Fous, Phaétons et un Blanc Gravelot

Petite séance de seawatch ce matin (10h15-11h15) depuis la Pointe des Almadies, plus précisément depuis le front de mer au niveau du Méridien (hôtel King Fahd).

Aucun puffin à se mettre dans le téléscope comme je l’avais anticipé, mais un bon passage de Fous de Bassan avec au moins 205 individus filant vers le Sud. Il est donc bien possible que plus d’un millier de fous soient passés en cette seule journée. La grande majorité (90-95%) étaient des oiseaux de 1er hiver, donc nés en 2015, suivant souvent de près le seul adulte du groupe. Ce comportement était vraiment frappant: si pas mal de jeunes volaient seul ou en bandes laches de 2 à 5 individus, dans les groupes plus grands il y avait généralement un ou deux adultes, toujours dans la position de “meneur” de groupe. Les quelques Labbes parasites/pomarin, la plupart trop loin pour une identification certaine, passent plutôt de manière isolée.

En scannant je répère deux oiseaux blancs au vol plus hésitant et plus lent que les quelques Sternes caspiennes, royales et caugeks vues peu avant: deux Phaétons à bec rouge! Les deux oiseaux, des adultes, se suivaient d’assez près et sont partis en direction de l’île de Ngor. Certainement une apparition plus ou moins régulière ici, mais une première pour moi en dehors des Iles de la Madeleine.

Phaeton_Madeline_fevrier2016_PBaumgart

Les phaétons de la Madeleine sont apparemment en bonne forme. Le suivi actif de la colonie a repris depuis peu;  l’an dernier, plus de 50 nids ont été comptabilisés. J’en profite pour inclure ce beau croquis d’un adulte avec un jeune au nid, fait par Pierre Baumgart il y a tout juste deux semaines.

Si les mouvements de cette population locale étaient jusqu’ici très mal connues, on en sait déjà beaucoup plus depuis que le Département de Biologie Animale de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), en collaboration avec une équipe de l’Université de Barcelone, a commencé un suivi par balise GPS des Phaétons. Ce suivi s’inscrit dans le cadre d’une étude menée par la doctorante Ngoné Diop qui utilisera ces données pour mieux analyser l’écologie de l’espèce. (source: Lettre d’information sur les activités du projet Alcyon, 2e trimestre 2015; projet soutenu par la Fondation MAVA et par BirdLife International)

Traces_GPS_Phaeton-Alcyon2016

Autre observation intéressante, ce Grand Gravelot quasimment entièrement blanc vu sur la petite plage et les rochers devant le Méridien en compagnie de plusieurs congénères, quelques Tournepierres à collier, Chevaliers guignettes et un Courlis corlieu. La ressemblance avec le Pluvier siffleur (Piping Plover) est frappante – d’ailleurs, peut-on réellement exclure cette espèce nord-américaine? [je pense que oui, car un siffleur serait tout de même moins blanc, au bec plus court et d’aspect encore plus “rondouillet” qu’un Grand Gravelot]

20160212_114404_GrandGravelot_leucique

Common Ringed Plover / Grand Gravelot leucique (phonescopie)

 

Voilà pour l’essentiel. Départ imminent pour la lagune de Somone!

 

(article mis à jour le 15/02)

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s