décembre dans la région de Kaolack

Le mois de décembre passé dans la région de Kaolack a été riche en surprises. Je n’étais jusqu’alors jamais venu aussi tôt durant la saison sèche. Les niveaux d’eau n’étaient pas aussi hauts que je l’aurais espéré, à cause de la très courte saison des pluies en 2014, mais les paysages conservaient encore des traces de vert et beaucoup de végétation au sol.

Comme l’an dernier, un affût près d’une mare temporaire m’a permis d’observer dans de superbes conditions un groupe de cigognes noires. Sur les 35 oiseaux présents trois portaient des bagues, toutes de République Tchèque. Parmi les nombreuses autres espèces présentes se trouvaient quelques oiseaux peu communs dans le secteur comme un ibis sacré, un crabier chevelu et une aigrette ardoisée.

Cigognenoire2014-2

Cigogne noire adulte

Cigognenoire2014-1

Cigogne noire juvénile, baguée en République Tchèque

Aigrette ardoisée 1

Aigrette ardoisée en pêche

Spatule blanche

Spatule blanche

Le dortoir de faucons crécerellettes et élanions naucler de l’île de Kousmar s’est révélé très intéressant à cette époque. Avec les températures fraîches de début et de fin de journée, les oiseaux arrivent au dortoir à des altitudes de vol raisonnables, et quelques faucons quittent le dortoir plus tard, permettant des observations plus faciles. Les tannes concentrent par contre moins d’oiseaux en pré-dortoir.

Elanionnaucler2014_1

Elanion naucler adulte

Faucon crécerellette 03

Faucon crécerellette mâle adulte

Les différentes sorties sur Kousmar m’ont permis d’observer quatre nouvelles espèces pour l’île : pipit des arbres, pouillot véloce, vautour oricou et une belle surprise avec un phalarope à bec large. Si ce dernier est commun en mer au passage, les données dans l’intérieur des terres sont rares.

Phalarope à bec large

Phalarope à bec large

Vautour oricou

Vautour oricou de deuxième année

Une autre surprise a été d’observer durant la même semaine deux individus différents de faucons de Barbarie. Le premier individu a été vu sur Kousmar à deux reprises à huit jours d’intervalle. Il s’agit de la deuxième mention pour l’île après celle d’un immature vu en juillet 2010. Le second a été observé neuf kilomètres au sud-ouest, à Keur Waly Ndiaye, où il chassait les limicoles sur un plan d’eau.

Noter que les deux oiseaux sont immatures.

Faucon de Barbarie 1

Individu de Kousmar

Faucon de Barbarie 2_2

Individu de Keur Waly Ndiaye, noter les différences de mue et de dessin de la tête par rapport à l’oiseau de Kousmar

Faucon de Barbarie 2_1

individu de Keur Waly Ndiaye

Le faucon de Barbarie niche au Maghreb. Les immatures se dispersent jusqu’au Sénégal où il est noté comme rare. C’est une espèce qui affectionne les zones arides. Ces quelques observations semblent montrer que cette espèce est plus commune qu’on ne le pense, toute la difficulté étant de le différencier du faucon pèlerin.

Simon

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s