Périple dans la zone sylvo-pastorale des six forages

Les études sur l’avifaune, mises en place par le CNRS nous ont mené dans le Ferlo, la région la plus aride du Sénégal. Le Ferlo, limité au nord par la vallée du fleuve Sénégal et au sud par le front du bassin arachidier représente près d’un tiers du territoire national. Il appartient à l’écosystème sahélien caractérisé par une faible pluviométrie et une végétation de savane arbustive soumise à de nombreux feux de brousse.

Les principaux habitants de la zone sont Peulhs mais ils cohabitent avec des minorités Maures, Wolofs et Sérères. Trop aride pour l’agriculture, cette région vit principalement de l’élevage extensif de vaches zébus, de chèvres et de moutons. A l’origine, zone de transhumance des bergers peuhls, le Ferlo a subit d’importantes transformations notamment dues à l’implantation de forages au début des années 1950. Cette politique a donc encouragé une sédentarisation de la population autour des points d’eau permanents que constituent les forages.

Arrivée des troupeaux au forage de Widou Thiengoly

Le village de Widou Thiengoly, base de l’observatoire Homme-Milieu du CNRS pour lequel je travaille, est situé dans la réserve sylvo-pastorale des 6 forages, à plus de 7 heures de route de Dakar. Zone sans électricité ni eau courante, la corvée d’eau rythme la vie des habitants. Dès 6h du matin, des centaines d’animaux guidés par leurs éleveurs quittent les campements alentours. Ces pasteurs se rendent au forage à l’aide de charrettes tractées par des ânes afin de remplir les chambres à air qui leurs servent de réservoir et de faire boire leurs bêtes.

Les oiseaux représentent l’essentiel de la faune du Ferlo. Dans le secteur où je travaille plus de 125 espèces ont été observées mais le nombre est d’environ 180 espèces recensées dans toute la région du Ferlo. Les deux tiers sont des oiseaux sédentaires avec une majorité de passereaux mais on trouve aussi des espèces emblématiques telles que le Calao terrestre ou Bucorve d’Abyssinie et l’Outarde Arabe. Le tiers restant comprend des migrateurs intra-africains (Guêpiers à gorge blanche, Coucou didric, Coucou africain, Coucou jacobin etc.) qui viennent nicher pendant la saison des pluies (juin à octobre) et des migrateurs paléarctiques qui arrivent dans la région au mois de septembre-octobre et qui repartent pour la plupart entre mars et mai. Parmi eux, une quarantaine d’espèces sont observables et les Sylvidae (fauvettes, pouillots, hypolaïs) sont particulièrement bien représentés.

Le Ferlo comprend également des habitats privilégiés pour les rapaces avec une quarantaine d’espèces recensées. Parmi les sédentaires, on observe facilement l’Autour gabar, le Bateleur des savanes, l’Elanion blanc, le Faucon Chiquera, le Circaète brun et la majorité des espèces de vautours : Vautour africain, Vautour de Ruppëll, Vautour oricou, Vautour charognard etc.

Parmi les migrateurs, on peut voir le Faucon crécerelle, le Faucon crécerellette ou le Circaète Jean le Blanc.

Quelques photos d’oiseaux fréquemment rencontrés dans la réserve sylvo- pastorale

Bucorve d’Abyssinie (Femelle)

Bucorve d’Abyssinie (Mâle en vol)

Prinia à front écailleux

Effraie des clochers dans le château du forage de Widou Thiengoly

 Guêpier à gorge blanche

Rollier d’Abyssinie

Si la zone est riche en ce qui concerne l’avifaune, ce n’est pas le cas pour les autres groupes faunistiques. Aujourd’hui dans une région essentiellement vouée à l’élevage, de nombreuses espèces ne sont plus présentes. Les rares mammifères sauvages sont représentés par quelques singes patas, chacals, genettes, civettes,  renards pâles et chats sauvages. Les reptiles n’affectionnent pas non plus les zones d’élevage hormis les varans du Nil, faciles à rencontrer pendant la saison des pluies, les autres espèces de reptiles étant cantonnées dans les zones protégées du pâturage.

 Chacal dans une parcelle reboisée par le projet de la Grande Muraille verte

Varan du Nil 

Les espèces de gazelles spécialistes de la région ont complément disparu de la zone sylvo- pastorale des 6 forages. Certaines espèces comme, la gazelle à front roux ou la gazelle dama (issue d’un programme de réintroduction) sont cependant observables dans la réserve de faune du Ferlo nord située plus à l’est.

Roux-Vollon Céline

Photos : Axel Ducourneau et Roux-Vollon Céline

About celinedakar

J'habite à Dakar et je travaille à la mise en place d’un suivi de la diversité de l’avifaune sur la zone d’implantation de la Grande Muraille Verte, dans le Ferlo sénégalais dans le cadre de l’observatoire Homme-Milieux de Tessekéré créé par le CNRS. Mon étude a pour objectif de caractériser l’avifaune des parcelles reforestées et des milieux en marge des parcelles reforestées afin d’évaluer l’impact du projet de la Grande Muraille Verte sur la diversité aviaire.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s