Lac Tanma

lactanma_baobabs-lac_20160221

Deux sorties récentes au lac Tanma m’ont permis d’apprécier encore plus la richesse de ce site complètement méconnu des rares amateurs d’oiseaux dakarois et hors circuit des ornitouristes européens. Il y a pourtant de quoi voir et chaque visite apporte son lot de surprises et d’observations mémorables.

Des visites régulières – plus qu’une fois par mois en tout cas – à toute saison seraient nécessaires pour faire un suivi correct du site, qui est visiblement l’un des meilleurs endroits près de la capitale pour toute une série d’oiseaux : canards paléarctiques (Souchet et Sarcelle d’été en particulier), Flamant rose, rapaces diurnes, limicoles, laridés et passereaux hivernants. Bien que les abords du lac soient surpâturés, les oiseaux semblent peu dérangés car il n’y a aucune activité de pêche dans ce lac très peu profond – qui en passant ne bénéficie d’aucun statut de protection. De plus, le lac est relativement facile d’accès et se situe à seulement une heure de la ville. Pour s’y rendre, voir les directions à suivre en bas de cet article.

Pour en revenir aux deux dernières sorties, voici les obs les plus remarquables, effectuées le 16/10 en compagnie de Jean-Marc Thiollay et Evan Buechley; le 1/11 tout seul :

  • Un beau groupe de canards noté lors des deux visites, avec 500 à 600 Souchets, une centaine de Sarcelles d’été, et le 16/10 il y avait au moins 2 Pilets dans le tas.
  • 3 Cigognes épiscopales le 16/10 au repos sur la rive opposée donc au loin, mais tout de même bien reconnaissables. Observation inattendue d’une espèce présente plus au sud et à l’intérieur du pays (Khelcom, Niokolo-Koba, Casamance…).
  • Beaucoup de Flamants roses le 16/10 (+1200 individus !) mais une seule à peine 2 semaines plus tard. Auraient-ils bougé vers le lac Rose ?
  • Une belle diversité de rapaces, avec les habituels Balbuzards pêcheurs et bien sûr les Milans à bec jaune, l’Élanion blanc, mais aussi le Circaète Jean-le-Blanc, l’Aigle botté, les Busards des roseaux et cendré, et les Faucons crécerellettes (probablement… trop loin pour exclure le Crécerelle), hobereau et pèlerin. Et surtout, qui mieux que J-M Thiollay en personne pour en apprendre plus sur leurs comportements, sur les subtilités de l’identification à la silhouette et le mode de vol, ou encore sur l’évolution de leur statut en Afrique de l’Ouest… quel privilège de passer la matinée en sa compagnie !
jmthiollay_technopole_20161016_img_5872

Jean-Marc et Evan en train d’observer les rapaces (ici au Technopole lors d’une escale brève après notre visite au lac Tanma)

 

  • Plusieurs centaines de limicoles, dont 280 Avocettes, quelques dizaines de Barges à queue noire, des centaines de Grands Gravelots et des dizaines de Gravelots patres, Bécasseaux minutes, sanderling, variable et cocorli, quelques Chevaliers sylvain, aboyeur, stagnatile, culblanc et gambette, Courlis cendré et corlieu, une poignée de Pluviers argentés et de Combattants variés, +100 Echasses blanches, et bien entendu les vanneaux locaux (éperonné, du Sénégal, à tête noire).
  • Si à fin août il y avait pas mal de Guifettes leucoptères sur le lac, en ce moment ce sont surtout les Sternes hansels qui sont présentes, avec env. 90 individus côtoyant une dizaine de Sternes caspiennes et une centaine de Goélands bruns.
  • Côté brousse et dans la forêt de baobabs, on tourne le regard vers les Calaos occidentaux et à bec gris, Rolliers varié, malgache et d’Abyssinie, Martin-chasseur du Sénégal, et autres Huppes fasciées (dont un individu chanteur, mélangeant des strophes à deux et à trois syllabes). Et bien entendu les Alectos à bec blanc, bruyants comme tout autour de leurs nids communaux dans les baobabs, ou encore les Moinelettes à oreillons blancs qui sont régulièrement observées dans le coin.
chestnutbackedsparrowlark_lactanma_20161101_edited

Chestnut-backed Sparrow-Lark / Moinelette à oreillons blancs mâle

  • Il y a généralement pas mal de passereaux migrateurs ici, notamment l’Hypolaïs polyglotte qui était particulièrement nombreuse lors de ma dernière visite, avec au moins 5-6 individus chanteurs, mais aussi les Fauvettes passerinette, des jardins et grisette, la Pie-grièche à tête rousse, le Traquet motteux, et les Bergeronnettes printanières. Le Rossignol philomèle semble également apprécier le coin.
  • Une Veuve à collier d’or mâle en livrée nuptiale le 16/10, puis son espèce-hôte le discret Beaumarquet melba le 1/11 – deux espèces visiblement peu fréquentes et relativement difficiles à trouver dans la région. Dans le même registre, l’Érémomèle à croupion jaune se rencontre régulièrement ici.
Sahel Paradise Whydah

Sahel Paradise Whydah/ Veuve à collier d’or

Et enfin, la cerise sur le gâteau : 2 jeunes Loups africains le 1/11, traversant la plaine au NO du lac.

 

Comment s’y rendre?

Pour aller explorer ce site remarquable, prendre la route de Mbayakh vers Mboro (quitter l’autoroute à Rufisque-Est / Sangalkam puis prendre la route de Sangalkam et Bambilor en direction du nord) ; le lac et la plaine inondable se trouvent de part et d’autre de la route de Mboro, peu après les villages de Thor et Mbidieum. Prévoir au moins deux heures pour parcourir la zone, plus si possible !

  • Au niveau du panneau indiquant le lac Tanma, soit 25-50m avant le « pont » sur le lac (qui est à sec à cet endroit, juste 2 petits bassins se trouvent là), prendre une petite piste à droite en longeant les champs (côté droite) et le bord du lac en direction du SE. Pas besoin de 4×4, mais faire attention en cas de pluies récentes (août-septembre) car la zone peut être boueuse.

lactanma_carte

  • Se garer vers l’endroit indiqué en bas à droite sur la carte, puis partir en direction du sud pour explorer la brousse et les champs d’un côté, puis le plan d’eau de l’autre. On peut longer le lac tout en gardant la distance pour éviter de tout faire envoler. Télescopes requis pour les limis et canards, souvent un peu loin, et attention au contre-jour le matin ! Mieux vaut longer le bord de l’eau du sud vers le nord.
  • La plaine inondable et la brousse (dominée par des acacias) avoisinantes au NO du pont sont également un bon spot pour trouver passereaux divers et surtout pour y observer les rapaces chassant dans les prairies tels que les busards, le Circaète ou encore le Faucon crécerellette.

baobab_lactanma_20161101

4 responses to “Lac Tanma”

  1. Frédéric Bacuez says :

    Salut Bram, tu évoques le Hobereau au lac Tanma: Hobereau subbuteo (eurasian hobby) ou (plus probablement) cuvierii (african hobby), en limite nord de son aire de distribution sénégalaise ? Amitiés. Frédéric.

    • bram says :

      Salut Frédéric! Oui c’est bien du Hobereau qu’il s’agit et non du Faucon de Cuvier (qu’on a par ailleurs déjà observé ici dans le passé). Individu lointain, mais JMT était affirmatif: hobereau! (et la aussi, déjà vu ici lors d’une visite l’an dernier).

      A tres bientôt!

      bram

  2. Geoffroy says :

    La plaine doit être bien inondée. Impressionnant nombre de canards souchet, sarcelles d’été et Flamants rose. Penses-tu que les Flamants nain transitent aussi par le site? Merci pour les observations.

    • bram says :

      Bonsoir Geoffroy,

      Il y a moins d’eau que l’an dernier, et pas de végétation palustre cette année… mais effectivement beaucoup d’oiseaux!

      Pas encore vu de Flamants nains ici, mais il doit y en avoir au moins de temps en temps.

      Merci de ta lecture!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s