Oiseaux marins et encore le Technopôle

Profitant d’une pause dans mon calendrier de voyages professionnels, j’ai eu plusieurs opportunités pour visiter mes sites favoris à Dakar ces derniers temps. Tout d’abord donc quelques news rapides du Technopôle, site visité l’après-midi du 27/2 en compagnie de Frédéric en visite depuis Saint-Louis (voir son blog Ornithondar), Jérémy fraîchement arrivé de la Haute-Savoie, et Etienne de Ouakam; puis dimanche matin 6/3 avec Geoffroy. Entre ces deux visites, le nombre de limicoles a doublé, avec hier une centaine de Becasseaux minutes, quelques cocorlis, env. 80 Chevaliers aboyeurs, une quarantaine de Grands Gravelots et Combattants, etc.

Au moins un Blongios nain se montre bien dans un bout de roselière: vu les tons roux prononcés au cou il s’agit visiblement d’un oiseau de la ssp. africaine payesii, apparemment peu signalée au Sénégal. Une cinquantaine de Spatules blanches fréquentent le site actuellement, malheureusemnt trop loin pour lire les bagues des 2-3 individus décorés. Un regroupement d’au moins 25 Herons ardoisés fait exploser mon petit record local d’une dizaine d’oiseaux à peine. La présence d’au moins 6 Sarcelles d’été cachées dans la végétation suggère un faible passage ici au printemps.

LittleGull_Technopole_20160603_IMG_2388

Little Gull / Mouette pygmee

Côté Laridés, nous avons la chance de découvrir une Mouette pygmée de 1er hiver, au plumage bien use, parmi les Mouettes rieuses et à tête grise, les Goélands railleurs, Goélands bruns et autres Sternes caspiennes. En limite méridionale de son aire d’hivernage, cette espèce est visiblement rare à Dakar, aussi bien pendant l’hiver paléarctique qu’en automne (vue seulement 2 sur 9 sessions de seawatch en octobre et début novembre, entre 1995 et 2008). Pareil autour de Saint-Louis, où la Mouette pygmée n’est notée qu’occasionnellement. Plus classique, une Mouette mélanocephale se trouvait également dans le tas, là aussi un oiseau de 1er hiver.

Les Phragmites des joncs chantent toujours de maniere aussi assidue, alors qu’un Rougequeue à front blanc était probablement seulement en escale, l’espèce n’hivernant pas sur ce site.

Il y a comme toujours des dizaines de Milans d’Afrique qui tournent dans la zone, dont voici cet oiseau que nous avions d’abord pris pour un Milan noir (l’œil foncé indique un oiseau immature donc de 2e année en ce moment, d’où le bec sombre)

BlackKite_Technopole_20160603_IMG_2396

Yellow-billed Kite / Milan d’Afrique

…à comparer avec cet adulte au bec jaune bien marqué:

YellowbilledKite_Technopole_20160603_IMG_2389

Yellow-billed Kite / Milan d’Afrique

 

On quitte cette incroyable zone humide urbaine pour cette fois tourner le regard vers la mer, d’abord avec Frédéric et Jérémy depuis le Club Calao (27/2) et depuis l’île de Ngor et le Calao (28/2), puis le 4/3 depuis le golf du Meridien à la Pointe des Almadies. Les oiseaux les plus en vue en ce moment sont les Fous de Bassan, avec en tout cas une soixantaine pêchant devant les côtes, en nombre et mouvements variables d’un jour à l’autre. Les Labbes pomarins (max. +25) et parasites (5-10) répondent à l’appel, mais à part un ou deux puffins de type cendré/Cap Vert au loin, point de puffins à l’horizon alors que l’an dernier à la même période il y en avait plusieurs dizaines. Un groupe de 12 à 15 Grands Dauphins (Bottlenose Dolphin) passent en direction du nord le 29/2 et se laissent, pour une fois, assez bien observer au téléscope – l’un d’eux faisant même un saut impressionnant complètement hors de l’eau.

A marée basse, l’îlot devant le Calao sert de reposoir aux sternes et goélands et est actuellement surout occupé par les Sternes royales et caugeks, ces dernières maintenant en plumage nuptial complet pour la plupart, alors que les autres espèces de sternes n’ont pas encore complété leur mue. Parmi elles se trouvent quelques Sternes voyageuses et pierregarins, une poignée de Goelands bruns et 3-4 Goelands d’Audouin. Sur la terre ferme, l’imposant hôtel Diarama sert toujours de falaise de substitution au couple de Faucons pelerins hivernant ici. Au minimum 3 Balbuzards sont vus, dont un individu provenant d’Allemagne ou du Royaume-Uni à en croire sa bague noire (non lue car trop loin).

Osprey_Almadies_20160304_IMG_2365

Osprey / Balbuzard pecheur

A part quelques groupes de Caugeks, peu de migration active est visible. Le 29/2, une Bergeronnette grise passe à la Pointe des Almadies, peut-être en route vers l’Islande d’ou semble provenir une bonne partie des hivernants d’Afrique de l’Ouest. Ce même jour également mon premier Moineau doré de la saison, ma dernière obs à Dakar remontant au mois de novembre au Calao. Et surtout, des vols réguliers de centaines voire de milliers de Travailleurs à bec rouge (queleas), certains volant loin au large.

J’allais encore vous parler des Vautours charognards urbains car on vient d’aller voir un nid actif dans le centre-ville de Dakar, mais ce sera pour un prochain article. En attendant, voici déjà une photo prise il y a quelques jours depuis mon balcon:

HoodedVulture_Almadies_20160303_IMG_2329

Hooded Vulture / Vautour charognard adulte

 

 

Trackbacks / Pingbacks

  1. Quoi de neuf au Technopole? | Senegal Wildlife - May 1, 2016

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s