L’Engoulevent sans balanciers (Lagune de Somone, 8-10/10)

Parmi les 2000+ espèces que compte l’Afrique, il y a quelques oiseaux en particulier que chaque ornitho ayant mis pied sur le continent a envie de voir un jour: Bec-en-sabot, Grébifoulque, Pluvian, Bec-en-ciseaux, Chouette-pêcheuse de Pel, Touraco géant, Onoré à huppe blanche ou encore le Picatharte pour n’en citer que quelques-uns. Des espèces qui font rêver! Heureusement qu’il m’en reste quelques-uns à voir.

Il y a aussi ces deux engoulevents qui font, à coup sûr, partie de la liste: l’Engoulevent porte-etendard et celui à balanciers, deux espèces quasi mythiques, aux extensions alaires improbables. Le premier j’avais eu la chance de l’apercevoir plusieurs fois au campement dans les environs de Juba au Sud Soudan – j’avais d’abord cru voir un sac plastique blanc/noir me passer par-dessus la tête, tellement le vol du mâle nuptial ne ressemble à aucun autre oiseau. Le deuxième, je ne l’avais jamais vu… jusqu’à lundi dernier.

Avant de trop vous emporter, sachez que mes Engoulevents à balanciers (Standard-winged Nightjar) n’avaient pas de balanciers… bien malheureusement! C’est la saison internuptiale apparemment, donc les mâles n’ont pas cette rémige prolongée se terminant en grosse plume noire.

Mais Engoulevent à balanciers tout de même!! Et coche.

StandardwingedNightjar_Somone_20171009_IMG_5094

StandardwingedNightjar_Somone_20171009_IMG_5254

Standard-winged Nightjar / Engoulevent à balanciers (prob. f.)

Cela faisait plus d’une année qu’on n’avait pas mis les pieds à la Somone (enfin, Guéréo) et déjà l’an dernier j’avais eu le plaisir de tomber sur une de ces espèces si particulières que je n’avais encore jamais vue: le Courvite à ailes bronzées. Comme quoi le coin mérite d’être parcouru! Et d’autant plus la zone autour de la “queue” de la lagune, autour du lodge nature de Dalaal Diam, super endroit en pleine nature et à deux pas de la rivière et de la lagune, établissement qu’on n’hésite pas à recommander. Immersion totale dans la nature garantie, à un tarif encore abordable.

C’est d’ailleurs aux abords mêmes du lodge que j’ai trouvé les engoulevents: d’abord un individu levé le matin du 9/10, puis en y retournant le soir pour valider mon identification et pour tenter quelques clichés. Mardi matin, j’ai pu photographier ce que je suppose être le mâle au plumage bien usé et plus clair que l’autre individu. Puis en rentrant j’ai trouvé un autre (?) oiseau à quelques centaines de mètres du premier spot.

StandardwingedNightjar_Somone_20171010_IMG_5253

Standard-winged Nightjar / Engoulevent a balanciers

 

Cette observation n’a en soi rien d’extraordinaire car cet engoulevent est un visiteur régulier pendant et après la saison des pluies, avec une présence supposée assez répandue sur le territoire, y compris dans la moitié nord lors de la saison internuptiale. Il faut juste tomber dessus! L’ami Fred d’Ornithondar a d’ailleurs bien résumé le statut de l’espèce au Sénégal ici, lecture comme toujours enrichissante et très bien documentée.

Voici pour vous faire une idée du biotope, une photo du secteur où se trouvaient mes engoulevents, dans la zone de transition entre lagune et brousse. Les oiseaux se tenaient généralement bien dissimulés entre des touffes d’herbes ou au pied de tamaris et de palmiers.

Somone_20171010_IMG_5264

 

Dans la même zone, beaucoup d’Oedicnèmes du Sénégal bien sûr, et aussi plusieurs couples de Vanneaux à tête noire. Les Vanneaux caronculés se tenaient généralement au bord de l’eau, jusqu’une trentaine ensemble. L’Agrobate podobé semble assez fréquent ici.

BlackheadedLapwing_Somone_20171009_IMG_5167

Black-headed Lapwing / Vanneau à tête noire

 

Quelques limicoles trainent par-ci par-la, une petite bande de Spatules blanches se nourrit devant le lodge, et un soir au crépuscule j’entends un cri caractéristique: deux Ibis hagedash qui passent en vol. Ils seront suivis plus tard par quelques Bihoreaux gris. L’ibis j’en avais vu un à Dakar en août dernier et deux en août 2015 au Lac Rose, mais à part ca il ne semble pas y avoir trop de données dans cette partie du pays. Nicheraient-ils peut-être encore dans le coin? Wim Mullié avait trouvé un nid actif – la première preuve de nidification pour le pays – en août 2000 à Saly dans un jardin d’hôtel, et en 1995-96 deux oiseaux sont vus régulièrement à l’IRD de Mbour. Sinon l’espèce est restreinte au tiers méridional du pays¹.

HadadaIbis_sono_xc

Plus tard, ce sont deux Petits-ducs africains qui se font entendre dans le jardin (que dis-je, la brousse!) du lodge, émettant leur prrup monotone à tour de role: y aurait-il un couple installé ici?

AfricanScopsOwl_sono_xc

Il y a aussi les Coucous didric et surtout jacobin, dont un juvénile visiblement né dans les parrages (et sans doute adopté par des Crateropes bruns, particulièrement nombreux ici). Fred, toujours lui, nous apprend qu’en fait il n’y a guère de preuves de reproduction, “ni ici dans ce grand nord ni ailleurs dans le Sénégal soudanien comme sahélien, “à l’exception peut-être de la région de Kidira et de la Falémé, à la frontière malienne (in Borrow & Demey, 2011).”

JacobinCuckoo_Somone_20171009_IMG_5155

Jacobin Cuckoo  / Coucou jacobin juv.

Voici son hôte probable:

BrownBabbler_Somone_20171010_IMG_5251

Brown Babbler / Cratérope brun

 

Dans les champs je trouve entre autres l’Alouette chanteuse, Choucadors de Swainson, pas mal de Moineaux dorés, des Euplectes franciscains et au moins un vorabé, les Astrilds cendrés, etc. (Singing Bush LarkLesser Blue-eared Glossy Starling, Sudan Golden Sparrow, Northern Red & Yellow-crowned Bishop, Black-rumped Waxbill). L’Outarde de Savile est entendue du côté des collines de Guéréo.

NorthernRedBishop_Somone_20171010_IMG_5246

Northern Red Bishop / Euplecte franciscain

 

Un Loriot qui se pose dans un baobab est vu trop brièvement pour l’identifier avec certitude mais d’après les cris enregistrés il s’agirait plutot d’un Loriot doré et non d’un européen. A écouter ici.

Autres migrateurs fraîchement arrivés, quelques dizaines de Fauvettes passerinnettes, une dizaine de Rougequeues à front blanc, quelques Fitis, un Rossignol, 3-4 Rousserolles effarvattes, deux Pie-grièches à tête rousse (Subalpine Warber, Common Redstart, Nightingale, Eurasian Reed Warbler, Woodchat Shrike) Et surtout, cette Bondrée qui survole le site le 9/10, une première pour moi au Sénégal, ou elle est rarement observée (Honey Buzzard).

C’est déjà prévu, on retourne au Dalaal Diam fin décembre! Et peut-être que cette fois l’engoulevent aura bien ses balanciers.

Je pourrais continuer encore sur les autres obs remarquables de ces derniers jours, mais j’ai un peu de peine à suivre avec les articles de ce blog… Puffin du Cap-Vert, Océanites de Wilson (+80 en 4 heures de suivi hier matin!) et Labbe de McCormick à Ngor, toujours le Phalarope à bec large au Technopole (photo ici), les premiers Traquets motteux (probablement un du Groenland, ssp. leucorhoa) et Phragmites des joncs, le retour des Pelerins du Diarama,… Je préfère nettement partir sur le terrain que de passer du temps derrière l’ordi, mais on verra ce qu’on arrive à écrire ces prochaines semaines.

 

¹ Note du 19/10/17: ce matin j’ai entendu 2-3 ibis au golf de Saly, qui pourrait donc bien abriter un couple… ou du moins, l’espèce semble encore regulière ici.

 

Tags: , , , ,

6 responses to “L’Engoulevent sans balanciers (Lagune de Somone, 8-10/10)”

  1. Frédéric Bacuez says :

    Sauf que le nôtre, d’engoulevent (nous étions deux, François M. et moi, littéralement sidérés par son passage devant nos yeux, à l’aube !) avait bel et bien ses longues pennes, et nous étions pourtant un 9 février ! C’était ma seconde fois, et je confirme, comme tu l’écris si bien en préambule de ton post, que cet oiseau est un Graal, pour les ornithos ! Je rajouterais que les mystères qui entourent encore son écologie ne font qu’en rajouter à son aura ! Bien content que tu l’aies coché et si bien approché pour le photographier ! Bravo !

  2. juliana manoliu says :

    In preparation for my upcoming birding trip to Senegal, I find your postings of great help in figuring out where to look for what. Also helps with attempting to learn the French names for birds. It’s one thing to read a novel in French, another to figure out bird names…

    juliana

    • bram says :

      Thanks a lot Juliana for your kind comment. In French blog posts, I started adding the English names following a request I received from one of our readers. Glad to know it’s useful to you as well. Feel free to get in touch should you want any further info on birds around Dakar and beyond.

      bram

  3. Lisa Kennedy says :

    Cher Bram, un autre article vraiment intéressant. Merci! Le camouflage de l’Engoulevent peu est remarquable! Dans quelques posts précédents, vous mentionnez que nombreux Balbuzards ont été vus. S’il vous plaît continuer à demander autour de JH4 bleu. Un mineur Balbuzard de l’Ecosse. Enfin, j’ai envoyé un email à Frédéric Bacuez, il y a quelques jours, mais pas encore de réponse. Si vous entendez de lui, s’il vous plaît n’hésitez pas à lui donner mon adresse e-mail. Des nouvelles de Roy Dennis sur le balbuzard pêcheur, vous avez vu? Merci.

    • bram says :

      Bonjour Lisa et merci pour votre commentaire. On garde bien sur un oeil sur les balbuzards bagues et je vous tiendrai au courant si jamais on voit JH4. Je n’ai toujours pas de nouvelles de M. Dennis ce qui est bien dommage.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s