Le Technopole en juillet

Ça y est, la première grosse pluie de la saison vient de tomber! Gros coup de vent avant-hier soir, puis averse soutenue pendant au moins deux heures. Le début de la saison humide (et chaude! 29°C samedi matin à 7h…) amène de nouveaux oiseaux et coïncide aussi avec l’arrivée de bon nombre de migrateurs européens.

Mon dernier post sur notre hotspot dakarois favori remonte à début juin déjà, donc il était grand temps de rattraper ce retard. Ce n’est pas faute d’observations mais plutôt faute de temps que je n’ai pas eu l’occasion de vous tenir au courant des dernières nouvelles. Bien sûr il y a eu une toute petite trêve estivale courant juillet, et j’ai dû effectuer quelques déplacements professionnels dans la sous-région, mais j’ai tout de même pu passer quatre fois au Technopole entre fin juin (le 24/6) et fin juillet (les 2, 23 et 29/7).

Rien de bien exceptionnel à vous signaler cette fois, mais le Technopole étant ce qu’il est, il y a toujours quelque chose de nouveau à voir. Juin et juillet sont généralement les mois les plus calmes ou du moins les moins suivis ici, mais les observations récentes (Phalarope à bec étroit! Bec-en-ciseaux!) montrent bien que ça vaut la peine de continuer à visiter le site régulièrement.  Il y a bien sûr les limicoles qui se font de plus en plus nombreux (les premiers retours se font déjà dans la première quinzaine de juin), mais aussi quelques migrateurs afro-tropicaux, et des espèces locales qui se reproduisent à cette période de l’année.

Commençons justement par quelques données de nidification:

  • Echasse blanche (Black-winged Stilt): comme nous l’avions pressenti, la saison 2017 rentrera dans les annales comme un très bon cru, avec de nombreuses nichées réussies. Il y a actuellement des jeunes de tous âges – ceux qui ont réussi à ne pas se faire bouffer par les milans! – et hier il y avait toujours au moins trois adultes qui étaient visiblement encore en train de couver.
BlackwingedStilt_Technopole_20170723_101849

Black-winged Stilt / Echasse blanche juv.

  • Vanneau éperonné (Spur-winged Lapwing): étonnamment, cette espèce omniprésente au Sénégal, et présente en bon nombre au Technopole (souvent quelques centaines), ne fournit que quelques rares données de nidification. Lors de mes deux dernières sorties j’ai pu trouver quatre familles, tous avec des poussins âges de quelques jours seulement. La période coïncide avec l’observation d’une famille début août 2015 au Lac Rose et avec celle faite par Paul au Technopole en juillet 2012.
SpurwingedLapwing_Technopole_20170723_101427

Spur-winged Lapwing / Vanneau éperonné pull.

  • Perruche à collier (Rose-ringed Parakeet): un adulte accompagné d’au moins un jeune, visiblement récemment sorti du nid, est vu le 24/6: le jeune se reconnaît aisément à sa queue encore très courte, le bec entièrement rose pale, et l’absence d’un collier marqué comme chez l’adulte.
RoseringedParakeet_Technopole_20170624_IMG_2737

Rose-ringed Parakeet / Perruche à collier

  • Martin-chasseur à tête grise (Grey-headed Kingfisher): pas de donnée certaine mais je soupçonne la présence d’au moins un jeune. En tout cas, il y a peut-être bien trois couples répartis sur le site cette année.
GreyheadedKingfisher_Technopole_20170729_IMG_3030

Grey-headed Kingfisher / Martin-chasseur à tête grise

  • Blongios nain (Little Bittern): là non plus, pas d’indice concluant, mais la présence d’au moins un oiseau en juin et juillet laisse supposer une reproduction locale – ce qui ne serait somme toute pas très étonnant ici, mais connaissant l’espèce un peu il faut soit un gros coup de bol, soit beaucoup de patience et de nombreuses heures d’affût pour pouvoir certifier sa nidification.

 

Les migrateurs “afro-tropicaux” ou intra-africains

Même si une origine méditerranéenne n’est pas exclue pour certains, on peut supposer que la plupart des Flamants roses (Greater Flamingo) présents actuellement au Technopole sont africains. Comme prévu, le groupe initial arrivé vers la mi-mai s’est lentement mais sûrement agrandi au fil des semaines, atteignant 173 individus hier matin (alors que j’étais en train d’observer les limis dans la zone sud du site, tout le groupe est arrivé en vol, me permettant de faire un décompte précis sur photo).

Un Rolle violet (Broad-billed Roller) vu hier matin près des jardins du côté de l’entrée du site était une petite coche locale pour moi, et du coup aussi ma première observation à Dakar. Il en va de même pour un couple de Tourterelles masquées (Namaqua Dove), elles aussi déjà inscrites sur la liste d’espèces du Technopole mais constituant une première pour moi ici.

BroadbilledRoller_Technopole_20170729_IMG_2996

Broad-billed Roller / Rolle violet

Les Moineaux dorés du Soudan (Sudan Golden Sparrow), qui contrairement aux rolliers, coucous et marins-pêcheurs sont plutôt des visiteurs de saison sèche, ne devraient pas tarder à quitter le site.

 

Le retour des limis

Les limicoles les plus nombreux actuellement sont la Barge à queue noire (Black-tailed Godwit) et le Combattant (Ruff), chacun avec plus d’une centaine d’oiseaux. L’effectif de Chevaliers sylvains doit se situer autour de la cinquantaine, alors que seuls quelques culblancs et guignettes sont là actuellement (Wood, Green, Common Sandpiper).

Waders_Technopole_20170729_IMG_3037

Avant-hier matin j’ai pu compter au moins neuf Chevaliers stagnatiles (Marsh Sandpiper), confirmant ainsi que l’été (juillet/août) est de loin la meilleure période pour observer ce limicole peu fréquent au Technopole.

MarshSandpiper_Technopole_20170723_20170723103114

Marsh Sandpiper / Chevalier stagnatile

Trois Avocettes sont présentes depuis le début du mois; elles se tiennent la plupart du temps dans la partie méridionale du site à côté d’un groupe de sternes (caugek, voyageuse, royale, pierregarin et hansel) et de laridés (une poignée de Mouettes rieuses estivantes et quelques Goélands railleurs). Et à propos de sternes, mentionnons encore la présence continue de Guifettes noires, avec un max. d’env. 700 individus le 24/6. (Sandwich, Lesser Crested, Royal, Common & Gull-billed Terns; Black-headed and Slender-billed Gulls; Black Tern)

Pas moins de quatre espèces de bécasseaux sont observés lors de mes deux dernières sorties: Cocorli (max. 12 le 23/7), Minute (2 le 29/7), Sanderling (1 le 23/7) et enfin un Maubèche le 23/7, soit à une date plutôt inattendue pour cette espèce peu fréquente ici. Il y a un seul Grand Gravelot pour le moment; l’unique Pluvier argenté du site est probablement un estivant, alors qu’un Courlis corlieu venait probablement tout juste d’arriver. Les conditions sont assez idéales pour les limis en ce moment, notamment la partie la plus méridionale (proche de la route, accessible depuis les jardins de maraîchage avant même le bâtiment de la Sonatel) et le coin nord-est du plan d’eau principal, soit juste après le virage à 90° de la piste centrale.

LittleStint-Ruff_Technopole_20170729_IMG_2999

Ruff & Little Stints / Combattant & Bécasseaux minutes

 

 

Advertisements

Tags: ,

8 responses to “Le Technopole en juillet”

  1. Antonio Araujo says :

    Chapeau! J’aime beaucoup le blog et votre façon d’écrire, synthétique mais claire, précise et informative. Je vous encourage fortement à continuer. J’ai des observations parfois intéressantes que je communique à Miguel mais il faudra peut-être que je commence à vous les envoyer si vous êtes intéressé. Bonne continuation.

    • bram says :

      Merci beaucoup Antonio!

      Bien sur je suis toujours interesse par les obs interessantes de la region de Dakar, car on se sent souvent un peu seul ici alors qu’il y a tellement de choses a voir et a decouvrir encore. Et d’ailleurs ce blog est ouvert aux invites s’il y en a qui ont envie de partager leurs decouvertes!

  2. Jey, le barbu says :

    Ca a l’air d’un spot plutôt intéressant. Si un jour je viens faire un tour au Sénégal, ça peut être un bon endroit pour commencer un périple en douceur ! 🙂

    • bram says :

      Absolument! Le Technopole est LE hotspot de la Presqu’ile du Cap-Vert, a ne pas manquer pour tout ornitho qui se respecte 🙂 Et effectivement c’est un tres bon point de depart pour commencer un circuit ornitho au Senegal. Le site est interessant toute l’annee et la visite peut facilement se combiner avec d’autres points chauds dakarois (Iles de la Madeleine, Ngor, parc de Hann). Prevoir 2-3 heures voire une demie journee pour faire le tour du site.

      Et bien sur vous pouvez me contacter si jamais vous passez a Dakar.

      • Jey, le barbu says :

        Je n’y manquerai pas ! Quelle est la meilleure saison pour un séjour ornitho ?

      • bram says :

        Tout depend de ce qu’on veut voir bien sur, mais de maniere generale la periode novembre-mars offre la meilleure diversite, lorsqu’il y a les hivernants palearctiques en plus des locaux. Un sejour de 2 semaines peut depasser les 300 especes. Autour de la saison des pluies (juin-oct.) vous aurez plus d’especes africaines (notamment coucous) et plus d’activite chez les nicheurs, mais un peu moins de migrateurs europeens.

      • Jey, le barbu says :

        Tant qu’à faire, ça serait plus pour y voir des espèces africaines. Les coucous africains sont vraiment colorés par rapport à celui que nous avons l’habitude d’observer en Europe : j’ai eu la chance de voir le didric et celui de Klaas en Ouganda. Fantastique ! 🙂

Trackbacks / Pingbacks

  1. Et c’est reparti… | Senegal Wildlife - August 13, 2017

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s