Archive | Djoudj RSS for this section

Senegal birding and the UK Birdfair 2017

Last summer I had the chance to be in the UK for the Birdfair 2017. This is the largest annual market in Europe for birdwatchers. There is some overlap with bird conservation and many Birdlife partners are there, but this is primarily a place for the buying and selling of everything that birdwatchers desire; books, optics, but especially birdwatching holidays, and this is big business! Bird tour companies from many South American and African countries had flown in staff to advertise their holidays.

At the fair, South African birder Micheal Mills launched The Birder’s Guide to Africa, which aims to tell birders what is most distinctive about each country’s list of birds and where to go in Africa to most easily see each of the continent’s species. Whilst I do not agree with everything in some of the book’s West African chapters, it is a good start for a discussion of bird tourism in Senegal – which for many reasons would deserve a more prominent place on the Africa birding map (one of the many down-sides of taking very much of a quantitative, purely list-based approach to defining birding destinations, as is done by Michael Mills, is that many countries do get the recognition they deserve).

What is unique? Should more birders visit Senegal, and if so what should Senegalese bird guides do to encourage them? It should be said that I am talking about a certain type of birdwatching tourism – visiting places to make lists of unusual birds – which is the profitable market in which the Birdfair sells. From this perspective, the spectacles of Djoudj, the Sine Saloum and Kousmar are still important, but not enough if the birding guide cannot also find the country’s more unique species.

So, how visible was Senegal at the Birdfair? The short answer is almost invisible! Let’s avoid the historical and perhaps linguistic reasons why The Gambia features at the UK Birdfair, and look at all of West and North-West Africa. Geopolitics affects tourism and, correctly or not, many of the region’s countries are seen as more difficult places to organise tours. Unfortunately, these days large parts of Mali, Burkina Faso, Niger, and northern Nigeria and Cameroon are off-limits to foreign visitors due to ongoing conflict and security concerns. Currently the two most advertised North-West/West African destinations for bird tours are Morocco and Ghana, as destinations for European, North American and South African birders, who are the three main groups.

Let’s take the African Bird Club country lists, which taxonomically almost follow the IOC World Bird List, and query the list. Which species regularly occur in Senegal, but not in Morocco or Ghana and also do not occur widely elsewhere in Africa? This query give Senegal at least 28 “special” species, which it would be a good investment for bird guides to be able to find. Please add your comments to this linked list, which is accessible for editing. Several more could – and probably should – be added, and it’s good to keep in mind that the national list stands at about 680 species (we hope to publish an updated list some time soon on this blog). 

Most of the species on this list are birds of the Sahel and the drier, northern regions of the Sudan savanna. The USGS’ excellent recent resources on West African land use shows the western section of the Sahel bio-climatic region, which extends to northern Ethiopia.   

WestAfrica_biomes_map

 

Little Grey (or Sahelian) Woodpecker is a classic example. Its patchy distribution, which does not go further east than western Sudan, includes northern Senegal where most recent West African observations have been made, though WaBDaB, which coordinates bird observations for Burkina Faso, Niger and Chad, has a few records.

Little grey Woodpecker / Pic gris

Little grey Woodpecker / Pic gris, Gandiolais (BP)

For the average bird tour operator, Senegal is the easiest destination and there are places where it is often seen (Les Trois Marigots and near to Richard-Toll), but probably many to be discovered – for instance, it was reported just last week “well south of Louga” by a Swedish group. This and many of the Sahel specials are much more species of the Middle Valley described in Bram’s recent trip, than of the more famous Djoudj/St. Louis area and many are not on the Djoudj list.  

LittleGreyWoodpecker_map

 

Other species in the 23 with similarly narrow ranges include Cricket Warbler (present in southern Western Sahara, but very localised it seems); River Prinia (header picture – cryptic species only present in the Senegal River delta, River Niger and Lake Chad, though probably overlooked elsewhere); Sennar Penduline Tit; Golden Nightjar (most recent records from Western Sahara where confirmed breeding, and from Chad); Quail-Plover (hard to find, but there are apparently a couple of reliable sites); and the commoner Black Scrub Robin, Sahel Paradise Whydah and African Collared Dove.

Sahel Paradise Whydah / Veuve a collier d'or

Sahel Paradise Whydah / Veuve a collier d’or, Lac Tanma (BP)

 

A second cluster of specials occur in and near the Dindefelo reserve, Senegal’s most recent addition to the country’s Important Bird Areas list. This is the only place outside Mali where the Mali Firefinch is reasonably reliably seen. Other species with strange and small global ranges including Dindefelo are Adamawa Turtle-Dove and Neumann’s Starling. The Kedougou area, and Dindefello in particular, probably has more surprises in store and is likely to yield additional Guinean species that just creep into Senegal. 

Finally, the sea off Dakar makes the list. Away from the Cape Verde, the Cape Verde Shearwater is only reliably seen elsewhere in Africa, in season, off Dakar and the Iles de la Madeleine trio of Red-billed Tropicbird, Bridled Tern and the recent arrival Brown Booby are common enough in other tropical waters, but with few reliable places in Africa. The Tropicbirds are pretty much guaranteed at any time of the year, whilst the boobies and especially the terns and shearwaters are only present in certain seasons. 

RedbilledTropicbird_ilesdelaMadeleine_20180102_IMG_7920

Red-billed Tropicbird / Phaéton à bec rouge, Iles de la Madeleine (BP)

And the message from this? Any Senegalese bird guide who gets to know when and where to find these species should have a profitable business and most of the species are far from the hotspots of Djoudj and the Sine Saloum! And to potential visitors – come over and explore, with or without a local guide: you won’t be disappointed.

 

(post by Paul, with contributions from BP)

 

 

 

Le PNOD, le PNLB, la RNICS & la RNP en images

Si vous arrivez à déchiffrer les acronymes du titre, alors chapeau! Faute d’un meilleur intitulé pour ce billet, et faute de temps pour écrire un long article sur tout ce qu’on a pu voir ces huit derniers jours, je vous présente ici quelques images prises lors de notre virée dans le Djoudj (le PNOD – parc national des oiseaux du Djoudj), le PN de la Langue de Barbarie (PNLB), la réserve naturelle d’intérêt communautaire de la Somone (RNCIS), et la réserve de Popenguine (RNP). Huit jours a se ressourcer en pleine nature, en agréable compagnie de nos amis Jan, Maria, Kajsa et Marnix venus découvrir le Sénégal – le bonheur.

PNOD

A commencer par ces Courvites isabelles vus vers le Grand Mirador du PNOD, trouvés par l’excellent guide Vieux Ngom (qui en passant salue toute l’équipe de Genevois!), dans une atmosphère poussiéreuse comme je l’ai rarement vue. Les courvites aussi j’en avais rarement vus, même jamais en fait! Belle coche donc pour commencer les vacances de fin d’année, d’une espèce régulière dans le nord du pays mais qui jusqu’ici m’avait toujours échappée, ici comme ailleurs d’ailleurs.

CreamcolouredCourser_Djoudj_20171223_IMG_6997

Cream-coloured Courser / Courvite isabelle

Voici pour vous faire une idée des conditions météo, qui se résument tout simplement en “vent + froid + sable + poussière”, mais que notre ami d’Ornithondar a très bien expliqué ici. Jamais eu aussi froid au Sénégal… A peine 15 degrés au petit matin… suffisamment peu pour justifier au moins trois couches pour sortir.

LacTantale_Djoudj_20171223_IMG_6899

Aussi vus dans le Djoudj, dans le désordre: les habituelles Grues couronnées, une ou deux Talèves d’Allen, deux couples d’Anserelles naines, Sarcelles d’hiverPie-grièches méridionales, Glaréoles à collier, Tarier d’Afrique, Prinia aquatiquePygargue vocifère, Fauvette orphée, Alouettes calandrelles, et j’en passe. (Pygmy-Goose, Common Teal, Southern Grey Shrike, Collared Pratincole, African Stonechat, River Prinia, African Fish Eagle, Orphean Warbler, Short-toed Lark). Par contre peu de canards et très mauvaise visibilité sur le Grand Lac, mais Jean-Louis et Maha ont tout de même eu quelques Sarcelles marbrées deux jours plus tard, tout comme l’Outarde arabe et plein d’autres choses (Marbled Teal, Arabian Bustard).

Mais aussi Loup africain, Phacochères à volonté, un Crocodile du Nil, et pas moins de trois Pythons de Seba pour le grand bonheur de tout le monde mais peut-être surtout pour mes amis Jean-Louis et Maha, à peine arrivés au Sénégal.

Warthog_Djoudj_20171223_IMG_6898

Warthog / Phaco

AfricanRockPython_Djoudj_20171223_IMG_6891

African Rock Python / Python de Seba

PNLB

Passons maintenant au PNLB, ou l’on a passe deux nuits dans notre lodge favori au Senegal: le Zebrabar, niche entre lagunes et ocean, un petit havre de paix qui invite à la relaxation et au far niente… si ce n’était pour tous les oiseaux qu’il y a à découvrir! Même le jour de Noël on ne chôme pas, bien au contraire: en fin de matinee je passe d’abord à la STEP de St. Louis qui comme toujours grouille d’oiseaux, dont le Prinia aquatique, la Rousserolle des canes, plusieurs centaines de Dendrocygnes veufs et fauves tout comme quelques Canards souchets, et une bonne diversité de limicoles (River Prinia, Greater Swamp Warbler, White-faced & Fulvous Whistling-Ducks, Northern Shoveler). Mais surtout, je tombe sur une belle surprise sous la forme d’une Marouette de Baillon que je lève en bordure du sentier entre les deux plans d’eau principaux. Et que j’aurai ensuite le plaisir d’observer et de photographier pendant plus d’une demie heure – quel bonheur! Seulement ma deuxième obs de l’espèce, mais bien meilleure que la première, il y a près de 10 ans aux Pays-Bas.

BaillonsCrake_STEP-StLouis_20171225_IMG_7134

Baillon’s Crake / Marouette de Baillon

BaillonsCrake_STEP-StLouis_20171225_IMG_7088

Baillon’s Crake / Marouette de Baillon

Au retour de la STEP, brève escale au bord de la piste qui mène au Niokobokk: une Pie-grièche mériodionale (ou doit-on dire Pie-grièche du désert maintenant? voir cet article sur Ornithondar). J’essaierai de revenir sur la question des (sous-)espèces en 2018…

SouthernGreyShrike_Gandiol__20171225_IMG_7170

Southern Grey Shrike / Pie-grieche méridionale

En fin d’après-midi, je pars dans la plaine et la brousse derrière Mouit, là où j’avais eu entre autres Outarde de Savile, Coucou-geai, Oedicnème tacheté et cie. lors de mes précédentes visites. Parcourant la steppe à la recherche de fauvettes (le site me semble idéal pour la Fauvette à lunettes notamment) ou autres pipits, je tombe sur ce Hibou des marais – le sixième au moins depuis début novembre au Sénégal, confirmant ainsi le petit (?) afflux qui a visiblement lieu encore en ce moment. Combien passent inaperçus? J’ai donc une fois de plus dû mettre à jour l’article que j’y avais consacré il y a quelques semaines, avec l’image en plus et quelques obs supplémentaires (dont une de la lagune de Somone).

ShortearedOwl_Gandiol_20171225_IMG_7228

Short-eared Owl / Hibou des marais

Ci-dessous le biotope:

Gandiol_20171225_IMG_7240

RNICS

Ensuite, après un crochet par Lompoul (Outarde de Savile, Oedicneme tacheté, Petit Moineau, Guêpier d’Orient et j’en passe; Savile’s Bustard, Spotted Thick-knee, Bush Petronia, Little Green Bee-eater), on pose les valises au Dalaal Diam près de la lagune de Somone.

Là, j’en profite pour retourner dans mon coin à Engoulevents à balanciers: rien vu! Ils ont dû repartir sous d’autres cieux. Curieusement, comme en octobre, une Bondrée (Honey Buzzard) me passe par-dessus la tête en filant vers le sud. Vu le plumage c’était un autre individu qu’en octobre, un jeune individu assez roux. Et à la place des Petits-ducs africains, cette fois ce sont au moins deux Chevêchettes perlées (Pearl-spotted Owlet) qui se font entendre de nuit (et parfois de jour) dans le jardin du lodge. Une Cigogne noire (Black Stork) survole le site, un Busard cendré chasse en bordure de la lagune, des centaines de Moineaux dorés du Soudan se mêlent aux Travailleurs a bec rouge et autres tisserins. Et curieusement toujours, je trouve deux Hypolaïs pâles (Eastern Olivaceous Warbler) non loin de la zone où j’avais déjà observé cette espèce peu connue en Sénégambie, en mars 2016. Hiverneraient-ils dans le secteur? Les deux oiseaux évoluaient ensemble et étaient peut-être en couple, à moins qu’il ne s’agisse de deux mâles se disputant un buisson stratégique… Quoiqu’il en soit, l’identification était relativement simple car les deux oiseaux hochaient activement la queue tout en ouvrant les ailes vers le bas, et la structure (notamment le bec plus fin) et les critères du plumage concordent; le chant semblait aussi assez différent de l’Hypolaïs obscure – je dois encore traiter et analyser les quelques prises de son, qui je l’espère ne seront pas trop affectés par le vent.

EasternOlivaceousWarbler_Guereo_20171228_IMG_7418

Eastern Olivaceous Warbler / Hypolaïs pâle

EasternOlivaceousWarbler_Guereo_20171228_IMG_7431

Eastern Olivaceous Warbler / Hypolaïs pâle

RNP

Point de photos de Popenguine à part un jeune Circaète Jean-le-Blanc (Short-toed Eagle) un peu flou, mais à signaler notamment neuf ou dix Hirondelles de rochers (Crag Martin), deux Monticoles bleus (Blue Rock Thrush), quelques discrets Bruants d’Alexander (Gosling’s Bunting), 4-5 Beaumarquets melba, 2-3 Sporopipes quadrillés (Speckle-fronted Weaver). Visite depuis Guéréo, hier matin 29/12. Au retour, on passe par le Lac Rose, ce qui permet d’ajouter le Goéland d’Audouin à la liste.

Voilà pour ce tour d’horizon, pas si rapide finalement.

Prochaine expédition: la moyenne vallée du fleuve, dans une semaine à peine. Avant cela, on va essayer de profiter des quelques jours de congés restants pour passer au Technopole, les steppes du Lac Rose ou encore la lagune de Yene.

 

 

Virée dans le delta: Langue de Barbarie et Djoudj

C’est en famille et avec des amis en visite que nous sommes partis passer quelques jours dans la région de Saint Louis, dont voici en quelques lignes et photos un rapide compte-rendu.

Apres une nuit dans le « désert » (lire : dunes) de Lompoul – peu d’oiseaux, mais des paysages spectaculaires – nous avons fait une escale de deux nuits au Zebrabar, établissement bien sympa et idéalement situé à côté de l’entrée du Parc national de la Langue de Barbarie. Notre troisième visite ici, et à chaque fois l’accueil par Ursula et Martin est chaleureux et les oiseaux sont au rendez-vous.

Dans les lagunes saumâtres autour du campement et entre Guembeul et Ndiebene-Gandiol ce sont des centaines voire milliers de limicoles occupés à se nourrir dans la vase : Huîtrier pie, Echasse, Avocette élégante, Barge rousse, Courlis cendre et corlieu, Bécasseaux variable, minute, cocorli, sanderling, TournepierreChevaliers stagnatile, aboyeur, gambette, guignette, Grand Gravelot, Pluvier argenté, et bien sur les omniprésents Vanneaux éperonnés et Œdicnèmes du Sénégal. La densité de Balbuzards est impressionnante en ce moment, avec parfois 3-4 oiseaux vus simultanément, l’un posé par terre, l’autre transportant un poisson ou encore en train de cercler au-dessus du fleuve. L’éco-volontaire du parc nous explique qu’il y a près de 300 individus dans le secteur ! Sur l’île aux oiseaux, ce sont essentiellement les Mouettes à tête grise qui nichent a cette saison, et quelques Sternes caspiennes et royales, ces dernières arrivant en masse plus tard dans la saison.

 

GreyheadedGull_LanguedeBarbarie_IMG_1314

Grey-headed Gull / Mouette à tête grise

 

Des Fauvettes passerinettes un peu partout dans les buissons, une unique Grisette, ici et là une Hypolaïs obscure (souvent en plein chant), des Pouillots véloce et de Bonelli, un Rougequeue à front blanc, etc. Quelques Bergeronnettes printanières et grises, deux Hirondelles rustiques et trois Tourterelles des bois longeant la rive complètent le tableau des migrateurs paléarctiques.

A la station de lagunage au nord de Guembeul, il y a comme toujours du monde : la petite vasière entre la route et les bassins grouille de Barges à queue noire et Echasses, Combattants, un Gravelot pâtre, des chevaliers de toutes sortes, alors qu’il y a au moins 500 Dendrocygnes veufs dans les bassins. Parmi eux, une poignée de Sarcelles d’été et une douzaine de Souchets. Les Chevaliers sylvains s’envolent à droite et à gauche, les Garde-bœufs nous ignorent.

Pas le temps de s’aventurer dans la réserve de Guembeul cette fois, mais une sortie matinale en bord de lagune le long de la piste de Rao (avant le village de Toug) permet de bien observer aussi bien l’Agrobate roux que l’Agrobate podobé, et notamment de comparer leur chant si similaire – plus lent et moins complexe pour le premier, plus mélodieux et varie pour le second. Pas mal de vent ces jours donc pas l’idéal pour les enregistrements, mais vous trouverez des prises de son ici et ici respectivement. A part les Cochevis huppes, deux-trois Traquets motteux et une solitaire Moinelette à oreillons blancs peu d’oiseaux s’activent dans la plaine, mais au loin ce sont une centaine de Flamants roses, Spatules blanches et divers ardéidés qui attirent l’attention.

Il est temps d’avancer, cette fois ce sont deux nuits dans le fameux parc national du Djoudj que nous allons passer. Malgré les menaces qui pèsent sur ce site inscrit au patrimoine de l’Humanité et les problèmes de gestion – et surtout de ressources – le déplacement en vaut la peine (à ce propos, voir le récent article sur le blog ornithondar).

Djoudj_floodplain_IMG_1497

Le spectacle des Pélicans blancs bien sûr, mais surtout celui de voir des milliers et des milliers de canards de surface sur le Grand Lac : le gros des effectifs est composé des Pilets, Souchets, Sarcelles d’été et Dendrocygnes veufs (+ quelques fauves), mais là, coup de chance, 3 Sarcelles marbrées pas trop loin devant l’un des observatoires ! Sur le Lac de Khar ce sont quelques Ouettes d’Egypte – espèce curieusement localisée au Sénégal – et des Oies-armées de Gambie qui s’ajoutent à la liste de palmipèdes

Djoudj_watchtower_IMG_1518

La liste complète est bien sûr trop longue pour énumérer ici – près de 115 espèces observées en tout – donc voici les autres « highlights » de notre bref séjour dans le Djoudj, dans le désordre :

  • Un mâle adulte de Faucon crécerellette
  • Une Bécassine sourde levée dans la zone à l’est de l’hôtel du Djoudj
  • Trois Rhynchées peintes près de l’embarcadère
  • Deux Grues couronnées près du Grand Lac et les quelques miliers de Flamants nains et roses.
  • Une Cigogne noire se nourrissant parmi une flopée de Spatules (beaucoup de ces dernières sont baguées d’ailleurs, mais pas de télescope pour relever les codes !)
  • Les Glaréoles à collier, d’abord une troupe d’une quarantaine dissimulées dans le bassin près de la Station biologique, ensuite un individu seul près du Grand Lac (photo prise par Jane ci-dessous)
  • Les innombrables Pouillots véloces, Phragmites des joncs et Fauvettes passerinettes partout dans les buissons, notamment dans le secteur de Gainthe et autour de l’entrée du parc. Comme à Gandiol, les quelques Hypolaïs obscures chantent de maniere assidue alors que lesRougequeues a front blanc se font plus discrets.
  • Et bien sur les rencontres avec les Loups africains, Phacochères communs, les Singes “rouges” (les Patas), Crocodiles du Nil et Varans ouest-africains.

 

Photos ci-dessous: Glaréole à collier / Collared Pratincole; casseau minute / Little Stint; Varan ouest-africain / West African Monitor

CollaredPratincole_Djoudj_IMG_1508

LittleStint_Djoudj_IMG_1538

MonitorLizzard_Djoudj_IMG_1489