêve estivale courant juillet, et j’ai dû effectuer quelques déplacements professionnels dans la sous-région, mais j’ai tout de même pu passer quatre fois au Technopole entre fin juin (le 24/6) et fin juillet (les 2, 23 et 29/7).

Rien de bien exceptionnel à vous signaler cette fois, mais le Technopole étant ce qu’il est, il y a toujours quelque chose de nouveau à voir. Juin et juillet sont généralement les mois les plus calmes ou du moins les moins suivis ici, mais les observations récentes (Phalarope à bec étroit! Bec-en-ciseaux!) montrent bien que ça vaut la peine de continuer à visiter le site régulièrement.  Il y a bien sûr les limicoles qui se font de plus en plus nombreux (les premiers retours se font déjà dans la première quinzaine de juin), mais aussi quelques migrateurs afro-tropicaux, et des espèces locales qui se reproduisent à cette période de l’année.

Commençons justement par quelques données de nidification:

  • Echasse blanche (Black-winged Stilt): comme nous l’avions pressenti, la saison 2017 rentrera dans les annales comme un très bon cru, avec de nombreuses nichées réussies. Il y a actuellement des jeunes de tous âges – ceux qui ont réussi à ne pas se faire bouffer par les milans! – et hier il y avait toujours au moins trois adultes qui étaient visiblement encore en train de couver.
BlackwingedStilt_Technopole_20170723_101849

Black-winged Stilt / Echasse blanche juv.

  • Vanneau éperonné (Spur-winged Lapwing): étonnamment, cette espèce omniprésente au Sénégal, et présente en bon nombre au Technopole (souvent quelques centaines), ne fournit que quelques rares données de nidification. Lors de mes deux dernières sorties j’ai pu trouver quatre familles, tous avec des poussins âges de quelques jours seulement. La période coïncide avec l’observation d’une famille début août 2015 au Lac Rose et avec celle faite par Paul au Technopole en juillet 2012.
SpurwingedLapwing_Technopole_20170723_101427

Spur-winged Lapwing / Vanneau éperonné pull.

  • Perruche à collier (Rose-ringed Parakeet): un adulte accompagné d’au moins un jeune, visiblement récemment sorti du nid, est vu le 24/6: le jeune se reconnaît aisément à sa queue encore très courte, le bec entièrement rose pale, et l’absence d’un collier marqué comme chez l’adulte.
RoseringedParakeet_Technopole_20170624_IMG_2737

Rose-ringed Parakeet / Perruche à collier

  • Martin-chasseur à tête grise (Grey-headed Kingfisher): pas de donnée certaine mais je soupçonne la présence d’au moins un jeune. En tout cas, il y a peut-être bien trois couples répartis sur le site cette année.
GreyheadedKingfisher_Technopole_20170729_IMG_3030

Grey-headed Kingfisher / Martin-chasseur à tête grise

  • Blongios nain (Little Bittern): là non plus, pas d’indice concluant, mais la présence d’au moins un oiseau en juin et juillet laisse supposer une reproduction locale – ce qui ne serait somme toute pas très étonnant ici, mais connaissant l’espèce un peu il faut soit un gros coup de bol, soit beaucoup de patience et de nombreuses heures d’affût pour pouvoir certifier sa nidification.

 

Les migrateurs “afro-tropicaux” ou intra-africains

Même si une origine méditerranéenne n’est pas exclue pour certains, on peut supposer que la plupart des Flamants roses (Greater Flamingo) présents actuellement au Technopole sont africains. Comme prévu, le groupe initial arrivé vers la mi-mai s’est lentement mais sûrement agrandi au fil des semaines, atteignant 173 individus hier matin (alors que j’étais en train d’observer les limis dans la zone sud du site, tout le groupe est arrivé en vol, me permettant de faire un décompte précis sur photo).

Un Rolle violet (Broad-billed Roller) vu hier matin près des jardins du côté de l’entrée du site était une petite coche locale pour moi, et du coup aussi ma première observation à Dakar. Il en va de même pour un couple de Tourterelles masquées (Namaqua Dove), elles aussi déjà inscrites sur la liste d’espèces du Technopole mais constituant une première pour moi ici.

BroadbilledRoller_Technopole_20170729_IMG_2996

Broad-billed Roller / Rolle violet

Les Moineaux dorés du Soudan (Sudan Golden Sparrow), qui contrairement aux rolliers, coucous et marins-pêcheurs sont plutôt des visiteurs de saison sèche, ne devraient pas tarder à quitter le site.

 

Le retour des limis

Les limicoles les plus nombreux actuellement sont la Barge à queue noire (Black-tailed Godwit) et le Combattant (Ruff), chacun avec plus d’une centaine d’oiseaux. L’effectif de Chevaliers sylvains doit se situer autour de la cinquantaine, alors que seuls quelques culblancs et guignettes sont là actuellement (Wood, Green, Common Sandpiper).

Waders_Technopole_20170729_IMG_3037

Avant-hier matin j’ai pu compter au moins neuf Chevaliers stagnatiles (Marsh Sandpiper), confirmant ainsi que l’été (juillet/août) est de loin la meilleure période pour observer ce limicole peu fréquent au Technopole.

MarshSandpiper_Technopole_20170723_20170723103114

Marsh Sandpiper / Chevalier stagnatile

Trois Avocettes sont présentes depuis le début du mois; elles se tiennent la plupart du temps dans la partie méridionale du site à côté d’un groupe de sternes (caugek, voyageuse, royale, pierregarin et hansel) et de laridés (une poignée de Mouettes rieuses estivantes et quelques Goélands railleurs). Et à propos de sternes, mentionnons encore la présence continue de Guifettes noires, avec un max. d’env. 700 individus le 24/6. (Sandwich, Lesser Crested, Royal, Common & Gull-billed Terns; Black-headed and Slender-billed Gulls; Black Tern)

Pas moins de quatre espèces de bécasseaux sont observés lors de mes deux dernières sorties: Cocorli (max. 12 le 23/7), Minute (2 le 29/7), Sanderling (1 le 23/7) et enfin un Maubèche le 23/7, soit à une date plutôt inattendue pour cette espèce peu fréquente ici. Il y a un seul Grand Gravelot pour le moment; l’unique Pluvier argenté du site est probablement un estivant, alors qu’un Courlis corlieu venait probablement tout juste d’arriver. Les conditions sont assez idéales pour les limis en ce moment, notamment la partie la plus méridionale (proche de la route, accessible depuis les jardins de maraîchage avant même le bâtiment de la Sonatel) et le coin nord-est du plan d’eau principal, soit juste après le virage à 90° de la piste centrale.

LittleStint-Ruff_Technopole_20170729_IMG_2999

Ruff & Little Stints / Combattant & Bécasseaux minutes

 

 

Retour aux îles (PNIM, 24/6)

Petit billet entièrement en images, pour le plaisir des yeux…

Parc National des Iles de la Madeleine, le 24 juin en milieu de matinée, en compagnie de Stuart, David, Sofia and Miguel.

Commençons par les stars de la sortie: les Sternes bridées. Il semblerait qu’il y ait au moins 5-6 couples installés cette année, répartis entre la grande (Sarpan) et la petite île (Lougne). Comme pour le phaéton à bec rouge, le PNIM est le seul lieu de nidification de cette sterne si élégante au Sénégal, présente seulement pendant quelques mois de l’année (juin-août?), juste le temps de nicher.

D’abord vues en vol, elles nous ont ensuite permis de les observer longuement dans l’un des secteurs où elle doit nicher (on s’est bien gardés de trop s’approcher pour ne pas déranger; les oiseaux ne semblaient pas encore en train de couver, évoluant en couples la plupart du temps).

BridledTern_IlesdelaMadeleine_20170624_IMG_2758

BridledTern_IlesdelaMadeleine_20170624_IMG_2791

BridledTern_IlesdelaMadeleine_20170624_IMG_2778

BridledTern_IlesdelaMadeleine_20170624_IMG_2798

Sur la photo ci-dessous, prise depuis le bateau, l’un des individus fréquentant les falaises de l’île Lougne. C’est à cet endroit précis que vivrait le génie des îles, dans les grottes – qui selon le prioguier abriteraient aussi des chauves-souris!

BridledTern_IlesdelaMadeleine_20170624_IMG_2836

Seuls quelques Phaétons sont encore sur place, dont cet individu qui s’est posé près d’un nid contenant probablement un jeune (la saison de nidification est largement terminée maintenant).

RedbilledTropicbird_IlesdelaMadeleine_20170624_IMG_2755

L’un des nombreux Milans à bec jaune. Le PNIM doit être l’un des rares endroits où cette espèce niche en falaises maritimes.

YellowbilledKite_IlesdelaMadeleine_20170624_IMG_2782

Le fameux baobab nain vieux de 700 ans, dit-on… (pour citer le Routard, ce serait “l’un des plus grands baobabs nains d’Afrique de l’Ouest” – alors nain ou géant? Pas facile le débat… tout ce que je sais c’est qu’il est trop grand pour rentrer dans la photo!)

Baobab_IlesdelaMadelein_20170624_IMG_2820

La “cheminée” de Lougne…

IlesdelaMadelein_20170624_IMG_2827

Et cette belle méduse, vue dans la crique principale. A l’intérieur se trouvaient quelques minuscules poissons (1cm?) qui doivent vivre en symbiose avec cette créature.

Jellyfish_IlesdelaMadelein_20170624_IMG_2822

Pour le reste, comme toujours peu d’espèces notées: seulement un ou deux Fous bruns, quelques Cormorans à poitrine blanche et africains, un Héron mélanocéphale (toujours le même immature qu’en mai?), un ou deux Balbuzards, Tournepierre, Corlieu, Pigeon roussard, Tourterelle mailléeCalao occidental, Tisserin mélanocéphale.

Toujours aussi enchanteuses ces îles.

D’ailleurs, pour en lire plus sur le travail de protection du parc et sur le suivi des phaétons, je vous conseille vivement cet article recent par BirdLife: La terre des génies aux portes de Dakar, sanctuaire pour le phaéton à bec rouge.